Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 17:26

   1225nativity08.jpg     L'Avant fête de la Nativité du Seigneur commence le 20 Décembre. A partir de maintenant, la plupart des hymnes liturgiques seront concernés par la naissance du Sauveur.

         À Vêpres pour cette troisième journée de l'Avant fête de la Nativité, nous chantons, :

«Le Christ est né sur la Terre pour écraser la puissance du mal, pour éclairer ceux dans les ténèbres, et pour libérer les captifs. Allons à Sa rencontre."

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 17:23

        Le martyre de Ste Juliana a eu lieu devant un grand nombre de personnes. Parmi ceux-ci, 500 hommes et 150 femmes sont venus à confesser le Christ après avoir été témoins de la fermeté et le courage de la Sainte vierge miraculeusement guérie de ses blessures.

Ils ont tous été décapités, et ont été baptisés dans leur propre sang.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 17:18

   1221JulianaNicomedia.jpg      La Sainte-Vierge Martyre Juliana, la fille d'un illustre païen nommé Africain, est née dans la ville de Nicomédie. Comme un enfant, elle a été fiancée à un certain Elusius, l'un des conseillers de l'empereur. Ste Juliana a été douée d'une intelligence profonde et de la bonté de l'âme. Elle a vu à travers l'illusion et la tromperie de la foi païenne, et a secrètement accepté le saint Baptême.

        Lorsque le temps de son mariage approchait, Juliana a refusé de se marier. Son père lui a exhorté à ne pas rompre ses fiançailles, mais quand elle a refusé de lui obéir, il se mit à battre violemment. Puis l'Africain a remis sa fille à la cour de l'Eparque, qui se trouvait être Elusius, ancien fiancé de Juliana. Elusius avec ferveur a demandé à Juliana de se marier avec lui, promettant de ne pas l'obliger à abandonner sa foi. Ste Juliana a refusé et a dit qu'elle préfère être mise à mort.

        Ils ont battu la sainte à la fois longuement et sévèrement, mais après chaque battement, elle a reçu la guérison et la force nouvelle de Dieu. Sa punition a eu lieu devant un grand nombre de personnes. Parmi ceux-ci, 500 hommes et 150 femmes en sont venus à confesser le Christ après avoir été témoins de la fermeté et le courage de la Sainte vierge miraculeusement guérie de ses blessures. Ils ont tous été décapités, et ont été baptisés dans leur propre sang.

        Convaincu de l'inutilité de tenter de séparer la sainte vierge de son Epoux céleste, Eleusius condamné à mort Juliana. Elle a accepté la peine avec joie et glorifié le Seigneur pour lui permettre d'avoir à recevoir la couronne du martyre. Le martyr saint Juliana a été exécuté en l'an 304.

St Juliana fait l'objet d'un poème anglo-saxon, semble avoir été écrit par Cynewulf dans le huitième siècle.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 17:15

   1225nativity09.jpg     L'Avant fête de la Nativité du Seigneur commence le 20 Décembre. A partir de maintenant, la plupart des hymnes liturgiques seront concernés par la naissance du Sauveur.

        Au cours de Matines (Après le premier Sedalen) sur ce deuxième jour de l'Avant fête de la Nativité, nous chantons, "Le Dieu inaccessible dans sa miséricorde s'approche de moi; il veut être nés dans la chair dans la ville de Bethléem, il reçoit la nature humaine. à partir d'une jeune fille vierge Laissez-nous avec impatience de fonctionner pour le saluer, en criant dans la peur:.. O Seigneur, gloire à Toi "

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 23:52

 13-30_NOV_8279.jpg      Le 29 mars 2010, Grand-lundi , Sa Béa. a célébré une Liturgie de présanctifiés dans la cathédrale de la Résurrection au Monastère Pokrovsky. A la fin de la Liturgie le Primat de l'Eglise Russe, s'est adressé au public avec un mot primatial.


Au nom de l'Esprit Père, Fils et Esprit.

         Aujourd'hui, c'est lundi de la Semaine Sainte. Ce culte, nous vous présentons dans le mystère des sept jours de l'épargne, le mystère des dernières paroles du Sauveur qui, selon Lui, à Jérusalem, se référant à des habitants de cette ville. Nous faisons appel à Lui, pleins d'une grande force pour Lui, dans lequel la vérité même de Dieu est présentée de manière claire et perçante de sorte qu'il était impossible de ne pas répondre. Et nous savons que beaucoup ont pris cette vérité et ont suivis le Seigneur. Mais cela est vrai que la haine a engendré un grand nombre dans leur esprit à Celui qui a proclamé cette vérité. Et puis Dieu a été capturé, torturé, crucifié et ressuscité le troisième jour.


