Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 21:01
Fêté le 16 août : Vénérable Saint Chaeremon d'Egypte

Saint Cherimon était un ascète en Egypte dans le Monastère du désert Skete, soit à la fin du IVe siècle ou les premières années du Ve siècle. Son nom est rappelé dans l'Histoire lausiaque de Pallade et dans le Paterikon alphabétique.


Sa grotte s'élevait à une distance de 40 stades de l'église et 12 stades d'une source d'eau. Le saint est mort à l'artisanat à plus de 100 ans d'âge. St Cherimon est rappelé par Saint Théodore le Studite (11 novembre) dans le Carême Triode, dans la fonction de laitages du samedi, dans la 6ème Ode du canon des Matines.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 20:57
Saint Martyr Diomède le Physicien de Tarse, en Cilicia

Le Martyr Diomède est né à Tarse de Cilicie. Il était un médecin, et un chrétien, et il a traité non seulement les maux du corps, mais aussi de l'âme. Il a éclairé de nombreux païens avec la foi au Christ, et les a baptisés. L'Eglise le vénère comme un guérisseur et le mentionne au cours du Mystère de Sainte Onction.

St Diomède a beaucoup voyagé, convertissant les gens à la vraie foi. Quand il est arrivé dans la ville de Nicée, l'Empereur Dioclétien (284-305) a envoyé des soldats pour l'arrêter. Sur le chemin de Nicée à Nicomédie, il descendit de la charrette pour prier, et il mourut.

Comme preuve de l'exécution de leurs ordres, les soldats coupèrent la tête, mais il est devenu aveugle. Dioclétien donna l'ordre de prendre la tête en arrière pour le corps. Quand les soldats ont remplie l'ordre, la vue a été restauré et ils ont cru en Christ.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 20:48
Fêté le 16 août (29) : Translation de l'image "Non Fabriquée par-des mains" de notre Seigneur Jésus-Christ d'Odessa à Constantinople, la troisième "Fête du Sauveur en Août"

Le transfert d'Édesse à Constantinople de l'Icône de Notre Seigneur Jésus Christ Non-faite par des-mains s'est produit dans l'année 944. Eusèbe, dans son histoire de l'Eglise ( I: 13), rapporte que lorsque le Sauveur prêchait, Abgar a statué à Edessa. Il a été frappé sur tout le corps par la lèpre. Des rapports des grands miracles accomplis par le Seigneur, réparties dans toute la Syrie (Mt.4: 24) et atteint même Abgar. Sans avoir vu le Sauveur, Abgar croyaient en lui comme le Fils de Dieu. Il a écrit une lettre lui demandant de venir guérir lui. Il a envoyé cette lettre à la Palestine son portraitiste Ananias, et l'a chargé de peindre une image du divin Maître.

Ananias est arrivé à Jérusalem et a vu le Seigneur entouré de gens. Il n'était pas en mesure de se rapprocher de lui à cause de la grande foule de gens qui écoutent la prédication du Sauveur. Puis il se trouvait sur un rocher élevé et a essayé de peindre le portrait du Seigneur Jésus-Christ de loin, mais cet effort n'a pas réussi. Le Sauveur a vu, appelé à lui par son nom et lui a donné une courte lettre pour Abgar dans lequel Il a loué la foi de cette règle. Il a également promis d'envoyer Son disciple de le guérir de sa lèpre et le guider vers le salut.

Puis le Seigneur a demandé que l'eau et un chiffon lui soient amenés. Il a lavé Son visage, sécher avec un chiffon, et Son visage Divin a été imprimé sur lui. Ananias a pris le tissu et la lettre du Sauveur à Edessa. Humblement, Abgar pressé l'objet sacré à son visage et il a reçu la guérison partielle. Seule une petite trace de la terrible maladie est restée jusqu'à l'arrivée du disciple promis par le Seigneur. Il était St-Thaddeus, Apôtre des soixante-dix (21 Août), qui a prêché l'Evangile et baptisé Abgar et tous les gens d'Edesse. Abgar mis le Saint-serviette dans un cadre d'or orné de perles, et l'a placé dans une niche sur les portes de la ville. Sur la passerelle au-dessus de l'icône, il inscrit les mots, "ô Christ Dieu, Que quiconque espère en toi soient honteux."

Pendant de nombreuses années, les habitants ont gardé une pieuse coutume de se incliner devant l'icône Non-made-by-mains, quand ils sortirent des portes. Mais l'un des petits-fils de Abgar, qui plus tard a statué Edessa, est tombé dans l'idolâtrie. Il a décidé de prendre vers le bas l'icône de la muraille de la ville. Dans une vision que le Seigneur a ordonné à l'évêque d'Edesse pour cacher son icône. L'évêque, venant de nuit, avec son clergé, alluma une lampada devant elle et muré en place avec un conseil d'administration et avec des briques.

