Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 19:44

Le défilé solennel consacré au 68e anniversaire de la parade militaire de 1941 se déroule sur la Place rouge à Moscou, annonce samedi le correspondant de RIA Novosti sur place.

Le 7 novembre 1941, le jour du 24e anniversaire de la révolution d'Octobre, le gouvernement soviétique a décidé d'organiser un défilé militaire malgré le fait que Moscou se trouvait assiégée par les troupes nazies. C'était justement cette date qu'Hitler avait choisi pour essayer de s'emparer définitivement de Moscou et d'organiser une marche solennelle de ses troupes sur la Place rouge. Mais il n'en fut rien, c'était des soldats soviétiques qui, après avoir traversé la Place rouge, partaient directement au front qui se trouvait seulement à une distance de quelques kilomètres.
Aussi, le défilé militaire des soldats soviétiques est-il considéré par les historiens comme une étape psychologiquement très importante de l'histoire de la Grande guerre patriotique de 1941-1945.

Aujourd'hui, ce sont les jeunes qui marchent sur la Place rouge, plus de 4.000 membres de diverses associations paramilitaires prenant part au défilé.
Des élèves-officiers, vêtus en uniforme de 1941, défilent aussi sur la Place rouge. Le défilé se termine par le passage de blindés: deux chars T-34, chars légendaires de la Grande guerre patriotique de 1941-45, passeront sur la Place rouge.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 19:39

Les affirmations des médias, selon lesquelles le ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski aurait appelé Washington à déployer ses troupes en Pologne pour protéger le pays contre une agression russe, ne correspondent pas à la réalité, a déclaré vendredi à RIA Novosti le porte-parole de la diplomatie polonaise Piotr Paszkowski.

"Il s'agit sans doute d'une manipulation intentionnelle", a-t-il affirmé. "Le procès-verbal de la conférence de Washington permettrait d'établir facilement si Radoslaw Sikorski a réellement prononcé ces paroles", a-t-il affirmé.

Le diplomate a souligné que Varsovie exigerait de la part des médias concernés "un démenti rapide et résolu", car cette information "avait provoqué une réaction lourde de conséquences" de la part de Moscou.

Commentant les déclarations de M.Sikorski parues dans la presse polonaise, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a déclaré qu'il était étonné par les propos de son homologue polonais et voulait s'assurer qu'il les avait réellement tenus.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 18:03

  2-copie-1.JPG     Le Saint Monastère de la Dormition Staritskiy, l'un des plus anciens monastères du diocèse de Tver, situé sur la rive droite de la Volga, dans la partie dite de Moscou de Starica, légèrement au-dessus de l'embouchure de la rivière supérieure Starica, un affluent de la Volga sur le côté opposé du monastère. 


        Les racines du monastère de la Dormition Staritskaya se trouvent à Kiev-Petchersk. Le pomyannik du Monastère de l'Assomption lit comme suit :

"... En 1110, est venu à l'appareil de la Vieille Forêt deux moines des Grottes de Kiev Trifon et Nicandre et ont commencé à y vivre et d'enseigner la parole de Dieu à qui vient à eux."

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 17:48

 

http://cdn2.img.fr.sputniknews.com/images/18546/99/185469997.jpg

      Le 5 novembre les forces de l'ordre ont annoncé que les assassinats de l'avocat Stanislav Markelov et de la journaliste de Novaïa Gazeta Anastassia Babourova avaient été élucidés.

 

185469861.jpg

       Les assassins présumés sont Evguenia Khassis, 24 ans, et Nikita Tikhonov, 29 ans. Ils ont été arrêtés. Sur la photo : Nikita Tikhonov (le deuxième à droite) et Evguenia Khassis (la deuxième à gauche) dans le bâtiment du tribunal intermunicipal Basmanny de Moscou.

