Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 15:12

      Le premier ministre bulgare Boïko Borisov a annoncé mardi que le projet d'oléoduc Burgas-Alexandroúpolis ne serait pas réalisé en l'absence de garantie de protection de l'environnement.

       "L'oléoduc Burgas-Alexandroúpolis ne sera pas construit en l'absence de garanties de protection de l'environnement", a-t-il déclaré aux journalistes.

      Récemment Burgas a été le théâtre de manifestations de protestation contre la construction du pipeline ainsi que de consultations dont les participants ont exprimé leur hostilité vis-à-vis du projet.

       Au pouvoir depuis l'été 2009, le gouvernement de M.Borisov a promis de revoir la nécessité de réaliser des projets énergétiques avec la Russie, y compris le projet South Stream, l'oléoduc Burgas-Alexandroupolis et la centrale nucléaire de Belen.

       La Russie, la Bulgarie et la Grèce ont signé en 2007 un accord intergouvernemental sur le projet Bourgas-Alexandroupolis.

       Cet oléoduc permettra d'acheminer le pétrole russe vers les marchés d'Europe méridionale et occidentale, en contournant sous la mer Noire les détroits turcs congestionnés. 

        La capacité de l'oléoduc dont la construction a été décidée en vertu d'accords intergouvernementaux signés en 2007, sera de 35 millions de tonnes avec une possible augmentation à 50 millions de tonnes. Le coût estimé du projet s'élève à 1,5 milliard d'euros.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 17:38

        Le Conseil européen d'entreprise d'Opel et les représentants des conseils d'entreprise des lands allemands ont convenu avec le consortium Magna-Sberbank, acheteur du constructeur automobile, que les emplоyés des filiales d'Opel économiseraient annuellement 265 millions d'euros.

La nouvelle a été annoncée mardi par la chaîne de TV N24 en référence aux représentants du conseil à Rüsselheim où est sise la division principale d'Opel.

En outre, l'entente ne restera en vigueur que si la corporation américaine General Motors (GM), actuel propriétaire d'Opel signe un accord de cession de 55% des actions du producteur automobile allemand au consortium regroupant l'austro-canadien Magna et le russe Sberbank, souligne le conseil de production.

"L'objectif de ces économies: tout faire pour éviter la fermeture d'usines et les licenciements", a souligné le représentant du conseil d'entreprise.

Il est prévu en 2010 et en 2011 d'économiser sur les congés payés et en 2011, les employés des filiales d'Opel renonceront aux hausses de salaires.

La direction de GM a déclaré la vente du bloc de contrôle d'Opel au consortium Magna-Sberbank le 10 septembre 2009. Suite à cette transaction, le consortium recevra 55% des actions de la compagnie, les travailleurs d'Opel bénéficieront de 10% des actions, et GM conserve à sa disposition 35% des actions.

Mardi, le conseil de production de GM poursuivra l'examen de la transaction. A l'heure actuelle, la transaction est vérifiée par la Commission européenne, la vérification devrait se terminer au plus tôt le 27 novembre.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 17:30

  0722marymagdalene.JPG     La  Sainte Porteuse de  myrrhe Egalité des Apôtres Marie-Madeleine. Sur les rives du lac de Génésareth (Galilée), entre les villes de Tibériade et Capharnum, était la petite ville de Magdala, dont les vestiges ont survécu jusqu'à nos jours. Maintenant que le petit village de Mejhdel se dresse sur le site.

      Une femme dont le nom est entré à jamais dans le récit évangélique est né et a grandi à Magdala. L'Évangile nous dit rien des jeunes années de Marie, mais la tradition nous apprend que Marie de Magdala était jeune et jolie, et a mené une vie de péché. Il est dit dans les Evangiles que le Seigneur a expulsé sept démons de Marie (Luc 8 : 2). Dès le moment de sa guérison Marie a dirigé une nouvelle vie, et est devenue un vrai disciple du Sauveur.

       L'Evangile rapporte que Marie a suivie le Seigneur, quand il est allé avec les Apôtres à travers les villes et villages de la Judée et de la Galilée prêcher le Royaume de Dieu. Avec les femmes pieuses Joanna, épouse de Choza (Intendant de Hérode), Susanna et d'autres, elle lui servait de ses propres possessions (Luc 8: 1-3) et sans aucun doute partagées avec les Apôtres les tâches évangéliques en commun avec les autres femmes . L'évangéliste Luc, évidemment, elle a en vue avec les autres femmes, affirmant qu'au moment de la procession du Christ sur le Golgotha, lorsque, après la flagellation Il a pris sur Lui la lourde croix, se effondrer sous son poids, les femmes suivies après pleurant et se lamentant, mais Il les consolait. L'Evangile rapporte que Marie-Madeleine était présent sur le Golgotha au moment de la crucifixion du Seigneur. Alors que tous les disciples du Sauveur se sont enfuis, elle est restée sans crainte à la Croix avec la Mère de Dieu et l'apôtre Jean.