De nombreuses années passèrent, et les gens ont oublié à ce sujet. Mais en l'an 545, lorsque les Chozroes empereurs perses je assiégés Edesse et la position de la ville semblaient sans espoir, la Très Sainte Mère de Dieu apparut à l'évêque Eulabius et lui a ordonné de supprimer l'icône de la niche étanche, et il permettrait de sauver la ville de l'ennemi. Après avoir ouvert la niche, l'évêque trouve l'icône Non-made-by-mains: en face de lui brûlait la lampada, et à la clôture du conseil d'administration dans la niche, une copie de l'icône a été reproduite. Après une procession de l'église avec l'icône Non-made-by-mains avaient fait le tour des murs de la ville, l'armée perse retiré.

En l'an 630 Arabes saisi Edesse, mais ils ne ont pas empêché la vénération du Saint-serviette, dont la renommée se était répandue dans tout l'Orient. En l'an 944, l'empereur Constantin Porphyrogenitos (912-959) voulait transférer l'icône à Constantinople, et il a payé une rançon pour elle à l'émir de la ville. Avec une grande vénération de l'icône du Sauveur Non-made-by-mains et la lettre qu'il avait écrite à Abgar, ont été portées à Constantinople par le clergé.

Le 16 Août, l'icône du Sauveur a été placée dans l'église Tharossa de la Très Sainte Mère de Dieu. Il ya plusieurs traditions concernant ce qui est arrivé plus tard pour l'icône Non-made-by-mains. Selon un, croisés se sont enfuis avec elle duringtheir règle à Constantinople (1204-1261), mais le navire sur lequel l'objet sacré a été prise, ont péri dans les eaux de la mer de Marmara.

Selon une autre tradition, l'icône Non-made-by-mains a été transporté autour de 1362 à Gênes, où il est conservé dans un monastère en l'honneur de l'Apôtre Barthélemy. Il est connu que l'icône Non-made-by-Mains a donné à plusieurs reprises de se empreintes exactes. L'un d'eux, nommé "Le Céramique," était imprimé lorsque Ananias caché l'icône dans un mur sur son chemin à Edessa; une autre, imprimée sur un manteau, liquidée en Géorgie. Peut-être, la variance des traditions sur l'icône d'origine non-made-by-mains découle de l'existence de plusieurs empreintes exactes.

Pendant le temps de l'hérésie iconoclaste, ceux qui ont défendu la vénération des icônes, ayant leur sang versé pour les icônes saintes, a chanté le tropaire de l'icône Non-made-by-mains. Dans la preuve de la validité de Icon-vénération, le pape Grégoire II (715-731) a envoyé une lettre à l'empereur byzantin, dans lequel il a souligné la guérison du roi Abgar et le séjour de l'icône Non-made-by-mains au Edesse comme un fait communément connu. L'icône Non-made-by-mains a été mis sur les normes de l'armée russe, les défendre de l'ennemi. Dans l'Église orthodoxe russe ce est une pieuse coutume pour un croyant, avant d'entrer dans le temple, de lire le tropaire de l'icône Non-made-by-main du Sauveur, ainsi que d'autres prières.

Selon le Prologue, il y a quatre icônes connues du Sauveur Non-faite par des mains : à Edesse, du roi Abgar (16 Août) l'Kamulian, - St Grégoire de Nysse (10 Janvier) a écrit de sa découverte, alors que selon saint Nicodème de la Sainte Montagne (14 Juillet), l'icône Kamulian paru dans l'année 392, mais il y avait en apparence une icône de la Mère de Dieu (9 Août)
à l'époque de l'empereur Tibère (578-582), St Mary Syncletike (11 Août) a reçu la guérison de cette sur les carreaux de céramique (16 Août)

La Fête du Transfert de l'icône non faite par des mains, fait avec le Afterfeast de la Dormition, ils appellent le troisième-Sauveur-dessus l'Icône, le "Sauveur-sur toile de lin." Le respect particulier de cette fête dans le Eglise orthodoxe russe se exprime également dans l'iconographie, et l'icône Non-made-by-mains était l'un des plus largement distribué.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 20:46
Après Fête de la Dormition de la Mère de Dieu

Dans les hymnes d'aujourd'hui à Vêpres, la Mère de Dieu est salué comme :

"Seulement créé étant de passer de la terre au ciel dans la chair."

