Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 19:17
Vénérable Sainte Theodora d'Alexandria

Sainte Théodora d'Alexandrie et son mari vivaient à Alexandrie. L'Amour et l'harmonie régnaient dans leur famille, et ce fut odieux à l'ennemi du salut. Aiguillonné par le diable, un homme riche a été captivé par la beauté juvénile de Theodora et a commencé avec toutes ses capacités pour la conduire dans l'adultère, mais pour un long moment, il a échoué. Puis il a soudoyé une femme de mœurs légères, qui a dirigé l'Theodora modeste égarés en disant qu'un péché secret, où le soleil ne voit pas, est également inconnu à Dieu.

Theodora trahi son mari, mais ne tarda pas à ses sens de réaliser la gravité de sa chute, elle est devenue furieuse contre elle-même, se frappant sur le visage et la déchirure à ses cheveux. Sa conscience lui donnait pas la paix, et de Theodora est allé à une abbesse de renom et lui a parlé de sa transgression. L'abbesse, voyant la repentance de la jeune femme, lui parlait du pardon de Dieu et lui rappelait la la pécheresse de l'Evangile, qui a lavé les pieds du Christ de ses larmes et a reçu de Lui le pardon de ses péchés. Dans l'espoir de la miséricorde de Dieu, Théodora a déclaré: «Je crois que mon Dieu, et à partir de maintenant, je ne vais pas commettre un tel péché, et je tâcherai d'expier mon action."

A ce moment Ste Theodora résolu d'aller à un Monastère à se purifier par le travail et par la Prière. Elle a quitté son domicile en cachette, et se habiller dans les vêtements pour hommes, elle est allée au monastère d'hommes, car elle craignait que son mari allait la retrouver dans un monastère de femmes.

L'higoumène du monastère, afin de tester la détermination du nouveau venu, ne seraient pas même sa bénédiction à entrer dans la cour. St Théodora a passé la nuit à la porte. Dans la matinée, elle tomba aux genoux de l'higoumène, et a dit que son nom était Théodore d'Alexandrie, et le pria de la laisser rester au monastère de la repentance et travaux monastiques. Voyant l'intention sincère de la nouvelle venue, l'higoumène consenti.

Même les moines expérimentés ont été étonnés de Théodora prières toute la nuit à genoux, son humilité, l'endurance et d'abnégation. Le saint a travaillé au monastère pendant huit ans. Son corps, une fois souillé par l'adultère, maintenant devenu un navire de la grâce de Dieu et un réceptacle de l'Esprit Saint.

Une fois, le saint a été envoyé à Alexandrie pour acheter des provisions. Après sa bénédiction pour le voyage, l'higoumène indiqué que dans le cas d'un retard, elle devrait rester au-dessus du monastère Enata, qui était sur le chemin. Aussi rester à la maison d'hôtes du monastère Enata était la fille de ses higoumène. Elle était venue rendre visite à son père. Attiré par la beauté de la jeune moine, elle a essayé de séduire le moine Théodore dans le péché de fornication, ne sachant pas qu'elle était une femme debout devant elle. Rencontre avec le refus, elle a commis le péché avec une autre personne et est devenue enceinte. Pendant ce temps, le saint a acheté la nourriture et retourna à sa propre monastère.

Après un certain alors que le père de la jeune fille sans vergogne, se rendant compte que la transgression a eu lieu, a commencé à remettre en question sa fille sur le père de l'enfant. La jeune fille a indiqué qu'il était le moine Théodore. Le père à la fois signalé à la Supérieure du monastère où Saint Theodora travaillé dans l'ascèse. Les higoumène convoqués le saint et a répété l'accusation. Le saint fermement répondu: «Comme Dieu est mon témoin, je ne fais pas cela." Les higoumène, sachant de la pureté et la sainteté de la vie de Théodore, ne pas croire l'accusation.

Quand la jeune fille a donné naissance, les moines Enata apporté l'enfant au monastère où l'ascète a vécu, et ont commencé à reprocher à ses moines pour une vie chaste. Mais cette fois, même les higoumène croyait que la calomnie et est devenu en colère contre le Theodore innocent. Ils ont confié l'enfant aux soins du saint et l'ont jetée sur le monastère en disgrâce.