       Les évangélistes liste aussi parmi ceux qui se tenaient à la Croix de la mère de l'apôtre Jacques, et Salomé, et d'autres femmes disciples du Seigneur de Galilée, mais tous mentionnent Marie-Madeleine en premier. St John, en plus de la Mère de Dieu, seulement son nom et de Marie de Cléophas. Cela indique à quel point elle se démarque de toutes les femmes qui se sont réunis autour du Seigneur.

       Elle a été fidèle à lui non seulement dans les jours de sa gloire, mais aussi au moment de son extrême humiliation et l'insulte. Comme rapporte l'évangéliste Matthieu, elle était présente à l'enterrement du Seigneur. Avant ses yeux Joseph et Nicodème se rendirent à la tombe avec son corps sans vie. Elle regarda alors qu'ils couvraient dessus de l'entrée de la grotte avec une grosse pierre, ensevelissant la Source de Vie.

     Fidèle à la loi dans laquelle elle a grandi, Marie avec les autres femmes a passé lendemain au repos, parce que ce était le grand jour du sabbat, coïncidant avec la fête de la Pâque. Mais tout le reste de la journée paisible les femmes réunis épices pour aller à la tombe du Seigneur à l'aube du dimanche embaumer son corps, selon la coutume des Juifs.

        Il est nécessaire de mentionner que, après avoir convenu d'aller le premier jour de la semaine pour la tombe tôt le matin, les saintes femmes ne avaient aucune possibilité de rencontrer une autre le samedi. Ils sont allés séparément le vendredi soir à leurs propres maisons. Ils sont sortis qu'à l'aube le lendemain pour aller à la Sépulcre, pas tous ensemble, mais chacun de sa propre maison.

       L'évangéliste Matthieu écrit que les femmes sont venues au tombeau à l'aube, ou comme l'évangéliste Marc exprime, très tôt, avant le lever du soleil. L'évangéliste Jean, sur l'élaboration de ceux-ci, dit que Marie est venue à la tombe si tôt qu'il faisait encore sombre. De toute évidence, elle attendait avec impatience la fin de la nuit, mais il ne était pas encore l'aube. Elle a couru à l'endroit où le Corps du Seigneur était.

        Marie se rendit au tombeau seul. Voyant la pierre poussé loin de la grotte, elle se enfuit dans la peur de dire la proximité apôtres du Christ, Pierre et Jean. L'audition de l'étrange message que le Seigneur avait disparu de la tombe, les deux Apôtres courut au sépulcre et, voyant l'enveloppe et chiffons d'enroulement, ils ont été surpris. Les Apôtres allé et ne dit rien à personne, mais Marie se tenait sur l'entrée de la tombe et pleura. Ici, dans ce tombeau sombre si récemment poser sa inanimé Seigneur.

       Vouloir la preuve que le tombeau était vraiment vide, elle descendit et vit un spectacle étrange. Elle vit deux anges vêtus de blanc, une seule séance à la tête, l'autre à pied, où le corps de Jésus avait été placé. Ils lui ont demandé: «Femme, pourquoi pleures-tu?" Elle leur a répondu avec les mots qu'elle avait dit aux Apôtres: «Ils ont enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où ils l'ont mis." A ce moment, elle se retourna et vit Jésus debout le ressuscité près de la tombe, mais elle ne l'a pas reconnu.

        Il a demandé à Marie, "Femme, pourquoi pleures-tu? Qui cherches-tu? "Elle répondit penser qu'elle voyait le jardinier," Monsieur, si tu lui as pris, dis où tu as mis lui, et je le prendrai. "

        Puis elle a reconnu la voix du Seigneur. Ce était la voix qu'elle entendait dans les jours et les années, quand elle a suivi le Seigneur dans toutes les villes et les endroits où il prêchait. Il a parlé de son nom, et elle poussa un cri de joie, "Rabbi" (Enseignant).

       Respect et amour, affection et une profonde vénération, un sentiment de gratitude et de reconnaissance à Sa splendeur grand Maître, tous réunis dans ce seul cri. Elle était capable de rien de plus dire et elle se jeta aux pieds de son maître pour les laver avec des larmes de joie. Mais le Seigneur lui dit: "Ne me touche pas; car je ne suis pas encore monté vers mon Père; Mais va trouver mes frères et dis-leur: «Je monte vers mon Père et votre Père; vers mon Dieu et votre Dieu ".

       Elle revint à elle et encore couru aux Apôtres, à faire la volonté de Celui lui envoyant prêcher. Encore une fois elle a couru dans la maison, où les Apôtres restait dans la consternation, y prêcha le message joyeux, «Je ai vu le Seigneur!" Ce était la première prédication dans le monde à propos de la Résurrection.

Les Apôtres proclamé annonce la bonne nouvelle au monde, mais elle a proclamé aux Apôtres eux-mêmes.

