Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 19:21

Le président russe Dmitri Medvedev rejette catégoriquement les affirmations selon lesquelles la Russie perdrait ses alliés dans l'espace postsoviétique.

"Soyons réalistes, nous n'avons perdu aucun de nos amis. Nous ne tenons à personne le langage des ultimatums. Ce serait une attitude incorrecte et contreproductive", a-t-il déclaré lundi lors d'un entretien avec des journalistes biélorusses.

A la question de savoir s'il ne craignait pas de voir l'influence de la Russie décliner au sein de la CEI (Communauté des Etats indépendants), le leader russe a répondu: "Je n'ai rien à redouter. Si je craignais quelque chose, je ne pourrais pas exercer les fonctions de président". Et d'ajouter: "La Russie ne lance pas d'ultimatum, mais cela ne signifie pas qu'elle ne peut pas avoir d'intérêts économiques".

"Nous devons entretenir avec nos partenaires des relations de marché. Nous ne pouvons pas pratiquer des prix foncièrement différents des prix mondiaux", a souligné M.Medvedev.

Selon lui, la position de Moscou consiste à "créer des conditions commerciales uniques afin de ne désavantager personne".

"Cette mesure permettrait de prévenir des conflits comme ceux que nous avons eus cette année", a indique le président russe, faisant allusion au conflit gazier entre Moscou et Kiev en janvier 2009. Suite à des arriérés de paiement ukrainiens et l'absence de contrat pour l'année en cours, un bras de fer entre Moscou et Kiev s'est engagé début janvier dernier autour du gaz, plongeant plusieurs pays d'Europe dans la pénurie.

"La Russie ne perd personne, mais elle souhaite bâtir des relations civilisées avec ses partenaires. Dans ce cas, nos relations seront les meilleures, les plus chaudes et les plus amicales", a conclu le chef de l'Etat russe.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 19:14
L'Italie redoute l'établissement d'un «Califat» aux portes de son pays
Si le chef du gouvernement Matteo Renzi a exclu toute intervention militaire pour le moment, sa ministre de la défense a affirmé que le pays était prêt à mobiliser 5000 soldats pour intervenir en Libye.

En Italie, l'inquiétude grandit face au chaos libyen. Dimanche, le pays, qui se trouve à quelque 350 kilomètres des côtes libyennes, s'est senti directement visé dans la vidéo diffusée ce week-end par l'Etat islamique, qui montrait la décapitation de 21 Coptes d'Egypte. «Aujourd'hui, nous sommes au sud de Rome», avertit l'un des terroristes sur la séquence qui dure cinq minutes. Dans les journaux italiens, on parle d'une double menace: d'un côté, la poussée des djihadistes en Libye, de l'autre, l'afflux record des immigrés clandestins venus de Libye pour rejoindre l'Italie. Dans ce contexte de tensions, le gouvernement italien a tiré la sonnette d'alarme ce week-end et tenté d'interpeller la communauté internationale, quant à la situation en Libye, pays dirigé par deux gouvernements rivaux, sur fond de menaces du groupe Etat islamique (EI). Plusieurs responsables italiens ont laissé entendre qu'ils redoutaient l'établissement d'un «califat» aux portes de l'Italie. Dans ces circonstances, la ministre de la Défense, Roberta Pinotti, a affirmé que le pays était prêt à diriger une coalition internationale armée qui serait composée de soldats européens et d'Afrique du nord. L'Italie promet dans ce cas un contingent de 5000 hommes, soit l'équivalent des forces italiennes envoyées en Afghanistan. L'objectif: bloquer l'avancée des milices proches de l'organisation Etat islamique en Libye. La péninsule italienne sera-t-elle entendue? Ce lundi, la France et l'Egypte ont demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU pour que de «nouvelles mesures» contre l'Etat islamique soient prises.

Renzi plus prudent

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 19:10
Ils sont libres ! garde à vue levée, aucune charge retenue pour les tireurs à la kalachnikov de Marseille
Le Point confirme l’information, publiée sur le site la Provence :
  • Après l’importante mobilisation policière, la présence d’un hélicoptère, la venue du GIPN, le bouclage de la cité de la Castellane, le 9 février dernier, pendant plusieurs heures,
  • Après les séances de « débriefing » à l’hôtel de police afin de décider des stratégies possibles.
  • Après les tests ADN demandées urgemment au Laboratoire de police technique et scientifique de Marseille pour identifier les tireurs,
  • Les enquêteurs ont finalement réussi à interpeler quatre personnes.

Et à la suite de leur garde à vue, le parquet a décidé de remettre les quatre tireurs à la kalachnikov en liberté, et aucune charge n’a été retenue contre eux.

