Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 00:02

Piatigorsk (Caucase), 27 octobre

 

  186697971.jpg      Les services secrets occidentaux essaient de déstabiliser le Caucase du Nord, a déclaré mardi Alexandre Khloponine, représentant du président russe dans la région.

        "Il est évident qu'à l'approche des JO-2014 de Sotchi, des services secrets occidentaux et tout simplement des provocateurs s'assignent pour tâche d'attiser les conflits interethniques", a indiqué M.Khloponine lors d'une séance de questions-réponses avec les habitants de la région, à propos de la sécurité dans le Caucase du Nord.

        Selon le représentant du chef de l'Etat, de sérieux changements se produisent à présent sur le territoire de la région fédérale du Caucase du Nord nouvellement créée.

         "Nous nous réorganisons très rapidement et à fond, et dès que la crédibilité du pouvoir auprès des gens se renforcera, toutes les craintes se dissiperont", a estimé M.Khloponine.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 23:59

   DSK_ASC.jpg     La démondialisation devrait être le nouveau concept vendeur de la campagne électorale qui a été lancée lundi dernier par M. Strauss-Kahn, directeur général du FMI devant les étudiants de la George Washington University. Le Marché doit le céder aux Etats. "Le schéma ancien de la mondialisation a beaucoup apporté, en sortant des centaines de millions de gens de la pauvreté, mais a aussi un côté obscur, qui est un écart vaste et croissant entre les riches et les pauvres". Et M. Strauss-Kahn sait de quoi il parle, il ne reconnaît plus personne, place des Vosges !

         Dans l'expression "démondialisation" vous avez "démon" et "mona lisa", autrement dit le Diable au sourire niais. C'est ce que vient vendre aux Mercredis¹ de la NAr le doux mélenchonien Sapir : le libéralisme est un désordre, la revanche des bureaux d'ordre est en marche, vive le Plan revenu avec sa cohorte de médiocres aux doigts gourds qui tranchent et coupent pour tous. Cent types pour diriger la France, fermez les frontières, le rêve soviétique accompli !

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 22:20

Moscou, 26 octobre

 

  187720965.jpg      La Russie gagnera le droit d'accueillir la Coupe du monde de football en 2018 malgré les fréquents scandales de corruption qui minent la FIFA, a déclaré mardi à Moscou le président de l'Union de football de Russie Sergueï Foursenko.

"Je crois que cela ne portera aucun préjudice au dossier de candidature russe, nous menons un travail conséquent sans prêter attention aux informations négatives (…). La Russie mène son travail avec tact, elle cherche à présenter ses propositions positives et intéressantes à la FIFA pour pouvoir organiser le Mondial", a indiqué M.Foursenko avant de déplorer le fait que la procédure d'élection des pays hôtes des Mondiaux 2018/2022 était éclaboussée par des affaires de corruption.

Deux membres du comité exécutif de la FIFA - le Tahitien Reynald Temarii et le Nigérian Amos Adamu - ainsi que quatre autres officiels soupçonnés de corruption pour la désignation du Mondial 2018 ont été suspendus le 21 octobre par la commission d'éthique. Quelques jours plus tard, le Sunday Times a publié une vidéo où un ancien secrétaire général de la FIFA, Michel Zen-Ruffinen, affirmait que trois autres officiels étaient capables d'accepter de l'argent en échange de votes en faveur de la candidature anglaise à l'organisation du Mondial 2018.

Le comité de candidature britannique a déposé mardi une plainte à la FIFA contre Alexeï Sorokine, directeur général de l'Union de football russe, qui avait émis des critiques à l'égard de la candidature anglaise dans une interview.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 22:18

   thumb.small.govt_primary_school_Moladad_goth_4_620x300.jpg    Selon un étude du Middle East Media Research (MEMRI) publiée en septembre dernier, et signalée aujourd’hui par Asia News, les manuels scolaires pakistanais enseignent aux écolier que l’assassinat des chrétiens est « un but à atteindre » car ainsi cela aidera les membres de la « minorité » (terme dépréciatif englobant les chrétiens) a obtenir le martyre pour leur foi…

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 22:17

  thumb.small.index4.jpg      Avec l'émergence du débat sur les conséquences de l'évolution du climat se pose désormais la question d'éventuels réfugiés climatiques. Evoqué depuis quelques années, ce concept, qui devient une réalité dans les zones menacées d'être englouties par les eaux, pourrait peut-être devenir un véritable statut juridique à l'avenir.