 

185470035.jpg

      Les vacances ont été prolongées dans toutes les écoles de Moscou. Selon les dernières données du ministère russe de la Santé et du Développement social, le nombre de cas mortels dus à la grippe A/H1N1 a atteint 14 dans le pays, 3.122 personnes étant contaminées.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 17:42

       Les Etats-Unis prônent le renforcement des relations avec la Russie, mais ne transigeront sur aucun de leurs principes, a annoncé le sous-secrétaire d'Etat américain Philip Gordon.

"Nos divergences ne doivent pas freiner notre travail commun", a-t-il annoncé.

      Il a signalé que la secrétaire d'Etat américaine, lors de sa visite à Moscou, avait mentionné les désaccords entre les deux pays sur l'élargissement de l'OTAN, sur la Géorgie ainsi que sur les droits de l'homme. Ph.Gordon a noté que Washington restait fidèle à ses principes.

       "Tout en insistant sur la consolidation des relations avec la Russie, nous n'envisageons pas de reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud", a-t-il déclaré, avant d'ajouter que ces pays étaient libres de choisir leurs partenaires stratégiques et de définir leur propre avenir.

        En outre, il a rappelé que les relations entre les deux Etats se développaient avec succès. Le huitième round des négociations russo-américaines sur le traité START se tiendra prochainement et, en outre, les deux Etats ont convenu de créer une commission commune chargée de  la consolidation des relations bilatérales.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 17:37

       L'inspection de la deuxième usine iranienne d'enrichissement d'uranium près de la ville de Qom (100 km au Sud de Téhéran) ne justifie pas les craintes de la communauté internationales, rapportent vendredi les médias européens, se référant à Mohamed ElBaradei, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

      "Au cours de la première inspection de l'usine (iranienne) d'enrichissement d'uranium Fordo, située non loin de la ville de Qom, les inspecteurs de l'AIEA n'ont rien découvert de suspect", a indiqué ElBaradei.

      Les inspecteurs devaient comparer les informations fournies par Téhéran sur ce site dans une région montagneuse avec la réalité sur le terrain.

      Au cours de la rencontre qui a réuni le 21 octobre dernier à Vienne les représentants de l'Iran, de la France, de la Russie et des Etats-Unis, l'AIEA a formulé une série de propositions portant sur l'enrichissement d'uranium iranien à l'étranger.

       Le fait que Téhéran n'ait signalé ce site à l'AIEA que le 21 septembre a relancé les soupçons des pays occidentaux sur la nature réelle du programme nucléaire iranien: purement civil, comme l'affirme le régime islamique, ou visant la fabrication d'une bombe atomique, comme le craignent les Occidentaux.

       Les Etats-Unis et plusieurs autres pays soupçonnent notamment l'Iran de développer en secret un programme nucléaire militaire. Téhéran, qui rejette ces assertions, soutient que son programme nucléaire vise à subvenir aux besoins iraniens en électricité.

Le 23 octobre, Moscou, Paris et Washington ont fait savoir qu'ils approuvaient les propositions de l'AIEA.

       Un peu plus tard, l'Agence a déclaré avoir reçu la "réponse préliminaire" de l'Iran. Cependant, le 30 octobre, l'agence iranienne IRNA a annoncé, citant une source anonyme au sein des autorités du pays, que le message transmis par Téhéran "ne contenait aucune réponse" aux propositions de l'AIEA.

Selon la source, l'Iran exposera plus tard "son point de vue" sur les propositions de l'Agence.

       Elles prévoient notamment l'utilisation de 1.200 kilos d'uranium faiblement enrichi provenant du site iranien de Natanz en qualité de matière première pour la fabrication de combustible.

       Cet uranium sera envoyé en Russie pour subir un enrichissement supplémentaire avant d'être réexpédié en France qui en fabriquera des barres de combustible. La nécessité d'associer Paris à ce projet tient au fait que le réacteur de Téhéran a été construit par des spécialistes argentins selon une technologie française, et il utilise un type de combustible nucléaire dont la production n'est actuellement possible qu'en France.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 16:29

       La journaliste du quotidien d'opposition Novaïa gazeta Anastassia Babourova est la victime occasionnelle de Nikita Tikhonov qui a avoué avoir assassiné l'avocat Stanislav Markelov, a déclaré vendredi au micro de la radio Echo de Moscou l'avocat de l'accusé Evguéni Skripelev.

