Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 20:08

Moscou, 3 septembre

 

 186084462.jpg       Il y a toutes les chances de voir les Etats-Unis ratifier le nouveau Traité de réduction des armements stratégiques (START) avant la fin de l'année, estime le président de la commission des Affaires internationales de la Douma (chambre basse du parlement russe) Konstantin Kossatchev.

       Le traité START a été signé le 8 avril 2010 à Prague. Pour entrer en vigueur, il doit être approuvé par les deux chambres du parlement russe (la Douma et le Conseil de la Fédération) et par le sénat américain. Moscou et Washington ont convenu de ratifier le traité simultanément.

       "Nous attendons une décision appropriée du sénat. La commission des Affaires étrangères [du sénat] doit se réunir le 15 ou le 16 septembre. Nos collègues américains nous ont assuré qu'elle prendrait une décision en faveur de la ratification. Après ceci, sans doute avant les élections sénatoriales du 3 novembre, la chambre haute votera au complet pour ce document", a affirmé M.Kossatchev à la chaîne de télévision Rossia 24.

Selon lui, "la perspective de ratification du traité avant la fin de l'année est tout à fait réelle".

        "Bien entendu, nous adopterons le même rythme dans notre travail à la Douma et au Conseil de la Fédération", a ajouté le député.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 19:50

Moscou, 3 septembre

 

  187356961.jpg      La plupart des Russes (57%) considèrent toujours l'alcoolisme et la toxicomanie comme les problèmes principaux du pays, selon les résultats d'un sondage publiés vendredi par le Centre d'étude de l'opinion publique russe (VTsIOM).

"L'alcoolisme et la toxicomanie restent en tête du classement des plus graves problèmes du pays. L'inflation (55%) et le chômage (50%) complètent le Top 3", rapporte le centre.

Parmi les problèmes graves figurent également la baisse du niveau de vie (41%), la corruption (41%), la criminalité (32%), la situation dans le secteur du logement et des services publics (28%) l'état du système de la santé publique (28%), ainsi que le paiement des retraites (27%) et les problèmes des jeunes (26%).

Les Russes sont également préoccupés par le terrorisme (22%), la crise de la morale dans la société (22%), la situation écologique défavorable (22%), l'influence des oligarques sur la vie du pays (20%). Viennent ensuite les problèmes de l'enseignement (17%), la situation démographique (16%), la crise économique et les arriérés des salaires (14% chacun), la situation au sein de l'armée russe et la sécurité nationale (10% chacun).

La situation internationale inquiète 8% des sondés, la position de la Russie dans le monde et ses relations avec les pays issus de l'URSS préoccupent 7% des personnes interrogées. Seuls 5% des sondés considèrent l'extrémisme comme un problème grave pour la Russie.

L'importance des problèmes de l'alcoolisme, de la toxicomanie, du niveau de vie, du logement, de la santé publique, des retraites, de la crise économique et du terrorisme a baissé de 7% à 4% en un mois. Dans le même temps, l'inflation, l'influence des hommes riches sur la vie du pays et la situation écologique préoccupent les Russes plus qu'en juillet (de 4% à 7%).

Le sondage a été réalisé les 14 et 15 août derniers auprès de 1.600 habitants de 140 localités dans 140 régions, territoires et républiques russes. La marge d'erreur statistique ne dépasse pas 3,4%.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 19:46

   thumb.small.3936195626.jpg     Anthony Simati, président de SOS Racisme Flandre Côte d’opale et militant anti-violence, a été sévèrement condamné par le tribunal, aujourd’hui en comparution immédiate, pour avoir tabassé son ex-concubine au point de la défigurer.

Il a été incarcéré à l’issue de l’audience pour purger une peine de huit mois ferme.

Source Français de France

 http://synthesenationale.hautetfort.com/

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 19:44

  thumb.small.img2212107.jpg     « Même si je vais manifester, ce que je n’ai pas encore décidé, je le ferai pour dire attention, il y a d’autres sujets qui sont des sujets bien plus importants que cela, et auquel le gouvernement se refuse de répondre ».

       Marine le Pen a évoqué hier sur LCI la manifestation du 13 janvier, pour la défense de la famille naturelle. « Même si je vais manifester, ce que je n’ai pas encore décidé, je le ferai pour dire attention, il y a d’autres sujets qui sont des sujets bien plus importants que cela, et auquel le gouvernement se refuse de répondre » a-t-elle déclaré, soulignant que, selon elle, la « priorité aujourd’hui, c’est de s’attaquer à la situation sociale qu’aggrave le gouvernement par des mesures d’austérité qui sont épouvantables« .

         On l’aura compris, la défense de la cellule familiale n’est plus une priorité pour le Front National, qui l’a d’ailleurs déclassé dans son programme de 2012 : Marine le Pen préfère s’attaquer d’abord à la situation économique et sociale. C’est bien dommage, car à moins de réduire l’homme à n’être qu’un producteur ou un consommateur, l’économie n’est pas première : elle doit rester subordonnée au politique. L’homme en effet ne vit pas que de pain. Quant à la question sociale, qui peut ignorer qu’elle est aussi relative à la politique familiale et aux problématiques de l’éducation et de la démographie ?

        En tout état de cause, les questions sociétales ne sont pas marginales : les interrogations qu’elle impliquent sous tendent en effet une idée de l’homme et de la place qu’il tient dans la société. En dernière analyse, toute politique repose donc sur une anthropologie. En l’occurrence, face à la mondialisation, et au mondialisme qui la prétexte pour émanciper l’homme de toutes attaches et de tout passé, pour niveler les différences et uniformiser nos sociétés, l’opposition nationale doit entretenir la vision de l’homme enraciné, rattaché à la planète par un ensemble de liens concentriques qui le constituent héritier aux sein des structures traditionnelles et historiques. A cette école, il existe principalement deux communautés naturelles d’appartenance : la famille d’abord, condition de la transmission de la vie et de l’éducation ; puis la nation, société plus vaste dans laquelle s’achève la cellule domestique. La famille est ici un élément structurel de la nation, puisque en organisant la filiation, elle devient la condition d’une société pérenne ; elle devient le fondement objectif d’une société qui ne peut s’inscrire dans la durée sans que soit assuré le renouvellement des générations et l’éducation des enfants.