Un habitant de l'archipel de Kiribati, perdu au bon milieu de l'Océan Pacifique, a en effet émis une demande en ce sens à la Nouvelle-Zélande mais cette dernière a refusé. Pas découragé pour autant, l'homme a décidé de faire appel de la décision et son cas pourrait bien faire jurisprudence dans un futur proche.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 22:13

  thumb.small.mariage_gay_france_usa5.jpg      Les maires sont tenus de célébrer les mariages homosexuels ont décidé les sages...

Les maires et leurs adjoints sont tenus d'unir les couples de même sexe et ne peuvent invoquer une clause de conscience, a déclaré vendredi le Conseil constitutionnel, désavouant ainsi les édiles opposés à la loi sur le mariage homosexuel.

Les Sages ont rejeté une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) qui demandait l'annulation de la circulaire du 13 juin 2013 relative "aux conséquences du refus illégal de célébrer un mariage de la part d'un officier d'état civil".

"Le Conseil a jugé qu'eu égard aux fonctions de l'officier de l'état civil dans la célébration du mariage, le législateur n'a pas porté atteinte à leur liberté de conscience. Il a jugé les dispositions contestées conformes à la Constitution", précisent-ils dans un communiqué.

Après la promulgation de la loi du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de même sexe et le refus annoncé par plusieurs maires de célébrer des mariages gay, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, avait publié cette circulaire.

Il y rappelait "qu'en dehors de cas prévus par la loi, le refus de célébration constitue une voie de fait".

Il est également rappelé que le maire et les adjoints sont des officiers d'état civil et qu'à ce titre ils célèbrent les mariages et que ces fonctions peuvent être déléguées à un conseiller municipal "en cas d'absence ou d'empêchement du maire et des adjoints".

"Si le motif du refus tient à l'orientation sexuelle des époux, l'officier d'état civil s'expose aux peines de cinq ans d'emprisonnement et de 7.500 euros d'amende pour délit de discrimination", souligne encore la circulaire.

Elle ajoute que le maire et les adjoints s'exposent à des sanctions disciplinaires allant de la suspension temporaire à la révocation par décret pris en conseil des ministres.

LES OPPOSANTS EN APPELLENT À L'EUROPE

Le rejet de cette QPC est un nouveau revers pour les opposants au mariage homosexuel. Le Conseil constitutionnel avait validé dans son intégralité le 17 mai la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels.

Le conseiller régional d'Ile-de-France Jean-Luc Romero, ex-UMP apparenté PS, s'est réjoui du rappel à la loi des "maires homophobes".

"L'application de la loi de la République n'est pas à conscience variable", dit dans un communiqué ce militant de la cause homosexuelle.

Ludovine de la Rochère, présidente de "La Manif pour tous" opposée au mariage homosexuel, a dénoncé sur i>TELE une décision "gravissime" dans "la patrie des droits de l'Homme".

"Nous allons nous tourner vers la Cour européenne des droits de l'Homme", a-t-elle annoncé.

Un rendez-vous a été demandé avec François Hollande qui, a-t-elle rappelé, avait reconnu le 20 novembre 2012, lors du congrès des maires de France, "la liberté de conscience" des édiles.

Pour Franck Meyer, porte-parole du collectif des maires pour l'enfance, "cette fonctionnarisation de la fonction d'élu" est "inquiétante".

Le Conseil constitutionnel, a-t-il estimé sur i>TELE, "ne répond pas" à la requête des maires récalcitrants.

"Cela signifie-t-il qu'on laissera aux juges la liberté d'apprécier les situations particulières? Ça pourrait créer bien des tensions à certains endroits de notre territoire", a-t-il dit.

