Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 17:46

    1015euthemius-new.jpg     Saint Euthyme le Nouveau de Thessalonique et le Mont Athos, dans le monde a été nommé Nicétas, et il était originaire de la ville d'Ancyre en Galatie. Ses parents, Épiphane et Anna, ont conduits une vertueuse vie Chrétienne, de l'enfance et de leur fils était doux, pieux et obéissant. À l'âge de sept ans, il a été laissé orphelin et il est rapidement devenu le seul soutien de sa mère dans tous les domaines. Après avoir entré le service militaire, Nicétas mariés, sur l'insistance de sa mère. Après la naissance d'une fille, il a secrètement quitté la maison pour entrer dans un monastère. Depuis une quinzaine d'années, les vénérables Euthyme a vécu la vie ascétique sur le mont Olympe, où il a appris les actes monastiques des aînés.

       Le Moine alla s'installer sur le mont Athos. En chemin, il a appris que sa mère et sa femme étaient en bonne santé. Il les a informés qu'il était devenu un Moine, et il leur a envoyé une croix, les invitant à suivre son exemple. Sur le Mont Athos, il fut tonsuré dans le schéma Grande et a vécu pendant trois ans dans une grotte dans un silence total, aux prises avec les tentations. St Euthyme a aussi vécu pendant longtemps comme un stylite, non loin de Thessalonique, instruire ceux qui viennent à lui pour obtenir des conseils et de la guérison des malades.

       Le moine a nettoyé son esprit et son cœur à un point tel qu'il lui a été accordée des visions divines et de révélations. A l'ordre du Seigneur, St Euthyme a fondé deux monastères en 863 sur le Mont Peristeros, non loin de Thessalonique, dont il a guidé pendant 14 ans, avec le grade de Diacre. Dans un de ces sa femme et la mère a reçu la tonsure monastique. Avant sa mort, il s'installe sur Hiera, une île du Mont Athos, où il se reposa en 898. Ses reliques ont été transférées à Thessalonique. St Euthyme est appelé «le nouveau» pour le distinguer de saint Euthyme le Grand (Janvier 20).

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 21:27

Moscou, 24 août

 

   187287123.jpg      La Russe Vera Zvonareva, tête de série N°8, a été battue lundi soir dans la 24e finale de sa carrière au tournoi WTA de Montréal, au Canada, doté de 2 millions de dollars.

Elle s'est inclinée devant la Danoise Caroline Wozniacki, tête de série N°2, sur le score de 6-3, 6-2 en une heure et 15 minutes de jeu. Les deux finalistes avaient disputé lundi deux matches de suite. Initialement prévues pour samedi, les demi-finales ont été reportées à plusieurs reprises en raison du mauvais temps.

Zvonareva et Wozniacki sont à égalité (2 victoires à 2) après cette défaite de la Russe.

Il s'agit du 9e titre de la carrière et du 3e titre de l'année pour Wozniacki.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 21:23

  universit.jpg      « Personne n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être » Goethe

Cette société, d'une manière ou d'une autre, toute sa jeunesse la rejette. Et cette crise - qui est déjà en soi-même un problème spécifique considérable - élargit le débat bien au-delà d'elle-même, et l'ouvre en termes généraux, en termes d'avenir.
Ainsi l'université française réussit-elle le prodige d'offrir aux étudiants, aux chercheurs, un enseignement et des structures bureaucratisées, figées, centralisées, en même temps que s'y développe un climat perpétuel d'anarchie, d'agitation, de lutte et de verbiage idéologique. Il en résulte en fin de compte une inadaptation de plus en plus profonde, de plus en plus dramatique de cette université anarchique et sclérosée, aux besoins réels de notre société. Malgré l'existence de nombreux comités de liaisons étudiants-entreprises, l'Université se révèle incapable de nouer avec le monde professionnel et économique, les liens, les rapports de coordination qui s'imposent de manière urgente.
C'est là un grave problème, d'ailleurs quasiment insoluble dans un climat de démagogie idéologique qui refuse la sélection et dans un pays où - non seulement l'Université - mais aussi les communes, les régions et les professions, dans le cadre desquelles elle devrait s'insérer, demeurent elles-mêmes inorganisées, centralisées, massifiées. Le climat général qui règne dans la faculté est donc fort opposé à l'étude, mais aussi à la créativité, à l'initiative, à la liberté de l'intelligence dans son ordre propre. L'étudiant s'y trouve confronté à des conditions de vie difficiles en même temps qu'à l'inquiétude de son avenir. Surtout si l'on veut bien se souvenir que sur les chômeurs que compte notre pays, une forte proportion est composée de jeunes gens n'ayant jamais travaillé : pour inquiétant et significatif qu'il soit le problème universitaire n'est donc pas le seul problème des jeunes. Celui de l'insertion dans la vie professionnelle, est au moins aussi aigu. Au-delà encore, l'esprit général de la jeunesse « conteste » toute la société libérale que nous connaissons.
Et il est significatif que cette remise en cause, profonde, soit unanime. Cette jeunesse a rompu ses « solidarités » traditionnelles, elle s'est à la fois uniformisée dangereusement, divisée et morcelée, qu'elle a sacrifié ses finalités humaines supérieures, morales ou esthétiques au « culte sourcilleux » d'un dieu qui - bien souvent - n'est autre que l'Argent. Pour être, par définition, la génération de l'avenir, la jeunesse a eu au moins le mérite de mettre violemment en lumière le phénomène de rejet qui - bien au-delà d'elle-même - nous dresse tous contre un certain ordre qui cache mal une formidable crise de civilisation.