        Ce que Marine le Pen doit comprendre, c’est qu’il n’y a finalement pas de politique nationale sans politique familiale. Ce qu’elle doit comprendre, c’est que les ennemis de la famille sont les ennemis de nation. Car leur ressort idéologique est le même : dépasser les structures d’enracinement et d’appartenance pour libérer l’homme de tout lien de dépendance, de toute attache. Comme s’il n’était plus débiteur de rien ni de personne et qu’il pouvait se réaliser en dehors de toute relation à l’altérité. Un besoin d’indépendance jusqu’à l’absurde. Le ressort idéologique de ces négateurs du réel, c’est la volonté de rentrer dans un rapport de propriété aussi bien avec la famille qu’avec la nation, pour les soumettre à leurs caprices et à toutes les expérimentations possibles. Dans le sillage des théories du contrat social qui récusent le caractère naturel et organique de toute société humaine.

       Ce que Marine le Pen doit saisir, ce sont les implications ultimes des principes qu’elle prétend défendre. Sans boussole idéologique, ni colonne vertébrale doctrinale, pas de crédibilité pour l’homme politique.

Jean de Rouen

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 18:59

Moscou, 3 septembre

 

   187356690.jpg      La santé financière des Russes est meilleure qu’en 2008, avant la crise, à en croire le sondage mené par le Centre Levada, écrit vendredi 3 septembre le quotidien RBC Daily.

La crise n’a pas trop affecté les revenus des Russes et les industries axées sur le consommateur en profitent, selon les acteurs du marché.

Le nombre de Russes gagnant à peine assez pour pouvoir acheter des produits alimentaires a baissé de 5% (jusqu’à 9%) par rapport à 2009 et de 3% par rapport à 2008. Cela est dû à l’augmentation des retraites de 30% en 2009 et de 46% en 2010, affirme Ioulia Tsepliaïeva, l’économiste en chef de la BNP Paribas. Rien d’étonnant donc que la pauvreté recule et que les statistiques s’améliorent.

Selon Rosstat (Service fédéral russe des statistiques d'Etat), les revenus disponibles des Russes ont augmenté de 5,2% et les salaires réels de 6,8% au cours du premier semestre 2010. Le nombre de ceux qui gagnent assez non seulement pour se nourrir mais aussi pour s’habiller est en hausse. Au cours des deux dernières années, ce groupe s’est accru de 7% pour atteindre le niveau record de 48%. Les experts notent par conséquent une croissance stable de la demande finale. En six mois, le chiffre d’affaires du commerce de détail a augmenté de 6,6%.

« Le rétablissement du niveau des ventes a commencé dès fin 2009, fait remarquer Iekaterina Andreïanova, expert de RMG Securities. Nous pouvons déjà affirmer que les consommateurs ont repris leurs préférences d’avant la crise dans la plupart des secteurs ». Toutefois, la situation dans le secteur des supermarchés et des magasins de produits électroniques n’a pas encore repris son cours normal mais Iekaterina Andreïanova espère qu’il y aura une stabilisation d’ici la fin d’année.

Les experts ne sont pas surpris par la dynamique positive du bien-être matériel des Russes. « Lors de la crise, la chute des revenus des ménages n’a pas été particulièrement profonde, or, les revenus de la population sont actuellement en hausse », fait remarquer Sergueï Smirnov, directeur de l’Institut de la politique sociale auprès de l’Ecole supérieure d’économie de Moscou. « La consommation était à la base de la croissance économique avant la crise en augmentant de 15 à 16% par an. Ce modèle se reproduit de nouveau », déclare Iaroslav Lissovolik, économiste en chef de Deutsche Bank.

Toutefois, cela ne permet pas d’affirmer que la crise dans le secteur de la cosommation est définitivement surmontée. « Le chômage était inférieur à 6% avant la crise, il est de près de 7% actuellement. Le chômage est de près de 2,5 – 3 fois supérieur à celui d’avant la crise », fait remarquer Ioulia Tsepliaïeva. Par ailleurs, si le prix du pétrole devait chuter jusqu’au niveau du premier semestre 2009, les revenus des Russes baisseraient automatiquement.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 18:52

   1204abarbara.jpg      La Sainte-Grande martyre Barbara vécu et a souffert sous le règne de l'Empereur Maximien (305-311). Son père, Dioscore le païen, était un Homme Riche et Illustre dans la ville syrienne de Héliopolis. Après la mort de sa femme, il se consacre à sa fille unique.

 

         En voyant la beauté extraordinaire de Barbara, Dioscore a décidé de la cacher aux yeux des étrangers. Par conséquent, il a construit une tour pour Barbara, où seuls ses professeurs païennes ont été autorisés à la voir. De la tour il y avait une vue sur les collines à perte de vue. De jour, il a pu contempler les collines boisées, les rivières à débit rapide, et les prairies recouvertes d'une couverture marbrée de fleurs; la nuit la voûte harmonieux et majestueux du ciel scintillait et a fourni un spectacle d'une beauté indicible. Bientôt la Vierge a commencé à se poser des questions sur la cause première et le Créateur de façon harmonieuse et un monde magnifique.

 

        Peu à peu, elle a acquis la conviction que les idoles étaient simplement le travail de l'homme. Bien que son père et les enseignants les adorent, elle s'est rendu compte que les idoles ne pouvaient pas avoir rendu le monde environnant. Le désir de connaître le vrai Dieu si consommé son âme que Barbara a décidé de consacrer toute sa vie à cet objectif, et de passer sa vie dans la virginité.