"Si c'est pour fermer la porte à la liberté de la conscience que les choses sont écrites, alors dans ce cas-là, j'ai envie de dire que ce texte est peut-être une petite phrase pour le Conseil constitutionnel, mais que ce serait un grand recul pour l'application des droits de l'Homme et du citoyen", a-t-il ajouté.

reuters

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 22:10

 thumb.small.fdefb5aee6cacbb1a9378b921c11255419f43b78.jpg      Cinq chômeurs s'estimant insuffisamment suivis par Pôle emploi déposeront vendredi une requête devant le tribunal administratif de Paris pour obtenir des indemnisations allant de 50.000 à 300.000 euros.

 

Début juillet, ces demandeurs d'emploi, soutenus par la CGT-chômeurs, avaient réclamé les mêmes sommes dans un recours préalable auprès de Pôle emploi, "qui l'a refusé", a indiqué à l'AFP Me Emilie Videcoq.

"En conséquence, nous demanderons vendredi au tribunal administratif des indemnisations allant de 50.000 à 300.000 euros en réparation du préjudice subi en raison d'une absence d'accompagnement de Pôle emploi, qui a manqué à ses obligations de service public", a-t-elle expliqué. Selon l'avocate, cette démarche est "totalement inédite".

Les avocats s'appuient sur le code du travail, qui définit les missions du service public de l'emploi, et sur le principe de "droit à l'emploi" qui figure dans de nombreux textes, parmi lesquels la déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen.

"Confiante", Me Videcoq estime que cette démarche a "de grandes chances d'aboutir", car "les dysfonctionnements" sont à son sens "incontestables".

Sollicité par l'AFP, Pôle emploi n'a pas réagi dans l'immédiat.

Ces cinq demandeurs d'emploi, chômeurs de longue durée pour la plupart, estiment n'avoir pas été accompagnés par Pôle emploi dans leurs démarches de recherche. Certains reprochent aussi à l'opérateur public des refus de financement de formation.

Pour leurs avocats, "l'entorse à cette obligation" de suivi a déjà été reconnue dans le cadre d'une première procédure en référé, en septembre 2012.

Saisi dans le cadre d'une procédure d'urgence (référé liberté), le tribunal administratif de Paris avait alors ordonné à Pôle emploi de respecter ses obligations envers un chômeur de 54 ans.

Ce chômeur n'avait "bénéficié que de trois rendez-vous en agence" en trois ans et n'avait reçu aucune offre d'emploi, selon son avocat. Il figure parmi les cinq demandeurs d'emploi qui déposeront une requête devant le tribunal vendredi.

L'ordonnance avait été ensuite été annulée en octobre par le Conseil d'État, qui avait jugé que "la condition d'urgence" exigée pour ce type de procédure n'était pas remplie.

Pour la CGT-chômeurs, la décision de septembre 2012, "qui a connu un écho important auprès des demandeurs d'emploi dans le pays, n'est qu'un début". "La porte est désormais ouverte" à de nouveaux recours, écrit vendredi le collectif dans un communiqué.

Depuis début 2013, Pôle emploi a mis en place un "suivi différencié" des demandeurs d'emploi en fonction de leur capacité à retrouver un emploi. Objectif: alléger le "portefeuille" des conseillers chargés d'accompagner ceux qui en ont le plus besoin.

Auparavant, le "suivi mensuel personnalisé", prévoyant un rendez-vous mensuel par demandeur d'emploi, n'avait jamais été effectif.

Au 1er septembre, 2,3 millions de chômeurs étaient suivis par 20.433 conseillers, soit en moyenne 116 chômeurs par conseiller. Mais leur charge varie du simple au double d'une région à l'autre.

source afp

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 22:06

  thumb.small.justice0      Les maires opposés au mariage homosexuel vont-ils pouvoir invoquer leur liberté de conscience pour refuser de célébrer une telle union? Le Conseil constitutionnel rend sa décision vendredi matin.

 

       Cinq mois après la promulgation de la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe, un collectif de maires et adjoints opposés à la réforme a plaidé sa cause le 8 octobre devant les Sages de la rue Montpensier. Dans leur Question prioritaire de constitutionnalité (QPC), ils demandent au Conseil si l'absence dans la loi de disposition garantissant la liberté de conscience des officiers d'état civil hostiles au mariage gay est conforme ou non à la Constitution. L'institution avait mis en délibéré au 18 octobre sa décision.