       La sainte Ecriture ne nous dit pas sur la vie de Marie-Madeleine après la résurrection du Christ, mais il est impossible de douter, que si, dans les minutes terrifiantes de la crucifixion du Christ, elle se trouvait au pied de sa croix avec sa mère All-pure et St John, elle devait rester avec eux pendant le temps plus heureux après la Résurrection et l'Ascension du Christ. Ainsi, dans les Actes des Apôtres St Luc écrit que tous les Apôtres avec un seul esprit sont restés dans la prière, avec quelques femmes et Marie, la Mère de Jésus et de ses frères.

       La sainte Tradition témoigne que lorsque les Apôtres quitté Jérusalem pour prêcher à toutes les extrémités de la terre, puis Marie-Madeleine aussi allé avec eux. Une femme audacieuse, dont le cœur était plein de réminiscence de la Résurrection, elle est allée au-delà de ses frontières indigènes et alla prêcher dans la Rome païenne. Partout où elle a proclamé aux gens de Christ et son enseignement. Quand beaucoup ne croyaient pas que le Christ est ressuscité, elle leur a répété ce qu'elle avait dit aux Apôtres sur la radieuse matinée de la Résurrection: «Je ai vu le Seigneur!" Avec ce message, elle a toute l'Italie.

       La tradition rapporte que Marie-Madeleine en Italie visité empereur Tibériade (14-37 AD) et proclama lui la résurrection du Christ. Selon la tradition, elle lui apporta un oeuf rouge comme un symbole de la Résurrection, un symbole de la nouvelle vie avec les mots: "Le Christ est ressuscité!" Puis elle a dit que l'empereur dans sa province de Judée l'injustement condamné Jésus le Galiléen, un saint homme, un miracleworker, puissante devant Dieu et l'humanité tout entière, avait été exécuté à l'instigation des grands prêtres juifs, et la sentence confirmée par le procureur nommé par Tibériade, Ponce Pilate.

        Marie répéta les paroles des Apôtres, que nous sommes rachetés de la vanité de la vie ne périssables avec de l'argent ou de l'or, mais plutôt par le sang précieux de Christ.

         Merci à Marie-Madeleine la coutume de donner à chaque autres oeufs pascals le jour de la Résurrection du Christ Radiant répandre parmi les chrétiens sur le monde entier. Dans un ancien manuscrit grec, écrite sur un parchemin, conservé à la bibliothèque du monastère de St Athanase près de Thessalonique, est une prière de lire le jour de la Sainte Pâque pour la bénédiction des oeufs et le fromage. Dans il est indiqué que l'higoumène en passant les oeufs bénis dit aux frères: "Ainsi avons-nous reçu des saints Pères, qui ont préservé cette coutume à partir du moment même des saints Apôtres, donc la sainte égalité des Apôtres Marie-Madeleine premier a montré l'exemple croyants de cette offre joyeuse ".

       Marie-Madeleine a continué sa prédication en Italie et dans la ville de Rome elle-même. Évidemment, l'Apôtre Paul l'a à l'esprit dans son épître aux Romains (16: 6), où, ensemble avec d'autres ascètes de la prédication évangélique, il mentionne Marie (Mariam), qui, comme il exprime "a donné beaucoup de peine pour nous." Évidemment , elle abondamment servi l'Eglise dans ses moyens de subsistance et de ses difficultés, d'être exposé à des dangers, et de partager avec les Apôtres les travaux de la prédication.

         Selon Tradition de l'Église, elle est restée à Rome jusqu'à l'arrivée de l'apôtre Paul, et pendant deux ans après son départ de Rome après le premier jugement sur lui. De Rome, Sainte-Marie-Madeleine, déjà plié avec l'âge, a déménagé à Ephèse, où le saint apôtre Jean sans cesse travaillé. Il saint terminé sa vie terrestre et il fut enterré.

       Ses reliques ont été transférées dans le IXe siècle à Constantinople, et placés dans l'église du monastère de Saint-Lazare. À l'ère des campagnes croisés ils ont été transférés à l'Italie et à Rome placés sous l'autel de la cathédrale du Latran. Une partie des reliques de Marie-Madeleine sont dit en Provage, France près de Marseille, où sur eux, au pied d'une montagne escarpée une splendide église est construite en son honneur.

         L'Eglise orthodoxe honore la sainte mémoire de sainte Marie-Madeleine, la femme appelé par le Seigneur lui-même de l'obscurité à la lumière, et de la puissance de Satan à Dieu.