 

         La renommée de sa beauté propage dans toute la ville, et beaucoup cherché sa main en mariage. Mais malgré les supplications de son père, elle a refusé tous. Barbara a prévenu son père que sa persistance pourrait finir tragiquement et de les séparer pour toujours. Dioscore a décidé que le tempérament de sa fille avait été touchée par sa vie de solitude. Il a donc autorisé à quitter la tour et lui a donné une entière liberté dans le choix de ses amis et connaissances. Ainsi Barbara rencontré des jeunes filles chrétiennes dans la ville, et ils lui ont enseigné au sujet du Créateur du monde, sur la Trinité, et sur le Logos divin. Grâce à la Providence de Dieu, un prêtre est arrivé à Héliopolis d'Alexandrie déguisé en marchand. Après l'instruire dans les mystères de la foi chrétienne, il a baptisé Barbara, puis est retourné à son propre pays.

 

        Pendant ce temps, un établissement de bains de luxe a été construit à la maison de Dioscore. Par ses ordres, les travailleurs prêts à mettre deux fenêtres sur le côté sud. Mais Barbara, profitant de l'absence de son père, leur a demandé de faire une troisième fenêtre, formant ainsi une trinité de la lumière. Sur l'un des murs de la maison de bain Barbara tracé une croix avec son doigt. La croix a été profondément gravé dans le marbre, comme si par un instrument de fer. Plus tard, ses empreintes ont été imprimées sur les marches de pierre de l'établissement de bains. L'eau du bain public avait un grand pouvoir de guérison. St Siméon Métaphraste (9 Novembre) a comparé l'établissement de bains pour le flux de la Jordanie et de la piscine de Siloé, parce que par la puissance de Dieu, de nombreux miracles ont eu lieu là-bas.

 

         Lorsque Dioscore retourné et a exprimé son mécontentement au sujet du changement dans ses plans de construction, sa fille lui raconta comment elle avait appris à connaître le Dieu Trinitaire, sur la puissance salvatrice du Fils de Dieu, et sur la futilité de l'adoration des idoles. Dioscore entra dans une rage, saisit une épée et était sur le point de la frapper avec elle. La Sainte Vierge a fui de son père, et il se précipita après lui dans la poursuite. Son chemin est devenu bloqué par une colline, qui a ouvert et caché le saint dans une crevasse. De l'autre côté de la crevasse était une entrée menant vers le haut. St Barbara réussit alors à se cacher dans une grotte sur le versant opposé de la colline.

 

        Après une recherche longue et infructueuse de sa fille, Dioscore a vu deux bergers sur la colline. L'un d'eux lui a montré la grotte où le saint avait caché. Dioscore a battu sa fille terriblement, puis placé sous sa garde et a tenté de la porter vers le bas avec la faim. Enfin, il lui a remis au préfet de la ville, nommé Martianus. Ils ont battu St Barbara farouchement: ils l'ont frappée avec de la peau, et se frotta les blessures avec un chiffon de cheveux pour augmenter sa douleur. La nuit St Barbara pria avec ferveur pour son Epoux céleste, et le Sauveur lui-même est apparu et a guéri ses blessures. Puis ils ont soumis le saint à nouveau, et encore plus affreux tourments.

 

        Dans la foule, où le martyr a été torturé était le vertueux Christian femme Juliana, un habitant d'Héliopolis. Son cœur était rempli de compassion pour le martyre volontaire de la belle et brillante jeune fille. Juliana a également voulu souffrir pour le Christ. Elle a commencé à dénoncer les tortionnaires d'une voix forte, et ils l'ont saisie.

 

         Les deux martyrs ont été torturés pendant une longue période. Leurs corps ont été ratissées et blessés avec des crochets, puis ils ont été conduits nu à travers la ville au milieu de la dérision et de huées. Par les prières de Sainte-Barbe le Seigneur envoya un ange qui couvrirent la nudité des saints martyrs avec une robe splendide. Ensuite, les confesseurs du Christ inébranlables, Sts Barbara et Juliana, ont été décapités. Dioscore lui-même exécuté St Barbara. La colère de Dieu ne tarda pas à punir les tortionnaires, Martianus et Dioscore. Ils ont été tués après avoir été frappé par la foudre.

 

         Au sixième siècle, les reliques de la sainte grande martyre Barbara ont été transférées à Constantinople. Six cents ans plus tard, ils ont été transférés à Kiev (11 Juillet) par Barbara, la fille de l'empereur byzantin Alexis Comnène, qui a épousé le prince russe Michael Izyaslavich. Ils reposent encore aujourd'hui à St Vladimir cathédrale de Kiev, où un acathiste à la saint est servi chaque mardi.

 

       Beaucoup de chrétiens orthodoxes pieux ont l'habitude de chanter le Tropaire de St Barbara chaque jour, rappelant la promesse du Sauveur pour elle que ceux qui se souvenaient d'elle et ses souffrances seraient préservés de, une mort subite, et ne sortirait pas cette vie sans intérêt des Saints Mystères du Christ.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 18:39

   1204-alexander-hotovitsky01.jpg      Le nouveau Martyr de la Russie Alexander Hotovitzky est né le 11 Février 1872 à la ville de Kremenetz, dans la Famille pieuse de l'Archiprêtre Alexandre, qui était Recteur du Séminaire Théologique de Volhynie et plus tard se souviendra longtemps dans les cœurs des habitants orthodoxes de Volhynie comme un Bon Berger. Le jeune Alexandre a reçu une bonne Education chrétienne de ses parents qui lui ont inculqué l'Amour pour l'Eglise Orthodoxe et pour le peuple de Dieu.

 

       Le futur pasteur a fait ses études au Séminaire de Volhynie et à l'Académie Théologique de St Pétersbourg, à partir de laquelle il a obtenu un diplôme de maîtrise en 1895.