Frédéric Winkler

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:53

Sotchi (Sud), 24 août

 

   187287514.jpg       Rencontrant mardi le premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, le président russe Dmitri Medvedev s'est félicité du niveau des relations entre les deux pays et a espéré qu'elles continueraient de se développer.

         "Je suis persuadé que nos relations, qui se sont développées jusqu'à présent d'une manière remarquable, continueront de se développer d'après le même scénario", a affirmé le chef de l'Etat russe, après avoir fait remarquer que "les deux pays célébreraient après demain le 75e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques bilatérales".

M. Juncker a pour sa part constaté qu'aucun désaccord insurmontable n'avait jamais opposé la Russie et le Luxembourg.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:50

  thumb.small.17100827274.jpg      C'est aux salariés et aux employeurs de se rencontrer sur le marché du travail pour convenir contractuellement d'un prix. Mais ils en sont empêchés parce qu'il n’existe pas de marché du travail digne de ce nom. Premier épisode de notre série sur le marché du travail, et les solutions pour le mettre en place.

Un marché est un lieu où offreurs et demandeurs peuvent se mettre d’accord pour une transaction, et notamment fixer le prix de ce qui est acheté et vendu.

LE prix. Quand il y a un prix pour l’acheteur et un autre pour le vendeur, ce n’est plus un marché, car le mécanisme d’ajustement entre l’offre et la demande qui caractérise les marchés fait défaut.

Sur le soi-disant marché du travail, l’offreur (le candidat à l’embauche) s’intéresse à son salaire net, et le demandeur (l’employeur) au salaire super-brut, somme du salaire brut et des cotisations sociales patronales. Le premier ne représente qu’une fraction du second : de l’ordre de 55 %, en France, dans le cas général. Il y a donc deux prix, séparés par ce que l’on appelle souvent le « coin social et fiscal ». Entre ces deux prix se situe un ectoplasme juridique, le salaire brut, qui figure dans les contrats de travail.

L’employeur subit les cotisations patronales, fixées par l’État ou par des conventions collectives nationales (cotisations ARRCO et AGIRC). De ce fait, le prix qu’il paye est susceptible de varier, à la hausse ou à la baisse, selon le bon plaisir du prince. Là encore, les conditions d’un marché du travail ne sont pas réunies. Et les organisations patronales en sont réduites à quémander auprès du dit prince un « choc de compétitivité » sous forme de modération des taux de cotisations employeur. Cela est extrêmement malsain.

Où se situent les racines du mal ? Il en existe principalement deux :

- Les cotisations sociales ont été assimilées à des impôts (prélèvements obligatoires sans contreparties)

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:48

   thumb.small.airbus_A380.jpg      L'avionneur américain, qui avait recueilli plus de 1 000 commandes au 9 novembre, reprend le titre de premier avionneur mondial perdu en 2006.

L'avionneur européen Airbus a annoncé lundi qu'il avait enregistré 403 commandes du début de l'année à fin octobre, moitié moins que Boeing qui, lui, reprend le titre de premier avionneur mondial perdu en 2006. Les 23 commandes enregistrées pour le seul mois d'octobre comprennent une commande de quatre gros porteurs A350-900 par la compagnie libyenne Afriqiya, annoncée quelques instants plus tôt par Airbus. Boeing, qui depuis 2006 enregistrait chaque année moins de commandes que son rival, avait recueilli 1 009 commandes au 9 novembre dernier.