        Après avoir souligné que son client regrettait d'avoir commis ce double meurtre, Me Skripelev a affirmé: "Il n'avait pas l'intention de la tuer".

       L'avocat a également démenti les assertions selon lesquelles Mlle Babourova a été assassinée en tentant de neutraliser le criminel. "Il n'en est rien. Tout simplement les choses se sont produites ainsi", a-t-il estimé.

      L'avocat Stanislav Markelov, connu pour sa participation à une série d'affaires retentissantes, a été abattu par balles en plein centre de Moscou le 19 janvier 2009. La journaliste Anastassia Babourova, qui l'accompagnait, a été tuée en même temps que lui.

       Le directeur du Service fédéral de sécurité (FSB) Alexandre Bortnikov a déclaré jeudi lors d'une rencontre avec le président Dmitri Medvedev que l'assassin présumé de M.Markelov et de Mlle Babourova avait plaidé coupable.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 16:20

  7254670-11146497.jpg    Les "interrogatoires poussés" menés par la CIA après les attentats du 11 septembre 2001 ont été bien plus brutaux que l'agence centrale du renseignement ne l'a admis et, contrairement à ses affirmations, n'ont pas permis d'obtenir d'informations de nature à déjouer des menaces, selon un rapport de la commission sénatoriale du Renseignement diffusé mardi.


 
        Le rapport, rendu public par les membres démocrates de la commission, accuse la CIA d'avoir trompé la Maison blanche, le Congrès et l'opinion publique sur l'efficacité de même que sur les méthodes employées dans ce programme s'inscrivant dans le cadre de la "guerre contre le terrorisme" déclenchée par George W. Bush.

Dans un communiqué, Barack Obama déclare que ce document renforce son opinion sur ces techniques d'interrogatoire qui, dit-il, "non seulement sont contraires aux valeurs de notre nation mais ne servent pas davantage nos efforts contre le terrorisme ni les intérêts de notre sécurité nationale". 
En outre, ajoute le successeur de George W. Bush à la Maison blanche, ces méthodes ont considérablement nui à l'image des Etats-Unis et ont compliqué leurs relations avec leurs alliés et partenaires. 
"C'est pourquoi je continuerai de me prévaloir de mon autorité de président pour faire en sorte que nous n'employions plus jamais ces méthodes", dit-il. 
  

        Le rapport retrace l'histoire du programme "Rendition, Detention and Interrogation" ("Extradition, détention et interrogatoires") autorisé par George W. Bush en plein traumatisme provoqué par le 11-Septembre et mis en oeuvre entre 2002 et 2006. 
  