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 20:34
Fêté le 15 août : Dormition de notre Sainte Dame la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie

La Dormition de notre Très Sainte Vierge Mère de Dieu et toujours Vierge Marie : Après l'Ascension du Seigneur, la Mère de Dieu est resté sous la garde de l'Apôtre Jean le Théologien, et pendant ses voyages Elle a vécu dans la maison de ses parents, près du mont des Oliviers. Elle était une source de consolation et l'édification à la fois pour les Apôtres et pour tous les croyants. Converser avec eux, elle leur a dit sur les événements miraculeux: l'Annonciation, l'pépins et Conception sans tache du Christ né d'elle, à propos de son enfance et de sa vie terrestre. Comme les Apôtres, elle a aidé l'usine et de renforcer l'Eglise chrétienne par sa présence, son discours et ses prières.

Le respect des Apôtres pour la Très Sainte Vierge était extraordinaire. Après la réception de l'Esprit Saint le jour de la Pentecôte, les apôtres à Jérusalem sont resté pendant environ dix ans fréquentant au salut des Juifs, et de vouloir plus de voir la Mère de Dieu et d'entendre Son saint discours. Beaucoup des nouveaux-éclairé dans la foi sont même venus de terres lointaines à Jérusalem, pour voir et entendre la Mère Toute-Pure de Dieu.

Durant la persécution initiée par le Roi Hérode contre la jeune Eglise du Christ (Act. 12 : 1-3), la Très Sainte Vierge et l'apôtre Jean le Théologien se sont retiré à Ephèse en l'an 43. La prédication de l'Evangile, il était tombé au sort à l'apôtre Jean le Théologien. La Mère de Dieu était sur Chypre avec St Lazare les Quatre-Jours-Morts, où il était Evêque. Elle était également sur le Saint Mont Athos. St Etienne de la Sainte Montagne dit que la Mère de Dieu Prophétique a parlé de lui :

«Que ce lieu soit mon sort, qui m'a été donnée par mon Fils et mon Dieu. Je serai la Patronne de cet endroit et intercéder auprès de Dieu pour cela."

Le respect des anciens chrétiens pour la Mère de Dieu était si grand qu'ils ont préservés ce qu'ils pouvaient sur sa vie, ce qu'ils pouvaient prendre note concernant Ses paroles et les actes, et ils ont même passé jusqu'à nous une description de son apparence extérieure.

Selon la tradition, sur la base des mots de la Hieromartyrs Denys l'Aréopagite (3 Octobre), Ignace le Dieu-porteur (20 Décembre), saint Ambroise de Milan (7 Décembre) a eu l'occasion d'écrire dans son ouvrage "Le Virgins" concernant la Mère de Dieu: «Elle était une Vierge non seulement dans le corps, mais aussi dans l'âme, humble de cœur, circonspect dans le mot, sage à l'esprit, pas trop donné à parler, un amoureux de la lecture et de travail, et prudent dans la parole. Sa règle de vie était de ne offenser personne, à l'intention bon pour tout le monde, de respecter les personnes âgées, ne pas envier les autres, éviter de se vanter, être en bonne santé d'esprit, et d'aimer la vertu ".

Quand a-t'elle jamais lancer la moindre insulte dans le visage de ses parents? Quand était-elle à la discorde avec Sa famille? Quand at-elle jamais gonfler d'orgueil devant un modeste personne, ou à rire de la faiblesse, ou fuir la misère? Avec elle, il n'y avait rien d'yeux brillants, rien de mots inconvenants, ni de mauvaise conduite. Elle était modeste dans le mouvement de son corps, son étape était calme, et sa voix simple; de sorte que son visage était une expression de l'âme. Elle était la personnification de la pureté.

Tous Ses jours qu'elle était préoccupée par le jeûne: Elle ne dormait que lorsque cela est nécessaire, et même alors, quand son corps était au repos, elle était encore dans l'esprit alerte, répétant dans ses rêves ce qu'elle avait lu, ou la mise en œuvre des intentions proposées, ou celles qui sont prévues encore nouveau. Elle était sortie de chez elle que pour l'église, et seulement en compagnie de leurs parents. Sinon, elle est apparue rarement devant sa maison dans la compagnie des autres, et elle était son propre meilleur surveillant. D'autres pourraient la protéger que dans le corps, mais elle se gardé son caractère. "

Selon la tradition, que par le compilateur de l'histoire de l'Église Nicéphore Calliste (XIVe siècle), la Mère de Dieu "était de taille moyenne, ou comme d'autres suggèrent, un peu plus que la moyenne; Son or de cheveux en apparence; Ses yeux brillants avec les élèves comme les olives brillantes; Ses sourcils forts de caractère et moyennement foncé, son nez et sa bouche prononcées dynamique bespeaking la parole douce; Son visage ne était ni ronde ni angulaire, mais un peu oblongue; la paume de ses mains et les doigts étaient assez longue ...