Le saint humblement soumis à ce nouveau procès, voyant en elle l'expiation de son ancien péché. Elle installe avec l'enfant non loin du monastère dans une hutte. Bergers, par pitié, ont donné son lait pour le nourrisson, et le saint se mangeaient des légumes sauvages seulement.

Ayant son malheur, le saint ascète passé sept ans en exil. Enfin, à la demande des moines, l'higoumène lui a permis de revenir au monastère avec l'enfant, et dans la solitude, elle a passé deux années à instruire l'enfant.

L'higoumène du monastère ont reçu une révélation de Dieu que le péché du moine Théodore a été pardonné. La grâce de Dieu insistait sur le moine Théodore, et bientôt tous les moines ont commencé à assister aux signes travaillé par les prières de la sainte.

Une fois, lors d'une sécheresse, tous les puits asséchés. Les higoumène dit aux frères que seule Théodore serait en mesure d'inverser le malheur. Ayant convoqué le saint, l'higoumène lui avait commandé de faire jaillir de l'eau, et l'eau dans le puits ne tarissent pas après. L'humble Théodore dit que le miracle a été travaillé par la prière et la foi de l'higoumène.

Avant sa mort, St Théodora enfermé dans sa cellule avec l'enfant et lui a ordonné d'aimer Dieu par-dessus toutes choses. Elle lui a dit d'obéir à l'higoumène et les frères, afin de préserver la tranquillité, à être doux et sans malice, pour éviter l'obscénité et la bêtise, à aimer non-convoitise, et de ne pas négliger leur prière communautaire. Après cela, elle a prié et, pour la dernière fois, elle a demandé au Seigneur de pardonner ses péchés. L'enfant a également prié avec elle. Bientôt, les mots de la prière fanées de la bouche de l'ascète, et elle sont partis paisiblement à un monde meilleur.

Le Seigneur a révélé à l'higoumène les réalisations spirituelles du saint, et aussi son secret. L'higoumène, afin d'éliminer tout déshonneur du défunt, en présence de l'higoumène et les frères du monastère Enata, dit de sa vision et de découverte au sein de la saint comme preuve.

L'higoumène et les frères d'Enata reculèrent de terreur à leur grande transgression. Tomber avant le corps du saint, avec des larmes ils ont demandé le pardon de Saint Theodora. Nouvelles de StTheodora atteint son ex-mari. Il a reçu la tonsure monastique à ce même monastère où sa femme avait été. Et l'enfant, soulevée par la religieuse, a également suivi les traces de sa mère adoptive. Ensuite, il est devenu higoumène du monastère très.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 19:13

Le XIe congrès du parti Russie unie a démontré la solidité et l'invulnérabilité du tandem qui dirige la Fédération de Russie.

Le principal événement du congrès a été l'adoption du programme fondé, à la fois, sur le "Plan Poutine", "Stratégie-2020", l'article du président russe Dmitri Medvedev "Russie, en avant!" et son Message à l'Assemblée fédérale (parlement). Aucune divergence entre les documents n'a été constatée, ils constituent ensemble une sorte de "cathéchisme" de Russie unie.

Les deux hauts dirigeants russes ont participé au congrès et pris la parole devant les délégués. Le président Dmitri Medvedev qui a assisté au congrès en tant qu'hôte d'honneur a présenté, en fait, le principal rapport politique. Le premier ministre russe Vladimir Poutine, leader du parti, a consacré son discours, pour l'essentiel, aux problèmes économiques desquels il assume la responsabilité en tant que chef de gouvernement.

Dmitri Medvedev a également abordé les problèmes économiques, mais seulement sur un plan général. "Les conséquences de la crise globale ont pu être considérablement affaiblies grâce à la coopération entre les structures de la société civile, le parti et les organes du pouvoir de tous niveaux", a-t-il constaté. Ensuite, il a développé ses sujets de prédilection de ces derniers temps: l'état désastreux de l'économie nationale dont il a hérité des dirigeants précédents et la nécessité de la moderniser d'urgence.