 

         Après son diplôme de l'Académie, il fut envoyé au service Missionnaire dans le Diocèse des Aléoutiennes et en Amérique du Nord, où il a été affecté au poste de lecteur à l'église Orthodoxe nouvellement établie Saint-Nicolas à New York City. Après son mariage avec Maria Scherbuhina, diplômé de l'Institut de Pavlovsk à Saint-Pétersbourg, le Hiéromartyr Alexander a été ordonné au Diaconat, et peu de temps après, le 25 Février 1896, à la prêtrise par l'Evêque Nicolas (Ziorov) des îles Aléoutiennes, dont Père Alexander se souviendrait toujours plus tard avec Gratitude et Amour.

 

         L'Ordination a eu lieu à la cathédrale du Diocèse de San Francisco. Dans son adresse au Père nouvellement ordonné Alexandre, l'Evêque Nicolas a expliqué son choix du nouveau prêtre pour le Ministère ordonné en ces termes :

 

         «Votre sens particulier de la décence, de votre bonne éducation, votre noble idéalisme et votre piété sincère immédiatement m'ont fait regarder favorablement sur vous et m'ont obligé à vous distinguer parmi les jeunes, avec qui vous avez utilisé pour me rendre à Saint-Pétersbourg... j'ai pu voir que vous aviez cette étincelle spéciale de Dieu, ce qui rend tout service d'une Action véritablement faite pour l'amour de Dieu, et sans lequel une Vocation devient sans âme et travail mort... Votre première expérience dans la prédication vous a montré la puissance de ce genre d'inspiration : vous avez vu comment les gens se sont rassemblés autour de vous et avec quelle attention ils se sont levés et ont écouté longuement vos discours... Pourquoi ces gens vous écoutent plutôt que d'aller à entendre d'autres prédicateurs ? Clairement l'étincelle qui brûle en vous attire le cœur de ces gens comme un aimant ".

 

        Une semaine après son ordination, le jeune prêtre retourne à New York pour assumer le pastorat de la paroisse où il avait précédemment servi comme lecteur. De 1898 à 1907, le nouveau martyr Alexandre a servi comme pasteur sous le omophorion de l'évêque Tikhon. Saint Tikhon, qui, dans l'année tragique de 1917, devait être élevé par la Divine Providence à la primatiale voir comme Patriarche de Moscou, d'une valeur hautement piété du Père Alexander sincère, son don d'amour pastoral, et son érudition théologique multiples facettes. Le spectre de son activité aux Etats-Unis était très large et très fructueuse. Il a réussi dans le service missionnaire, surtout chez les uniates récemment émigré de Galice et des Carpates Rus. Il fut aussi l'un des plus proches collaborateurs des hiérarques orthodoxes en Amérique et a représenté l'Eglise orthodoxe auprès des institutions et des réunions religieuses américaines.

 

        Le travail missionnaire du Père Alexandre ne fut pas sans beaucoup de tentations et les peines. L'archevêque, plus tard, Metropolitan, Platon (Rozhdestvensky) a exprimé sa gratitude pour les travaux de la Passion porte-Alexander en Amérique dans un discours prononcé à la Divine Liturgie, le 26 Février 1914. Adieu au père Alexandre, l'archevêque a déclaré: «Un matin, pendant des années, nous avons travaillé ensemble, vous êtes venu dans ma chambre et, sans dire beaucoup, déboutonnée votre chemise, révélant un très grand, bleu, abrasion sanglante sur votre poitrine. Cette blessure d'un fanatique, qui, dans un accès de rage vous a attaqué sauvagement avec un bâton, a suivi la réunion du peuple russe à qui vous avait encouragé votre propre frère ethnique de renoncer à la pernicieuse Unia avec Rome ... Tout mon être a été ébranlées et j'ai été profondément ému, car avant moi à ce moment-là était un véritable exemple de témoignage pour le Christ ".

 

        Grâce aux efforts du père Alexandre, paroisses orthodoxes ont été établis à Philadelphie, Yonkers, et Passaic ainsi que d'autres villes grandes et petites à travers l'Amérique du Nord. Les paroissiens de ces églises étaient berceau orthodoxe que le sort avait amené vers le Nouveau Monde, ainsi que Carpatho-Russes converti à partir du Unia et ancien protestant convertit à l'Église orthodoxe.

 

       Une contribution importante au témoignage de la vérité de l'orthodoxie avant que la société américaine hétérodoxe a été faite par le Messager orthodoxe américain, qui a été publié en anglais et en russe sous la direction éditoriale du Père Alexander. Articles par l'éditeur ont été régulièrement publiés dans cette revue.

 

        Le nouveau martyr Alexandre a participé activement à la création d'une société de secours mutuel du diocèse orthodoxe et à plusieurs reprises, il a servi en tant que trésorier, premier secrétaire et président de cette organisation. La société a fourni une aide matérielle aux autrichienne Carpatho-Russes, Slaves macédoniens, les troupes russes en Mandchourie, et aux prisonniers de guerre russes dans les camps japonais.

 

         Père Alexandre a aussi pris sur lui le fardeau ascétique de la construction de la cathédrale Saint-Nicolas architecturalement remarquable et majestueux à New York pour remplacer la petite église de la paroisse. La cathédrale était de devenir un ornement de la ville. Il a visité les communautés orthodoxes en Amérique solliciter des fonds pour la construction de la cathédrale. En 1901, il s'est également rendu dans son pays natal, la Russie, à cette fin. Dans les annales de l'église Saint-Nicolas, qui est devenu en 1903 la cathédrale du diocèse, il est écrit que: «Cette cathédrale a été créé et construit dans la ville de New York, en Amérique du Nord, sous la supervision et à travers les efforts et les travaux de la plus honorable archiprêtre Père Alexander Hotovitzky dans l'année de Notre Seigneur 1902 ".