Sauf à manquer de tolérance et d’ouverture d’esprit, il faut bien reconnaitre qu’ils n’avaient pas grand chose à se reprocher :

  • Les tireurs ont juste pris pour cible la voiture du directeur de la sécurité publique, Pierre-Marie Bourniquel, à l’arme automatique (cette information semble avoir été démentie, puis rétablie).
  • Dans l’appartement de l’un d’eux, à la Castellane à Marseille, la police n’a retrouvé que sept kalachnikovs, et moins de vingt kilos de cannabis.
  • Ils n’ont trouvé que deux revolvers 357 magnum.
  • La BMW série 3 appartenant à l’un d’eux et que les enquêteurs ont découverte avait des fausses plaques d’immatriculation, mais quelques chiffres ou lettres interchangées ne constitue pas un crime.
  • A l’intérieur de la voiture, le GIPN a découvert « 2 fusils à pompe, 400 cartouches de gros calibre et trois gilets pare-balles », a précisé une source policière. Pas de quoi non plus fouetter un chat.

Vivons avec notre temps. Soyons progressiste et adaptons nous à ce monde qui change : le progrès apporte le bonheur.

Pour avoir partagé une vilaine caricature de Taubira sur son mur Facebook, Anne-Sophie Leclere a écopé de 9 mois de prison ferme, 30 000 euros d’amende et 50 000 euros de dommages et intérêts.

Lors de sa visite à Marseille le jour où ces jeunes qu’il faut bien chercher à comprendre tiraient à tout va, Manuel Valls a déclaré : « Faire reculer durablement les phénomènes délinquants est un travail de longue haleine » qui demande une « action globale sur l’école, l’emploi, la santé, la politique de la ville. »

Des mots pleins de « sagesse » dans la bouche d’un premier ministre à poigne, sauf contre l’idéologie auto-destructrice de son camp.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source : lepoint.fr/tirs-a-la-kalachnikov-a-marseille-fin-des-4-gardes-a-vue-aucune-charge

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 19:03
Départementales : une retraitée se dit candidate Fn à son insu
Comme un air de déjà vu. Mireille Lefèvre assure avoir appris via la presse qu'elle était candidate FN aux prochaines départementales en Saône-et-Loire. Adhérente frontiste jusqu'en 2014 et pendant près de trente ans, cette retraitée âgée de 62 ans jure n'avoir jamais rien signé en vue de sa candidature dans le canton d'Autun 2.

Mireille Lefèvre certifie au «Bien public», qui révèle l'affaire, qu'elle a opposé par deux fois une fin de non-recevoir à celui qui souhaitait l'avoir comme binôme. Elle dit avoir saisi la préfecture et se réserve «le droit d'engager des poursuites». «J'avais déjà lu des histoires comme ça pour les dernières élections mais je refusais d'y croire. Maintenant, j'y suis directement confrontée», déplore la retraitée auprès du quotidien régional.

Le FN dément en bloc

Une référence à la multiplication des contentieux, lors des municipales de mars dernier. Du Loiret à la Seine-Maritime, en passant par le Val-de-Marne, plusieurs colistiers «malgré eux» s'étaient plaints d'avoir appris qu'ils étaient candidats, une fois le fait accompli.

Interrogé par le Scan politique du «Figaro», le secrétaire général du FN, Nicolas Bay, dément en bloc et annonce qu'une plainte sera déposée. Il l'assure, Mireille Lefèvre «n'a rien découvert du tout» et «s'est portée candidate en toute connaissance de cause». Selon lui, cette affaire a tout d'une «manipulation», d'«une manœuvre hostile pour nuire au FN car elle a récemment rejoint un groupuscule, le Parti de la France».
source : leparisien.fr

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 19:00
Omar Abdel a pu tuer à Copenhague à cause d'une remise de peine, comme Coulibaly
"Omar Abdel Hamid El-Hussein avait été condamné à deux ans de prison en décembre 2014 après avoir été arrêté le 23 Janvier 2014 suite à une violente agression de novembre 2013.Pourtant, Omar Abdel Hamid El-Hussein a été libéré le 14 février 2015, deux mois à peine après le jugement, et a pu se déplacer librement et lourdement armés dans Copenhague.

Comment ne pas rapprocher son cas à celui de Coulibaly ? Amedy Coulibaly a été interpelé et placé en détention provisoire le 23 mai 2010. Le 20 décembre 2013, il est condamné à 5 ans de prison pour avoir projeté de libérer Smaïn Aït Ali Belkacem, auteur des attentats de 1995 dans le RER parisien. Il est finalement libéré le 4 mars 2014 et passe sous surveillance par bracelet électronique jusqu’au 15 mai 2014, date de la fin de sa peine. 4 années de prison effectives depuis 2010, il donc a pu réaliser son carnage islamiste à cause d'une remise de peine de 1 an. L'idéologie du laxisme judiciaire des partis de gauche européens tue. Chaque mois.


source : http://www.islamisation.fr/

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 18:57
Copenhague : l'auteur présumé des fusillades, tué, était connu des services de police
Selon la police, tous les éléments semblent montrer qu'il cherchait à imiter les attentats de Paris. L'identité des deux victimes a été dévoilée par la presse danoise.

