Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 22:33

Smolensk, 7 avril

 

    186417404-copie-1.jpg      Le premier ministre russe Vladimir Poutine a cité mercredi les responsables de la tragédie de Katyn, parmi lesquels figurent la direction du NKVD, dont Lavrenti Beria, ainsi que la direction politique de l'URSS à l'époque.

"Ce sont les dirigeants des services de sécurité de l'époque, le NKVD, dont Beria, et la direction politique, mais pour ce qui est des exécutants concrets, pensez-vous que je les connais tous par cœur? (…) Nous avons remis les documents à la partie polonaise, un million de pages", a-t-il dit.

Plus de 20.000 officiers, policiers et civils polonais ont été fusillés en 1940 à Katyn par le NKVD, l'ancêtre du KGB. L'URSS a longtemps affirmé que le massacre était l'œuvre de l'occupant nazi. Ce thème a porté atteinte aux relations russo-polonaises, Varsovie exigeant que les archives russes concernant le crime soient déclassifiées.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 21:54

 thumb.small.images344.jpg      Certains laboratoires pharmaceutiques n'ont pas perdu d'argent...eux...

La campagne de prévention contre la grippe A/H1N1 a dépassé les 660 millions d'euros, soit plus de 110 euros par personne vaccinée, un coût "excessivement élevé", juge la Cour des comptes qui, dans son rapport publié jeudi, déplore de mauvaises négociations avec les laboratoires pharmaceutiques et une organisation dispendieuse de la campagne de vaccination.

La Cour chiffre cette campagne à 662,6 millions d'euros, dont 382,7 millions pour les vaccins. Or, seulement 5,9 millions de doses ont été effectivement utilisées et 20 millions d'autres sont en train de se périmer. "Leur coût unitaire ressort en définitive à 61 euros hors taxes, pour un prix moyen de la dose livrée de 7,2 euros hors taxes".

Les Français ont été très réticents à se faire vacciner, rappelle la Cour. Moins de 5,4 millions d'entre eux se sont fait immuniser (certains ont reçu deux doses), ce qui représente à peine 8,5% de la population.

La Cour ne reproche pas au gouvernement d'avoir commandé 94 millions de doses pour 65 millions d'habitants. Les autres pays qui en avaient les moyens ont adopté des stratégies de précaution similaires, "bien que moins ambitieuses".

Elle estime en revanche que les contrats d'acquisition de vaccins ont été "mal négociés".

En juillet et août 2009, l'Etat a commandé 28 millions de doses à Sanofi-Pasteur et 16 millions à Novartis (par des avenants aux contrats passés avec ces deux laboratoires en 2005 contre la grippe aviaire), ainsi que 50 millions à GSK (GlaxoSmithKline).

Comme Matignon avait fixé dès début juillet un objectif de quantité de vaccins à acheter, les pouvoirs publics se sont placés dans une "position défavorable de négociation", une "position de dépendance vis-à-vis des fournisseurs", note le rapport.

Le gouvernement n'a pas fait valoir les économies d'échelle liées aux grandes quantités commandées, acceptant de payer (par dose, hors taxes) 6,25 euros à Sanofi-Pasteur, 9,34 euros à Novartis et 7e euros à GSK.

Par ailleurs, l'Etat a signé des contrats n'incluant aucune clause prévoyant les conditions dans lesquelles une partie de ces commandes fermes pouvait être annulée. Pourtant, "des dispositions de ce type figurent dans les contrats conclus par plusieurs pays étrangers (Espagne notamment)", relève la Cour.

En outre, "les producteurs ont obtenu de ne prendre aucun engagement sur les délais de livraison, les contrats ne faisant apparaître que des calendriers purement indicatifs et ne comportant aucune pénalité de retard".

Enfin, les pouvoirs publics n'ont émis "aucune exigence" concernant le mode de conditionnement des vaccins. Les laboratoires les ont ainsi livrés essentiellement en multidoses, ce qui a causé un "important gaspillage", même dans les centres de vaccination.