Dans la conversation avec les autres Elle conservait le décorum, ni stupide, ni devenir agité, et même surtout jamais en colère; sans artifice, et direct, elle ne était pas trop préoccupé Elle-meme, et loin d'Elle-meme choyer, Elle était nettement plein d'humilité. En ce qui concerne les vêtements qu'elle portait, elle était convaincue d'avoir des couleurs naturelles, qui est encore aujourd'hui témoigne son couvre-chef sainte. Qu'il suffise de dire, une grâce spéciale a assisté à toutes ses actions. "(Nicéphore Calliste emprunté sa description de St Épiphane de Chypre (12 mai), de la« Lettre à Théophile concernant Icons ".

Les circonstances de la Dormition de la Mère de Dieu ont été connus dans l'Eglise orthodoxe depuis les temps apostoliques. Déjà dans le premier siècle, le Hieromartyr Denys l'Aréopagite a écrit à propos de Son "-endormissement." Dans le deuxième siècle, le récit de l'ascension corporelle de la Très Sainte Vierge Marie au Ciel se trouve dans les œuvres de Meliton, évêque de Sardes . Au quatrième siècle, saint Epiphane de Chypre se réfère à la tradition de la "Dormition" de la Mère de Dieu. Au cinquième siècle, St Juvénal, Patriarche de Jérusalem, dit la sainte impératrice byzantine Pulchérie: "Bien qu'il n'y ait pas tenu compte des circonstances de sa mort dans l'Ecriture Sainte, nous savons d'eux de la plus ancienne tradition et crédible." Cette tradition a été recueillie et exposée dans l'Eglise Histoire de Nicéphore Calliste cours de la quatorzième siècle.

Au moment de la bienheureuse se endormir, la Très Sainte Vierge Marie était à nouveau à Jérusalem. Sa renommée comme la Mère de Dieu se était déjà propagé dans tout le pays et a suscité beaucoup d'envieux et haineux contre elle. Ils voulaient faire des tentatives sur sa vie; mais Dieu l'a préservée des ennemis.

Jour et nuit, elle a passé son temps dans la prière. La Très Sainte Mère de Dieu allait souvent au Saint-Sépulcre du Seigneur, et ici elle a offert jusqu'à la prière fevent. Plus d'une fois, les ennemis du Sauveur cherché à Sa empêcher de rendre visite à son lieu saint, et ils ont demandé au Souverain Sacrificateur pour un gardien pour veiller sur la tombe du Seigneur. La Sainte Vierge a continué à prier juste en face d'eux, encore invisible par quiconque.

Dans une telle visite au Golgotha, l'archange Gabriel lui apparut et lui annonça Son approche départ de cette vie à la vie éternelle. En gage de cela, l'Archange lui a donné une branche de palmier. Avec ces nouvelles célestes la Mère de Dieu revint à Bethléem avec les trois filles assister Son (Sepphora, Abigail, et Jaël). Elle a convoqué Justes Joseph d'Arimathie et d'autres disciples du Seigneur, et leur a dit de son repos imminente.

La Très Sainte Vierge a prié également que le Seigneur veut que l'apôtre Jean viennent à elle. Le Saint-Esprit l'a transporté d'Ephèse, le plaçant dans ce lieu même où la Mère de Dieu était. Après la prière, la Très Sainte Vierge a offert de l'encens, et John entendit une voix du ciel, fermeture Sa prière avec le mot "Amen." La Mère de Dieu se est-il que la voix signifiait l'arrivée rapide des Apôtres et les disciples et de la Pouvoirs saints sans corps.

Les fidèles, dont le nombre était alors impossible de compter, a rassemblé, dit saint Jean de Damas, comme des nuages ​​et des aigles, à écouter la Mère de Dieu. Voyant un de l'autre, les disciples se réjouit, mais dans leur confusion ils ont demandé l'autre pourquoi le Seigneur les avait rassemblées en un seul endroit. St Jean le Théologien, les saluant avec des larmes de joie, a dit que le temps de repos de la Vierge était à portée de main.

Aller à la Mère de Dieu, ils virent couchée sur le lit, et rempli de joie spirituelle. Les Disciples salua, puis ils lui ont dit comment ils avaient été menées miraculeusement de leurs lieux de prédication. La Très Sainte Vierge Marie glorifié Dieu, parce qu'il avait entendu ses prières et a accompli le désir de Son cœur, et elle a commencé à parler de sa fin imminente.

Pendant cette conversation, l'apôtre Paul est également apparu d'une manière miraculeuse avec ses disciples Denys l'Aréopagite, St Hiérothée, St Timothée et d'autres de soixante-dix Apôtres. Le Saint-Esprit avait réuni tous ensemble afin qu'ils puissent être accordées la bénédiction du Tout-Pure Vierge Marie, et plus dignement pour voir à l'enterrement de la Mère du Seigneur. Elle a appelé chacun d'eux de se par nom, Elle les bénit et les vanté pour leur foi et les épreuves endurées dans la prédication de l'Evangile du Christ. Pour chaque Elle voulait le bonheur éternel, et il pria avec eux pour la paix et le bien-être du monde entier.