Le président a souligné qu'il avait parlé en détail de ces questions dans son article "Russie, en avant!" et dans son Message, c'est pourquoi il ne voulait pas en reparler. Mais il a trouvé des mots nouveaux et de nouvelles nuances pour son " huile sur toile" décrivant l'état actuel de la Russie :

«Une économie arriérée reposant sur les matières premières ne peut être qualifiée d'économie au sens contemporain du terme que conventionnellement, et ne garantit pas le bien-être national de façon substantielle et stable. La santé de notre société ne dépend absolument pas de facteurs que nous contrôlons, mais des oscillations et des caprices de la conjoncture mondiale".

Le chef de l'Etat en a tiré la conclusion logique: "Si nous continuons à être un pays vivant sur les matières premières, nous allons piétiner et, par conséquent, dégrader". Il a tout de suite rappelé à l'assistance: "Russie unie ne pourra conserver ses positions dominantes dans le système politique qu'à condition de pouvoir non seulement stabiliser la situation dans le pays, mais aussi de moderniser l'économie". Bien plus, il a proposé aux délégués du forum de Russie unie et à ses dirigeants "non seulement de contribuer à la modernisation", mais aussi de mener ce processus. Il n'y a pas eu d'objections.

Par conséquent, le principal parti politique russe qui vient d'annoncer l'adoption de l’idéologie du "conservatisme russe" doit se positionner aussi comme un "parti de la modernisation". Il est vrai que ce n’est pas stipulé dans son programme. Ce credo du parti doit être, pour ainsi dire, sous-entendu. Le président de la Douma (chambre basse du parlement russe) Boris Gryzlov a également déclaré que les adhérents de Russie unie professaient " une idéologie de la stabilité et du développement, du renouveau créateur permanent de la société sans stagnations ni révolutions". C'est, en fait, une "modernisation non violente", dont la nécessité est sans cesse soulignée par Dmitri Medvedev.

Dans son discours au congrès de Russie unie, le président a abordé aussi bien les problèmes de politique générale que les problèmes intérieurs du parti. Il a approuvé, dans l'ensemble, le rôle joué par le parti dans "la modernisation du système politique de notre pays" et rappelé que le parti Russie unie ne pourrait enregistrer de changements que s'il changeait lui-même. Il lui a aussi légèrement reproché ses certains défauts.

Par exemple, Dmitri Medvedev n'apprécie pas le fait que certaines sections régionales du parti "réduisent leur activité politique à des intrigues de bureau et des jeux politiques". C'est la raison pour laquelle "les élections qui doivent être une expression de la volonté du peuple, une compétition des idées et des programmes", se transforment parfois, selon le président, "en histoires personnelles quand les procédures démocratiques sont confondues avec les procédures administratives". Il faut insister pour se débarrasser de ces "mauvaises habitudes politiques", de même que des fonctionnaires ayant ces habitudes. Quant au parti, il faut le "moderniser" aussi, "le rendre plus souple, plus transparent". Dmitri Medvedev est certain qu'il faut apprendre à "vaincre dans une lutte ouverte".

On peut déduire de ces souhaits et de cette critique amicale que le président n'est pas content des élections régionales du 11 octobre dernier et du comportement des structures du parti Russie unie en province. Dmitri Medvedev a jugé nécessaire de faire connaître publiquement son mécontentement aux cadres du parti, bien que sous une forme atténuée.

En même temps, le chef de l'Etat a chaleureusement approuvé deux amendements importants apportés aux Statuts du parti qui ont également été adoptés au congrès: la participation obligatoire des représentants de Russie unie aux débats politiques à toutes les élections et la désignation des candidats sur la base d’un vote préalable dans les partis, c'est-à-dire aux élections primaires.

D'ailleurs, le parti Russie unie a été âprement critiqué par ses opposants politiques justement pour son refus de participer aux débats électoraux. Ce changement significatif de position peut être considéré comme un signe réel de la modernisation qui commence.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 19:10

Le calendrier abonde en dates et en événements liés, d'une manière ou d'une autre, à l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et à ses nouveaux interprétateurs.