En novembre 2009, il a été établi que seule une dose par personne était nécessaire, et non deux. En janvier 2010, la France a dénoncé unilatéralement une partie de ses contrats, indemnisant ses trois fournisseurs à 16% de la valeur des commandes annulées, soit 48,5 millions d'euros. Cela a tout de même "permis d'économiser 329,3 millions d'euros toutes taxes comprises par rapport aux contrats initiaux", reconnaît la Cour.

Sur l'organisation concrète de la prévention, elle considère que "la stratégie de vaccination s'est appuyée trop exclusivement sur des centres ad hoc", alors même que de nombreux hôpitaux auraient pu être mobilisés.

La Cour juge le système des bons de vaccination "trop sophistiqué" et "peu efficace". Des bons ont été acheminés, en retard, en double, ou pas du tout.

Elle dénonce également un "gaspillage de ressources humaines" dans les 1.168 centres de vaccination où la campagne générale (qui ne ciblait pas les publics spécifiques) s'est déroulée du 12 novembre 2009 au 30 janvier 2010. Chaque jour étaient mobilisés 25.000 infirmiers et 8.000 médecins. Or les centres étaient peu fréquentés en début et en fin de campagne vaccinale, alors que pendant trois semaines à partir de fin novembre ils ont connu une telle affluence que de "longues files d'attente" sont apparues.

A ce titre, la Cour évoque une "disproportion majeure" des moyens déployés: des chaînes de vaccination ont fonctionné "à vide" en mobilisant du personnel "inutilement". Si les centres avaient tourné à plein régime, chaque acte de vaccination (hors achat du vaccin) aurait coûté 5,5 euros. En réalité, chaque injection est revenue à 41,7 euros (hors coût du vaccin).

Sur les 94 millions de doses de vaccins initialement commandées, 50 millions de doses ont été annulées, 12,4 millions ont été vendues à l'étranger (au Qatar, notamment) ou données à l'OMS (Organisation mondiale de la santé), 5,9 millions ont été utilisées en France, plus de 2 millions ont été "gaspillées ou perdues" et 700.000 étaient "inutilisables". Reste un stock de 20 millions de doses qui arriveront à expiration d'ici novembre 2011. AP

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 21:49

 thumb.small.marseille_hotels_17.jpg       Faible productivité, irrégularités de rémunération, conflits sociaux... La Cour des comptes épingle la gestion du port de Marseille, dans son rapport annuel publié jeudi.

Les magistrats estiment en préambule que "les conflits sociaux, qui minent le port, dégradent sa fiabilité, indicateur essentiel pour les armateurs".

Le GPMM (Grand port maritime de Marseille) se situe "dans la moyenne de ses concurrents" en ce qui concerne les coûts de manutention, mais la productivité dans ce domaine "est inférieure à celle des autres ports européens", à l'exception des ports italiens de La Spezia et Gênes, note d'abord la cour.

"Le temps de conduite effectif d'un portiqueur est de 3h30 par jour à Fos et de 3h à Marseille. La durée hebdomadaire, compte tenu des absences et de la règle dite du 'fini-parti', s'établit à 14h et 12h, respectivement à Fos et Marseille", souligne le rapport, épinglant notamment "les irrégularités de la rémunération" des salariés du port.

"Alors que les conducteurs d'engins appartiennent au personnel du port et sont payés par lui, ils perçoivent, par ailleurs, des rémunérations additionnelles des entreprises de manutention, pour adapter leur travail aux besoins de celles-ci", constatent les magistrats. "Ces 'gratifications' sont illégales (...) Elles pourraient s'élever jusqu'à 1.300 euros par mois, de sorte qu'un portiqueur est susceptible de gagner mensuellement entre 3.500 et 4.500 euros nets".

En outre, la Cour souligne que la masse salariale, qui devait progresser de 12% entre 2004 et 2008, a en réalité augmenté de "près de 18,5%".

"La rémunération moyenne du personnel en place a enregistré des hausses significatives, supérieures à 3% par an depuis 2005", de sorte que le salaire mensuel moyen net s'élève à 2.717 euros, selon le rapport.

