Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 15:25
Fêté le 15 septembre : Après Fête de l'Elévation de la Croix

Du 15 Septembre jusqu'à la clôture, nous chantons :

"Venez, adorons et prosternons nous devant le Christ. O fils de Dieu crucifié dans la chair, nous qui te chantons sauver: Alléluia »à Liturgies de semaine suite à la petite entrée.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 15:21

En l'absence de réponse officielle de Téhéran à la proposition de l'AIEA sur l'enrichissement d'uranium à l'étranger, la Russie juge prématuré d'introduire des sanctions contre l'Iran, a annoncé mardi lors d'un point de presse le porte-parole officiel du ministère russe des Affaires étrangères Andreï Nesterenko.

"L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) n'a pas reçu de réponse officielle et définitive de la part de Téhéran. Le secrétaire général de l'Agence Mohamed ElBaradei a espéré (le 20 novembre à Berlin, ndlr) qu'une réponse positive à sa proposition interviendrait avant la fin de l'année. Pour notre part, nous espérons recevoir au plus vite possible une réponse positive de la part de Téhéran. Ainsi, il n'est pas question d'introduire des sanctions spéciales contre l'Iran", a-t-il précisé.

Le diplomate a rappelé que la Russie soutenait la proposition de l'AIEA visant à enrichir l'uranium iranien par un pays tiers. Il a par ailleurs ajouté que la réalisation de ce schéma lèverait l'inquiétude concernant les activités nucléaires de Téhéran, prouverait la disposition de ce dernier à coopérer et créerait une atmosphère de confiance nécessaire au renouement du dialogue autour du programme nucléaire iranien.

Plusieurs pays occidentaux, Etats-Unis en tête, accusent l'Iran de vouloir créer l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire mené, selon Téhéran, à des fins pacifiques.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 16:39

Israël est "plus proche que jamais" de conclure un accord avec les activistes palestiniens sur la libération de Gilad Shalit, soldat de Tsahal détenu à Gaza depuis plus de trois ans, a déclaré mardi Benjamin Ben Eliezer, ministre israélien du Commerce et de l'Industrie.

Le ministre a confirmé les affirlmations dans la presse régionale et mondiale sur une possibilité réelle de concerter sous peu les modalités d'un échange du soldat Shalit contre la libération de plusieurs centaines de détenus palestiniens purgeant leurs peines dans des prisons israéliennes.

"Je suis heureux que l'accord avance très rapidement vers sa conclusion. Nous en sommes plus proches que jamais. Il va sans dire que le prix en sera élevé - des tueurs en série que l'on devra relâcher en échange de Shalit. Il est toutefois au gouvernement d'en décider, et j'espère que sa décision sera positive", a indiqué dans une interview par téléphone à la radio de l'armée israélienne le ministre en visite officielle en Turquie.

Hier, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué que cet éventuel accord devrait être approuvé par le gouvernement et débattu à la Knesset (parlement).

Gilad Shalit, 23 ans, qui a également la nationalité française, a été capturé le 25 juin 2006 à la lisière de la bande de Gaza. Le Hamas exige en échange de sa libération celle de centaines de détenus palestiniens, et l'Etat hébreu conditionne la levée du blocus de l'enclave palestinienne par la libération de Shalit.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 16:24

Le tir d'essai d'un missile balistique indien Agni-2, capable de porter une charge nucléaire, n'a pas été un succès total, rapporte mardi le quotidien Times Of India.

"Le décollage et la séparation du premier étage se sont déroulés comme prévu, mais une panne s'est produite avant la séparation du deuxième étage. Le missile n'a pas bien fonctionné et a dévié de sa trajectoire. Il faut poursuivre l'enquête pour établir les causes de l'incident", a indiqué une source du journal indien suite au tir réalisé lundi soir sur le polygone de l'île de Wheeler (baie du Bengale).

Le premier tir d'essai du missile Agni-2 capable d'emporter une charge d'une tonne a été effectué en avril 1999. Le missile est long de 20 m et a un poids de 17 tonnes.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 16:22

Les agences touristiques algériennes résilient les contrats passés avec leurs partenaires égyptiens en raison de l'hostilité éprouvée par les Egyptiens envers les Algériens à la suite du match décisif pour la qualification au Mondial-2010 remporté par l'Algérie, annonce mardi le site en langue arabe de Ash-Sharq al-Awsat.

Les tour-opérateurs algériens se sont réunis lundi soir à Alger pour discuter des conséquences des tensions entre l'Egypte et l'Algérie survenues à la suite du match remporté mercredi par l'équipe algérienne sur le score minimum de 1-0. L'Egypte a ainsi raté sa dernière chance de participer au championnat en Afrique du Sud.