Un peu plus d'un mois après les attentats de Paris, c'est le Danemark qui est, cette fois, en deuil. Deux attaques successives, samedi 14 février dans un centre culturel de Copenhague, puis quelques heures plus tard devant une synagogue ont provoqué la mort de deux personnes. Selon la police, c'est le même suspect qui serait à l'origine des deux fusillades. S'est engagé alors une vaste chasse à l'homme, après que le profil du tueur présumé a été fourni par des caméras vidéo. Le témoignage d'un chauffeur de taxi, qui l'a transporté, a aussi été décisif.

Les policiers ont mis sa résidence sous surveillance et ont tenté d'interpeller un homme qui s'y dirigeait, dimanche au petit matin. Celui-ci a tiré sur les policier qui ont riposté et abattu l'homme, dans le quartier populaire de Nørrebro. Les enquêteurs pensent qu'il s'agit bien de l'auteur des fusillades, bien qu'il reste de nombreux points à éclaircir avant de l'affirmer sans plus aucun doute.
La polide n'a pas communiqué l'identité du suspect mais explique qu'il cherchait probablement à imiter les attentats à Paris de janvier dernier. Il était par ailleurs connu des services de police et originaire de Copenhague.
"C'est un matin très triste, où nous pensons à toutes les victimes et à leurs proches" a déclaré la Première ministre Helle Thorning-Schmid. "Deux personnes innocentes ont perdu la vie à la suite d'un acte terroriste cynique contre le Danemark".

L'identité des victimes a été dévoilée par la presse danoise. L'homme tué au centre culturel serait Finn Nørgaard, un réalisateur danois. L'autre se nomme Dan Uzan, il avait 37 ans et devait protéger la synagogue où il a trouvé la mort.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 18:54
Parti musulman : un pas de plus vers la communautarisation de la France
Un parti musulman présentera des candidats aux élections départementales dans huit cantons. Le décrypatage du Président du Centre de Réflexion sur la Sécurité Intérieure (CRSI).


Thibault de Montbrial est avocat au Barreau de Paris et Président du Centre de Réflexion sur la Sécurité Intérieure (CRSI).

Alors que la récente Union des démocrates musulmans, qui veut promouvoir le halal et autoriser le voile à l'école, annonce qu'elle devrait présenter des candidats dans quelques cantons, Manuel Valls veut des mesures pour empêcher le financement de l'islam de France par «un certain nombre de pays étrangers». Quel est approximativement le montant de ce financement? Peut-on parler d'une véritable ingérence?

Thibault de Montbrial: Il est aujourd'hui notoire qu'un flux financier important venu de l'étranger finance certaines mosquées et associations musulmanes. Pour autant, il est par définition impossible d'en connaître le montant ainsi que la provenance exacte, même si l'on pense spontanément à des pays du Golfe et à d'autres du Maghreb. Bien que l'extranéité de ces fonds pose en soi un certain nombre de questions, il ne s'agit d'ingérence au sens formel que dans le cas où ces financements servent à des projets associatifs et/ou religieux qui viennent au soutien du prosélytisme de mouvances qui revendiquent des comportements contraires aux lois de la République.
À cet égard, la création de l'Union des démocrates musulmans est extrêmement inquiétante. Voilà en effet un parti qui assume sa construction sur une ligne communautariste et la revendication de comportements manifestement propres à une pratique prosélyte de l'islam, si l'on en croit ses premières communications.
Or il existe aujourd'hui d'extrêmes tensions entre les communautés, qui puisent leurs racines dans un communautarisme galopant depuis plusieurs années et ont contribué à faire éclore une génération de jeunes français qui font aujourd'hui la guerre à la France au nom d'une vision radicale de l'islam.
Ce constat très alarmant doit conduire d'urgence les théologiens musulmans français à développer une interprétation moderne et éclairée de leur religion, en harmonie avec les règles de vie républicaine.
En clair, la création de ce parti constitue un grand pas dans une direction extrêmement dangereuse.
Ces financements servent-ils simplement à construire des mosquées ou cachent-ils des visées politiques?
Le financement d'un parti politique par des fonds étrangers est strictement interdit en France. Aucun candidat à une élection quelle qu'elle soit ne peut recevoir directement ou indirectement des contributions ou aides matérielles d'un Etat étranger ou d'une personne morale de droit étranger (art. L. 52-8 du Code électoral). Si l'Union des démocrates musulmans acceptait de tels fonds, il s'exposerait donc à ce que son candidat tête de liste soit condamné pénalement à 3.750 euros d'amende et/ou un an de prison (art. L. 113-1 du Code électoral).
S'agissant plus largement des financements étrangers de certaines mosquées ou des associations fondamentalistes, leur visée est par essence politique puisque ces mouvances de l'islam ne distinguent pas entre ce qui relève du spirituel et du séculier.