Au salaire de base, s'ajoutent par ailleurs "132 primes, indemnités et allocations diverses, qui représentent 41% des rémunérations". "Aucune véritable remise à plat de ce système de rémunérations n'a jamais eu lieu", déplore la Cour.

Les magistrats insistent aussi sur le manque de "rigueur" dans la gestion des heures supplémentaires. "Entre 2006 et 2008, alors que l'effectif moyen demeure quasi constant, le nombre d'heures travaillées diminue de plus de 4%. En revanche, celui des heures supplémentaires s'accroît de plus de 21%. Dans cette période, le trafic a pourtant sensiblement baissé et de nombreux mouvements sociaux sont intervenus".

La Cour montre par ailleurs du doigt le "laxisme dans la gestion des dépenses d'action sociale", qui affichent "un ratio de 2.841 euros par agent, soit vingt fois plus qu'à Rouen, Nantes ou au Havre".

Enfin, elle regrette la "très difficile mise en oeuvre de la réforme portuaire" de 2008.

"Il manque au port de Marseille que s'y applique l'état de droit normal, où chacun tient son rôle dans le dialogue économique et social, mais où les limites du débat démocratique ne sont pas franchies", souligne le rapport en conclusion. AP

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 21:43

 thumb.small.images343.jpg        Un Franco-Algérien de 17 ans, connu des services de police français, est soupçonné d'avoir poignardé sur un parking un jeune qui tentait de l'empêcher de voler.

Un mineur de 17 ans, soupçonné d'avoir tué un étudiant qui tentait de l'empêcher de commettre un vol en janvier dernier à Montpellier, a été arrêté il y a une quinzaine de jours en Algérie, révèlent mardi des sources proches du dossier.«Le suspect a la double nationalité franco-algérienne. Il est connu des services de police français pour avoir commis divers délits, tel que des violences, des dégradations et des infractions aux stupéfiants», explique Gilles Soulié, commissaire divisionnaire à la police judiciaire de Montpellier. A ce jour, l'adolescent se trouve toujours en Algérie.

Mardi, sept de ses proches ont été placés en garde à vue à Montpellier après une opération de police dans la cité du Petit Bar, un quartier populaire de la ville où le suspect s'était enfui après le drame. Les enquêteurs tentent de déterminer d'éventuelles complicités qui auraient permis à l'agresseur présumé de se cacher et de gagner l'étranger. «Des membres de la famille et des relations amicales du suspect ont été arrêtés. Même s'ils n'ont pas participé aux faits, ils en ont eu certainement connaissance. Le suspect a pu leur en parler», précise Gilles Soulié.

Un coup de couteau mortel

Dans la nuit du 2 au 3 janvier, un père de famille et son fils, un étudiant de 24 ans en master d'histoire, surprennent depuis la fenêtre de leur appartement un rôdeur sur le parking de leur résidence. Ils décident alors de descendre pour empêcher l'homme de voler dans des voitures. Le père parvient à saisir le suspect mais il est frappé d'un coup de couteau. Grièvement blessé, il s'effondre tandis que l'agresseur prend la fuite. Le fils court alors derrière le fuyard qui se retourne et lui assène à son tour un coup de couteau fatal, en plein cur. Le suspect se dérobe en direction du quartier du Petit Bar, situé à proximit

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 21:14

Bichkek, 7 avril

 

  186417335-copie-1.jpg       Le gouvernement kirghiz a démissionné, le président Kourmanbek Bakiev a quitté la capitale Bichkek, a déclaré mercredi un leader du Mouvement populaire unifié (opposition), Temir Sariev. "Nous sommes entrés au siège du gouvernement pour lancer des négociations. (Le premier ministre) Oussenov a signé un acte de démission du gouvernement (...). M.Bakiev a quitté la Maison blanche (siège du gouvernement) et la ville de Bichkek", a indiqué M.Sariev devant les journalistes russes. Une source au sein de l'entourage de M.Bakiev a annoncé plus tôt dans la soirée que le président se trouvait au siège du gouvernement. M.Sariev a confirmé que le gouvernement de confiance populaire formé par l'opposition était dirigé par l'ancienne ministre kirghize des Affaires étrangères Roza Otounbaïeva. Des heurts entre le pouvoir et des manifestants de l'opposition ont déjà fait 40 morts et quelque 400 blessés dans la capitale Bichkek, selon le ministère de la Santé. Les troubles qui ont éclaté mardi à Talas (nord-ouest du Kirghizstan) se sont étendus mercredi à plusieurs régions du pays. Le président Kourmanbek Bakiev a décrété le couvre-feu, et la protection de la frontière a été renforcée.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:16