Le 20 novembre a eu lieu l'anniversaire du procès de Nuremberg qui a tiré un trait sur le terrible massacre de 1939-1945. En plus des dirigeants du IIIe Reich, le tribunal a condamné leurs acolytes en Europe de l'Est, les nazis de second plan qui jouent aujourd'hui le rôle de héros nationaux des "nouvelles démocraties" de la région. Fin octobre - début novembre, l'Ukraine a célébré pompeusement la fête du 65e anniversaire de la libération de l'Ukraine des fascistes, instituée par le président Viktor Iouchtchenko qui s'est souvenu que les nationalistes ukrainiens avaient tenté de lutter, à la fin de la guerre, aussi bien contre les "rouges" que contre les Allemands.

Rappelons d'abord les faits. "La question relative au nombre exact de collaborationnistes d'URSS au service de l'Allemagne pendant la guerre est très difficile à établir. La littérature occidentale cite souvent 2 millions, et même 3 millions. La littérature russe indique, pour l'essentiel, un million, a déclaré le docteur en histoire Sergueï Drobiazko lors d'une table ronde à l'Institut russe d'études stratégiques. Selon lui, dans ce nombre de collaborationnistes, on inclut tant ceux qui ont combattu pour l'Allemagne les armes à la main que ceux qui ont apporté une aide aux Allemands en creusant des tranchées ou en servant dans la police.

Un autre fait intéressant sur les collaborationnistes a été cité par le député de la Rada suprême ukrainienne (parlement) qui a déclaré que les unités de l'OUN-UPA (organisation des nationalistes ukrainiennes, Armée des insurgés ukrainiens) et les bandes de Melnikov présentées par l'historiographie ukrainienne comme des combattants pour les intérêts ukrainiens étaient constituées, pour l'essentiel, de Polonais de la Pologne de l'Est. Ces Polonais n'étaient pas des citoyens soviétiques. "Avant de lutter contre la réhabilitation des collaborationnistes dans les pays postsoviétiques, il faut abandonner ses propres nombreux mythes historiques", suggère Alexandre Fomenko de l'Université de commerce et d'industrie de Russie. Selon lui, il faut bien comprendre l'attitude de la Vieille Europe par rapport à la Seconde Guerre mondiale et ne pas attendre de véhémentes protestations de sa part. "La Première Guerre mondiale a été un grand bouleversement pour l'Europe, alors que le prix essentiel de la Seconde Guerre mondiale a été payé par l'URSS et le IIIe Reich. Pour l'Occident, dont l'inconvénient s'est réduit à l'absence de café en vente libre, cette guerre et la victoire n'étaient pas sacrées".

Selon Alexandre Fomenko, la conception soviétique du mouvement de la Résistance européenne est également un mythe. "Il est à remarquer que Maurice Thorez était défaitiste en 1940 et qu'il s'est prononcé pour la reddition de Paris à l'Allemagne", affirme-t-il. "Le gouvernement pro-allemand de Pétain a été élu en France avec le respect de toutes les procédures formelles", indique-t-il. "Il y avait autant de ceux qui servaient de leur plein gré les fascistes que de combattants actifs de la Résistance. Des milliers de Français ont servi l'Allemagne fasciste. Rares sont ceux qui savent qu'aux dernières heures de l'assaut lancé contre Berlin, il a été défendu par de grandes unités constituées de Français …", a ajouté Alexandre Fomenko.

Le directeur des programmes d'études de la Fondation Mémoire historique Vladimir Simindeï a produit un choc en mentionnant les contacts entretenus entre les collaborationnistes et les autorités actuelles de l'Europe de l'Est. Selon lui, on ressent qu'il existe dans les pays baltes un lien entre les cercles de nationalistes émigrés et les autorités actuelles ukrainiennes. "On peut citer l'amitié "touchante" des élites ukrainienne et géorgienne qui n'avait jamais existé jusque-là, par contre, les nationalistes émigrés des deux pays ont toujours été liés d'amitié à l'étranger", a déclaré Vladimir Simindeï.

