Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 22:04

   thumb.small.veronique bouzou0     Source Les Echos. La victoire de François Hollande à l’élection présidentielle coïncide avec la sortie officielle de mon nouveau livre, Je suis une prof réac et fière de l’être ! dans toutes les librairies de France. Simple hasard du calendrier ou volonté délibérée de retarder la sortie de ce pamphlet, initialement prévue début avril, afin qu’il ne puisse peser dans la campagne présidentielle ?

 

        Je suis en droit de me poser la question car, pour ne rien vous cacher, je voulais que mon livre serve de plate-forme de propositions, notamment en matière d’éducation, à l’attention des différents candidats. J’y aborde sans complaisance les sujets tabous à l’école (autorité, violence, immigration, argent…) et appelle à libérer cette dernière de la mainmise de nombreux syndicats, associations antiracistes et lobbies communautaires qui, pendant la campagne électorale, ne se sont pas privés de soutenir publiquement le candidat PS.
Celui qui vient d’être élu Président de la République ne cesse de réclamer plus de justice et défend une politique qui se veut respectueuse de tous les Français, y compris ceux qui n’ont pas voté pour lui. Nous ne demandons qu’à le croire. Mais ce beau discours résistera-t-il à l’épreuve des faits ? Que vont devenir ceux qui se font régulièrement taxer de « réac » ? Va-t-il falloir, comme le suggère avec humour un article (cliquez ici) du portail libéral-conservateur Nouvelles de France, lancer dès maintenant une souscription à destination de ces futurs exilés afin qu’ils puissent « se présenter à l’accueil pour rencontrer leurs passeurs et récupérer leurs tickets de viande » ?
Plus sérieusement, la parole va-t-elle rester libre pour les propos jugés politiquement incorrects ? Ou bien est-ce que les procès pour « délit de pensée » vont se multiplier comme on peut le craindre ? En ce qui me concerne, les médias vont-ils annoncer la sortie de mon livre et m’inviter à débattre sur les plateaux TV comme ils l’avaient fait pour mon précédent ouvrage, Ces profs qu’on assassine ? Les libraires vont-ils le classer parmi les nouvelles parutions, comme cela se pratique habituellement, ou bien le reléguer au fond des rayons, comme j’ai déjà pu le remarquer de visu dans certaines librairies ?

 

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 22:02

 thumb.small.1710082727.jpg      Une étude réalisée par l’institut de sondages OpinionWay le jour du deuxième tour révèle une adhésion massive des musulmans au parti socialiste. Elle témoigne d’un rejet du sarkozysme mais pas de toutes les valeurs de la droite, notamment sur les questions sociétales comme l’homosexualité.

 

        Les musulmans réclamaient le changement, et ils l’ont eu. Selon une étude du corps électoral menée par OpinionWay et Fiducial le 6 mai pour Le Figaro sur 10 000 votants, 93% des pratiquants ont glissé un bulletin « François Hollande » dans leur enveloppe. Seuls 7% d’entre eux ont voté pour Nicolas Sarkozy.
Lu sur Fdesouche via contre-info
Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 21:59

  thumb.small.forum_grenelle.jpg    Par Roland Hélie, Directeur de Synthèse nationale.

La campagne présidentielle est enfin terminée et le résultat de celle-ci est conforme à ce qui devait arriver. Cette élection relevait plus de la farce que d’autres chose puisque elle voyait s’opposer deux candidats qui peu ou prou défendaient finalement la même idéologie, à savoir le mondialisme. Or, que le mondialisme soit servi à la sauce libérale ou à la sauce sociale-démocrate, le résultat est toujours le même : la fin de notre indépendance nationale et la mort de notre identité européenne. Dans ce domaine les deux finalistes n’avaient rien à envier l’un à l’autre.

 

       Sarkozy avait été élu, en 2007, en faisant croire aux Français qu’il allait faire une politique résolument « de droite » guidée exclusivement par l’intérêt national. J’entends encore raisonner les éloges de certains amis nationaux éblouis alors par autant d’audace. Il fallait pourtant être bien naïf pour le croire. Rappelons à ceux qui ont la mémoire courte que durant ses 5 années de règne Sarkozy s’est conduit en parfait petit valet servile des intérêts supranationaux, de la pensée unique et du politiquement correct. En effet :

- qui a fait appliquer le traité européen malgré le « non » massif des Français au référendum de 2005 ?