 

         Le 26 Février 1906, l'Amérique orthodoxe a célébré le dixième anniversaire de service sacerdotal de l'archiprêtre Alexandre, l'un de ses plus remarquables pasteurs. L'évêque Tikhon a salué le jubilaire avec ces mots:

 

        "Comme vous vous rappelez votre ordination comme prêtre de Dieu à l'occasion de cet anniversaire, vous êtes sans doute à contrecœur envisagez comment vous avez utilisé vos talents donnés par Dieu, et vous demander si la grâce de Dieu a été décerné à vous en vain, et dans quelle mesure vous avez avancé sur le chemin de la perfection morale. Comme vous le jugez vous-même de cette façon, vous êtes à la fois le juge et l'accusé. Pour qu'un jugement soit juste, le témoignage de badauds, témoins, doit être entendue. Maintenant, ils parlent avant-écouter. Merci à l'Eternel! Nous venons d'entendre leur témoignage éloquent et sincère vous louer. Pour moi comme votre supérieur, je peux témoigner que vous avez prouvé à être dignes de confiance, et tu as justifié aux attentes qui étaient espérés à votre ordination ".

 

        Le service pastoral sacrificiel et dévoué du nouveau martyr Alexandre en Amérique a été conclu le 26 Février 1914, justement dix-huit ans après son ordination à la prêtrise. Dans son discours d'adieu, le père Alexandre a dit: «Adieu, American orthodoxe Rus-ma chère Mère, la Sainte Eglise américaine. Moi, ton fils toujours reconnaissants, arc entièrement sur le sol devant vous. Vous avez donné naissance à moi spirituellement, tu m'as nourri, de vos profondeurs vous m'avez inspiré par votre force. Par le témoignage éclatant de vos fondateurs, à travers les enseignements apostoliques éclairés de votre prédicateurs, par la ferveur de votre troupeau des fidèles, vous m'avez donné la joie à plus possible être ton fils ".

 

        De 1914 à 1917, le père Alexandre a servi comme prêtre à Helsinki, en Finlande, où la majorité de la population était protestante. Bien que la Finlande faisait alors partie de l'Empire russe, le clergé orthodoxe y avait à exercer de grands efforts pour protéger les Caréliens orthodoxes de l'expansionnisme prosélyte des luthériens finlandais. En Finlande, le nouveau martyr Alexandre était un fidèle assistant, actif et dévoué à son archipasteur-Serge (Stragorodsky), le futur patriarche.

 

        En Août 1917, le archiprêtre Alexandre a été transféré à Moscou et affecté comme vicaire à la Cathédrale de Christ le Sauveur. Ici, il était de nouveau sous la direction directe du Saint Tikhon, avec qui il avait déjà été étroitement associé à l'Amérique.

 

          La passion porte-Alexander a participé aux délibérations du Conseil des Églises de 1917 à 1918. Lorsque le Conseil a examiné la rédaction d'un message pour le troupeau orthodoxe concernant les élections au Conseil d'Etat, il a déclaré que, comme le sort de la Russie était en jeu, l'Église et le Conseil en particulier ne doivent pas se détourner de la lutte pour sauver l' nation. S'exprimant au sujet des efforts du Conseil de upbuild l'Eglise, il a exposé ses plans préliminaires pour l'ordre et la guérison dans la vie interne de l'Eglise et a déclaré avec une certaine amertume: «Il semble comme si il y avait des constructeurs qui ont furieusement préparent des plans, des plans et ainsi de suite pour la construction d'un édifice et dans le même temps on calmement observant la brique de destruction par brique de cet édifice par des ennemis ".

 

        Pendant les années difficiles de la guerre civile, le nouveau martyr Alexandre a collaboré étroitement avec Saint-Tikhon dans l'administration du diocèse de Moscou. En 1918, sous la direction spirituelle du recteur, le Père Nicolas Arseniev, et le vicaire, le père Alexandre, une confrérie affiliée à la cathédrale du Christ Sauveur a été établi. Comme première activité, la confrérie a lancé un appel au troupeau orthodoxe, le père Alexandre a aidé à écrire.

 

        Ce document a déclaré: «Les gens de la Russie! La cathédrale du Christ Sauveur, la parure de Moscou, la fierté de la Russie, la joie de l'Eglise orthodoxe a été condamné à la destruction lente. Ce monument glorieux pour les grands exploits des guerriers russes, qui ont donné leur vie pour leur pays natal et la sainte foi orthodoxe, s'est vu refuser l'aide de l'Etat ... Les gens de la Russie! Voulez-vous vraiment abandonner cette merveilleuse église du Sauveur à la moquerie? Est-il vrai, comme le prétendent les persécuteurs de l'Église Saint, que le peuple de la Russie n'ont plus besoin de choses saintes-Eglises, les sacrements, les services, parce que tout cela n'est pas à jour et superstitieux? Répondre, vous fidèles! Chacun d'entre vous, répondre comme celui-ci! Levez-vous et protégez vos choses saintes! Que les dons généreux et bien intentionnés des riches soient ajoutés aux pièces de monnaie précieuses des fidèles pauvres. Moscou, vous êtes au cœur de la Russie! Préservez votre église au dôme doré de Saint-Sauveur-le tombeau! ... "

 

         En réponse à cet appel, les habitants orthodoxes de Moscou rejoint la confrérie de la cathédrale du Christ Sauveur, et donné leur aumône pour soutenir la majestueuse église.

 

         Le service pastoral à l'époque était accompagné de beaucoup de chagrin et de danger. En mai 1920 et Novembre 1921 Père Alexander a été arrêté pour de brèves périodes. Il a été accusé de violer les décrets concernant la séparation de l'Église et de l'État, et l'école de l'Église, en maintenant l'école de l'église pour les enfants.