Certains financements alimentent-ils des filières terroristes?

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 18:44

La Russie n'a pas la moindre intention de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Biélorussie ni d'influer sur la vie politique dans ce pays, a déclaré lundi le président russe Dmitri Medvedev lors d'un entretien avec des journalistes biélorusses.

"S'ingérer dans les affaires intérieures d'un Etat signifie chercher à contrôler les processus politiques qui s'y déroulent. Nous n'avons jamais songé à le faire, d'autant plus que c'est impossible", a-t-il affirmé lors de la rencontre consacrée au dixième anniversaire de la création de l'Union Russie-Biélorussie qui sera célébré le 8 décembre prochain.

"La Biélorussie [...] est un Etat indépendant qui possède tous les attributs de sa souveraineté. Et puisqu'il en est ainsi, toute la vie politique dans ce pays évolue selon son propre scénario avec lequel nous n'avons d'ailleurs rien à voir", a constaté M.Medvedev.

Dans le même temps, il a souligné que Moscou "suivait attentivement les processus politiques" en Biélorussie.

"C'est un pays avec lequel sous sommes liés par le Traité de l'Union, ainsi que par des relations fraternelles et des liens économiques étroits".

Le chef de l'Etat russe a néanmoins fait remarquer qu'il jugeait possible une rencontre avec les opposants biélorusses.

"Lorsque des leaders étrangers se rendent dans notre pays, ils rencontrent nos opposants, que cela nous plaise ou non [...] Ils convoquent régulièrement des représentants de l'opposition russe pour se faire une idée plus complète de la vie sociale dans notre pays", a-t-il affirmé.

Selon le leader russe, "c'est tout à fait normal, même si les participants à ces rencontres tiennent des propos sévères sur le pouvoir en place et personnellement sur moi".

"Ces règles doivent être appliquées dans n'importe quel pays. Cela ne doit pas être considéré comme une ingérence dans les affaires intérieures d'un autre Etat", a conclu le président russe.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 18:38

L'explosion qui a fait huit morts ce lundi dans un dépôt de munitions d'Oulianovsk (900 km à l'est de Moscou) ne présente aucun danger pour les habitants de la ville, a annoncé à RIA Novosti une source policière.

"Cette explosion ne présente pas de danger pour les habitants d'Oulianovsk", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Il a, en outre, ajouté qu'aucune maison n'avait été endommagée et que contrairement aux explosions du 13 novembre la police n'avait ni bloqué la circulation ni mis en place un périmètre de sécurité autour du dépôt.

A l'heure actuelle, ni les sources officielles, ni l'administration locale ne donnent de commentaire sur l'explosion, arguant que l'accident s'est produit sur un territoire fermé et conseillent de se renseigner auprès du ministère de la Défense.

Le 13 novembre, une série d'explosions produites par un incendie avait dévasté une partie du même dépôt, tuant deux pompiers militaires et faisant 60 blessés.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 19:30

St Bassian de Tiksnensk [Totemsk] (Dans le monde Basile) était un paysan du village de Strelitsa (Par d'autres comptes, du village de Burtsevo), près de la ville de Totma, et il a été par le commerce un tailleur. Laissant sa famille, il devint moine sous saint Théodose de Totemsk dans le monastère Sumorinsk à la rivière Soukhona, où il a passé plusieurs années dans les travaux et les obédiences.

En 1594, le Moine s'est réinstallé, non loin de Totma, à la rivière Tiksna, près d'une église du nom de Saint Nicolas le Thaumaturge. Au début, il vivait au portique de l'église, mais alors il se fit une cellule près de l'église. Le Moine a visité à chaque service divin. Depuis trente ans, il portait des chaînes sur son corps: sur ses épaules une lourde chaîne, sur ses reins d'une ceinture de fer, et sur sa tête sous son couvre-chef d'un bouchon de fer.

Le désir de la solitude, le moine admis personne à sa cellule, sauf son père spirituel. Il a vécu par les aumônes qu'ils mettent par sa petite fenêtre. St Bassian décédé le 12 Septembre, 1624. Seulement à l'enterrement était-il découvert combien il était humilié sa chair.

A l'endroit de l'ascète St Bassian bâtit un monastère qui a été créé en l'honneur de l'icône du Sauveur Non faite par des mains. Vénération de St Bassian a commencé en l'an 1647, lorsque, pendant une peste mortelle, beaucoup ont reçu la guérison à son tombeau. La vie du moine a été écrit en l'an 1745 par l'higoumène Joseph.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article