- qui a nommé des gadgets de gauche style Frédéric Mitterrand, Bernard Kouchner, Fadela Amara, Rama Yade, Eric Besson etc. à des postes de secrétaires d’état ou de ministres ?

- qui a pris Bernard-Henri Lévy comme conseiller particulier ?

- qui a lancé la France dans une guerre en Lybie et y a installé la charia (à moins que ça ne soit pour détruire des preuves de financements occultes …) ?

- qui a mis en place un président musulman en Côte d’Ivoire ?

- qui a réintégré la France dans le commandement de l’OTAN ?

- qui a laissé des soldats français se faire tuer en Afghanistan dans une guerre qui n’est pas la nôtre ?

- qui a augmenté la dette française de plus de 500 milliards d’euros ?

- qui a créé plus d’une vingtaine de nouveaux impôts rien que ces 5 dernières années ?

- qui a laissé plus de 200 000 immigrés rentrer légalement en France chaque année ?

- qui a reconnu l’indépendance de l’état fantoche et musulman du Kosovo ?

- qui explose tous les records de chômage et aggrave la précarité dans notre pays ?

 

        Il est facile de brandir le drapeau tricolore un mois durant avant les élections, mais il est plus difficile de faire oublier son triste bilan et de berner les Français deux fois de suite. Le résultat est là : un mondialiste « de droite » est battu et un mondialiste de gauche est élu. Dans cette présidentielle il y a donc un gagnant : le mondialisme, et il y a un perdant : le peuple français.

 

       Dans cette élection, la position de la Nouvelle Droite Populaire a été des plus claires. Sans se faire aucune illusion sur la politique qu’aurait continué à mener Sarkozy s’il avait été réélu nous avons refusé d’emblée d’être associés à l’arrivée de la gauche au pouvoir. Nous avons donc laissé le libre choix à nos adhérents entre ce que certains d’entre eux considéraient comme un moindre mal, le vote Sarkozy malgré tout, le vote blanc ou l’abstention. De même, au sein de l’Union de la Droite Nationale, certaines composantes ont fait un choix beaucoup moins nuancé que le nôtre. C’est leur strict droit. Une union implique des différences, c’est ce qui fait sa force. L’élection est passée nous ne reviendrons donc pas sur le choix de chacun. Ce qui compte maintenant, c’est l’avenir. Et avec tout ce que nous concoctent le les socialistes, nous avons de bonnes raisons de penser que celui-ci ne sera pas vraiment rose.

 

        Hollande et les siens l’ont d’ores et déjà annoncé : ils veulent donner le droit de vote aux immigrés, légitimant ainsi l’implantation sur notre sol de populations venues d’ailleurs et dépeçant encore plus la France son identité avec tout ce que cela peut impliquer. Rappelons qu’en 2007, Sarkozy était aussi favorable à cette mesure. Nous, nationalistes, nous avons toujours été contre ce droit de vote puisque nous sommes contre l’immigration. Lors des législatives qui se dérouleront les 10 et 17 juin prochains, nous présenterons des candidats à travers toute la France. Ceux-ci feront campagne pour rendre la France aux Français.

 

         Face au mondialisme, il n’y a qu’une réponse à imposer : la résistance nationaliste. Et le premier rendez-vous de cette résistance nationaliste, ce sera dimanche prochain 13 mai, à 10 h, place de la Madeleine à Paris.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 21:53

  thumb.small.19350029640.jpg     En Grèce, les électeurs ont rejeté l'austérité lors des élections législatives du dimanche 6 mai.

Du coup, les deux partis qui incarnent et tentent de mettre en oeuvre cette austérité, les conservateurs de Nouvelle Démocratie, et les socialistes du Pasok (13% des voix) sortent largement affaiblis du scrutin, même si la droite arrive en première place, avec près de 19% des suffrages. Et ce sont deux partis extrêmes qui remportent la donne : la gauche radicale de la formation Syriza arrive en deuxième positon, avec 17% des voix, tandis que la formation néo-nazie Aube dorée obtient 7% des suffrages et entre au Parlement. D'où une question sans réponse franche pour l'instant : qui va gouverner le pays en pleine crise sociale ?