          Il n'y a pas d'autres semaines de l'année, aucune autre période de temps qui serait si pleine de souvenirs de la plus importante qui s'est passé dans l'histoire humaine. Aujourd'hui, nous lisons l'Evangile, qui raconte les derniers jours de l'histoire humaine, et la destruction prochaine de Jérusalem par les Romains - que le Seigneur a prévu, at-il dit à la veille à Son Peuple souffrant de Jérusalem. Dans cette lecture de l'Évangile qui contient beaucoup de mots importants et instructifs. Mais je tiens à souligner une seule parole divine, :

«A cause de l'anarchie dans l'amour un grand nombre se refroidira" (Mat. 24v:v12). Le Seigneur a dit cela, comment  les derniers jours - et derniers jours de l'histoire de vie de Jérusalem avant sa destruction, et les derniers jours de l'histoire humaine.

 

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 23:41

Bichkek, 10 juin

 

  186890491.jpg     Les nouvelles autorités kirghizes ont demandé aux policiers et aux militaires à la retraite d'aider les forces de l'ordre à stabiliser la situation dans le sud du pays, a annoncé samedi à RIA Novosti le porte-parole du gouvernement intérimaire Farid Niïazov.

        "Le ministère kirghiz de l'Intérieur a appelé les officiers de la police, de l'armée et des services spéciaux à la retraite à rejoindre les forces de l'ordre afin de renforcer leur présence dans les régions secouées par les troubles interethniques et de contribuer par là même à la stabilisation de la situation", a-t-il déclaré.

        Le chef adjoint du gouvernement intérimaire kirghiz Azimbek Beknazarov a confié à l'agence  "24.kg" que la situation dans le sud du pays était "très grave".

        "Les militaires participant au rétablissement de l'ordre sont à bout de forces. Ils se couchent à même la route qu'ils patrouillent", a-t-il affirmé. Et d'ajouter: "Nous ne tiendrons pas plus de deux jours, faute de renforts".

        Selon M. Beknazarov, le premier groupe de 300 volontaires recrutés parmi les policiers à la retraite se rendra samedi dans les régions placées sous l'état d'urgence.

        Jeudi soir, une grande bagarre a éclaté à Och dont la population, majoritairement kirghize, comprend une importante communauté ouzbèque. La bagarre n'a pas tardé à se propager à différents quartiers de la ville, dégénérant en troubles massifs. Les autorités ont décrété l'état d'urgence dans plusieurs villes et régions du sud du pays et dépêché des troupes à Och.

Les troubles ont déjà fait près de 50 morts et plus de 600 blessés.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 23:36

  drapeaueurope.jpg      J'ai tenu une conférence jeudi 19 avril à Rennes sur les lendemains de l'élection présidentielle, sur cette sorte de « gueule de bois » qui attend sans doute la France, au petit matin du 7 mai et dans les semaines et mois à suivre, quel que soit le malheureux élu le 6 mai au soir... En voici les principales lignes, en trois parties :

1. Programmes et promesses des candidats, et montée des colères françaises.

Les programmes et les promesses des différents candidats à l'élection présidentielle, et en particulier ceux des deux principaux favoris, semblent négliger les réalités de la crise et les données actuelles de la mondialisation, ce que soulignent avec une certaine condescendance malsaine les journaux économiques des pays étrangers (en particulier anglo-saxons et germaniques), comme le New York Times, ou des éditorialistes français comme Claude Imbert dans Le Point, entre autres : certains parlent, non sans raison, d'une « campagne hors-sol »...

Ces critiques sont bien sûr largement fondées mais elles ne sont pas non plus sans arrière-pensées : le New York Times ou les principaux médias économiques, dont BFM business en France, sont souvent très représentatifs de ces milieux d'affaires mondialisés, de ces grandes institutions financières et économiques qui animent les Bourses et les échanges internationaux, représentatifs de ce que l'on pourrait appeler « la finance anonyme et vagabonde », jadis dénoncée par le duc d'Orléans dans les années 1900 avant de l'être par M. François Hollande dans son fameux discours-programme du Bourget...

Je cite ses extraits qu'il conviendrait de retenir et de lui rappeler lorsqu'il sera aux commandes du pays (s'il est élu, naturellement) : « Je vais vous dire qui est mon véritable adversaire. Il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c'est le monde de la finance. »

S'ils sont sévèrement jugés par les médias européens et internationaux, voire français, les propos et programmes des grands candidats répondent aussi, et en cela ils vont à l'encontre des réalités (même s'il n'est pas impossible de vouloir les changer, d'ailleurs : encore faut-il reconnaître d'abord ce qui est avant d'envisager de le modifier...), à un besoin de « rêver », d'imaginer « autre chose » que ce qui existe et fait souffrir...