    2986932121_2_3_prUlMDZp.jpg      Saint Théophylacte vécu à Constantinople au VIIIe siècle à l'époque de l'hérésie iconoclaste. Après la mort de l'Empereur iconoclaste Léon IV, le Khazar (775-780), l'Empereur Constantin VI (780-797) monta sur le trône. Dans le même temps, le saint Patriarche Paul (30 août), n'a pas eu la force de continuer à guider le troupeau en face de l'iconoclasme, et a volontairement démissionné de son poste (784). St Tarasius (25 Février) a été choisi à sa place. A cette époque, il était un conseiller éminent impérial. Sous la supervision du nouveau Patriarche le septième Concile œcuménique (787) a été convoqué pour condamner l'hérésie iconoclaste. Un laps de temps relativement pacifiques a commencé pour l'Eglise, et les monastères ont de nouveau commencés à se remplir avec les moines.

         St Théophylacte, un disciple doué de St Tarasius, avec la bénédiction du Patriarche, est allé dans un Monastère sur la côte de la mer Noire de St Michael (23 mai). Les ascètes zélés par leurs travaux qui plaît à Dieu et la prière intense ont reçus le don miraculeux de Dieu. Lors d'une sécheresse, lorsque les travailleurs dans le domaine ont été affaiblis par la soif, les saints priaient et un vase vide se remplit avec de l'eau suffisante pour durer toute la journée.

          Après plusieurs années dans le Monastère, ils étaient tous deux consacrés comme évêques par le Patriarche Taraise. St Michaël a été Evêque de Synada, et St Théophylacte a été nommé Evêque de Nicomédie.

          Intitulé de l'Église de Nicomédie, St Théophylacte s'est soigné pour le troupeau qui lui est confiée. Il construisit des églises, hospices, maisons de vagabonds, il a généreusement distribué des aumônes, était le gardien des orphelins, des veuves et les malades, et a personnellement assisté ces malades de la lèpre, n'hésitant pas à se laver les plaies.

           Lorsque l'iconoclaste Léon l'Arménien (813-820) monta sur le trône impérial, l'éclatement de l'hérésie terrible de suite avec une force renouvelée.

          Mais l'empereur iconoclaste n'a pas été en mesure d'influencer St Nicéphore (2 Juin), le successeur du patriarche Taraise, qui, avec les autres évêques vainement exhorté Leo de ne pas détruire la paix de l'Eglise. St Théophylacte était présent lors des négociations de l'empereur avec le Patriarche. Dénonçant les hérétiques, St Théophylacte prédit une mort prochaine pour Léon l'Arménien. Pour sa prophétie du saint gras a été envoyé en exil à la forteresse Strobil (en Asie Mineure). Il languit pendant trente ans jusqu'à sa mort, qui a eu lieu autour de la 845 années.

          Après la restauration de l'icône de-la vénération de l'année 847 en vertu de l'impératrice Ste. Théodora (11 Février) et son fils Michel, les saintes reliques de saint Théophylacte ont été retournés à Nicomédie.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:13

    2986684307_2_3_tBu9NIZW-copie-1.jpg      Les hieromartyrs Capiton, Eugene, Basile, Ephraïm, Elpidius, Agathodorus et Aetherius porté l'Évangile du Christ dans la région du Nord de la mer Noire par le Danube à la Dniepr, y compris la Crimée. Ils ont été des évêques de Cherson à des moments différents au cours du quatrième siècle, et ils ont scellé leur activité apostolique par le martyre. Seuls Aetherius mourut en paix.