"Actuellement, les Egyptiens font preuve d'une hostilité exacerbée, tout ce qui est lié à l'Algérie provoque leur agressivité. Nous devons protéger nos touristes, aussi annulons-nous tous les contrats touristiques ainsi que les billets d'avion à destination du Caire", a déclaré le président du syndicat du tourisme algérien.

Selon les médias locaux, dans la nuit de mercredi à jeudi qui a suivi au match décisif à Omdurman (Soudan), les supporteurs égyptiens ont reçu de nombreux traumatismes suite aux bagarres avec des Algériens.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 16:55

Le président russe Dmitri Medvedev a chargé mardi le procureur général Iouri Tchaïka et le ministre de la Justice Alexandre Konovalov d'enquêter sur la mort de Sergueï Magnitski, juriste du Fonds Hermitage Capital Management décédé dans un centre de détention provisoire à Moscou, a annoncé la porte-parole du chef de l'Etat russe Natalia Timakova.

"Le Parquet général effectue, à la demande du président, une vérification des circonstances du décès de Sergueï Magnitski survenu il y a une semaine au centre de détention provisoire", a confié à RIA Novosti la porte-parole du Parquet Marina Gridneva.

Mis en examen pour complicité d'évasion fiscale, M.Magnitski était soupçonné, selon la presse canadienne, d'avoir indiqué à son client, le Fonds Hermitage Capital Management basé à Londres, les moyens de contourner le fisc russe. Atteint d'une pancréatite, le juriste serait décédé faute d'avoir eu accès aux soins médicaux nécessaires.

Hermitage Capital était il y a quelques années le plus gros fonds d'investissement en Russie.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 16:47
Les départs pour le djihad toujours en hausse
Alors que François Hollande a reçu hier après-midi les différents responsables des groupes parlementaires en vue de les consulter sur le sujet, de nombreux indicateurs confirment que l'hémorragie de départs vers les terres de jihad peine à être endiguée.

Plus de 1 300 Français. Selon un décompte réalisé par les services spécialisés au début du mois, près de 1 300 Français sont engagés, sur le chemin, ou de retour des théâtres de guerre syrien et irakien.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 16:45
Manuel Valls affirme vouloir "Combattre le discours des frères musulmans" mais inaugure leurs mosquées

Manuel Valls a jugé, lundi 9 février sur Europe 1 : « Il faut combattre le discours des Frères musulmans dans notre pays, il faut combattre les groupes salafistes dans les quartiers ». Interrogé sur la manière de lutter contre ce discours, Manuel Valls a indiqué qu’il doit être combattu « par la loi, par la police, par les services de renseignement. Beaucoup de choses sont faites », a assuré Manuel Valls.

Gigantesque contradiction, Valls a inauguré la Grande mosquée de Cergy en juillet 2012, qui avait choisi pour premier imâm Tahar Medhi, fervent soutien des Frères Musulmans d'Egypte.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 16:42
Des professeurs de Marseille écoeurés par «La mascarade» d'une visite ministérielle
Une partie de l'équipe éducative du lycée Victor-Hugo s'est senti trahie lors du déplacement de Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem la semaine dernière.


La semaine dernière, le Premier ministre et la ministre de l’Education ont débarqué dans leur lycée de Marseille.

Un établissement du centre-ville classé ZEP, avec 85% d’élèves boursiers. «Mais quelle frustration ! Cette visite était un montage de toutes pièces, ce que Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem ont vu ne correspond pas du tout à notre réalité et nos difficultés», déplore, pleine d’amertume, une jeune prof, préférant que son nom n’apparaisse pas, de peur d’être inquiétée par sa hiérarchie. Elle raconte : «L’administration a fait chanter la Marseillaise à des élèves triés sur le volet. Ils ont carrément été dispensés de bac blanc pour répéter ! Le jour J, il y avait des flics dans la salle des profs soi-disant pour des raisons de sécurité. c’était évidemment pour empêcher toute protestation…» Une partie des profs voulaient interpeller les ministres sur l’avenir encore flou des lycées classés ZEP. Si une réforme est en cours concernant les collèges et écoles difficiles, qui passent sous l’appellation REP à la rentrée, aucune annonce précise n’a encore été faite concernant les lycées, entretenant un climat d’inquiétude au sein des équipes. Beaucoup craignent l’éviction de leur lycée du dispositif, et donc la suppression des moyens supplémentaires accordés.