Lors d'une conférence de presse internationale à RIA Novosti, la nécessité de lutter contre la réhabilitation des collaborationnistes a été perçue comme allant de soi. Mais peut-être les idéologues baltes et ukrainiens ont-ils raison? Et si Bandera (chef d'OUN) et Choukhevitch (Hauptsturmführer proclamé par un décret de Viktor Iouchtchenko Héros de l'Ukraine pour sa contribution remarquable à la lutte de libération nationale et l'indépendance de l'Ukraine) avaient remporté la victoire, est-ce que l'Ukraine serait indépendante et heureuse?

Les considérations les plus générales et incontestables prouvent que non. "Cela s'est produit au début de la guerre, lorsque l'Armée rouge reculait à l'Est. Les soldats d'une formation profasciste de nationalistes estoniens se sont installés au musée Lénine", a indiqué Boris Kovalev, professeur de la chaire de théorie de l'Etat et du droit de l'Université de Novgorod. "Le commandant de la formation qui était ivre a dit à ses subordonnés que lorsqu'il dormait sur le "lit de Lénine", une idée lui est venue : « la grande Estonie s'étendant jusqu'au lac Ilmen était insuffisante, il fallait que la grande Estonie s'étende jusqu'à l'Oural », a raconté Boris Kovalev. Selon lui, le commandant a été relevé peu après de son poste, car les Allemands avaient leurs propres plans concernant les territoires conquis.

"Il n'y aurait point d'Etats est-européens indépendants en cas de victoire de l'Allemagne", a souligné Boris Kovalev. Après la victoire, les fascistes auraient peut-être permis aux nationalistes est-européens d'attribuer le nom de Choukhevitch à un salon de coiffure ou à un square, mais ce serait un territoire allemand avec la pratique sociale fasciste.

Selon Vladimir Semindeï, l'inadmissibilité d'une telle révision en Russie doit être le premier moyen de lutte contre la révision de l'histoire. "Lorsqu'on réhabilite chez nous Krasnov et d'autres collaborationnistes russes, nous perdons tout droit moral de le reprocher aux pays baltes et à l'Ukraine. Il est nécessaire d'élaborer une position sociale commune contre ce phénomène en Russie", estime-t-il.

L'approche juridique de ce problème présente de l'intérêt. Comme l'a fait observer le directeur des programmes scientifiques de l'Institut de conservatisme dynamique Mikhaïl Demourine, "la compréhension traditionnelle des événements de la Seconde Guerre mondiale réside dans les résultats du procès de Nuremberg qui est à la base de la législation de l'ONU. L'article 107 de la Charte de l'ONU définit la notion d'Etat ennemi. Un tel Etat est tout pays qui lance des actions militaires contre l'une des puissances de la coalition", a indiqué Mikhaïl Demourine.

Le chercheur à l'Institut historique allemand Sergueï Koudriachov a fait remarquer pour sa part que les collaborationnistes est-européens sont, du point de vue juridique, déjà des criminels à cause du serment qu'ils ont prêté à Hitler.

Comment mettre un point dans le débat sur les falsifications de l'histoire dans les pays postsoviétiques? Il est probablement impossible d'y mettre un point final. L'essentiel est que les principaux facteurs de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale ne doivent pas pâtir en fonction de la conjoncture politique contemporaine qui change avec les régimes: c'est la condamnation catégorique par la communauté mondiale des fascistes et de leurs acolytes en tant que fauteurs de guerre. Sur cette question, il ne doit pas y avoir de compromis.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 18:00
Salutation patriarcale pour les lecteurs de l'album consacré au 30e anniversaire de la production d'art des entreprises "Sofrino"

A l'occasion de l'album consacré au 30e anniversaire de l'Art et de la production des entreprises "Sofrino" de l'Eglise Orthodoxe russe, le Patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille a envoyé un message d'accueil à l'édition des lecteurs.

Aux lecteurs de l'album consacré au 30e anniversaire de l'art et de la production des entreprises "Sofrino" de l'Eglise Orthodoxe russe

Chers frères et sœurs !

