Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 16:17
La Monarchie, une nécessité écologique

Jean-Philippe Chauvin

Je suis en train de préparer mon intervention au colloque « Dessine-moi un roi », organisé par l’Action Française samedi prochain, intervention qui portera sur ce que pourrait faire la Monarchie en matière d’écologie : sujet passionnant qui permettra, je l’espère, de démontrer aussi qu’elle est le régime le plus à même de comprendre le « souci environnemental » et d’y répondre, concrètement.

Car aujourd’hui, il y a une urgence écologique : le dérèglement climatique inquiète ; l’artificialisation des terres progresse quand la déforestation et l’asséchement inconsidéré des zones humides se poursuivent et, parfois, s’accélèrent, y compris dans notre pays ; la biodiversité, végétale comme animale, s’effondre malgré les efforts de nombre d’associations de protection de la nature ; les pollutions se multiplient et le nombre de décès annuels liés à celles-ci semblent augmenter, jusqu’à atteindre, en France, 40.000, soit une centaine de personnes chaque jour ; etc. La liste est longue des atteintes à l’environnement, à notre environnement, et elle n’a pas fini de s’allonger, malgré les annonces multiples et variées de « développement durable » faites par le gouvernement ou les municipalités qui se réfugient derrière cette formule magique mais peu crédible au regard des réalités environnementales…

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 16:12

Le troisième Congrès mondial des compatriotes, qui s’est ouvert mardi 1er décembre à Moscou, est le premier au cours duquel le président Dmitri Medvedev ait pris la parole.

Il a évoqué, naturellement, la modernisation de la Russie, le fait qu’elle doit confirmer son statut de puissance mondiale sur une base foncièrement nouvelle et son besoin de mettre en œuvre une « économie intelligente » tournée vers l’avenir. Le chef de l’Etat a reconnu qu’il comptait beaucoup sur l’aide de la diaspora russe.

Le président a déjà évoqué ce sujet dans ses discours. Lors du deuxième Forum international sur les nanotechnologies, qui s’est tenu début octobre à Moscou, Dmitri Medvedev s’est adressé aux scientifiques russes qui ont quitté leur pays : «Nous fondons de grands espoirs sur le potentiel intellectuel de nos compatriotes se trouvant à l’étranger pour différentes raisons. Il serait impardonnable de négliger une telle richesse. C’est pourquoi notre objectif consiste à susciter leur intérêt en leur proposant des projets et des conditions de travail appropriés dans notre pays ».

Dans son article « Russie, en avant ! », le président écrit: « La modernisation de la démocratie russe et la formation d’une nouvelle économie ne sont possibles, à mon avis, que si nous profitons des ressources intellectuelles de la société postindustrielle. Sans complexe, de façon ouverte et pragmatique... Nos possibilités financières et technologiques intérieures sont aujourd’hui insuffisantes pour élever réellement notre qualité de vie. Nous avons besoin de l’argent et des technologies des pays d’Europe, d’Amérique et d’Asie ».

Lors du Congrès des compatriotes, le président a de nouveau confirmé que la Russie avait besoin du potentiel intellectuel et professionnel des représentants de la diaspora. La question est de savoir si ceux-ci sont prêts à aider leur mère patrie dans un élan d’enthousiasme et de patriotisme.

Le problème bien connu de la fuite des cerveaux n’a pas disparu. Point de statistiques officielles dans ce domaine, on ne dispose que de calculs approximatifs, mais ils produisent déjà une forte impression.