 

         En 1922, l'église a été soumis à rudes épreuves lorsque, sous le prétexte d'aider les affamés, les trésors ecclésiastiques, y compris vases sacrés, les icônes et autres objets sacrés ont été violemment confisqués par l'Etat. Répondant à l'appel de Sa sainte primate, l'Église orthodoxe a fait des dons généreux pour aider les affamés. Toutefois, lorsque Saint Tikhon a publié une déclaration à son troupeau à travers la Russie interdisant la coopération du clergé en cédant vases sacrés pour une utilisation non-ecclésiastique fondé sur le droit canon, une campagne diffamatoire contre l'Eglise a commencé dans la presse, Son primate a été arrêté, et une vague de procès a eu lieu dans toute la Russie, où les serviteurs de l'autel du Seigneur ont été accusés d'activité contre-révolutionnaire. Au cours de ces essais, de nombreux fidèles serviteurs de l'Église du Christ ont été condamnés à mort et ont versé leur sang comme hieromartyrs et des martyrs.

 

         Pendant ce temps difficile pour l'Église, le Père Alexandre a été résolument guidé par les déclarations du saint Patriarche à son troupeau et a également suivi ses directives. Des fonds pour aider les affamés ont été recueillis à La cathédrale du Christ Sauveur. Dans le même temps, des mesures ont été prises pour protéger les objets sacrés de l'église. Réunions des membres du clergé et les paroissiens de la cathédrale du Christ Sauveur ont eu lieu dans l'appartement de l'abbé Alexandre afin de rédiger une résolution de l'assemblée générale de la paroisse concernant le décret d'Etat.

 

         Un projet de résolution, préparé par le Père Alexandre, a protesté contre la confiscation violente des objets de valeur de l'église. Une assemblée générale des paroissiens a été convoquée le 23 Mars 1922 à la cathédrale du Christ Sauveur, présidée par l'archiprêtre Nicolas Arseniev. Père Alexandre avait déjà été arrêté. Cette réunion a adopté le texte final de la résolution, qui a exigé des garanties de l'Etat que tous les dons soient utilisés pour sauver les vies de ceux qui ont faim. Les participants à la réunion protester contre les publications toxiques contre l'Église ainsi que les insultes contre la hiérarchie. La rédaction de ce document a été considérée par les autorités comme une activité contre-révolutionnaire criminelle.

 

         Après deux procès intentés contre l'Eglise, à Petrograd et Moscou, qui a abouti à l'exécution de hieromartyrs et martyrs, un nouveau procès hautement visible du clergé et des laïcs ont commencé à Moscou le 27 Novembre 1922, au cours de laquelle ils ont été accusés d'avoir soi-disant «tentative de conserver en leur possession les mains des objets de valeur de l'église et, par la famine qui en résulte, pour renverser le régime soviétique ».

 

         Le procès dans cette affaire avait 105 membres du clergé et les laïcs. Parmi les principaux accusés étaient archiprêtre Serge Ouspensky, doyen de la deuxième circonscription de quarante église Prechistenka, l'archiprêtre Nicolas Arseniev, doyen de La cathédrale du Christ Sauveur, l'archiprêtre Alexandre Hotovitzky, assistant pasteur de cette cathédrale, Ilya Gromoglasov, curé de la cathédrale du Christ Sauveur , Lev Evgenievich Anohin, directeur de cette cathédrale, et l'archiprêtre Simeon Golubev, recteur de St John l'église de guerrier.

 

         La partie la plus importante de l'acte d'accusation présenté à la Cour concerne l'activité du clergé et des laïcs du Christ la cathédrale du Sauveur. L'acte d'accusation a déclaré: «Les principaux organisateurs et les leaders de cette activité criminelle étaient Priest Hotovitzky, président du conseil des paroisses dans ce domaine, Prêtre Arseniev, recteur de la cathédrale, Prêtre Zotikov, Prêtre Gromoglasov, ancien avocat Kayutov, ancien sous-ministre Shchepkin , le Golovkin marchand, et Anohin d'ingénieur. Quand le décret du Comité central exécutif suprême concernant la confiscation des objets de valeur de l'église a été émis, ils ont commencé leurs activités préliminaires sous la direction du prêtre Hotovitzky, qui a répété à rassembler secrètement les personnes nommées ci-dessus dans son appartement afin de planifier avec eux la mesures qu'ils se proposent d'adopter pour atteindre leurs intentions criminelles ".

 

       L'affaire était devant les tribunaux pendant deux semaines. Après l'acte d'accusation détaillé a été lu, l'interrogatoire des accusés a commencé. Père Alexander est resté cool et calme pendant l'interrogatoire alors qu'il tentait de protéger les autres défendeurs. Il n'admettait pas toute culpabilité, en déclarant: «Je considère que ce n'est pas contre-révolutionnaire de demander un montant correspondant de métal en échange d'objets de valeur de l'église."

 

        Après l'interrogatoire de tous les accusés et les témoins, lors de la session de la Cour le 6 Décembre, le dernier en date infâme, sinistre procureur Vychinski a prononcé le discours de clôture de la poursuite. Il a demandé au tribunal une condamnation à la peine capitale pour les treize accusés dont archiprêtres Alexander Hotovitzky, Nicholas Arseniev, Serge Ouspensky, Prêtre Ilya Gromoglasov, abbesse Vera (Pobedinskaya) du monastère de Novodievitchi les femmes et LE Anohin. Vishinsky a demandé que les autres accusés sont condamnés à des peines d'emprisonnement de durée variable.

 

        Le 11 Décembre, les défendeurs ont eu l'occasion de dire un dernier mot à la cour. Dans ses commentaires, le père Alexandre a tenté, tout d'abord, afin d'obtenir la clémence et la miséricorde du tribunal pour son clergé frère, "J'attire votre attention à ceux qui étaient à la réunion dans mon appartement: certains d'entre eux sont vieux et les autres sont très jeune et coupable de rien. Ce fut une réunion tout à fait ordinaire, ce n'était pas contre-révolutionnaire et il ne peut en aucun cas être caractérisé comme un terrain ombragé. "

 

         Les plus longues observations définitives ont été prononcées par le professeur et prêtre Ilya Gromoglasov. Cet accusé a tenté de gagner les faveurs de la cour en exposant sur son ancienne opposition au Saint-Synode. En ce qui concerne les conclusions de l'accusation, il a dit qu'il «rien de l'organisation criminelle dirigée par Hotovitzky savait."