Puis vint la troisième heure (9 heures), lorsque la Dormition de la Mère de Dieu devait se produire. Un certain nombre de bougies brûlaient. Les Disciples saints entourés son lit magnifiquement orné, offrant louange à Dieu. Elle priait en prévision de sa disparition et de l'arrivée de son fils et Seigneur tant attendue. Soudain, la lumière indicible de gloire divine resplendit, devant laquelle les bougies flamboyantes pâlit en comparaison. Tous ceux qui ne voyait prirent peur. Descendant du ciel était le Christ, le Roi de gloire, entouré par les hôtes de Anges et Archanges et d'autres puissances célestes, avec les âmes des ancêtres et les Prophètes, qui avait prophétisé dans les siècles passés concernant la Très Sainte Vierge Marie.

Voir son fils, la Mère de Dieu se écria: «Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, car il a regardé la bassesse de sa servante» (Luc 1: 46-48), et la hausse De son lit pour rencontrer le Seigneur, elle se prosterna devant lui, et le Seigneur lui souhaiter entrer dans la vie éternelle. Sans aucune souffrance physique, comme si dans un sommeil heureux, la Très Sainte Vierge Marie a donné son âme entre les mains de son fils et Dieu.

Alors commença une chanson joyeuse angélique. Accompagnant l'âme pure du Dieu-fiancée et avec crainte respectueuse pour la Reine du Ciel, les anges se écria: «Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre les femmes! Car voici, la reine, la jeune fille de Dieu vient, soulever les portes, et avec le jamais-existant, prendre la Mère de la Lumière; Sa grâce pour le salut est venu de tout le genre humain. Il est impossible de regard sur elle, et il est impossible de rendre son dû honneur »(Stikherion sur" Seigneur, je ai pleuré »). Les portes célestes ont été soulevées, et rencontrer l'âme de la Très Sainte Mère de Dieu, les Chérubins et les Séraphins Son glorifiés avec joie. Le visage de la Mère de Dieu était rayonnant de la gloire divine de la virginité et de son corps, il est venu un doux parfum.

Miraculeuse est la vie de la Toute-Pure Vierge, et merveilleux était son repos, que la sainte Église chante: "En toi, ô Reine, le Dieu de toute t'a donné ta part que les choses qui sont dessus de la nature. Tout comme dans la naissance de Remise Il n'a préserver ton virginité, donc aussi dans la tombe Il a fait de préserver Ton corps de pourriture "(Canon 1, Ode 6, tropaire 1).

Embrasser le corps toute pure avec révérence et dans la crainte, les disciples à leur tour ont été bénis par elle et remplis de grâce et de joie spirituelle. Grâce à la grande glorification de la Très Sainte Mère de Dieu, la toute-puissance de Dieu a guéri les malades, qui, avec la foi et l'amour a touché le lit sainte.

Pleurant leur séparation de la Mère de Dieu, les apôtres préparé pour l'enterrer toute pure corps. La saints Apôtres Pierre, Paul, Jacques et d'autres des douze apôtres a porté le lit funèbre sur leurs épaules, et sur elle reposait le corps de la toujours Vierge Marie. St Jean le Théologien allé à la tête avec la paume branche resplendissante du Paradis. Les autres saints et une multitude de fidèles ont accompagné le lit funèbre avec des bougies et des encensoirs, des chants sacrés. Cette procession solennelle est passée de Sion par Jérusalem au Jardin de Gethsémani.

Avec le début de la procession, il est soudainement apparu sur le corps toute pure de la Mère de Dieu et tous ceux qui l'accompagnaient un nuage circulaire resplendissante, comme une couronne. Il a été entendu le chant des puissances célestes, glorifiant la Mère de Dieu, qui fait écho à celle des voix du monde. Ce cercle de chanteurs célestes et éclat accompagné la procession à l'endroit même de l'enterrement.

Les incrédules habitants de Jérusalem, prises de court par l'extraordinairement grande procession funèbre et vexé de l'honneur accordé la Mère de Jésus, se sont plaints de ce au grand prêtre et des scribes. Brûlant d'envie et de désir de vengeance envers tout ce qui leur rappelait du Christ, ils ont envoyé leurs propres serviteurs de perturber la procession et de fixer le corps de la Mère de Dieu en feu.

Une foule en colère et les soldats sont partis contre les chrétiens, mais le nuage circulaire accompagnant la procession descendus et les ont encerclés comme un mur. Les poursuivants ont entendu les pas et le chant, mais ne pouvaient pas voir un de ceux qui accompagnent la procession. En effet, beaucoup d'entre eux ont été frappés aveugle.