       "C'est précisément dans ces périodes de crise nationale que notre gouvernement doit être guidé par les leçons de notre histoire et soumettre des décisions à des examens internes et externes. Au contraire, des membres de la CIA, aidés par deux sous-traitants extérieurs, ont décidé de lancer un programme de détention secrète illimitée et de recourir à des techniques d'interrogatoire brutales en violation de la loi américaine, des obligations des traités et de nos valeurs", écrit la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, présidente de la commission sénatoriale, dans son avant-propos. 
DISSIMULATION 
La commission, qui a examiné 6,3 millions de pages de documents, assure que la CIA n'aurait jamais informé pleinement Bush et ses conseillers des techniques d'interrogatoire utilisées dans ses installations et prisons secrètes situées dans plusieurs pays dont l'Afghanistan, la Pologne et la Roumanie. 
Pour la commission, l'agence de Langley aurait menti en affirmant qu'Oussama ben Laden avait été en partie localisé au Pakistan grâce à des informations recueillies dans le cadre de ce programme. 
Au contraire, dans bien des cas, ces interrogatoires poussés ont produit de faux renseignements, fabriqués par les détenus, affirme le rapport qui cite notamment une information erronée au sujet d'une prétendue campagne de recrutement menée par Al Qaïda auprès de la communauté afro-américaine. 
Parmi les exemples spécifiques de brutalités commises par les agents de la CIA, le rapport décrit la mort par hypothermie en novembre 2002 d'un détenu enchaîné au sol d'une des prisons secrètes de la CIA. Il est également fait état de détenus privés de sommeil pendant 180 heures d'affilée, les mains enchaînées au-dessus de la tête. 
Un des centres secrets de la CIA, dont la localisation n'est pas spécifiée, est décrit comme un "donjon" où les détenus étaient confinés dans une obscurité totale dans des cellules isolées, constamment enchaînés et exposées à de la musique ou à des sons à très fort volume. 
Le rapport explique également comment Abou Zoubaïdah, considéré comme un cadre d'Al Qaïda, a subi à 83 reprises un simulacre de noyade (le "waterboarding") et comment, à une occasion, "il a totalement cessé de réagir tandis que des bulles sortaient de sa bouche". 
Le directeur de la CIA, John Brennan, a reconnu que le programme avait "connu des problèmes" et que l'agence avait "commis des erreurs". Mais la CIA maintient que des informations obtenues par ce biais ont permis de faire "progresser la connaissance stratégique et tactique de l'ennemi d'une manière qui continue aujourd'hui encore d'alimenter les opérations du contre-terrorisme". 
VIGILANCE RÉHAUSSÉE 
  

      Un rapporteur des Nations unies pour les questions relatives aux droits de l'homme et à l'anti-terrorisme a estimé que ce programme relevait "d'une politique claire orchestrée au plus haut niveau de l'administration Bush" et a demandé l'ouverture de poursuites judiciaires contre ceux qui ont autorisé ou conduit ces pratiques. 
Pour le directeur de l'organisation Human Rights Watch, l'absence de poursuites contre les responsables ferait de la torture "une option politique pour les futurs présidents" américains. 
Cette perspective ne semble toutefois Parmi les exemples spécifiques de brutalités commises par les agents de la CIA, le rapport décrit la mort par hypothermie en novembre 2002 d'un détenu enchaîné au sol d'une des prisons secrètes de la CIA. Il est également fait état de détenus privés de sommeil pendant 180 heures d'affilée, les mains enchaînées au-dessus de la tête. 
Un des centres secrets de la CIA, dont la localisation n'est pas spécifiée, est décrit comme un "donjon" où les détenus étaient confinés dans une obscurité totale dans des cellules isolées, constamment enchaînés et exposées à de la musique ou à des sons à très fort volume. 
Le rapport explique également comment Abou Zoubaïdah, considéré comme un cadre d'Al Qaïda, a subi à 83 reprises un simulacre de noyade (le "waterboarding") et comment, à une occasion, "il a totalement cessé de réagir tandis que des bulles sortaient de sa bouche". 
Le directeur de la CIA, John Brennan, a reconnu que le programme avait "connu des problèmes" et que l'agence avait "commis des erreurs". Mais la CIA maintient que des informations obtenues par ce biais ont permis de faire "progresser la connaissance stratégique et tactique de l'ennemi d'une manière qui continue aujourd'hui encore d'alimenter les opérations du contre-terrorisme". 
VIGILANCE RÉHAUSSÉE


 
        Pour le directeur de l'organisation Human Rights Watch, l'absence de poursuites contre les responsables ferait de la torture "une option politique pour les futurs présidents" américains. 
Cette perspective ne semble toutefois pas d'actualité comme l'a indiqué un responsable du département de la Justice. L'administration américaine semble encline à suivre le conseil dispensé par Barack Obama de "laisser ces techniques là où elles doivent être -dans le passé". 
Craignant les répercussions de la publication de ce rapport, les autorités américaines ont pris des mesures de précaution pour assurer la sécurité de leurs installations. 
Les agences de renseignement ont diffusé lundi un bulletin confidentiel de mise en garde, a-t-on appris auprès d'un haut responsable du renseignement. Le Pentagone a également donné des consignes de sécurité renforcée pour les soldats en poste à l'étranger. 
Les sénateurs républicains Marco Rubio et Jim Risch ont estimé pour leur part que cette publication était "imprudente et irresponsable". 
  