Feu l’académicien Vitali Guinzbourg a déclaré dans l’une de ses dernières interviews que parmi ses collègues de l’Académie des sciences de Russie, un sur cinq travaillait en Occident. Notre « diaspora scientifique », si on peut l’appeler ainsi, compte en tout au moins 50000 spécialistes. Mais ce sont des scientifiques, et leurs rangs sont constamment grossis par la nouvelle génération. Selon le recteur de l’Université d’Etat de Moscou Viktor Sadovnitchi, environ 15% des diplômés quittent tous les ans la Russie. Le vice-ministre de l’Education et de la Recherche Dmitri Livanov estime que, de 1989 à 2004, quelque 25000 scientifiques ont quitté la Russie et 30000 autres travaillent à l’étranger sous des contrats temporaires. Enfin, d’après les données de la Fondation russe d’études fondamentales, « au moins 80000 scientifiques ont quitté le pays durant la première moitié des années 90 du siècle dernier et les pertes directes essuyées ainsi par la Russie se sont élevées à près de 60 milliards de dollars ». Ce processus déplorable pour la science russe est toujours aussi intense.

Les scientifiques d’aujourd’hui et de demain ne partent pas en raison des salaires bas, comme l’estime Viktor Sadovnitchi. Ce qui les dérange, c’est plutôt « l’économie inefficace, la sphère sociale semi-soviétique, la faible démocratie et la corruption séculaire », mentionnées plus tôt par le président Dmitri Medvedev, d’où des conditions de travail insuffisamment confortables et une profonde inquiétude pour l’avenir de leurs enfants. Ces scientifiques seront sans aucun doute prêts à revenir ou ne voudront plus quitter la Russie lorsque la modernisation apportera ses fruits et lorsque cette « économie intelligente » sera créée. Or, sans leur potentiel intellectuel, c’est-à-dire, tout simplement, sans ces « cerveaux », le processus de modernisation ne se déroulera pas au rythme nécessaire.

Le président a promis au congrès de rompre ce cercle vicieux. Il reste à créer en Russie des conditions attrayantes pour que la plupart des scientifiques qui ont dû émigrer aient le désir de revenir dans leur pays. Est-ce possible et de quelle façon, l’avenir nous le montrera.

Cependant, il ne faudrait pas « donner envie de revenir » à une autre catégorie de nos compatriotes résidant à l’étranger: les habitants russophones des anciennes républiques de l’ex-URSS. Ils seraient bien contents de rentrer, mais l’Etat n’est déjà pas en mesure de gérer ce processus.

Selon le président russe, «en novembre 2009, le programme (Programme publique d’aide au retour volontaire – NdlR) a permis à plus de 17000 participants et les membres de leurs familles de revenir en Russie ». Bien entendu, ce nombre est insignifiant. Le président n’avait rien d’autre à faire qu’à promettre de changer la situation et, avant tout, de créer un mécanisme spécial de soutien aux compatriotes en vue de « défendre leurs droits ».

Cet objectif n’est pas facile à atteindre. Le président a informé les délégués du congrès que le gouvernement « étudiait des pistes pour régler ce problème », bien qu’il leur ait donné cette consigne en février dernier. Nos compatriotes résidant dans certaines anciennes républiques soviétiques devront évidemment, attendre.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 16:08

Les efforts déployés par l'Occident pour empêcher le développement du programme nucléaire iranien n'ont pas abouti, et l'Iran produira lui-même l'uranium dont il a besoin pour son réacteur de recherche, a déclaré mercredi le président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

"Nous leur avons demandé de l'uranium enrichi à 20%. Ils auraient pu nous en fournir dans le cadre de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), mais ils (les pays occidentaux) ne l'ont pas fait", a dit M.Ahmadinejad, cité par l'agence iranienne Fars.

Le président iranien avait annoncé dimanche dernier que son pays allait construire dix nouvelles usines d'enrichissement d'uranium et produire de l'uranium enrichi à 20% pour son réacteur de recherche médicale de Téhéran. Selon M.Ahmadinejad, la République islamique doit produire 250 à 300 tonnes de combustible nucléaire par an.

Cette déclaration est une réponse à la résolution de l'AIEA condamnant l'Iran pour sa politique nucléaire, résolution qui fait elle-même suite au rejet par l'Iran d'une offre visant à échanger son uranium faiblement enrichi (3,5%) contre du combustible nucléaire (uranium enrichi à 20%) pour son réacteur de Téhéran.