Le prêtre juif Athonios, par dépit et la haine pour la Mère de Jésus de Nazareth, a voulu renverser le cercueil funéraire sur laquelle se trouvait le corps de la Très Sainte Vierge Marie, mais un ange de Dieu invisible coupé ses mains, qui avaient touché la bière. Voyant une telle merveille, Athonios repenti et avec la foi avoué la majesté de la Mère de Dieu. Il a reçu la guérison et a rejoint la foule accompagnant le corps de la Mère de Dieu, et il devint un disciple zélé de Christ.

Quand le cortège atteint le jardin de Gethsémani, puis au milieu des pleurs et des lamentations a commencé le dernier baiser au corps toute pure. Seulement vers le soir étaient les Apôtres en mesure de le placer dans la tombe et sceller l'entrée de la grotte avec une grosse pierre.

Pendant trois jours, ils ne se écartent pas du lieu d'inhumation, en priant et en chantant des Psaumes. Grâce à la sage providence de Dieu, l'apôtre Thomas ne était pas d'être présent à l'enterrement de la Mère de Dieu. Arriver en retard sur le troisième jour à Gethsémani, il se coucha sur la tombe et avec des larmes amères demandé qu'il pourrait être autorisé à regarder une fois de plus à la Mère de Dieu et lui dire adieu. Les Apôtres par pitié sincère pour lui décidé d'ouvrir la tombe et lui permettre le confort de vénérer les saintes reliques de la toujours Vierge Marie. Après avoir ouvert la tombe, ils ont trouvé en elle seulement les emballages graves et étaient donc convaincus de l'ascension corporelle de la Très Sainte Vierge Marie au ciel.

Dans la soirée du même jour, lorsque les Apôtres étaient réunis dans une maison de se renforcer avec de la nourriture, la Mère de Dieu apparut à eux et leur dit: "Réjouissez-vous! Je suis avec vous tous les jours de votre vie. "Cette sorte réjoui Apôtres et tout le monde avec eux, qu'ils ont pris une partie du pain, mis de côté au repas dans la mémoire du Sauveur (" la Portion du Seigneur "), et ils se écrièrent: «La plupart des Theotokos Saints, nous sauver". (Ce est le début du rite de donner son «Panagia" ("Toute Sainte"), une portion de pain en l'honneur de la Mère de Dieu, qui se fait dans les monastères à nos jours).

La ceinture de la Mère de Dieu, et Sa sainte habit, conservé avec révérence et répartis sur la surface de la terre en morceaux, ont fait des miracles à la fois dans le passé et à l'heure actuelle. Ses nombreuses icônes verser partout suite des signes et des guérisons, et son corps saint, enlevé au ciel, témoigne de notre propre vie future il. Son corps n'a pas été laissé aux vicissitudes du monde transitoire, mais a été incomparablement exaltée par son ascension glorieuse au ciel.

La fête de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu est célébré avec une solennité particulière à Gethsémani, le lieu de son enterrement. Nulle part ailleurs est-il une telle douleur de coeur à la séparation de la Mère de Dieu, et nulle part ailleurs une telle joie, à cause de son intercession pour le monde.

La ville sainte de Jérusalem est séparé du Mont des Oliviers par la vallée du Cédron sur Josaphat. Au pied du Mont des Oliviers est le jardin de Gethsémani, où les oliviers portent leurs fruits, même maintenant.

Le saint-Ancêtre de-Dieu Joachim avait lui-même reposait à 80 ans, plusieurs années après l'entrée de la Très Sainte Mère de Dieu dans le Temple (21 Novembre). St Anna, ayant été laissé une veuve, déplacé de Nazareth à Jérusalem, et a vécu près du temple. A Jérusalem, elle a acheté deux pièces de la propriété: la première aux portes de Gethsémani, et la seconde dans la vallée de Josaphat. Lors de la deuxième locale elle a construit un tombeau pour les membres de sa famille, et où elle se également été enterré avec Joachim. Il était là, dans le jardin de Gethsémané que le Sauveur priait souvent avec ses disciples.

L'organe le plus pur de la Mère de Dieu a été enterré dans le caveau familial. Chrétiens honoré le sépulcre de la Mère de Dieu, et ils ont construit une église à cet endroit. Dans l'église a été préservé le tissu funèbre précieux, qui la couvrit toute pure corps et parfumée.

Le saint patriarche Juvénal de Jérusalem (420-458) a témoigné devant l'empereur Marcien (450-457) quant à l'authenticité de la tradition à propos de l'ascension miraculeuse de la Mère de Dieu au ciel, et il a envoyé à l'impératrice, St Pulchérie ( 10 septembre), les graves emballages de la Mère de Dieu de son tombeau. St Pulchérie ensuite placé ces graves-emballages dans l'église des Blachernes.