         Anciennement plongé dans le péché et avoir reçu la guérison, elle sincèrement et de manière irrévocable a commencé une nouvelle vie et n'a jamais dévié de cette voie. Mary aimait le Seigneur qui l'appelait à une nouvelle vie. Elle a été fidèle à lui non seulement quand il a été entouré par des foules enthousiastes et de gagner la reconnaissance comme un faiseur de miracles, mais aussi où tous les disciples l'abandonnèrent dans la peur et Il, humilié et crucifié, suspendu dans la tourmente sur la Croix. Ce est pourquoi le Seigneur, sachant sa fidélité, parut son premier, et estimé son digne d'être le premier à annoncer sa résurrection.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 17:23

   0721simeon-parthenios-johnthenew.jpg    Les moines Simeon, Fou-en-Christ, et son Co-Ascète Jean étaient Syriens, et ils ont vécu au VIe siècle à la ville d'Edesse. Dès l'enfance, ils étaient liés par des liens étroits d'amitié. Les plus âgés d'entre eux, Siméon, était célibataire et vivait avec sa vieille mère. John, cependant, bien qu'il était marié, vivait avec son père (sa mère était morte) et avec sa jeune épouse. Les deux amis appartenaient à des familles riches. Lorsque Siméon était âgé de trente ans, et John vingt-quatre, ils ont fait un pèlerinage à Jérusalem pour la fête de l'Exaltation de la Croix vénérable et vie Création du Seigneur. Sur le chemin du retour les amis parlaient de la trajectoire de l'âme au salut. Démontage leurs chevaux, ils ont envoyé les fonctionnaires en avant avec les chevaux, alors qu'ils ont continué à pied.

        En passant par la Jordanie, ils ont vu des monastères sur le bord du désert. Deux d'entre eux ont été remplis avec une irrépressible envie de quitter le monde et passent leur vie en restant dans les luttes monastiques. Ils se sont éteints de la route, que leurs serviteurs suivies à la Syrie, et ils priaient zèle que Dieu les guider vers les monastères sur le côté opposé. Ils suppliaient le Seigneur pour indiquer quel monastère ils doivent choisir, et ils ont décidé d'entrer dans ne importe quel monastère avait ouvert ses portes. A cette époque, le Seigneur informé higoumène Nikon dans un rêve d'ouvrir les portes du monastère, de sorte que les brebis du Christ ne pouvait entrer.

       Dans une grande joie les camarades sont venus à travers les portes ouvertes du Monastère, où ils ont été chaleureusement accueillis par le Higoumène, et ils sont restés au monastère. En peu de temps ils ont reçu la tonsure monastique.

        Après être resté au monastère pendant un certain temps, Siméon souhaite intensifier ses efforts, et d'aller dans le désert de poursuivre l'ascétisme dans la solitude complète. John ne voulait pas se laisser distancer par son compagnon, et il a décidé de partager avec lui le travail d'un désert-Dweller. Le Seigneur a révélé les intentions des compagnons à l'higoumène Nikon, et cette nuit où Sts Siméon et John intention de se écarter du monastère, il se est ouvert les portes pour eux. Il a prié avec eux, leur a donné sa bénédiction et les a envoyés dans le désert.

        Quand ils ont commencé leur vie dans le désert, les frères spirituels d'abord connu les fortes attaques du diable. Ils ont été tentés par la douleur sur l'abandon de leurs familles, et les démons ont tenté de décourager les ascètes, les soumettant à la faiblesse, de découragement et l'oisiveté. Les frères Siméon et Jean rappelaient leur vocation monastique, et confiant dans les prières de leur aîné Nikon, ils ont continué sur leur chemin choisi. Ils ont passé leur temps dans la prière incessante et le jeûne strict, encourageant les uns les autres dans leur lutte contre la tentation.

         Après un certain temps, avec l'aide de Dieu, les tentations sont arrêtés. Les moines ont dit par Dieu que la mère de Siméon et la femme de John étaient morts, et que le Seigneur leur avait daigné les bénédictions du Paradis. Après cette Siméon et John ont vécu dans le désert pendant 29 années, et ils ont atteint détachement complet (Apathia) et un haut degré de spiritualité. St Simeon, grâce à l'inspiration de Dieu, a estimé que maintenant, ce était bon pour lui pour servir les gens. Pour ce faire, il doit quitter la solitude du désert et aller dans le monde. St John, cependant, croire qu'il ne avait pas atteint un tel degré de détachement que son compagnon, a décidé de ne pas laisser le désert.

      Les frères se séparèrent avec des larmes. Siméon se rendit à Jérusalem, et il y vénère la Tombe du Seigneur et tous les lieux saints. Par sa grande humilité le saint ascète supplia le Seigneur de lui permettre de servir son prochain de manière à ce qu'ils ne devraient pas le reconnaître. St Simeon a choisi pour lui-même la tâche difficile de folie pour le Christ. Après être venu à la ville de Emesa, il est resté là-bas et se faisait passer pour un niais, comportement étrange, pour laquelle il a été soumis à insultes, injures et les coups. En dépit de cela, il a accompli beaucoup de bonnes actions. Il chasse les démons, guéri les malades, les personnes livrées de la mort immanente, a les incrédules à la foi, et les pécheurs à la repentance.