 

        Le 13 Décembre, le verdict du tribunal révolutionnaire a été annoncé. Il était plus doux que les verdicts sanguinaires livrés à des essais précédents tenus à Pétrograd et à Moscou en collaboration avec la confiscation des objets de valeur de l'église. Chacun des principaux accusés, abbesse Vera (Pobedinskaya), l'archiprêtre Serge Ouspensky, et l'archiprêtre Alexandre Hotovitzky ont été condamnés à dix ans de prison, la confiscation de leurs biens personnels et la privation de leurs droits civiques pendant cinq ans. Les autres ont été condamnés à la peine d'emprisonnement moins. Demandes de grâce, faites par ceux qui ont été condamnés à des peines maximales, y compris celle de l'archiprêtre Alexandre, ont été rejetées par le Présidium du Comité central exécutif suprême le 16 Février 1923.

 

         Après le saint patriarche Tikhon a repris son administration de l'église et a fait plusieurs déclarations concernant la loyauté envers les autorités gouvernementales, de nombreux hiérarques, le clergé, les chefs religieux et les laïcs, qui avaient déjà été condamnés de la magistrature en conjonction avec la confiscation des objets de valeur de l'église, étaient amnistiés. Père Alexandre était parmi ceux libérés en Octobre 1923. Après sa libération, il n'a pas été affecté à une paroisse, mais desservi par invitation à diverses églises de Moscou.

 

         Il est resté libre que pour un court laps de temps. Déjà le 4 Septembre 1924, E. Tuchkov, chef de la 6e section du Département de la gestion politique de l'État, a compilé une liste de treize membres du clergé et les dirigeants de Moscou église et recommandé qu'ils soient soumis à l'exil administrative. Le nouveau martyr Alexandre, qui a été inclus dans la liste, a été caractérisé comme suit dans le présent document, "Un prêtre et prédicateur avec une formation post-universitaire, très actif, zélé et le plus influent parmi les Tikhonites. Sa vision est anti-soviétique ».

 

         Le 9 Septembre 1924, le nouveau martyr Alexandre a été soumis à un interrogatoire. "Au cours de mes convictions religieuses", at-il dit à ce moment: «Je me considère comme un Tikhonite. Mes relations avec le Patriarche sont intimes plutôt que strictement administrative, mais dernièrement, j'ai évité de rencontrer le patriarche Tikhon, car je sentais que cela pourrait lui inconvénient en raison de ma conviction en conjonction avec la confiscation des objets de valeur de l'église. Je n'ai jamais exprimé une opinion au sujet de la restauration de l'ancien gouvernement et une telle pensée n'a même pas traversé l'esprit. "

 

         Par une décision d'une assemblée spéciale de l'administration du Département de la gestion politique de l'État, le nouveau martyr Alexandre fut exilé dans la région Turuhan pour une période de trois ans. Son état de santé déjà défaut a été encore affaiblie par son séjour dans le Grand Nord.

 

         Après son retour d'exil, le père Alexandre a été élevé au rang de protopresbytre et est devenu l'un des assistants les plus proches des locum tenens adjoints du siège patriarcal, le métropolite (plus tard patriarche) Serge, qui le connaissait bien depuis l'époque de son service dans Finlande.

 

        Dans les années 1930, Protopresbytre Alexander a été recteur de l'église de la Déposition de la Robe sur Donskoy Street. L'un des paroissiens de cette église se souvient: «En 1936, le Père Alexandre n'a pas prêché, comme il a apparemment été interdit de le faire. En 1936-7, j'étais présent à plusieurs reprises, lorsque le père Alexander servi. C'était un grand, un prêtre aux cheveux gris avec des traits du visage doux, qui avait l'air très intelligent. Gris, cheveux taillés, une petite barbe, des yeux gris très gentil, un aigu, fort ténor ... exclamations prononcé distinctement et avec inspiration ... Son apparence m'a rappelé beaucoup de prêtres qui étaient exilés dans les régions occidentales ... Père Alexandre a eu beaucoup de paroissiens qui lui très vénéré ... Même aujourd'hui, je me souviens des yeux de Père Alexandre. Il semblait que son regard pénétrait le cœur et l'embrassa avec affection. J'ai eu le même sentiment quand j'ai vu le saint patriarche Tikhon ... La même lumière brille aussi dans les yeux du père Alexandre était témoignages de sa sainteté ».

 

         À l'automne 1937, le nouveau martyr Alexandre fut de nouveau arrêté. La preuve documentaire sur lui à notre disposition se termine avec ceci ; toutefois, la majorité des rapports oraux témoignent de sa mort comme un martyr. L'Eglise orthodoxe en Amérique, sur le territoire duquel Protopresbytre Alexander a servi comme prêtre jusqu'en 1914, le vénère comme une passion porteur, dont la vie comme un confesseur terminé avec les souffrances de Christ. Le lieu de sa sépulture est inconnu.

 

         L'Eglise de Russie commémore également St Alexandre le 7 Août, avec les archiprêtres Alexei Vorobiev, Michael Plishevsky, Jean Voronets, les prêtres Demetrius Milovidov, et Peter Tokarev, le Elisha Sholder diacre, et higoumène Athanase Egorov.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 18:32

  1203SabbasofZvenigorod.jpg      Saint Sava Storozhevsky de Zvenigorod a quitté le monde dans sa jeunesse, et reçut la Tonsure Monastique de saint Serge de Radonège, devenant son disciple et Compagnon d'Ascèse.

 

       St Sava aimait la solitude, et a évité de converser avec les gens. Il vivait dans un travail constant, déplorant la pauvreté de son âme, et tremblant devant le jugement de Dieu. Il était un modèle de simplicité et d'Humilité, et il a atteint à une telle profondeur de Sagesse spirituelle que :

«Dans le Monastère de Saint-Serge, il était un Confesseur spirituel pour tous les frères, un vénérable vieillard ayant extrêmement appris."