Des comptes ont été conservés, à la fin du septième siècle, une église avait été construite au sommet de la église souterraine de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu, et que depuis son sommet clocher pourraient être vu la coupole de l'église de la Résurrection du Seigneur. Des traces de cette église ne sont plus à démontrer. Et dans le neuvième siècle près de l'église souterraine Gethsémani un monastère a été construit, dans lequel plus de 30 moines ont lutté.

La grande destruction a été fait l'Église dans l'année 1009 par le spoliateur des lieux saints, Hakim. Des changements radicaux, dont les traces demeurent à l'heure actuelle, ont également eu lieu sous les croisés de l'année 1130. Au cours de la onzième au douzième siècles, le morceau de pierre creusée, à laquelle le Sauveur avait prié dans la nuit de sa trahison disparu de Jérusalem. Ce morceau de pierre avait été dans la basilique de Gethsémani à partir du sixième siècle.

Mais en dépit de la destruction et les changements, le plan cruciforme origine globale (en forme de croix) de l'église a été préservée. A l'entrée de l'église sur les côtés des portes de fer se quatre colonnes de marbre. Pour entrer dans l'église, il est nécessaire de descendre un escalier de 48 marches. A l'étape 23 sur le côté droit est une chapelle en l'honneur des saints Ancêtres-de-Dieu Joachim et Anna avec leurs tombes, et sur le côté gauche en face, la chapelle de saint Joseph fiancée avec sa tombe. La chapelle droit appartient à l'Eglise orthodoxe, et la gauche à l'Eglise arménienne (depuis 1814).

L'église de la Dormition de la Mère de Dieu a les dimensions suivantes: longueur, il est 48 archine et en largeur 8 archine [1 Arshin = 28 pouces]. À une époque antérieure de l'église avait également des fenêtres côté des portes. Le temple tout entier a été orné d'une multitude de Lampadas et les offrandes. Deux petites entrées mènent à l'enterrement-chambre de la Mère de Dieu. On entre par les portes de l'Ouest, et sort à la porte nord. L'enterrement-chambre de la Toute-Pure Vierge Marie est voilé avec des rideaux précieux. Le lieu de sépulture a été taillé dans la pierre de la manière des anciennes tombes juives et est très similaire à la Sépulcre du Seigneur. Au-delà de l'enterrement chambre est l'autel de l'église, dans laquelle Divine Liturgie est célébrée chaque jour dans la langue grecque.

Les bois d'oliviers sur les côtés est et nord du temple a été acquis des Turcs par les orthodoxes pendant les septième et huitième siècles. Les catholiques acquis les bois d'oliviers sur les côtés est et sud en 1803, et les Arméniens sur le côté ouest en 1821.

Le 12 Août, à Little Gethsémani, à la deuxième heure de la nuit, la tête de l'église Gethsemane célèbre Divine Liturgie. Avec la fin de la liturgie, à la quatrième heure du matin, il sert un court Molieben avant l'enterrement linceul resplendissante, la soulève dans ses mains et solennellement le porte au-delà de l'église de Gethsémani appropriée où le Saint-Sépulcre de la Mère de Dieu est situé. Tous les membres de la mission spirituelle russe à Jérusalem, avec la tête de la Mission président, participent chaque année à la procession (appelé le «Litania") avec l'enterrement saint suaire de la Mère de Dieu ..

Le rite de l'Enterrement de la Mère de Dieu à Gethsémani commence habituellement dans la matinée du 14. Août Une multitude de personnes avec hiérarques et le clergé à la tête partit du Patriarcat de Jérusalem (à proximité de l'église de la Résurrection du Christ) dans douloureuse procession. Le long des étroites ruelles de la Ville sainte le cortège funèbre fait son chemin à Gethsémani. Vers l'avant du cortège une icône de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu est effectuée. Sur le chemin, les pèlerins rencontrent l'icône, embrassant l'image de la Toute-Pure Vierge Marie et sortir les enfants de différents âges à l'icône. Après le clergé, en deux rangées à pied les moines en robe noire et religieuses de la ville sainte: les Grecs, les Roumains, les Arabes, Russes. La procession, longeant pendant environ deux heures, se termine par Lamentations à l'église de Gethsémani. Devant l'autel, au-delà de la chambre funéraire de la Mère de Dieu, est un endroit surélevé jusqu'à, sur lequel repose le linceul de la Très Sainte Mère de Dieu parmi les fleurs odorantes et de myrte, avec des revêtements précieux.

"Merveilleuse merveille de O! La source de vie est placé dans la tombe, et la tombe doth devenir l'échelle vers le ciel ... «Ici, à la tombe de la Toute-Pure Vierge, ces mots frappent profonde avec leur sens et la douleur initiale est dissipé par la joie:" Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, l'octroi du monde, à travers toi, grande miséricorde! "

De nombreux pèlerins, après avoir embrassé l'icône de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu, après une ancienne coutume, puis se baisser et passer en dessous.