        Toutes ces choses qu'il a fait sous le couvert de la folie, et il n'a jamais reçu l'éloge ou grâce de personnes. St John haute estime son frère spirituel, cependant. Lorsque l'un des habitants de la ville de Emesa était venu le voir dans le désert, pour lui demander conseil et les prières, il invariablement les diriger vers "le fou Siméon", qui était mieux en mesure de leur offrir des conseils spirituels. Pendant trois jours avant sa mort St Siméon a cessé de paraître dans les rues, et il se enfermé dans sa cabane, où il n'y avait rien à l'exception des fagots de bois. Après être resté dans la prière incessante pendant trois jours, St Siméon se est endormi dans le Seigneur. Certains des pauvres de la ville, ses compagnons, ne avaient pas vu le fou pendant un certain temps. Ils sont allés à sa hutte et le trouva mort.

        Reprenant le cadavre, ils le menèrent sans chant d'église à un endroit où les sans-abri et les étrangers ont été enterrés. Alors qu'ils portaient le corps de saint Siméon, plusieurs habitants ont entendu un chant d'église merveilleuse, mais ne pouvait pas comprendre d'où il vient.

       Après la mort de St Simeon, St John se endort dans le Seigneur. Peu de temps avant sa mort, St Siméon a vu une vision de son frère spirituel portant une couronne sur sa tête avec l'inscription: "Pour l'endurance dans le désert."

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 17:17

   0721Ezekiel.jpg    Le Saint Prophète Ezéchiel vécut au VIe siècle avant la naissance du Christ. Il est né dans la ville de Sarir, et descendit de la tribu de Lévi ; il était prêtre et le Fils du prêtre Buzi. Ezéchiel a été conduit à Babylone quand il était âgé de 25 années avec le roi Jéchonias II et de nombreux autres Juifs pendant la seconde invasion de Jérusalem par le roi Babylonien Nebuchadnessar.

        Le prophète Ezéchiel a vécu en captivité au bord du fleuve Kebar. Quand il était âgé de 30 ans, il a eu une vision de l'avenir de la Nation Hébraïque et de toute la humanité. Le prophète vit un nuage brillant, avec le feu clignotant sans cesse, et dans le milieu du feu, brillant bronze. Il a également vu quatre créatures vivant dans la forme des hommes, mais avec quatre faces (Ez 1:. 6). Chacun avait le visage d'un homme en face, le visage d'un lion sur la droite, le visage d'un bœuf sur la gauche, et le visage d'un aigle à l'arrière (Ez. 01:10). Il y avait une roue sur la terre à côté de chaque créature, et la jante de chaque roue était plein de yeux.

       Au cours des têtes des animaux, il semblait être un firmament, brillant comme du cristal. Dessus du firmament était la ressemblance d'un trône, comme le saphir étincelant en apparence. Au-dessus de ce trône était la ressemblance d'une forme humaine, et autour de lui était un arc en ciel (Ez 1:. 4-28).

       Selon l'explication des Pères de l'Eglise, la ressemblance humaine sur le trône de saphir préfigure l'Incarnation du Fils de Dieu de la Très Sainte Vierge Marie, qui est le Trône de Dieu vivant. Les quatre créatures sont des symboles des quatre évangélistes: un homme (St Matthieu), un lion (St Marc), un bœuf (St Luc), et un aigle (St Jean); la roue avec les nombreux yeux est censé suggérer le partage de la lumière avec toutes les nations de la terre. Au cours de cette vision, le saint prophète est tombé sur le sol de la peur, mais la voix de Dieu lui avait ordonné de se lever. Il a été dit que le Seigneur lui envoyait prêcher à la nation d'Israël. Ce était le début du service prophétique d'Ezéchiel.

       Le prophète Ezéchiel annonce au peuple d'Israël, retenu captif dans Baylon, les tribulations qu'elle ferait face pour ne pas rester fidèle à Dieu. Le prophète a également proclamé un meilleur moment pour ses compatriotes, et il prédit leur retour de Babylone, et la restauration du Temple de Jérusalem.

       Il y a deux éléments importants dans la vision du prophète: la vision du temple du Seigneur, plein de gloire (Ez. 44: 1-10) ; et les os de la vallée, à laquelle l'Esprit de Dieu a donné une nouvelle vie (Ez. 37: 1-14). La vision du temple était une préfiguration mystérieuse de la course de l'homme libéré de l'exploitation de l'ennemi et de l'édification de l'Eglise du Christ à travers l'acte rédempteur du Fils de Dieu, incarné de la Très Sainte Mère de Dieu. La description d'Ezéchiel de la porte de fermeture du sanctuaire, à travers lequel le Seigneur Dieu entrerait (Ez. 44: 2), est une prophétie de la Vierge donnant naissance au Christ, tout en restant vierge. La vision des ossements desséchés préfigure la résurrection universelle de la mort, et la nouvelle vie éternelle accordée par le Seigneur Jésus-Christ.

