Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 15:31

 

 

       Le Président ukrainien Viktor Iouchtchenko posant sa candidature pour un deuxième mandat a publié son programme électoral dans lequel les spéculations sur le thème gazier occupent la place principale.

 

        A la veille de la publication du programme Iouchtchenko a longtemps et beaucoup parlé des relations russo-ukrainiennes dans la sphère gazière. De fausses déclarations ont été faites comme par exemple lorsqu’à la première chaîne de télévision biélorusse Iouchtchenko a prétendu que la Russie n’avait pas payé le transit du gaz en destination de l’Europe. En réalité la Russie avait payé le transit jusqu’à 2010. Viktor Iouchtchenko propose de revoir les contrats, notamment sur le prix du gaz pour l’Ukraine qui est déjà inférieur au prix européen de 20 %. Le Président propose également de revoir les volumes de gaz transporté et transité pour l’Europe. Voici les commentaires de Vladimir Jarikhine, vice-directeur de l’Institut des pays de la CEI.

 

        Iouchtchenko aspire à réinstaurer le modèle qui ne plaît ni à la Russie, ni à l’Union Européenne. C'est-à-dire conclure un contrat mais ne pas le respecter. Cette stratégie de Iouchtchenko a déjà amené à la construction des gazoducs « South Stream » et « Nord Stream ». Je pense que les actions de Iouchtchenko ne l’aideront pas à augmenter sa réputation misérable qu’il a non pas au début mais en pleine campagne électorale.

 

         Mais dans ce cas l’intérêt de Iouchtchenko ne réside pas seulement dans la campagne électorale mais aussi dans le secteur d’affaires. La critique des relations gazières russo-ukrainiennes et l’aspiration du Président à réinstaurer les schémas corrompus « enrichissant » grassement certains politiciens. C’est du moins ce que dit Ioulia Timochenko, Premier-ministre ukrainien et rivale de Iouchtchenko dans la course présidentielle.

 

        Le programme de Iouchtchenko diffère de ceux des autres candidats par une quantité très limitée d’engagements. Les experts ont compté un peu plus de trente promesses aux électeurs ce qui est considérablement inférieur que chez ses concurrents. Iouchtchenko met l’accent sur les progrès qu’il a réalisé à son poste. Ceci s’explique par le fiat que la réputation du Président est une des plus basses. Selon les sondages, il est soutenu par environ 4% des électeurs ce qui n’est pas suffisant pour être réélu.

 

        C’est sans doute les mêmes réflexions qui ont poussé le Président à exclure tous les moments irritants de son programme. C'est-à-dire qu’il n’y a pas de proposition de faire entrer l’Ukraine dans l’OTAN, où le Président et son entourage ont voulu entrainer le pays malgré l’opposition de la plupart de la population. En revanche, on séduit les électeurs par les promesses d’intégration européenne. Le but déclaré de Iouchtchenko est de faire entrer le pays dans l’Union européenne. Les auteurs du programme ont laissé gentiment tomber la question qu’est-ce que l’Europe unie en pensait elle-même, de ces plans d’intégration à la Iouchtchenko.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 15:28

Moscou,  17 décembre

 

   185492618.jpg      Le secteur russe de l'énergie pourrait subir des modifications consécutives à la politique climatique, selon le conseiller du président russe Arkadi Dvorkovitch.

        "Les changements climatiques et la politique climatique, ainsi que les modifications connexes, peuvent influer sur la structure énergétique de la Russie et sur le développement du complexe combustible-énergie dans son ensemble", a souligné jeudi Arkadi Dvorkovitch lors d'une conférence de presse à RIA Novosti.

       Selon le conseiller, si le monde suit la voie des réductions, "cela risque de grever en quelque sorte le secteur énergétique russe, la production de pétrole et de gaz et d'autres types de combustible comme le charbon, qui est considéré pour l'instant comme le plus dangereux pour le climat global en raison du volume des rejets de gaz nocifs dépassant celui des autres sources d'énergie".

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 15:25

Washington,  17 décembre

 

  185687776.jpg     Les pays participant aux négociations à Six ont un langage commun sur le  problème nucléaire nord-coréen, a insisté mercredi le représentant spécial américain pour la Corée du Nord Stephen Bosworth. 

        "Je tiens à souligner que pendant mes visites à Séoul, Pékin, Tokyo et Moscou j'ai pu me convaincre que l'union entre les cinq pays était fondamentale pour parvenir à une entente  avec la Corée du Nord", a indiqué M. Bosworth. 

         "Les quatre pays que j'ai visités, tout comme les Etats-Unis, se prononcent pour le maintien des sanctions", a-t-il souligné. 