"Le Conseil constitutionnel a l'opportunité de prendre une grande décision", dit l'avocat de ces maires, Geoffroy de Vries. "Va-t-il ouvrir la porte à une exception pour ceux qui sont opposés au mariage homosexuel?", demande-t-il. "Ce serait un gros évènement", estime le professeur de droit constitutionnel Didier Maus. "Difficile de dire comment le Conseil va analyser la chose, mais on ne peut pas comparer la demande des maires dans cette QPC avec la liberté de conscience déjà reconnue aux médecins ou aux avocats car le maire, en tant qu'officier d'état civil, représente l'État".

"Le Conseil pourrait rappeler que les maires ne sont pas obligés de célébrer un mariage. S'ils ne sont pas disponibles, ils peuvent déléguer cette tâche à leurs adjoints ou même à un conseiller municipal", avance Didier Maus.

Hollande: "que la loi s'applique dans le respect de la liberté des consciences"

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 22:04

  thumb.small.La Manif pour tous Comment agir visuel1      La Manif Pour Tous dénonce avec force la proposition de résolution1 du Parlement européen en faveur du gender et de la PMA pour les couples de femmes et les célibataires.

Ce texte devrait être discuté et voté les 21 et 22 octobre prochains à Strasbourg.

Cette proposition de résolution pourrait faire l'objet d'une directive ou d'un règlement européen contraignant pour tous les Etats membres. La Manif Pour Tous tire donc la sonnette d’alarme.

Avec cette résolution, serait imposé à l’ensemble des Etats membres une éducation sexuelle fondée sur la notion d’égalité « de genre », alors même que l’identité de genre est un concept flou et subjectif, sans fondement scientifique, qui n’a pas sa place dans l’enseignement scolaire. Il s’appuie ainsi sur des concepts militants qui ne peuvent en aucun cas être la base d’une éducation sexuelle responsable. La Manif Pour Tous rappelle que nous sommes tous nés « Homme » ou « Femme » et non de telle ou telle orientation sexuelle. Après avoir obtenu au printemps dernier le retrait d’un amendement du projet de loi Peillon rendant obligatoire l’enseignement du concept de genre à l’école, La Manif Pour Tous se mobilise à nouveau : « Ce que nous avons obtenu en France – le retrait d’un amendement qui aurait conduit à remettre en cause leur identité sexuelle garçon/fille auprès des enfants – risque de nous être imposé demain par l’Union Européenne » s’inquiète Ludovine de la Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 22:01

  thumb.small.banqueroute      Le blocage budgétaire à Washington qui aura forcé des centaines de milliers de fonctionnaires américains à rester chez eux pendant plus de deux semaines, va coûter 24 milliards de dollars à l'économie des Etats-Unis, selon l'agence Standard & Poor's.

 

Selon l'agence de notation, la fermeture partielle des services fédéraux va ôter 0,6 point de pourcentage à la croissance du Produit intérieur brut américain au quatrième trimestre, soit 24 milliards de dollars.

L'administration est partiellement fermée depuis le 1er octobre du fait d'un bras de fer entre républicains et démocrates au Congrès sur le budget et le relèvement du plafond de la dette. Un accord était en vue mercredi soir, alors que les Etats-Unis, interdits d'emprunter davantage par le Congrès, frôlent le défaut de paiement.

"En septembre nous espérions une croissance en rythme annuel de 3% pour le quatrième trimestre parce que nous pensions que les hommes politiques avaient appris leurs leçons depuis 2011", dit l'agence. "Mais nos prévisions n'ont pas tenu et nous devons abaisser notre estimation pour la rapprocher de 2%", indique S&P.

A l'été 2011, une crise similaire, où la fermeture des services de l'état fédéral avait toutefois été évitée, avait provoqué "une baisse du moral des ménages atteignant un plancher en 31 ans", rappellent les économistes de S&P qui prévoient que "l'impact cette fois-ci sera sans doute plus sévère". afp

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article