       Le saint prophète Ezéchiel a reçu du Seigneur le don de miraculeuse. Il, comme le Prophète Moïse sépara les eaux de la rivière Kebar, et les Hébreux se dirigea vers la rive opposée, échapper aux poursuivants Chaldéens. Pendant une période de famine le prophète demanda à Dieu pour une augmentation de la nourriture pour les affamés.

        Ezéchiel a été condamné à l'exécution parce qu'il a dénoncé un certain prince hébreu pour l'idolâtrie. Lié à chevaux sauvages, il a été mis en pièces. Pieux Hébreux ramassa le corps déchiré du prophète et enterré sur le terrain Maur, dans le tombeau de Sim et Arthaxad, ancêtres d'Abraham, non loin de Bagdad. La prophétie d'Ézéchiel se trouve dans le livre qui porte son nom, et est incluse dans l'Ancien Testament.

       St Dimitri de Rostov (28 Octobre et 21 Septembre) explique aux croyants les concepts suivants dans le livre du prophète Ezéchiel : si un homme juste se détourne de la justice au péché, il mourra de son péché, et son righteouness ne sera pas mémorisé. Si un pécheur se repent, et garde les commandements de Dieu, il ne mourra pas. Ses anciens péchés ne seront pas tenus contre lui, beause maintenant il suit le chemin de la justice (Ez 03:20; 18: 21-24.).

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 17:15

      Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) prendra la décision de poursuivre le procès contre le chef des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic avant la fin de la semaine, a déclaré mardi le président du TPIY, le juge sud-coréen O-Gon Kwon.

        "La Chambre judiciaire examinera attentivement les positions des parties et rendra une décision sur cette question par écrit d'ici la fin de la semaine", a-t-il déclaré à La Haye lors d'une conférence consacrée à la poursuite du procès. Selon le magistrat, l'audience fixée à mercredi a été annulée.

       M. Karadzic, qui a choisi de se défendre lui-même, affirme qu'il a besoin d'un délai plus long pour prendre connaissance du dossier et préparer sa défense. Le parquet conteste cette position et invite les juges à entamer l'examen de l'affaire au fond et à nommer un avocat d'office pour le prévenu. Au total, 11 chefs d'accusation ont été retenus contre M.Karadzic. Selon les porte-parole du tribunal de La Haye, le procès pourrait durer deux à trois ans.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 17:11

       Les tentatives du président tchèque Vaclav Klaus pour freiner la locomotive de l'intégration européenne ont, semble-t-il, été un échec total. Le chef de « Prazsky Hrad » hait l'Union européenne de toutes les fibres de son âme. Il a même déclaré un jour que l'UE était aussi néfaste que l'Union Soviétique (il n’existe pas de pire insulte pour un tchèque qui a vécu le  printemps 1968).


      Mais Vaclav Klaus n'a plus de prétextes pour continuer à refuser d’apposer sa signature à la nouvelle loi fondamentale de l'Union européenne qu’est le traité de Lisbonne. Lors du récent sommet de l'UE à Bruxelles, le premier ministre intérimaire tchèque Jan Fischer  a juré à ses collègues que, dès que la Cour constitutionnelle de son pays cesserait  de bloquer le traité de Lisbonne, Vaclav Klaus changerait de refrain et accepterait l'"eurooccupation".

       Par contre, le train blindé de l'amitié entre la Russie et l'Union européenne se trouve sur une voie de garage. Dmitri Medvedev a accepté à  contrecoeur  de se rendre au sommet Russie-UE prévu pour le 18 novembre à Stockholm. "Pour la Russie, c'était un choix difficile. Moscou n'était pas certain que ce sommet serait constructif", a déclaré ces jours-ci sans ambages Sergueï Prikhodko, l'assistant du président russe.

        Le maître du Kremlin a expliqué que son scepticisme au sujet du sommet était dû à des propos indélicats tenus par le chef de la diplomatie suédoise à l'adresse de la Russie. Mais il semble qu’il ne s’agisse là que du sommet de l'iceberg. Pour nommer les choses par leurs noms, il faut admettre que la Russie et l'UE n'ont rien à se dire.

      50 ans s'écouleront en novembre prochain depuis le jour où le président français Charles de Gaulle a prononcé son célèbre discours sur "l'Europe de l'Atlantique à l'Oural". En 1959, les chances même du plus riche habitant de l'Oural de passer un week-end à Paris étaient pratiquement nulles. En 2009, cela n'étonne plus personne. Mais, du point de vue politique, la Russie et l'Europe unie sont toujours des planètes différentes.

       Dans les années 90, les hommes politiques de la Russie et de l'UE se consolaient avec des illusions. Ils pensaient qu’ils pourraient vivre dans une parfaite harmonie basée sur les mêmes valeurs. Ca n’a pas marché. En dépit de discours similaires, il s’est avéré que leurs valeurs n’étaient pas seulement différentes mais antithétiques. 