       La délégation américaine, guidé par Stephen Bosworth a séjourné en décembre 2009 à Pyongyang avant de se rendre à Séoul, Pékin, Tokyo et Moscou. 

       Selon M. Bosworth la question du retour de Pyongyang à la table des  négociations à Six n'a pas été réglée. 

        Lancés en août 2003, les négociations à Six sur le règlement du problème nucléaire dans la péninsule coréenne réunissant les deux Corées, la Chine, le Japon, la Russie et les Etats-Unis, sont suspendues depuis leur échec à Pékin. Le 11 décembre 2008, la Corée du Nord a refusé de se plier aux exigences concernant son programme nucléaire. 

       En dépit des protestations de la communauté internationale, la Corée du Nord a effectué le 25 mai 2009 un test nucléaire souterrain, provoquant un tollé international. Suite à ce tir, le Conseil de sécurité de l'ONU a alourdi le régime de sanctions en vigueur contre Pyongyang et a étendu les mesures d'embargo sur les armements à tous les types d'armes et de matériels connexes, à l'exception des armes légères et de petit calibre.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 15:19

       L’approbation définitive du projet de construction du gazoduc « North Stream », atteint début novembre, n’a pas protégé ce projet contre les critiques de la part des pays qui sont mécontents de l’idée de sa réalisation. Avant tout, cela concerne la Pologne, dont les représentants exigent de placer le gazoduc à deux mètres de profondeur dans le fond de la Baltique. Autrement, les gros pétroliers avec du gaz liquéfié que Varsovie a l’intention d’acheter au Qatar, risquent d’endommager de gazoduc. Les experts estiment que ces prétentions sont douteuses, malgré une raison rationnelle. En plus, écrit le journal « Nezavissimaya Gazeta », le gazoduc pourrait limiter l’accès des bâtiments de guerre de la base navale de l’OTAN déployée en Pologne aux quais.

 

       Ainsi, les protestations de Varsovie contre la construction du gazoduc qui canaliserait le gaz russe en Europe sans passer par l’Ukraine et la Biélorussie prennent des formes réelles.

 

         Naturellemnt, la Pologne serait plus contente de voir se réaliser son propre projet Amber qui passerait depuis la Russie par le territoire des Pays Baltes et de la Pologne. Mais comme ce ne sera pas le cas, il ne lui reste que d’entraver le projet « North Stream ». La réaction de la partie russe à ces déclarations était assez réservée. Les experts russes croient que le gazoduc ne sera enfoncé en profondeur qu’à l’endroit de sa sortie sur le bord ou bien, peut-être, aussi là ou le relief du fond marin est inégal.

 

En général, la conduite du gaz passera en dehors des itinéraires internationaux de navigation.

 

        Pourtant, les experts ne doutent pas que la Pologne ou les autres pays qui ne participent pas au projet « North Stream », fassent des obstacles à sa réalisation.



COMMENTAIRE



         Le chef du département analytique de la compagnie « Aton »Viatcheslav Bounkov évalue les paramètres techniques du « North Stream ».

 

         C’est un des projets les plus modernes, à l’échelle mondiale. Beaucoup de technologies de pointe seront utilisées pendant sa construction. Donc, on ne peut pas dire qu’il y ait des défauts graves dans ce projet. Quant aux prétentions de certains pays, au sujet de l’écologie de la mer Baltique, il n’est pas exclu qu’elles aient des raisons politiques. Je ne suis pas sûr que la mesure proposée par la Pologne : faire enfoncer le gazoduc à la profondeur de deux mètres soit justifiée du point de vue technologique. Les parties devront tomber d’accord car la construction du gazoduc devient toujours plus chère. Les investisseurs ne sont pas intéressés à voir leurs dépenses monter, et la construction de la conduite à une profondeur plus grande nécessite de grosses dépenses.

 

C’était le commentaire du chef du département analytique de la compagnie « Aton »Viatcheslav Bounkov.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:17

       Le journal «Nezavissimaya Gazeta» parle du nouveau round des négociations russo-ukrainiennes à Moscou sur le gaz. Le Premier ministre Vladimir Poutine a consenti à fixer par écrit la diminution de l’achat du gaz russe par la compagnie ukrainienne « Naftogaz » l’année prochaine et l’engagement du « Gazprom » à ne pas introduire des sanctions pour la consommation insuffisante du gaz russe. Bien que les chefs des gouvernements russe et ukrainien aient assuré que les problèmes dans les relations n’existent pas, les experts prévoient des difficultés pendant les négociations au niveau des compagnies gazières.