 

       Le président du Parlement grec a parfaitement résumé la situation dans laquelle se trouve la Grèce ce lundi matin 7 mai 2012 : « Je souhaite que les partis politiques assument leurs responsabilités dans cette période cruciale pour le pays ». C'est dire que la formation d'un gouvernement n'est pas acquise, vu l'éclatement des résultats.

Dans les urnes, les Grecs ont massivement désavoué les deux partis traditionnels de gouvernement, Nouvelle Démocratie et Pasok qui, depuis le mois de novembre, ont mis en place ensemble une politique d’austérité très dure imposée par l'Union européenne et le FMI en échange de l'aide financière octroyée à Athènes. De plus, le dirigeant de Nouvelle Démocratie, Antonis Samaras, arrivé en tête, avait dit durant la campagne, qu'il souhaitait gouverner seul, sans les socialistes. Avec seulement 108 sièges, alors que la majorité est fixée à 150, il ne pourra pas tenir son engagement.

De plus, selon la Constitution, il ne dispose que de trois jours pour former un gouvernement de coalition. Au terme de ce délai, le chef de l'Etat devra confier cette mission au parti arrivé en deuxième position, c'est-à-dire à la formation de la gauche radicale Syriza, qui rejette l'austérité et demande une renégociation des accords passés avec le FMI et l'Union européenne. Une perspective inacceptable pour Bruxelles. La Commission européenne a été claire ce matin : le futur gouvernement grec doit respecter les engagements pris.

 

 

        Bruxelles rappelle Athènes à ses engagements pour continuer à bénéficier de l'aide européenne

Confronté au refus des Grecs de supporter davantage l'austérité qui leur est imposée depuis 2010, Antonis Samaras, chef du parti conservateur Nouvelle Démocratie arrivé en tête dimanche 6 mai 2012 aux législatives, a la lourde tâche de constituer un gouvernement qu'il qualifie lui-même de salut national.

Pour parvenir à réunir une majorité, ce qui est loin d'être acquis, il envisage d'adoucir les réformes en cours jusqu'au retour de la croissance et de la paix sociale. De son côté le Parti socialiste, le Pasok, propose un étalement des mesures d'austérité sur trois ans au lieu de deux pour sauver l'essentiel : le maintien de la Grèce dans la zone euro.

Cette tentative de compromis entre les exigences des marchés financiers et la volonté démocratiquement exprimée par les Grecs a été immédiatement contrée par la Commission européenne. Bruxelles rappelle la Grèce au respect des engagements pris dans le cadre du plan d'ajustement qui conditionne le versement des aides de l'Union européenne et du FMI.

De la même façon, la chancelière allemande Angela Merkel continue à affirmer que les réformes en cours sont la meilleure voie vers une sortie de crise.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 20:53

Sarajevo, 20 juillet

 

 187094030.jpg       La Cour internationale de justice (CIJ) se prononcera jeudi à La Haye sur la légitimité de l'indépendance du Kosovo par rapport à la Serbie, a annoncé mardi à RIA Novosti une source au sein de la Cour.

Les représentants d'une quarantaine de pays assisteront à la séance de la Cour programmée dans la Grande salle de justice du Palais de la paix pour 13h00 GMT, "l'intérêt pour cette décision est très grand, mais le nombre de places est restreint. Nous attendons l'arrivée des représentants des 44 pays ayant pris part à la procédure verbale et écrite ainsi que d'autres Etats n'ayant pas participé au processus", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Les responsables de Serbie et de la province du Kosovo comptent parmi les délégations attendues à La Haye.

La CIJ, principal organe judiciaire des Nations unies, a examiné la légitimité de l'indépendance du Kosovo à la demande de l'Assemblée générale de l'ONU. Les experts de la CIJ formuleront jeudi leur conclusion concernant la question suivante: "La proclamation unilatérale de l'indépendance du Kosovo par ses organes provisoires d'autoadministration est-elle conforme aux normes du droit international?".