Le sort de la société Art-production, a ouvert en 1980 dans le village de Sofrino, étroitement liée à la renaissance de l'Eglise Orthodoxe russe.

Ce fut le moment où, après des décennies de persécution étaient de recréer les églises et les monastères, décorer le sanctuaire demeure un demi-siècle de négligence, de fournir à tous les besoins des fidèles à la vie liturgique. Les soins du Clergé et du peuple radeyuschie la gloire de Dieu et le rétablissement des traditions de culte, dans leur intégralité travailleurs divisés "Sofrino".

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 17:49
Les portiques de l'injustice fiscale en Bretagne

Les cafés rennais résonnaient dimanche et encore ce lundi matin des échos de la colère des agriculteurs bretons et de la bataille autour du portique de Pont-de-Buis destiné au prélèvement automatique de la fameuse écotaxe : les télévisions d’information passaient en boucle les mêmes images des fumées, des bonnets rouges défiant les gardes casqués ou des manifestants blessés, à terre… Et cela discutait sec en lisant « Le journal du Dimanche » ou « Ouest-France-dimanche » qui faisaient chacun leur couverture sur « Les révoltés de l’écotaxe » ou « Vent de fronde en Bretagne ». Sur le comptoir d’un bistrot, comme une sorte d’intersigne, il y avait aussi le numéro « hors-série histoire » du magazine « Bretons » qui titrait, insolemment, « La Bretagne contre la Révolution ? », un chouan montant la garde en couverture…

Ce qui a mis le feu aux poudres en Bretagne, c’est cette taxe supplémentaire qui doit entrer en application au 1er janvier prochain, au moment même où la Bretagne affronte une de ses plus graves crises de l’emploi, entre les licenciements dans l’industrie automobile (usine PSA de Rennes-La-Janais), dans celle des télécommunications (Alcatel-Lucent, là encore à Rennes mais aussi à Lannion), et, surtout, dans ce qui constitue encore l’un des principaux réservoirs de métiers et d’emplois de la province, le secteur agroalimentaire, avec la fermeture de nombreux abattoirs et d’entreprises de transformation de la viande et du poisson, en particulier dans le Finistère, là où la tension sociale est désormais la plus palpable et la plus explosive comme les jours derniers l’ont bien montré.
Cette écotaxe est donc bien mal venue : ce n’est ni le moment ni le lieu, si l’on peut dire, de l’appliquer, alors que la Bretagne subit de plein fouet les effets délétères d’une mondialisation qui respecte si peu (voire pas du tout…) les règles d’équité économique, de justice sociale et de souci environnemental ! Quelques exemples de cette folle et terrible mondialisation sans freins ni entraves : la concurrence déloyale des abattoirs allemands qui exploitent une population d’ouvriers misérables venus de l’Europe orientale et centrale, certains d’entre eux étant payés moins de 400 euros mensuels (!), et cela dans la première puissance économique de l’Union européenne, au cœur de celle-ci, sans que cela émeuve beaucoup la Commission européenne ; les multiples violations par les grandes multinationales de l’agroalimentaire des milieux naturels (destruction des forêts brésilienne ou africaine pour produire de l’huile de palme ou des agrocarburants, saccage des littoraux ou des fonds marins pour en tirer à moindre frais le maximum de ressources monnayables, etc.) et l’indifférence totale de celles-ci pour le bien-être animal ou la diversité des espèces végétales, etc.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 17:46

Il faut assainir le système policier russe avant de le renforcer, a déclaré la présidente du Conseil d'assistance au développement des institutions de la société civile et des droits de l'Homme auprès le président russe Ella Pamfilova.

Les messages d'Alexeï Dymovski "illustrent le du malaise affectant le système policier", a déclaré Mme Pamfilova.

Le sept novembre dernier Alexeï Dymovski, alors commandant de police à Novorossiïsk (sud), a placé des messages vidéo sur son blog, critiquant les conditions de vie des policiers, les salaires de misère, l'absence de congés payés et de congés de maladie. Il a également déclaré que ses chefs l'avaient obligé à élucider des crimes "imaginaires" afin d'améliorer les statistiques de la police et a dénoncé la corruption au sein des organes judiciaires.