 

       Le prix du gaz n’est pas encore défini, il sera compté suivant la formule européenne, à la base d’une relation entre les prix du combustible qui remplace le gaz. Les experts ukrainiens notent que quel que soit le prix, il sera critiqué par les opposants politiques du Premier ministre ukrainien, Joulia Timochenko. Il serait naif de croire que Vladimir Poutine ait renoncé aux instruments d’influence sur les voisins dans la sphère gazière. Dans les circonstances d’imprévisibilité de l’élite politique de Kiev et de certains de ses représentants, ce serait très risqué, note le journal «Nezavissimaya Gazeta».



        Pour la première fois depuis juillet dernier, les dépenses réelles de la population, ont enregistré une hausse de presque 4 pour-cent. Selon le journal « Commerçant », les économistes ne voient pas de signal positif dans ce chiffre — à leur avis, il est dû à l’inflation nulle du mois d’octobre et au fait que la population, après avoir réglé les crédits précédents, n’en prend pas de nouveaux. Il est prématuré de parler d’une hausse de revenus. C’est l’effet de la manière de compter, lorsque les revenus sont calculés suivant les dépenses. Au cours du premier trimestre, la baisse des salaires était particulièrement forte, maintenant, on ne peut parler que d’une stabilisation. Le boom des crédits est terminé, le système des crédits est pratiquement fermé. La population ne s’y intéresse plus. Lorsque le marché des crédits se remettra à fonctionner, la situation sera inverse : les revenus seront en retard par rapport à la hausse des salaires. Les économistes auxquels ‘le journal « Commerçant » a posé cette question, notent que vers la fin de l’année, la hausse traditionnelle de consommation et des revenus sera soutenue par des primes. Le redressement du niveau de consommation lorsque le système des primes agira, surtout dans les établissements publics, sera plus marqué dans le dernier trimestre de l’année en cours



       Les contrôleurs des transports en commun de Moscou ne pouurront plus exiger que le voyageur sans billet paye l’amende. Le journal « Vremia Novostei » annonce que désormais, si un contrôleur trouve dans un bus, trolleybus ou tramway un resquilleur, il dervra lui proposer poliment de faire valider son billet ou d’en acheter un au conducteur. En cas de refus de payer ou de partir, le contrôleur ne pourra pas recourir à la force ou autres mesures physiques, écrit le journal « Vremia Novostei ».

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:14

Kaboul, 17 décembre

 

  185687454.jpg     La police a saccagé les studios de la chaîne de télévision privée Nurin à Kaboul dont l'animateur avait accusé certains ministres et députés de corruption, rapporte le correspondant de RIA Novosti.

      Jeudi, dans une émission spéciale, la chaîne a annoncé l'interpellation par la police de l'animateur de l'émission "Bonjour Patrie!" Naderi.

       La veille, des policiers ont fait irruption dans les studios et saccagé des équipements coûteux avant d'emmener M.Naderi qui avait accusé en direct certains membres du gouvernement et députés du parlement de s'être approprié illicitement des terrains dans des quartiers privilégiés de la capitale.

        La chaîne Nurin appartient à Khaji Aref Nuri, habitant de la vallée du Panshir, liés aux groupes parlementaires des anciens mojahedines, en opposition au gouvernement.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:09

Moscou, 16 décembre

 

  185686516.jpg      L'affaire des Géorgiens résidant ou détenus en Ossétie du Sud sera examinée, a annoncé le président sud-ossète Edouard Kokoïty lors d'une rencontre à Tskhinvali avec les défenseurs des droits de l'homme géorgiens.

        "En vertu de la constitution et de la loi sud-ossète, je suis disposé à examiner l'affaire de tous les Géorgiens séjournant sur le territoire de notre pays", a indiqué le président cité par le ministère sud-ossète de la Presse et des Communications.

         "Toutefois, nous demandons que Tbilissi s'emploie, à son tour, à résoudre le problème des Sud-ossètes emprisonnés en Géorgie", a ajouté le chef de l'Etat.

        Le 16 décembre trois défenseurs des droits de l'homme géorgiens se sont rendus à Tskhinvali (capitale sud-ossète) afin de solliciter auprès des autorités locales la libération de deux jeunes géorgiens détenus en novembre en Ossétie du Sud.

       Le 4 novembre 2009, la police sud-ossète a arrêté à Tskhinvali quatre mineurs géorgiens. Les jeunes gens avaient sur eux quatre grenades et des substances explosives. La partie géorgienne a qualifié cette arrestation d'enlèvement.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:06

   7104159-10883609     Non, il ne s’agit pas d’un énièmehoax de la « réacosphère », mais d’un rapport très sérieux du député UMP de l’Yonne, Guillaume Larrivé. Voici ce que déclare ledit député : « Alors qu’environ 60 % de la population carcérale en France, c’est-à-dire 40.000 détenus, peuvent être considérés comme de culture ou de religion musulmane, la radicalisation islamiste est aujourd’hui susceptible de concerner plusieurs centaines de détenus. »


Première information, l’islam est, de loin, la religion la plus représentée dans les prisons françaises.
Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:03

   7113042-10898935.jpg    Suspendu provisoirement du FN au motif que « Ce n'est pas sa religion qui est en question mais il a fait ouvertement du prosélytisme en envoyant une vidéo qui vantait l'islam. Il est sorti de la sphère privée »...