        Bien sûr que la "racine du mal" ne tient pas uniquement dans le fait que nous refusions ou soyons incapables de vivre selon les normes du monde occidental. Les pays membres de l'Union européenne ont peut-être pu trouver un langage commun quant à la nouvelle organisation de l'UE. Mais en ce qui concerne leur politique à l'égard de la Russie, les pays de  l'Europe unie restent comme auparavant désespérément divisés.

       Prenant la parole en juin 2009 lors d'une table ronde à Berlin, le coordinateur de la coopération germano-américaine au ministère des Affaires étrangères de RFA, Karsten Voigt, a cité des chiffres curieux. Selon les sondages, 87% de l'élite allemande évaluaient négativement la politique du Kremlin, mais 61% considéraient Moscou comme un partenaire très important, et 71% étaient certains que le futur gazoduc Nord Stream assurerait la sécurité des livraisons énergétiques.

      Pour les hommes politiques de certains Etats d'Europe de l'Est, ces chiffres sont comme un chiffon rouge pour un taureau. Il semblerait que le souvenir de leur appartenance commune au "camp socialiste" doive s'effacer et progressivement disparaître avec le temps. Mais, pour des raisons plus psychologiques que politiques, c'est le contraire qui se produit. Pour les élites politiques des pays à l'instar de la Pologne, la confrontation avec la Russie est devenue en quelque sorte le vecteur d’une raison d'être nationale.

        Pour trouver un langage commun avec un diplomate ou un homme politique allemand, il suffit de lui dire que les Polonais sont insupportables. Mon expérience le prouve : cela suffit pour faire fondre la glace. Les ambitions et les exigences de Varsovie sont depuis longtemps insupportables non seulement pour nous, mais aussi pour plusieurs de ses alliés en Europe occidentale.

       Mais alors que nous préférons régler publiquement nos désaccords avec nos partenaires au sein de la CEI (Communauté des Etats indépendants), les dirigeants des "vieux" pays de l'UE bougonnent dans leurs barbes, tout en recherchant un compromis. Si insupportables que soient les Polonais, ils seront, malgré tout, plus proches des autres membres de l'Union européennes que nous le sommes.

       Comme le disent les personnages de Jack London, "lorsque les capitaines se disputent, le bateau reste sur place". L'Incapacité de l'UE à élaborer une politique commune à l'égard de la Russie, est parfois à notre avantage. Ainsi, après la guerre russo-géorgienne de l'année dernière, les hommes politiques européens nous ont menacés de punitions terribles, mais, en fin de compte, il n’en a rien été.

        Mais le fait que l'UE ne puisse pas punir la Russie signifie qu’elle n’a pas non plus la possibilité de lui faire du bien. Aujourd'hui, Moscou n'a pas d'autre choix que de miser sur une coopération bilatérale avec certains Etats membres de l'Union européenne. Ce n'est pas une tragédie, mais cela n'inspire pas non plus l’optimisme. On a déjà vu où ça nous mène. 

       A l'époque soviétique, il était la mode à Moscou de rire de l'idée de l'intégration européenne. Un des rares experts à avoir essayé de s'opposer à cette tendance était Donald Maclean, le célèbre espion soviétique, chercheur à l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales.

        Maclean insistait sur l'idée de créer avec l'Europe occidentale un nouveau "centre de force", indépendant de l'"impérialisme américain". Il a déjà, au début des années 70 du siècle dernier, recommandé avec insistance aux instances dirigeantes, de prendre au sérieux le processus d'intégration politique de l'Europe occidentale, et de  renoncer aux idées périmées en continuant à régler les problèmes importants de la politique européenne de manière séparée avec Londres, Paris ou Bonn, sans tenir compte de la tendance à la concertation des politiques étrangères des pays de la CEE" : c'est ainsi que l'historien de l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales Piotr Tcherkassov a récemment commenté le "travail de Sisyphe" de Donald Maclean.

       "Les "instances dirigeantes" n’ont vu dans les recommandations de Donald Maclean que le fruit de son extravagance britannique innée. Mais qui a eu raison en fin de compte? " Les "nains de l'Europe unie" ont avalé sans s'étouffer une bonne partie de nos anciens partenaires de l'organisation du Pacte de Varsovie. 

       Le célèbre espion est décédé en 1983. Mais ses appels demeurent étonnamment actuels. On peut disserter longtemps sur le "déclin de l'Europe" et estimer que l'UE ne s'élargira plus dans un avenir prévisible. Mais, comme on le sait, l'essentiel est de vouloir, et un moyen sera trouvé. Dans 20 à 30 ans, les frontières extérieures de l'Union européenne pourront passer dans la région de Smolensk et de Belgorod.

         Ianoukovitch, Timochenko et Iouchtchenko ne s'entendent presque sur rien, mais ils réagissent tous avec enthousiasme aux mots "intégration européenne". L'élite politique biélorusse y pense également. Tôt ou tard, Alexandre Loukachenko quittera la scène politique et nous pourrons être témoins de l'orientation de Minsk vers l'UE.