           L'Empereur Constantin a envoyé le saint Evêque Capiton à Cherson pour remplacer St Aetherius. Les chrétiens l'ont rencontré avec joie, mais les païens ont exigés un signe du nouvel Evêque, afin qu'ils croient dans le Dieu qu'il prêchait. Mise en place tout son espoir dans le Seigneur, St Capiton mis sur son omophorion et entra dans une fournaise ardente. Il a prié dans le feu pendant environ une heure, et émergé de ce sains et saufs. "Est-feu lier n'importe qui dans sa poitrine, et ne pas brûler ses vêtements?" Salomon demande (Prov. 6:27). St Capiton effectué des charbons ardents dans sa phelonion, pourtant, ni son corps ni ses vêtements ont été brûlés. Beaucoup de croyants ont ensuite été convaincu de la puissance du Dieu chrétien.

          Ce miracle et la grande Foi de St Capiton ont été signalés à St Constantin et les saints pères du premier Concile œcuménique (325), et ils ont tous glorifiés Dieu.

          Après plusieurs années St Capiton se rendit à Constantinople sur les entreprises, mais le navire a rencontré une tempête à l'embouchure de la rivière Dniepr. La population locale (les païens) ont saisi le navire et se sont noyés tous ceux à bord, y compris St Capiton. Bien que cela s'est produit le 21 Décembre, St Capiton est commémoré avec les autres hieromartyrs de Cherson sur Mars 7.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:12

    2986683255_2_3_46DsahcA.jpg      Les Hieromartyrs Ephraïm, Basile, Eugene, Elpidius, Agathodorus, Aetherius, et Capiton porté l'Évangile du Christ dans la région du Nord de la mer Noire par le Danube à la Dniepr, y compris la Crimée. Ils ont été des évêques de Cherson à des moments différents au cours du quatrième siècle, et ils ont scellé leur activité apostolique avec Aetherius martyrdom.Only mourut en paix.

          Au début du quatrième siècle un Evêque a été établi à Cherson. Ce fut une période critique où Cherson a servi de base pour les armées romaines qui ne cessent de traverser la région. Pendant le règne de Dioclétien (284-305), le Patriarche de Jérusalem a envoyé de nombreux évêques prêcher l'Evangile dans les terres différentes. Deux d'entre eux, Ephraim et Basilic, sont arrivés à Cherson et ont plantés la Parole de Dieu là-bas.

 

        Plus tard, St Ephraïm est allé aux peuples vivant le long du Danube, où il a subi bien des tribulations et des peines. Il a été décapité au début de la persécution.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 22:19

Smolensk, 7 avril

 

  186417085.jpg       La Russie n'a plus rien à cacher sur les crimes commis à Katyn pendant la Seconde guerre mondiale, a déclaré mercredi le premier ministre russe Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue polonais Donald Tusk à Smolensk.

"Rien n'empêche maintenant de connaître la vérité sur ces événements", a indiqué M.Poutine à l'issue d'une cérémonie en mémoire de plus de 20.000 officiers, policiers et civils polonais fusillés en 1940 à Katyn, près de Smolensk, par le NKVD, la police politique soviétique.

L'URSS a longtemps affirmé que le massacre était l'œuvre des occupants nazis. Certains hommes politiques polonais considèrent toujours que la Russie n'a pas déclassifié tous les documents relatifs à cette tragédie.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 21:58

   couverturecequetaitunroidefrance.jpg      A travers cette première brochure de F.F.Brentano, nous retrouvons le caractère responsable et indépendant (absolu en latin) des rois de France. Au fil des pages, nous découvrons, tout l'attachement du roi, au bien du royaume et au moindre de ses sujets. On y retrouve le sens éminemment populaire de la monarchie. Lisez, vous ouvrirez les yeux, sur les mensonges de la république. Le roi Louis XVI, termine le livret, par une succession de réformes hardies, justifiant le projet, à l'époque, de sa statue, en face de celle d'Henri IV, sur le Pont Neuf...

A commander sur le site de la manufacture royale pour 3,5 Euros :

www.manufroyale.canalblog.com

Partager cet article
Repost0