      "Nous craignons que cette diffusion ne mette en danger la vie d'Américains à l'étranger, qu'elle ne compromette nos relations avec des partenaires étrangers, qu'elle n'encourage potentiellement des actes de violences, qu'elle ne crée des difficultés politiques pour nos alliés et qu'elle soit utilisée à des fins de recrutement par nos ennemis", écrivent-ils dans un communiqué. 
Les quelque 525 pages déclassifiées et diffusées mardi ne sont qu'une partie du rapport intégral de 6.700 pages remis à la Maison blanche, à la CIA, à plusieurs départements de l'administration fédérale (Justice, Défense et département d'Etat) ainsi qu'aux services du Directeur du renseignement national (DNI) qui supervise les différentes agences américaines. 
(avec Jeff Mason, Roberta Rampton, Steve Holland et David Alexander; Marc Angrand et Henri-Pierre André pour le service français). 
Reuters

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 16:15

 7250600-11138343      Exit les Etats-Unis. Si la Chine a dépassé les Etats-Unis en termes de richesse nationale depuis 2011, voilà qu'un nouvel indicateur vient réaffirmer la puissance économique de Pékin. Selon les données du FMI, publiées en octobre mais dénichées il y a seulement quelques jours par le site spécialisé MarketWatch, le PIB chinois sera de 17.632 milliards de dollars en 2014, contre 17.416 milliards aux Etats-Unis. Pour effectuer cette comparaison, MarketWatch a pris en compte le PIB en "parité du pouvoir d'achat" (PPA).


 
       Pourquoi ne pas avoir exprimé les PIB en bon vieux dollars? Tout simplement parce que le yuan n'était pas une monnaie convertible jusqu'en 2013 et que, depuis cette date, il ne l'est que partiellement. Les échanges de devises sont encore encadrées si bien qu'aujourd'hui encore comparer des chiffres en dollars et en yuans revient à comparer des pommes et des poires (attendu que l'on ne sait toujours pas très bien combien de pommes il faut pour obtenir un poire). 
Afin de comparer ce qui est comparable, en tenant compte également des niveaux de vie, le FMI a donc pris le "PPA". Un système de conversion basé sur le pouvoir d'achat dont l'exemple le plus célèbre est l'indice "Big Mac". Le Big Mac étant composé dans tous les pays des mêmes ingrédients, son prix de vente permet d'établir un taux de conversion entre plusieurs monnaies. Le principe est ici le même, mais appliqué à 3000 biens et services. De fait, même en convertissant en une même devise, un dollar permettra d'acheter beaucoup plus de choses en Chine qu'aux Etats-Unis. Inversement, un yuan ne pèsera pas bien lourd aux Etats-Unis. 
source : http://www.huffingtonpost.fr/2014/12/08/chine-usa-richesse-puissance-pib_n_6287676.html?utm_hp_ref=france&ir=France
Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 16:13

7239555-11117258      Selon l'étude annuelle de l'Observatoire national de la délinquance, sept millions de Français ont été victimes d'atteintes aux biens, telles que des vols. L'étude établit également qu'onze millions de Français se sentent en insécurité. Un nombre en légère baisse qui reste toutefois très élevé.


 
       On recense notamment 600.000 cambriolages, soit 1.600 par jour. Les femmes sont par ailleurs de plus en plus victimes de vols ou tentatives de vols avec violences. Ces dernières ont augmenté de 28% en un an, pour atteindre le nombre de 360.000 victimes. 


En tout, 650.000 personnes disent avoir été victimes d'agressions hors de leur foyer. 

source : rtl info
Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article