"La modernisation du droit est impossible sans une modernisation radicale des organes de force, où les exactions sont devenues la norme et les offenses aux citoyens - un événement ordinaire", a insisté Mme Pamfilova.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 17:41
Décès de Konstantin Feoktistov, le premier cosmonaute Soviétique "Civil"

Konstantin Feoktistov, l'un des premiers cosmonautes soviétiques, s'est éteint le 21 novembre à Moscou à l'âge de 83 ans. Illustre constructeur, il restera le premier civil ainsi que le premier et le seul cosmonaute soviétique à ne pas avoir été membre du parti communiste (PCUS).

Décès de Konstantin Feoktistov, le premier cosmonaute Soviétique "Civil"
Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 18:06

Le Russe Igor Kunitsyn a chuté lundi de 20 places quittant le Top 100 du classement ATP technique établi sur 52 semaines après avoir perdu les points qu'il avait gagné il y a un an en demi-finales du tournoi ATP de Helsinki.

Le vainqueur du tournoi finlandais de 2008 Dmitri Tursunov, absent des courts depuis l'US Open 2009, recule de 26 places pour se retrouver au 89e rang.

Le Top Ten reste inchangé. Le Suisse Roger Federer est toujours en tête, devant l'Espagnol Rafael Nadal et le Britannique Andy Murray.

Le classement ATP technique au 23 novembre se présente comme suit:

1 (1). Roger Federer (Suisse) - 10.150 points;

2 (2). Rafael Nadal (Espagne) - 9.205;

3 (3). Novak Djokovic (Serbie) - 7.910;

4 (4). Andy Murray (Grande-Bretagne) - 6.610;

5 (5). Juan Martin del Potro (Argentine) - 5.985;

6 (6). Andy Roddick (États-Unis) - 4.410;

7 (7). Nikolay Davydenko (Russie) - 3.630;

8 (8). Fernando Verdasco (Espagne) - 3.300;

9 (9). Robin Söderling (Suède)- 3.010;

10 (10). Jo-Wilfried Tsonga (France) - 2.875;

...
19 (19). Mikhail Youzhny (Russie) - 1.690;

35 (35). Igor Andreev (Russie)- 1.030;

53 (52). Evgeny Korolev (Russie) - 848;

61 (61). Marat Safin (Russie) - 720;

89 (63). Dmitri Tursunov (Russie) - 565;

103 (83). Igor Kunitsyn (Russie) - 525.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 18:01
Pegida : manifestation en Angleterre
A deux mois et demi des élections législatives au Royaume-Uni, le mouvement anti-islam Pegida organise une manifestation à Newcastle, le 28 février.

Après l'Allemagne, le Royaume-Uni ? Le mouvement islamophobe Pegida veut organiser, le samedi 28 février, sa première manifestation en Angleterre, dans la ville de Newcastle.


Lancées le 20 octobre en Allemagne, les manifestations de Pegida (acronyme allemand pour "Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident") n'ont cessé de grossir à Dresde, dans l'ex-Allemagne de l'Est communiste, rassemblant jusqu'à 25 000 personnes le 12 janvier après les attaques djihadistes à Paris. La mobilisation s'est quelque peu tarie après la défection de plusieurs de ses grandes figures. Le mouvement a un peu essaimé ailleurs en Europe (Suède, République tchèque), mais sans véritablement prendre d'ampleur.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/pegida-veut-organiser-une-manifestation-en-angleterre_1651456.html#WZ6BSvi3sLITGUGo.99

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 17:59
Pédophilie : l'Education nationale de Najat Vallaud belkacem dans la tourmente
(...) Alors que les affaires se multiplient et sont le plus souvent étouffées par le ministère de l’Éducation Nationale, on ne peut que s’interroger du silence des médias nationaux.

(...) Les médias, si rapides à communiquer au moindre abus sexuel dans l’Église restent scandaleusement silencieux sur ces affaires. Pourtant, contrairement à l’Éducation Nationale, l’Église, en France et dans le Monde, n’a pas hésité à s’occuper pleinement du problème et à communiquer très largement sur ces scandales.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article