Selon la source, l'avis non contraignant est très délicat et ne contient aucune appellation controversée, comme "république de Kosovo".

Les autorités albanaises du Kosovo ont proclamé l'indépendance de la province envers la Serbie le 17 février 2008, avec le soutien des Etats-Unis et de certains pays de l'UE. La Serbie, à l'instar de la Russie, de la Chine et de l'Inde qui refusent de reconnaître le Kosovo, estiment que Pristina, en proclamant son indépendance, a violé les normes du droit international.

A l'heure actuelle "l'Etat autoproclamé" est reconnu par 69 pays.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 20:48

        Le transfert des reliques de saint Ephrem de Perekomsk eu lieu le 16 mai 1545. Cette célébration a été établie lors d'un Conseil de Moscou de l'année 1549. Saint Ephrem de Perekomsk reposait le 26 Septembre, 1492.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 20:43

Saint Théodore fut appelé «Sanctifié» parce qu'il a été le premier dans son monastère ordonné à la Prêtrise.

  0516Theodore-nikolas-newmartyr.jpg     St Théodore est venus d'Egypte et était le fils de riches et illustres parents chrétiens. L'aspiration à la vie Monastique est apparue tôt en lui. Il était une fois une grande fête à la maison de ses parents lors de la fête de la Théophanie. Le garçon ne voulait pas prendre part aux festivités, s'affligeant que parce que des joies terrestres, il pourrait être privé de joies dans la vie à venir. Il quitta secrètement la maison quand il avait quatorze ans et est entré l'un des monastères.

        Entendre parler de Pacôme le Grand, il brûlait du désir de voir l'ascète. St-Pacôme a reçu le jeune homme avec l'amour, après avoir été informé d'avance par Dieu à propos de sa venue. Rester à la monastère, saint Théodore rapidement réussi dans toutes ses tâches monastiques, en particulier dans l'obéissance totale à son guide, et dans sa compassion envers les autres frères. Mère de Théodore, apprenant qu'il était dans le monastère Tabennisi, est venu à Saint-Pacôme avec une lettre de l'évêque, en demandant à voir son fils. St Théodore ne voulait pas rompre son vœu de renoncer au monde, alors il a refusé de rencontrer sa mère.

        Voyant la force d'esprit de St-Théodore et la capacité, Saint Pacôme lui dit un jour à instruire les frères de la Sainte Ecriture. St Théodore n'avait alors que vingt ans. Il obéit et commença à parler, mais certains de ses frères plus âgés s'est offusqué qu'un nouveau moine doit leur apprendre, et ils s'en allèrent. St-Pacôme leur dit: "Vous avez cédé à la diable et à cause de votre orgueil, vos efforts seront vains. Vous n'avez pas rejeté Théodore, mais la Parole de Dieu, et vous avez privé de l'Esprit Saint."

        St-Pacôme a nommé Saint-Théodore en tant que surveillant du monastère Tabennisi, et se retira dans un monastère plus solitaire. St Théodore avec un amour filial a continué à se préoccuper plus de son instructeur, et il s'est occupé Pacôme Saint dans sa dernière maladie, et quand le grand abba se reposa dans le Seigneur, il ferma les yeux. Après la mort de saint Pacôme, saint Théodore a dirigé le monastère Tabennisi, et plus tard il était à la tête de tous les monastères Thébaïde. Saint Théodore le Sanctifié était célèbre pour sa sainteté de vie et un grand don de miraculeuse, et il était bien connu de saint Athanase, patriarche d'Alexandrie. St Théodore reposait dans sa vieillesse dans l'année 368.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 20:34

   0515pachomiuswangel.jpg     Saint Pacôme le Grand était à la fois un modèle d'habitation au désert, et avec les saints Antoine le Grand (17 janvier), Macaire le Grand (19 janvier ), et Euthyme le Grand (20 janvier), l'un des fondateurs de la vie Cénobitique monastique en Egypte.

       St-Pacôme est né au IIIe siècle dans la Thébaïde (Haute-Égypte). Ses parents étaient des païens qui lui ont donné une excellente éducation laïque. De sa jeunesse, il avait un bon caractère, et il était prudent et raisonnable.