 

       Un élu du Front national en Seine-Saint-Denis, récemment converti à l'islam, a été suspendu par son parti, qui lui reproche d'avoir fait du « prosélytisme » en envoyant une vidéo sur l'islam à des cadres du FN. 
Maxence Buttey, conseiller municipal à Noisy-le-Grand, a été« suspendu provisoirement », a déclaré, samedi 25 octobre, Jordan Bardella, secrétaire départemental du FN en Seine-Saint-Denis, confirmant une information du Parisien. Selon M. Bardella, l'élu a, « par son attitude, dépassé une limite ». 
  

        « Ce n'est pas sa religion qui est en question mais il a fait ouvertement du prosélytisme en envoyant une vidéo qui vantait l'islam. Il est sorti de la sphère privée ».
« L'ISLAM, CE N'EST PAS LE DJIHAD » 
        Élu en mars dernier, 22 ans, dément « fermement » les accusations de son parti et préfère expliquer qu'il a envoyé cette vidéo pour « expliquer » sa conversion. Selon lui, cette vidéo a été adressée à« une dizaine » de cadres lors d'un échange d'emails et présente « des miracles scientifiques », dont certains étaient prédits dans le Coran, affirme-t-il. 
« Face à l'incompréhension sur mon choix, j'ai voulu m'expliquer, montrer une autre image de cette religion. L'islam, ce n'est pas le djihad », explique cet étudiant en droit converti depuis le mois de juillet, reconnaissant toutefois avoir fait « un mauvais choix » en diffusant cette vidéo. « Il a eu un comportement prosélyte dans l'enceinte du parti », a jugé samedi le vice-président du Front national, Florian Philippot, lors d'un déplacement au Blanc-Mesnil consacré à la politique du Front national dans le 93. 
>« Sa religion n'est pas l'affaire du parti car nous défendons la laïcité. Mais là, on a quitté le domaine de la conviction personnelle et de la foi. Un parti politique n'est pas le lieu pour cela », a-t-il poursuivi. Une « commission des conflits » se réunira fin novembre pour « faire la transparence »
Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:00

   7085329-10847756    Fini le soutien aux familles nombreuses françaises...La machine socialiste à détruire la famille encore une fois à la manœuvre...


       A partir de juillet 2015, les allocations familiales de base seront divisées par deux à partir de 6.000 euros de revenus mensuels pour un foyer avec deux enfants... L'Assemblée nationale a voté vendredi soir la modulation des allocations familiales pour les revenus élevés, dans le cadre du projet de budget de la Sécurité sociale, malgré la contestation de l'opposition, du Front de gauche et de certains députés de la majorité. 
Avec l'aval du gouvernement, les députés ont adopté des amendements socialistes qui prévoient qu'à partir de juillet 2015, les allocations familiales de base seront divisées par deux (à 65 euros environ) à partir de 6.000 euros de revenus mensuels pour un foyer avec deux enfants, et par quatre (à 32 euros environ) à partir de 8.000 euros de revenus. Ces seuils augmenteront de 500 euros par enfant supplémentaire. 
400 millions d'euros d'économie dès 2015 
«Justice sociale et universalité! Un beau travail avec le groupe SRC» (socialiste), a salué dans un tweet le Premier ministre Manuel Valls. 
Adoption à l'Assemblée de la modulation des allocations familiales: justice sociale et universalité ! Un beau travail avec le groupe SRC. MV 
— Manuel Valls (@manuelvalls) October 24, 2014 
Cette réforme, lâchée la semaine dernière par François Hollande à des députés socialistes soucieux d'éviter d'autres coupes dans la branche famille, doit permettre de réaliser 800 millions d'euros d'économies en année pleine et 400 millions d'euros dès 2015. 
Pour éviter que des familles aux revenus très proches soient traitées différemment, les députés ont aussi voté un sous-amendement du gouvernement prévoyant un mécanisme de lissage. Ainsi tout euro gagné au-dessus des seuils de revenus fixés entraînera la réduction des allocations d'un euro. Un foyer avec deux enfants et des revenus de 6.010 euros verra par exemple ses allocations non pas divisées mais réduites de 10 euros
Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article