Leur lycée, «un prétexte télégénique»

Alors, quand ils ont été informés de la venue des ministres dans leur lycée, les membres de la section syndicale ont aussitôt demandé qu’une délégation de profs puisse être entendue. «Ils ont été reçus… mais par les services de l’inspection d’académie, hors du lycée donc», dénoncent des profs, dans une lettre ouverte, qu’ils publient dans Libération (voir ci-dessous). Le ministère de l'Education précise qu'un membre du cabinet était présent.
Outrés de «cette mascarade»

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 16:39
Le passage en force de la loi Macron, un atterrissage brutal après la trêve post attentats
Réveil brutal pour la majorité socialiste et l'exécutif: loin de l'esprit réformiste et d'union nationale prôné par François Hollande, le gouvernement a choisi le passage en force pour son emblématique loi Macron, un sévère avertissement à un peu plus de deux ans de la présidentielle.

Le conseil des ministres "ordinaire" qui se réunira ce mercredi pourrait bien avoir ainsi un goût amer au lendemain de ce coup de théâtre qui a vu le gouvernement être convoqué en toute hâte mardi à l'Elysée pour engager la procédure du 49-3, redoutant d'être mis en minorité à l'Assemblée.

Et même si le rejet de la motion de censure de l'UMP et de l'UDI en débat jeudi soir ne fait aucun doute --il entraînera ipso facto l'adoption sans vote en première lecture de la loi Macron-- il y avait de quoi plomber aussi l'ambiance du traditionnel "dîner de la majorité" mardi à l'Elysée.
Parmi les convives: le Premier ministre Manuel Valls, le président de l'Assemblée Claude Bartolone mais aussi les ténors du PS, Jean-Christophe Cambadélis ou Bruno Le Roux, qui n'ont pas réussi à ramener au bercail les "frondeurs" de l'aile gauche du parti.
Le chef de l'Etat misait pourtant gros sur une adoption sans drame du texte "pour la croissance et l'activité". Même s'il ne s'agissait pas, selon ses propres mots, de la "loi du siècle", elle devait donner un "coup de jeune" à la société française et annoncer une seconde partie de mandat plus offensive avec d'autres textes en perspective, comme la réforme du dialogue social.

Or le 49-3 est une arme à un coup. Depuis la révision constitutionnelle de 2008, le Premier ministre ne peut y recourir que sur un seul projet de loi par session parlementaire, en dehors des textes budgétaires.

L'entourage du chef de l'Etat tentait toutefois de minimiser les effets de cet accouchement au forceps lundi soir : "L'exécutif est plus que jamais déterminé à réformer ce pays", assurait-il.
Mêmes éléments de langage dans la bouche du Premier ministre: invité du 20 heures de TF1, Manuel Valls a protesté de sa "très grande détermination" à "poursuivre les réformes, parce qu'il en va de l'intérêt du pays".

- 'Victoire à la Pyrrhus' pour les frondeurs ? -
"Le gouvernement va continuer à travailler, à réformer plus vite et plus fort, oui", a renchéri le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, au même moment sur France 2.
Quant au recours au 49-3 que François Hollande dénonçait encore en 2006 comme une "brutalité" et un "déni de démocratie", il s'inscrivait alors "dans un contexte complètement différent", plaide-t-on à l'Elysée.
"Il s'agissait du "contrat première embauche" et des centaines de milliers de personnes étaient dans la rue alors que, cette fois, la réforme, comme les instituts de sondage l'ont largement rappelé, est soutenue par l'opinion publique", souligne l'entourage du président.

Analyse en demi-teinte d'un proche du président: l'exécutif avait le choix "entre deux inconvénients, l'échec de la loi Macron par un vote ordinaire ou son succès par un vote forcé".
"Je ne vois pas de socialiste heureux après cet épisode", ajoute-t-il, reconnaissant que "lorsque l'on parle d'union nationale, ce serait bien de faire celle des socialistes".

Quant aux "frondeurs", emmenés par l'ex-ministre Benoît Hamon, ils auraient remporté une "victoire à la Pyrrhus, échouant à faire chuter la loi et peut-être aussi le ministre Emmanuel Macron".
L'affaire, quoi qu'il en soit, est pain béni pour l'opposition, à droite comme à la gauche de la gauche, réunies dans une improbable coalition (le Front de gauche votera la motion de censure de l'UMP). Jean-Luc Mélenchon, leader du Parti de gauche, y a vu "le constat de décès de la majorité de 2012".

"La vérité éclate au grand jour: il n'y a plus ni majorité, ni gouvernement", a affirmé le président de l'UMP Nicolas Sarkozy, qui n'a jamais recouru au 49-3 pendant son quinquennat. "C'est la fin de l'unité transpartisane" post-attentats, a argué Jean-François Lamour (UMP).

Avant même cet épisode, la popularité du couple exécutif, après le bond enregistré dans la foulée des attentats de Paris, avait reflué dans plusieurs sondages donnant ces derniers jours les cotes de François Hollande et Manuel Valls en recul 4 à 8 points.
afp

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article