L'A350-900, dont l'entrée en service est prévue d'ici à la fin 2014, sera le premier modèle de la famille des A350. Ce nouveau long-courrier construit à majorité en matériaux composites, à base de carbone, concurrencera le 787 "Dreamliner" de Boeing, entré en service l'année dernière, ainsi que le 777, bien établi sur le marché des long-courriers. L'A330, un biréacteur long-courrier qui résiste au 777 de Boeing, s'est encore bien vendu ce mois-ci, avec 15 commandes de Turkish Airlines, tandis que la compagnie des Émirats arabes unis Etihad en commandait deux de plus.

Mais Boeing, comme prévu, écrase Airbus en termes de commandes cette année, grâce au succès de son futur moyen-courrier 737 MAX, qui entrera en service en 2017, deux ans plus tard que son rival, l'A320 Neo d'Airbus. Le 737 MAX a recueilli 938 commandes fermes depuis son lancement à l'été 2011. L'A320 Neo, lancé six mois plus tôt et qui doit entrer en service en 2015, conserve une belle avance, avec 1 469 commandes fermes.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:45

 thumb.small.mohamed_mehra.jpg      «Je suis fière de mon frère, il a combattu jusqu'au bout»: la sœur de Mohamed Merah affiche son soutien au tueur de Toulouse et Montauban dans un épisode de l'émission «Enquête exclusive» diffusé dimanche soir sur M6.

Mohamed Merah, islamiste assassin de trois militaires et de quatre juifs dont trois enfants, est mort le 22 mars lors d'un assaut du Raid dans son appartement d'un quartier résidentiel de Toulouse. Son frère Abdelkader, identifié comme adhérent à la mouvance salafiste par le renseignement français, est le seul mis en examen dans l'enquête sur les deux tueries. Sa sœur Souad est aussi identifiée comme soutien du salafisme par la Direction centrale du renseignement intérieur. Mais l'autre frère Merah, Abdelghani, dénonce depuis des années le radicalisme de sa fratrie.

«Les arabes ils parlent, mais les salafistes ils agissent»

C'est avec sa complicité que l'équipe d'«Enquête exclusive» a organisé une rencontre avec Souad Merah. Présente dans un parc de Toulouse avec son frère Abdelghani et leur mère, la jeune femme ne cache pas son soutien à son défunt frère. Enregistrée à son insu et filmée en caméra cachée, elle n'est pas dupe: «Je le dis tout haut tout fort, même là ils sont en train de nous enregistrer, (…) je suis fière.» Un peu plus tard, elle ajoute: «Je l'ai dit clairement aux flics: je pense du bien des moudjahidin, je pense du bien de Ben Laden.»

Souad Merah explique ensuite que, même si elle «ne met pas tous [les juifs] dans le même lot, tous ceux qui sont en train de massacrer les musulmans je ne les aime pas, comme eux ils ne nous aiment pas.» Répétant sa fierté pour les agissements de son frère, elle conclut: «Les arabes ils parlent, mais les salafistes ou les moudjahidin ils agissent, c'est différent.»

Poursuites souhaitées par les victimes

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:41

   thumb.small.forum_grenelle1.jpg     Par le Nouvel NH.Placée comme chaque année sous la houlette de son directeur Roland Hélie assisté de nombreux collaborateurs, la 6e journée Nationale et identitaire s’est déroulée ce dimanche 11 novembre devant un public nombreux estimé à plus d’un demi-millier de personnes.

Cette réunion qui avait pour thème « FACE A LA CRISE, UNE AUTRE EUROPE », aura permis à de nombreuses personnalités issues des courants nationalistes et identitaires les plus conscients des vrais enjeux auxquels la France se trouve aujourd’hui confrontée de venir exprimer leur point de vue sur le sujet. Pas moins de 17 orateurs se sont relayés à la tribune tout au long de la journée pour faire le constat d’une Europe livrée aux caprices de l’hyper-classe mondialiste qui n’aspire qu’à perpétuer les privilèges qu’elle s’est octroyée sur le dos de peuples européens de plus en plus massifiés et dépossédés de leur identité à coups d’immigration massive. La crise dont pâtit l’Europe est tout aussi morale et spirituelle qu’économique ont fait observé plusieurs orateurs. Si les peuples européens ne relèvent pas la tête et ne se réapproprient pas les valeurs qui ont fondé leurs cultures et engendré leur civilisation commune, en d’autres termes s’ils acceptent comme il leur est instamment demandé de renoncer à leur identité, alors le marasme économique qui de proche en proche gagne les nations de l’Europe ira en s’accentuant. Autrement dit le redressement de l’Europe passera par le renouveau intellectuel et spirituel de ses élites et non pas par l’affairisme de banques dont le seul souci est encore de tirer profit de la crise. La revue Synthèse national œuvre à cette prise de conscience a souligné l’ancien député Robert Spieler, sans se cacher les difficultés qu’il y aura à convaincre que la décadence n’est pas une fatalité. Carl Lang, Président du parti de la France, Gérôme Bourbon, directeur de Rivarol, Pierre Vial, Président de Terre et Peuple, Alexandre Gabriac, Président des Jeunesses nationalistes, Serge Ayoub, Président de 3e Voie, ainsi que tous les intervenants étaient venus livrer le même message d’espoir nourri de leur profond attachement à la civilisation européenne.       source : http://www.national-hebdo.net/LA-Vie-JOURNEE-DE-SYNTHESE