        Lorsque Pacôme atteint l'âge de vingt ans, il a été appelé à servir dans l'Armée de l'empereur Constantin (Apparemment, en l'an 315). Ils ont mis les nouveaux conscrits dans une prison de la ville gardée par des soldats. Les chrétiens locaux ont alimenté les soldats et ont pris soin d'eux.

         Quand le jeune homme a appris que ces gens ont agi ainsi à cause de leur amour pour Dieu, accomplissant son commandement d'aimer son prochain, cela fait une profonde impression sur son âme pure. Pacôme a juré de devenir un chrétien. Pacôme renvoyé de l'armée après la victoire, a reçu le saint baptême, a déménagé à la colonie isolée de Shenesit, et a commencé à mener une vie ascétique rigoureuse. Conscient de la nécessité d'une orientation spirituelle, il se tourna vers le désert Palamon-Dweller. Il a été accepté par l'Ancien, et il commença à suivre l'exemple de son instructeur dans les luttes monastiques.

       Une fois, après dix ans d'ascétisme, Saint-Pacôme a fait son chemin à travers le désert, et s'arrêta devant les ruines de l'ancien village de Tabennisi. Ici, il entendit une voix lui ordonnant de commencer un monastère à cet endroit. Pacôme dit l'Ancien Palamon de cela, et ils ont tous deux considéré les mots comme un commandement de Dieu.

          Ils sont allés à Tabennisi et construit une petite cellule monastique. Le saint Palamon Elder bénit les fondations du monastère et prédit sa gloire future. Mais bientôt Palamon partit pour le Seigneur. Un ange de Dieu apparut alors à Saint-Pacôme, sous la forme d'un schemamonk et lui donna une règle de vie monastique. Bientôt, son frère aîné, Jean est venu et s'y installe avec lui.

         St-Pacôme a enduré beaucoup de tentations et les agressions de l'ennemi du genre humain, mais il a résisté à toutes les tentations par sa prière et l'endurance.

      Peu à peu, les disciples commencèrent à se rassembler autour de St Pacôme. Leur professeur impressionné tout le monde par son amour pour le travail, ce qui lui a permis d'accomplir toutes sortes de tâches monastiques. Il cultivait un jardin, il s'entretint avec les conseils chercher, et il s'occupait des malades.

        St-Pacôme a introduit une règle de vie monastique cénobitique, donnant à chacun la même nourriture et des vêtements. Les moines du monastère rempli les obédiences qui leur sont confiées pour le bien commun du monastère. Parmi les diverses obédiences copiait des livres. Les moines n'ont pas été autorisés à posséder leur propre argent, ni d'accepter quoi que ce soit de leurs parents. St-Pacôme a considéré que l'obéissance accompli avec zèle était plus grand que le jeûne ou la prière. Il a également demandé aux moines une exacte observance de la Règle monastique, et il a réprimandé fainéants.

       Sa sœur Maria Pacôme est venu voir Saint, mais l'ascète rigoureux refusé de la voir. Grâce au gardien de la porte, il la bénit pour entrer sur le chemin de la vie monastique, en promettant son aide à cet égard. Maria pleurait, mais fit comme son frère l'avait ordonné. Les moines Tabennisi lui a construit un refuge de l'autre côté du Nil. Soeurs également commencé à se rassembler autour de Maria. Bientôt un monastère de femmes a été formé avec une règle monastique stricte fourni par saint Pacôme.

         Le nombre de moines au monastère développa rapidement, et il est devenu nécessaire de construire plus de sept monastères dans les environs. Le nombre de moines ont atteint 7.000, le tout sous la conduite de saint Pacôme, qui a visité tous les monastères et les administrés. Dans le même temps saint Pacôme est resté moine profondément humble, qui était toujours prêt à respecter et à accepter les mots de chaque frère.

       Sévère et strict envers lui-même, saint Pacôme a eu beaucoup de gentillesse et de condescendance envers les carences de moines spirituellement immatures. L'un des moines était avide de martyre, mais saint Pacôme détourné de ce désir et lui a demandé de remplir son obéissance monastique, dompter son orgueil, lui et la formation dans l'humilité.