En somme, les programmes et les promesses, nombreuses même si, chez les grands candidats elles restent « prudentes » et plutôt minimales au regard de l'enjeu présidentiel, entretiennent une sorte d'illusion rassurante sur l'état de la France et son avenir. Néanmoins, aussi réservées soient-elles, ces promesses engagent plus de dépenses qu'elles ne permettent d'économies, et elles ne sont pas toutes financées, c'est le moins que l'on puisse dire : les candidats semblent oublier que les ressources financières de notre pays et de ses contribuables ne sont pas illimitées et pas toutes renouvelables...

Au-delà des deux favoris des sondages, désormais en course pour le second tour, les programmes des autres candidats et surtout leurs discours donnent l'impression d'une « campagne-défouloir », d'un flot de paroles vengeresses et de propositions apparemment plus improbables ou plus démagogiques les unes que les autres, ce qui n'est pas forcément vrai, d'ailleurs. En fait, cela traduit sans nul doute la montée des colères, au-delà de la crainte du déclassement social, une montée bien réelle et que j'ai déjà évoquée maintes fois au travers de mes notes ou de mes prises de parole. J'en compte quatre principales, quatre types :

1. colère contre la politique de M. Sarkozy, contre sa tendance « bling-bling », celle-ci étant ressentie comme « l'arrogance des puissants », principalement confondus avec « les riches » ;

2. colères sociales contre les délocalisations, les fermetures d'usines, la disparition des écoles et des services publics dans les campagnes, contre ce qui apparaît pour les Français comme des conséquences, voire des aspects mêmes de la mondialisation « libérale », avec tous les drames sociaux que cela engendre... ;

3. colère contre les « fausses promesses » de l'Union européenne, de sa monnaie unique qui devait protéger de la crise et ne semble avoir fait que l'aggraver en condamnant les moins aisés des Européens à une austérité si mal vécue alors que la Société de consommation nous enjoint, par la séduction publicitaire, à « consommer toujours plus pour être » (sic !)... ;

4. colère contre le « déni » politicien et européen du vote « non » des Français (et des Néerlandais) au référendum sur le Traité constitutionnel européen de 2005 : « à quoi bon voter, puisque cela ne sert à rien ? », entend-on souvent désormais dans de nombreuses discussions politiques, formelles ou non...

 


       Il y a aussi un autre sentiment qui court dans de larges parts de l'Opinion publique, celui d'une « campagne pour rien », d'un « circus politicus » pas vraiment crédible car les médias étrangers, relayés par quelques journaux hexagonaux, nous annoncent que, pendant le temps de cette campagne, l'Union européenne s'impatiente (les réformes structurelles ne vont pas assez vite, selon la Commission européenne...), et que c'est elle, l'Allemagne ou les Marchés qui vont vraiment décider, au-delà de l'expression populaire des deux dimanches d'élection présidentielle.

Certains en concluent qu'il ne sert à rien de voter ni de militer puisque le vrai coeur de l'action politique et de la décision sociale se trouve hors de France, et que le résultat des urnes risque de ne pas peser lourd face aux exigences bruxelloises ou aux traités européens, règle d'or budgétaire et autres règles d'un métal moins noble...

En même temps que ce sentiment d'impuissance et une certaine déception des Français devant l'apparente incapacité des politiques à pouvoir contrebalancer les décisions prises à Bruxelles, à Berlin-Francfort ou par les Marchés, il y a dans notre pays une demande forte de politique par les Français, comme un écho à la fameuse formule du général de Gaulle : « la politique de la France ne se décide pas à la Corbeille », complétée par cette autre citation plaçant le politique en maître souverain : « l'intendance suivra ! ». Et les programmes présidentiels, justement ? En fait, malgré leur apparente déconnection des réalités pour certains ou leur volontarisme sans moyens pour d'autres, tout n'est pas à jeter ou à rejeter, loin de là, mais (et c'est le malheur de la division et du principe de la disputation présidentielle...) les idées intéressantes se trouvent dispersées dans les différents programmes (les idées néfastes aussi, d'ailleurs...), et, du coup, perdent une grande part de leur visibilité comme de leur crédibilité...

Pourtant, les idées de la maîtrise de notre destin national selon M. Dupont-Aignan, d'un plus grand soin apporté à la gestion des matières premières de Mme Joly, d'une meilleure prise en compte du travail ou d'une plus grande justice sociale (idées qui apparaissent « transversales » et dont on peut retrouver des éléments dans quasiment tous les programmes...), etc. sont des idées qu'il conviendrait d'harmoniser pour les pratiquer à la tête de l'Etat.