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 19:10

Minsk, 24 août

 

  187286512.jpg       La Russie est actuellement l'unique partenaire de la Biélorussie dans la construction d'une centrale nucléaire dans ce pays, a constaté mardi le premier vice-président du Comité biélorusse pour la science et les technologies Vladimir Nedilko lors d'une conférence de presse à Minsk.

        "A l'heure actuelle, nous n'avons pas d'autres partenaires que la Russie. Nous avons lancé un appel d'offres et invité les compagnies de pays tiers, mais aucune d'elles ne s'est présentée", a-t-il déclaré.

         Le président biélorusse Alexandre Loukachenko avait antérieurement fait remarquer que la Biélorussie pourrait renoncer à coopérer avec Moscou dans la mise en place de la centrale nucléaire.

        Le vice-président de l'Académie biélorusse des sciences Sergueï Rakhmanov a pour sa part affirmé que le programme de construction de la centrale avait été conçu sur la base d'un projet russe.

"Si des problèmes existent, ils sont d'ordre strictement financier", a-t-il dit.

          Les divergences entre les deux parties tiennent au fait qu'ils n'arrivent pas à s'entendre sur la création d'une coentreprise chargée de vendre l'électricité fournie par la future centrale.

        La Biélorussie envisage de mettre en place une centrale composée de deux réacteurs nucléaires. Le premier doit être lancé en 2016 et le second en 2018. La construction sera effectuée par des spécialistes russes et financée par un crédit russe.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 19:03

   1014martyrs-milan.jpg     Saints Martyrs Nazaire, Gervais, Protais et Celsius de Milan ont soufferts sous le règne de l'Empereur Néron (54-68). St Nazaire (Fils de la Chrétienne Perpetua et du juif Africain) est né à Rome et a été baptisé par l'Evêque Linus. Dès sa jeunesse Nazaire a décidé de consacrer sa vie à la prédication du Christ et d'aider les chrétiens errants. Avec cette intention, il quitta Rome et arrivée à Mediolanum (Milan).

        St Nazaire a rencontré Protais et Gervais lors de sa visite à la prison de chrétiens à Mediolanum. Il a tant aimé les jumeaux qu'il voulait souffrir et mourir avec eux. La règle appris qu'il avait été visiter les prisonniers, il a donc vu St Nazaire battu de verges, puis chassés de la ville.

          St Nazaire a procédé à la Gaule (la France actuelle), et il y prêcha le christianisme avec succès et converti de nombreux païens. Dans la ville de Kimel il a baptisé Celsius, le fils d'une femme chrétienne qui a confié son enfant au saint. Nazaire a soulevé le garçon dans la piété, et a acquis un fidèle disciple et collaborateur dans son travail missionnaire.

        Les païens ont jeté les saints pour les animaux sauvages pour être mangés, mais les bêtes ne seraient pas les toucher. Ensuite, ils ont essayé de noyer les martyrs dans la mer, mais ils marchaient sur l'eau comme sur la terre ferme. Les soldats qui ont effectué les ordres étaient si étonnés qu'ils se accepté le christianisme et libéré les saints martyrs.

         Saints Nazaire et Celsius se rendit à Milan et a visité Gervais et Protais de prison. Pour cela, ils ont été déférés devant Néron, qui a ordonné que Sts Nazaire et Celsius être décapité. Peu de temps après les saints frères Gervais et Protais ont également été exécutés. Les reliques de tous les martyrs quatre ont été volés par un chrétien nommé Philippe, et ont été enterrés dans sa maison.

        Plusieurs années plus tard, sous le règne de Théodose le saint empereur (408-450), saint Ambroise, évêque de Milan (7 Décembre), a découvert les reliques des saints Gervais et Protais par une révélation de Dieu.

        Sous le règne d'Arcadius et Honorius, saint Ambroise a également découvert des reliques des saints Nazaire et Celsius. Les saintes reliques, glorifiés par de nombreuses guérisons, ont été solennellement transféré à la cathédrale de Milan.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article