        Une fois, un moine n'a pas tenu compte de ses conseils et a quitté le monastère. Il a été pris à partie par des brigands, qui le menaçait de mort et l'oblige à offrir des sacrifices aux dieux païens. Rempli de désespoir, le moine revint au monastère. St-Pacôme lui a ordonné de prier intensément nuit et jour, garder un jeûne strict et de vivre dans une solitude complète. Le moine suivi son conseil, et ce sauvé son âme au désespoir.

      Le saint a enseigné à ses enfants spirituels d'éviter de juger les autres, et il craignait lui-même de juger qui que ce soit, même en pensée.

        St-Pacôme pris en charge les moines malades avec amour particulier. Il leur a rendu visite, il a encouragé les découragé, il les a exhortés à être reconnaissants envers Dieu, et qui mettent leur espoir en Sa sainte volonté. Il assoupli la règle de jeûne pour les malades, si cela les aiderait à recouvrer la santé. Une fois, en l'absence du saint, le cuisinier ne pas préparer des aliments cuits pour les moines, en supposant que les frères aimés de jeûner. Au lieu de remplir son obéissance, les cuire tressées 500 nattes, quelque chose de saint Pacôme qui ne lui avait pas dit de le faire. En punition de sa désobéissance, tous les tapis préparés par le cuisinier ont été brûlés.

        St-Pacôme toujours enseigné aux moines de ne compter que sur l'aide de Dieu et de sa miséricorde. Il est arrivé qu'il y avait une pénurie de céréales au monastère. Le saint passa toute la nuit en prière, et le matin, une grande quantité de pain a été envoyé au monastère de la ville, sans frais. Le Seigneur a accordé à saint Pacôme le don de miraculeuse et la guérison des malades.

       Le Seigneur lui a révélé l'avenir du monachisme. Le saint a appris que futurs moines n'auraient pas tant de zèle dans leurs luttes que la première génération avaient, et ils n'auraient pas des guides expérimentés. Se prosternant sur le sol, St Pacôme pleura amèrement, criant au Seigneur et implore la miséricorde pour eux. Il a entendu une réponse vocale, "Pacôme, être conscient de la miséricorde de Dieu. Les moines de l'avenir recevra une récompense, car eux aussi doivent avoir l'occasion de souffrir la vie un fardeau pour le moine."

         Vers la fin de sa vie saint Pacôme est tombé malade de la peste qui a frappé la région. Son plus proche disciple, saint Théodore (17 mai), ont eu tendance à lui avec un amour filial. St-Pacôme est mort vers l'an 348 à l'âge de cinquante-trois ans, et fut enterré sur une colline près du monastère.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 20:34
Date de naissance :
1868mitr_evlogiy.jpg
Date du décès :
8 août 1946
Date de coordination :
1902
Date de vœux :
15 février 1895
Pays :
Russie
Biographie :

        Il est né le jour de Pâques 1868, dans le quartier hameau Somovo Odoevskogo province de Toula d'un pauvre Curé de l'église de l'Intercession George Ivanovitch et son épouse, Séraphine. Dans le baptême Basile.


        En 1882, VS Nobel a terminé séminaire St George. La même année, il entre au Séminaire Théologique de Tula et obtient son diplôme en 1860 avec un certificat de son père, la deuxième catégorie de classe théologique.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 20:29

Moscou, 20 juillet

 

  187093972.jpg      En raison de la sécheresse, l'état d'urgence a été décrété dans 23 régions de la Russie, lit-on mardi dans un communiqué du ministère de l'Agriculture.

         Il s'agit notamment des régions d'Orenbourg, de Saratov, de Samara, de Voronej, de Tcheliabinsk, de Volgograd, de Penza, de Nijni-Novgorod, d'Oulianovsk, de Tambov, de Kirov, de Kourgan, d'Astrakhan, de Belgorod et de Riazan, ainsi que du Bachkortostan, du Tatarstan, de la Mordovie, de l'Oudmourtie, de la Tchouvachie, de la Kalmoukie, de la république de Mari El et de la Transbaïkalie.

        Les températures anormalement élevées règnent depuis à peu près un mois dans la plupart des territoires de la Russie provocant de nombreux incendies.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article