Cela étant, il faut bien reconnaître que les idées les plus intéressantes et les plus prometteuses pour l'avenir de notre pays n'ont guère été développées dans cette campagne, dans laquelle on a trop peu parlé de la ruralité, de l'aménagement du territoire, mais aussi de l'environnement (la faute aux « Verts », d'ailleurs...), de la francophonie, de l'enseignement et des programmes scolaires (des questions pas forcément négligeables, non ?), etc. Les absences sont parfois tout aussi révélatrices que les discours eux-mêmes...

Jean-Philippe Chauvin

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 23:23

   thumb.small.Musulmanes_mujeres6.jpg    L'entrée en vigueur de la prohibition du port du voile intégral, l'interdiction des prières dans la rue et celle du Bisphénol sont trois des mesures prises en 2011 les plus applaudies par les Français, très sévères par contre sur la hausse du chômage et les hausses de prix, selon une enquête de l'institut Médiascopie.

Sur une échelle de 1 à 10, les Français, appelés à se prononcer sur les événements de l'année 2011, accordent en moyenne la note de 7,7 à l'instauration d'une taxe sur les hauts revenus, 7,5 à la hausse du Smic, 7,1 à l'entrée en vigueur de la loi interdisant le port du voile intégral et à l'interdiction du Bisphénol A dans les contenants alimentaires, 6,7 à la prime aux salariés des entreprises ayant augmenté leurs dividendes, 6,4 à l'interdiction des prières dans les rues.

La libération de Ghesquière et Taponier plébiscitée

Au plan français, les personnes interrogées saluent aussi la mise en examen de Jacques Servier dans l'affaire du Mediator (6,6), celle de «proches de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Karachi» (6), le débat sur la fraude sociale (5,7) et la suppression du bouclier fiscal (5,6).

Parmi les nouvelles les plus positives, les Français retiennent la libération des otages français en Afghanistan Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier (7,7) ou la première greffe mondiale d'une bronche artificielle en France (7,9).

Au niveau international, la démission de Silvio Berlusconi (7,3) a été la nouvelle la plus appréciée, avant même la mort d'Oussama ben Laden (7) et la chute de dirigeants arabes. En bas de l'échelle figure la victoire des islamistes aux législatives au Maroc.

Hausse du gaz et de l'électricité stigmatisées

En France, sont particulièrement stigmatisées (entre 1,5 et 1,7) les hausses des prix du gaz, de l'électricité, de l'essence

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 23:20

thumb.small.Racaille_parisienne_0012.jpg        Lu dans Minute : "4 307 775 019 euros. Tel est le coût « transversal », c’est-à-dire en additionnant les sommes affectées par les différents ministères, de la «Politique française de l’immigration et de l’intégration» selon un document annexé au projet de loi de finances pour 2012.

On y découvre ainsi que 1,9 milliard provient du poste «Recherche et enseignement supérieur» au titre des «dépenses liées à l’accueil des étudiants étrangers dans les universités françaises»; 588 millions des crédits de santé; 720 millions des crédits alloués à la sécurité; 658 millions viennent directement du poste «Immigration, asile et intégration» (en hausse de 12,9 % par rapport à 2011), etc.

Au total, se félicite le sénateur UMP Roger Karoutchi, membre de la commission des finances, l’«effort budgétaire global au profit de la politique d’immigration et d’intégration de 4,31 milliards d’euros [est] en hausse de 3,2 % par rapport aux 4,18 milliards d’euros inscrits en loi de finances initiale pour 2011». [...]"

Michel Janva

Le Salon beige

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 23:18

 thumb.small.imagesCA8B50VC     Tribune libre de Côme de Prévigny* pour Nouvelles de France.

Au cours de l’automne, un grand débat national a été ouvert en France : quelle place publique, les catholiques doivent-ils occuper dans la société, notamment dans la culture ? Ce débat était nécessaire tant le long endormissement des élites chrétiennes devenait flagrant, aux dires mêmes de leurs détracteurs. Et ce ne sont pas les fleurs, ni le baiser d’un prince charmant qui ont provoqué ce providentiel réveil, mais le courage des jeunes générations qui ont tout simplement contraint et forcé leurs aînés à s’exprimer. Si elles ne s’étaient pas courageusement agenouillées devant les théâtres, nul n’aurait dialogué au sein de la société. Si elles n’avaient pas pacifiquement brandi une banderole sur scène, le débat national aurait une fois de plus été ajourné.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article