Présentée par les six médiateurs pour le dossier nucléaire iranien (Russie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Chine et Allemagne), ladite résolution enjoint notamment l'Iran de "suspendre immédiatement" la construction de son nouveau site d'enrichissement situé dans une montagne à Fordo, près de la ville sainte de Qom, et dont Téhéran avait dissimulé l'existence jusqu'en septembre dernier.

Les Occidentaux redoutent que l'Iran n'utilise sa capacité d'enrichissement pour produire de l'uranium enrichi à un degré permettant la fabrication d'une bombe atomique.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 21:30

La Corée du Nord n'est pas encore prête à s'asseoir à la table des pourparlers à Six sur la dénucléarisation de la Péninsule coréenne, a annoncé à RIA Novosti le président du Conseil de la Fédération (Chambre haute du parlement russe) Sergueï Mironov de retour de Pyongyang.

"Pyongyang n'est pas encore prêt à revenir aux négociations à Six", a-t-il indiqué avant d'ajouter que le ton du gouvernement de la Corée du Nord aux pourparlers était assez abrupt.

Selon le politicien, cette attitude de Pyongyang fait suite au soutien par Moscou de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant les essais nucléaires et les tirs de missiles réalisés par la Corée du Nord au printemps 2009.

La semaine dernière, Sergueï Mironov s'est rendu en visite officielle en Corée du Nord où il a eu l'occasion de s'entretenir avec des représentants haut placés de l'Etat, dont le président du Bureau de l'Assemblée populaire suprême de l'Etat nord-coréen Kim Yong-nam.

M. Mironov a par ailleurs indiqué que lors de sa visite l'éventualité de nouveaux essais n'a pas été évoquée.

Lancés en août 2003, les négociations à Six sur le règlement du problème nucléaire dans la péninsule coréenne réunissant les deux Corées, la Chine, le Japon, la Russie et les Etats-Unis, sont suspendues depuis leur échec à Pékin. Le 11 décembre 2008, la Corée du Nord a refusé de se plier aux exigences concernant son programme nucléaire.

En dépit des protestations de la Communauté internationale, la Corée du Nord a effectué le 25 mai 2009 un test nucléaire souterrain, provoquant un tollé international. Suite à ce tir, le Conseil de sécurité de l'ONU a alourdi le régime de sanctions en vigueur contre Pyongyang et a étendu les mesures d'embargo sur les armements à tous les types d'armes et de matériels connexes, à l'exception des armes légères et de petit calibre.

Malgré les sanctions de l'ONU, la Corée du Nord a de nouveau tiré des missiles de courte portée en juin et en octobre 2009.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 17:58

L'apogée de la crise est passé, mais une croissance plus stable requiert des investissements, a déclaré mercredi la ministre russe du Développement économique Elvira Nabioullina.

"On peut sans doute affirmer que le plus fort de la récession est derrière nous", a-t-elle indiqué lors d'une réunion avec le président du pays consacrée aux problèmes économiques.

"Notre analyse montre que la croissance mensuelle du produit intérieur brut (PIB) se poursuit depuis déjà cinq mois", a ajouté la ministre.

A titre d'indicateurs essentiels de la croissance, Mme Nabioullina a cité la hausse des prix à l'exportation et la demande grandissante de marchandises russes. Des branches, telles que l'agriculture et le bâtiment y ont contribué, a-t-elle indiqué.

"Quant aux investissements, nous ne percevons malheureusement pas de signes encourageants", a constaté la ministre.

C'est justement dans cette sphère que des efforts supplémentaires sont nécessaires, a-t-elle conclu.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 17:53
Saint Côme Hymnographe l'Eparque de Maïoma

Saint Cosmas l'Hymnographe, Evêque de Maiuma, était originaire de Jérusalem. Il a été élevé par les parents de Saint Jean Damascène (4 Décembre) avec leur fils, et il a reçu une bonne éducation. Lorsque St Cosmas venu de l'âge, il partit à l'un des monastères de la Palestine, où il a acquis une renommée pour ses exploits monastiques.