Le jour de la prise de congé-la de la fête (23 Août), une autre procession solennelle est faite. Sur le chemin de retour, l'enterrement saint suaire est effectuée par le clergé dirigée par l'archimandrite de Gethsémani.

Il y a un article dans le :

"Journal du Patriarcat de Moscou", 1979, n ° 3 concernant le rite de la litanie et fête de la Dormition de la Mère de Dieu en Terre Sainte.

Aujourd'hui les fleurs sont bénies à l'église, et les gens les gardent dans leurs maisons. Pendant les périodes de conflits familiaux ou de maladie, les pétales de fleurs sont placés dans l'encensoir avec l'encens, et toute la maison est encensé. Voir la Prière à la sanctification de tout Herbage parfumé.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 20:21
Singapour

Le symbole de Singapour est le Merlion, un lion avec un corps de poisson, parce que le nom même du pays, de l'île et de la ville - Singapour (Singa Pura) - signifie "Ville du Lion" en sanskrit.

Singapour
Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 19:58

Lors des négociations sur la préparation d'un nouvel accord bilatéral Russie-UE, les parties ont progressé, a annoncé le représentant permanent de la Russie auprès de l'UE Vladimir Tchijov au cours d'un duplex Moscou-Bruxelles organisé par RIA Novosti.

L'accord sur le partenariat et la coopération entre la Russie et l'Union européenne a été signé en 1994. Fin 2007, la validité du document a expiré, étant automatiquement prolongée. La sixième session des négociations sur le nouvel accord s'est tenue début octobre.

"Nous avons des approches similaires dans plusieurs domaines", a indiqué M.Tchijov.

Il n'a pas précisé les délais de la fin des négociations, rappelant qu'elles avaient débuté en juillet 2008.

"Nous progressons. Cette progression n'est pas très rapide, car l'accord couvre tous les domaines de notre partenariat, mais nous évoluons", a souligné le diplomate russe.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 21:01
Aleksandre, Métropolitaint de toute la Lettonie et de Riga (Alexandre Kudryashov)

Né le 3 Octobre 1939 au. District Rudzate Prejlskogo de la Lettonie dans la famille des employés.

À la fin, en 1964, de l'Histoire et de Philologie à l'Institut pédagogique de Daugavpils, a travaillé comme professeur de langue et de littérature russes dans les écoles secondaires à Riga.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 20:56

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne a rejeté vendredi l'appel des biathloniennes russes - Ekaterina Iourieva et Albina Akhatova - accusées de dopage, selon le site internet du TAS.

Le verdict du TAS, cour suprême du sport mondial, signifie que les athlètes seront privées des Jeux olympiques d'hiver 2010 programmés du 12 au 28 février à Vancouver, au Canada.

Auparavant, Ekaterina Iourieva, championne du monde du 15 km, Albina Akhatova, championne olympique 2006 du relais, et Dmitri Yaroshenko, double champion du monde du relais (2007 et 2008), ont été contrôlés positifs à l'EPO (érythropoïétine) recombinante lors de la première étape de la Coupe du monde de biathlon à Östersund (Suède). Le contrôle antidopage a été effectué en prévision des championnats du monde de biathlon de Pyeongchang, en Corée du Sud. Les trois athlètes ont été exclus des Mondiaux 2009.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 20:44

"Là où il aurait fallu des chevaliers du XIIe s., bardés de leur bouclier sans fêlure, brandissant leur épée aux côtés de leur croix, pour forcer le nouveau monde barbare à tenir compte de leur présence salvatrice, il n'y eut souvent que des privilégiés nostalgiques, des doctrinaires hautains, des traditionalistes momifiés ou aigris, des "Prophètes du passé" reclus dans l'immobilisme et surtout d'incorrigibles discoureurs, de ces hommes dont on devait dire un jour :

"Qu'ils croyaient avoir agi quand ils avaient parlé"" M.-M. Martin

De toutes les époques qui ont façonné le combat royaliste, depuis les guerres de Vendée jusqu'à aujourd'hui, en passant par de l'Action française, les dissidences en ce début du XXIe s. sont les seules générations à devoir évoluer au sein d'une société ayant atteint un niveau élevé de dégradation générale. Jadis, à l'origine du Combat royaliste, lors des guerres de Vendée, il suffisait simplement de faire sonner le tocsin pour que les chefs chouans et vendéens se retrouvent avec une armée prête pour un coup de force éventuel, le constat est qu'aujourd'hui, dans une France bien plus peuplée que les deux siècles précédents, l'engagement militant est devenu quasi nul.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article