       Mais il ne suffit pas de souhaiter adhérer à l'Union européenne. La Turquie a fait tout ce qu’elle a pu pour d'appartenir au club européen. Mais les exigences qui lui ont été avancées étaient difficiles à satisfaire. Mais l'Ukraine et la Biélorussie ne sont pas la Turquie. Ce sont des pays qui ont une culture européenne. Le seul problème est leur retard. Mais il y a 30 à 40 ans, l'Espagne et le Portugal étaient aussi des pays arriérés.

        Le dialogue entre l'Union européenne et la Russie n'est actuellement animé que dans le domaine de l'énergie. D'ailleurs, ce qui se passe ne peut être qualifié de dialogue que par politesse. C'est plutôt un conflit classique entre un acheteur monopoliste et un vendeur monopoliste. Qui plus est, dans ce conflit, nous jouons plutôt le rôle de celui qui se tient sur la défensive. Adoptant le mot d'ordre "vous êtes dangereux et indignes de confiance, nous avons peur de vous", l'UE tente d'immobiliser définitivement l'ours russe et de le priver une fois pour toutes même de la possibilité théorique de dicter ses conditions à l'Europe.

         Le jeu aux tubes et aux contre-tubes est bien entendu passionnant. Pour l'élite russe, c’est devenu une sorte de répétition du "grand jeu" du XIXème    siècle, lorsque la Russie et la Grande-Bretagne rivalisaient d’influence en Asie centrale. Mais, en ne nous occupant que de tubes, nous nous condamnons au rôle de fournisseur de matières premières.

        L’éternelle question russe "que faire?" n'est pas aujourd'hui très actuelle en ce qui concerne  les rapports entre la Russie et l'UE. Les intérêts stratégiques à long terme de la Russie nécessitent d'étroits rapports de partenariat avec l'Union européenne. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons continuer à habiter   une maison commune avec les Ukrainiens et les Biélorusses. C'est le seul moyen de construire une économie moderne sur des bases normales. La nouvelle question russe doit être "comment faire?" Mais, pour l'instant, la réponse n'existe ni à Moscou, ni à Bruxelles, ni nulle part ailleurs.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 17:04
Date de naissance :
3 octobre 1939
Date de coordination :212 alr
23 juillet 1989
Date de vœux :
10 juillet 1989
Jour du nom :
12 septembre
Pays :
Lettonie
Curriculum Vitae :

Né le 3 Octobre 1939 au. District Rudzate Prejlskogo de la Lettonie dans la famille des employés. 


        À la fin, en 1964, de l'Histoire et de Philologie de l'Institut pédagogique de Daugavpils, a travaillé comme professeur de langue et de littérature russes dans les écoles secondaires à Riga.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 17:00

      Le détournement du cargo Arctic Sea capturé par des pirates en mer Baltique et libéré dans l'Atlantique au large du Cap-Vert a aidé la Russie à engager une coopération avec une série de pays dans la lutte contre la piraterie maritime, lit-on dans un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères publié mardi.

       "L'incident survenu à l'Arctic Sea est caractérisé, entre autres, par le nombre des parties impliquées. La plupart d'entre elles ont fait preuve de leur volonté de combattre la piraterie et le brigandage armé en mer et de conjuguer leurs efforts en vue de régler l'incident. Une coopération particulièrement fructueuse a été établie avec la République du Cap-Vert, la Finlande et, bien entendu, Malte", souligne le communiqué.

        Selon la diplomatie russe, les actions conjointes déployées dans les eaux européennes ont montré que les pays concernés étaient en mesure de faire face à la piraterie, ce fléau à la fois nouveau et vieux comme le monde.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 16:57

       La fraction parlementaire du Parti libéral-démocrate de Russie (LDPR) a soumis à la Douma un projet de déclaration invitant les autorités russes à engager des négociations avec la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et le Japon sur le rapatriement de l'or sorti de Russie sur l'ordre de l'amiral Alexandre Koltchak.

Selon le service de presse de la fraction, le projet de déclaration fait état d'une note - rédigée en mai 1946 par les services de sécurité russes - qui cite l'emplacement d'une partie de l'or expatrié.

"La note indique qu'une série de banques japonaises, américaines et britanniques conservent une partie de cet or (environ 500 tonnes). Ainsi, la présence de l'or dans des banques japonaises a été confirmée à maintes reprises par Tokyo", lit-on dans le communiqué du LDPR.

D'après les libéraux-démocrates, le gouvernement soviétique ne pouvait pas exiger le rapatriement de l'or russe sorti du pays, car l'URSS a refusé de reconnaître les engagements financiers contractés par la Russie avant la révolution de 1917.

"La Fédération de Russie s'est déclarée successeur en droits de l'Etat russe et s'est engagée à rembourser ses dettes, ce qui l'autorise à réclamer le retour de l'or transféré à l'étranger en 1919", conclut le communiqué.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article