Pendant un temps de persécution contre les saintes icônes St Cosmas, et le vénérable Jean, sont venus en avant pour défendre l'Orthodoxie. En l'an 743 Cosmas a été fait Evêque de Maiuma. Il est mort à l'âge, laissant derrière lui de nombreux canons pour les jours de fête et une Triodion pour quatre jours de la Semaine Sainte.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 17:51
Fêté le 12 octobre (25) : Saint Martyr Andronique à Tarsos, en Cilicia

Les martyrs Andronic, Taraque et Probus ont soufferts pour le Christ dans l'année 304 à Tarse en Cilicie. Quand les païens lui ont ordonné de sacrifier aux idoles, le vieux soldat Taraque répondu qu'il offrirait un cœur pur au seul vrai Dieu au lieu de sacrifices de sang. En voyant la fermeté de la confession de saint la vraie Foi, le proconsul tous livra à la torture.

Les bourreaux des martyrs ont soumi à diverses tortures, puis ils ont déchiré les corps des saints en intervalle. Des chrétiens ont secrètement pris les reliques des saints et les enterrèrent.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 17:47
Saint Martyr Probos à Tarsos, en Cilicia

Les martyrs Probus, Taraque et Andronique ont souffert pour le Christ dans l'année 304 à Tarse en Cilicie. Quand les païens lui ont ordonné de sacrifier aux idoles, le vieux soldat Taraque répondu qu'il offrirait un cœur pur au seul vrai Dieu au lieu de sacrifices de sang. En voyant la fermeté de la confession de saint la vraie Foi, le proconsul tous livra à la torture.

«Quand mon corps souffre", St Probus dit aux adorateurs d'idoles, :

"Puis mon âme est guérie et revigoré." Les bourreaux ont amélioré leurs tortures, telles que leur rage pourrait inventer, puis ils ont déchiré les corps des saints par intervalle. Des chrétiens ont secrètement pris les reliques des saints et les enterrèrent.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 17:44
Fêté le 12 octobre : Saint Martyr Tarachos à Tarsos, en Cilicia

Les martyrs Taraque, Probus, et Andronic ont soufferts pour le Christ en l'an 304 à Tarse en Cilicie. Quand les païens lui ont ordonné de sacrifier aux idoles, le vieux soldat Taraque répondu qu'il offrirait un cœur pur au seul vrai Dieu au lieu de sacrifices de sang. En voyant la fermeté de la confession de saint la vraie Foi, le proconsul tous livra à la torture.

Les bourreaux ont soumis les martyrs à diverses tortures, puis ils ont déchiré les corps des saints en intervalle. Des chrétiens ont secrètement pris les reliques des saints et les enterrèrent.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 17:40
Commémoraison des saints pères du septième Concile Oecuménique

Aujourd'hui, l'Eglise se souvient des 350 saints Pères du septième Concile Oecuménique sous le saint Patriarche Taraise (25 Février).

Le Synode de 787, le second pour répondre à Nicée, a réfuté l'hérésie iconoclaste pendant le règne de l'impératrice Irène et son Fils Constantin VI.

Le Conseil a décrété que la vénération des icônes n'était pas de l'idolâtrie (Exo. 20 : 4-5), parce que l'honneur montré n'est pas dirigé vers le bois ou la peinture, mais passe au prototype (La personne représentée). Il a également confirmé la possibilité de représenter le Christ, qui est devenu homme et a pris chair dans son Incarnation. Le Père, d'autre part, ne peut pas être représenté dans sa nature éternelle, parce que «personne n'a jamais vu Dieu à tout moment" (Jean 1:18).

Dans la pratique grecque, les saints Pères théophores du septième Conseil oecuménique sont commémorés le 11 Octobre (Si c'est un dimanche), ou le dimanche qui suit 11 Octobre. Selon le Menaion slave, cependant, si le onze tombe sur le lundi, mardi, ou mercredi, le service est déplacé vers le dimanche précédent.

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article