 

       Lorsque le Grand-Prince Demetrius du Don a construit le Monastère de la Dormition de la Mère de Dieu au bord de la rivière Dubenka, en reconnaissance de la victoire sur Mamai, Sava est devenu son Higoumène, avec la bénédiction du Saint-Serge. Préserver la simple manière de son mode de vie ascétique, il a mangé des plantes, portait des vêtements grossiers et dormait à même le sol.

 

         En 1392, les frères de la Serguiev Lavra, avec le départ de son higoumène Nikon dans le désert, a demandé St Sava être le higoumène du monastère. Ici, il "piloté bien le troupeau qui lui est confié au mieux de ses capacités, aidé par les prières de son père spirituel, Saint-Serge." Selon la tradition, le grand bien à l'extérieur des murs Lavra a été construit quand il était higoumène.

 

        Le Prince Yuri Dimitrievich Zvenigorodsky, un filleul de Saint-Serge, considéré St Sava avec beaucoup d'amour et d'estime. Il a choisi Saint Sava comme son père spirituel et le pria de venir donner sa bénédiction à toute sa maison. Le saint avait espéré retourner à son monastère, mais le prince le pria de rester et d'établir un nouveau monastère », dans sa patrie, près de Zvenigorod, à un endroit appelé Storozhi."

 

      St Sava a accepté la demande du prince Yuri Dimitrievich, et prier avec larmes devant une icône de la Mère de Dieu, il pria sa protection pour le lieu de désert. Sur Storozhi Hill, il a construit une petite église en bois de la Nativité de la Très Sainte Mère de Dieu, et une petite cellule pour lui-même à proximité. Ici, dans l'année 1399, le moine a établi un monastère, en acceptant avec amour tous ceux qui venaient chercher une vie de silence et de solitude.

 

       St Sava travaillait beaucoup à la construction de son monastère. Il a creusé un puits au pied de la colline, d'où il a effectué l'eau sur ses épaules, il a encerclé le monastère avec une palissade de bois, et dans un creux au-dessus, il a creusé une cellule où il pourrait demeurer dans la solitude.

 

        En 1399, Saint Sava bénit son fils spirituel, Prince Yuri, d'aller sur une campagne militaire, et il a prédit la victoire sur l'ennemi. Par les prières de la sainte Elder, les forces du prince ont remporté une victoire rapide. Grâce aux efforts de Saint Sava, une église de pierre de la Nativité de la Très Sainte Theotokos a également été construite pour remplacer celle en bois.

 

St Sava est mort à un âge avancé, le 3 Décembre 1406. Il a nommé son disciple, appelé aussi Sava, pour lui succéder.

 

        La vénération du Dieu-pleaser par la population locale a commencé immédiatement après sa mort. Le pouvoir miraculeux curatif sortant de la tombe du moine, et ses nombreuses apparitions, convaincu tout le monde que l'higoumène Sava "est vraiment un soleil débranchement de la lumière divine, illuminant tous ses rayons miraculeux." Dans une lettre de 1539 St Sava est appelé thaumaturge. Tsar Alexis Mikhaïlovitch avait une vénération particulière pour lui, aller à plusieurs reprises au monastère de Saint Sava à pied. Tradition nous a conservé un remarquable compte de la manière dont Saint Sava fois a sauvé d'un ours féroce.

 

        La Vie de saint Sava, compilée au XVIe siècle, raconte comment, à la fin du XVe siècle (1480-1490), le saint est apparu pour Denys, le quatrième higoumène du monastère Saint Sava et lui dit: «Denys! Réveillez-vous et peindre mon icône. «Quand Denys demanda qui il était, il répondit:« Je suis Sava, le fondateur de ce lieu. "

 

         Maintenant Denys n'avait pas connu le saint personnellement, donc il a appelé Elder Habacuc, qui avait connu Saint Sava, dans sa jeunesse, dans l'espoir de se convaincre de la vérité du rêve. Il a décrit l'aspect extérieur du saint, et Habacuc lui a assuré que le saint était exactement comme l'higoumène l'avait vu dans son rêve. Puis Denys rempli la commande et peint l'icône de Saint Sava.

 

        Le jour de la fête de Saint Sava a été créé au sein du Conseil de Moscou de 1547. Les reliques incorruptibles de la sainte ont été découverts le 19 Janvier 1652.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 18:29

    1203Zepaniah.jpg     Le Prophète Sophonie était un contemporain du Prophète Jérémie et de la prophétesse Oldama. Il était de la tribu de Siméon, et était le neuvième des douze petits prophètes de l'Ancien Testament. Le Prophète a vécu à la Cour royale, où il a prêché la repentance et a aidé le Roi Josias à éliminer le culte des idoles.

 

        Il a prophétisé sur les calamités qui devaient venir pour le peuple de Judée et dans les régions environnantes : Gaza, Ascalon, en Crète, et contre les Moabites, les Ammonites et les habitants de Ninive.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 19:50

Bakou, 3 septembre

 

  187356521.jpg      Le président russe Dmitri Medvedev, en visite en Azerbaïdjan, a appelé à ne pas voir de pièges cachés dans la décision de prolonger l'accord sur la base russe de Gumri en Arménie.

"La base a pour mission de garantir la paix et la stabilité dans la région. C'est son unique objectif", a annoncé M.Medvedev lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliev.

En août dernier, La Russie et l'Arménie ont prolongé l'accord militaire sur la base russe dans la ville arménienne de Gumri passé en 1995. L'accord sera en vigueur pour une période de 49 ans, à compter de 1995.

"Il est très important pour la Russie en tant que pays caucasien de préserver la stabilité dans cette région", a ajouté le président russe. "La prolongation de l'accord ne poursuit que cette tâche".

M.Medvedev a également promis "une coopération étroite et un échange d'opinions avec l'Azerbaïdjan dans le domaine de la sécurité régionale".

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article