Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 20:40

         Il est inadmissible de réviser l’histoire et de mettre au même niveau ceux qui ont déchaîné la Seconde guerre mondiale et ceux qui y ont mis fin, a déclaré l’homme d’affaires et mécène Viatcheslav Kantor, président du Congrès juif européen à l’issue des entretiens avec le président de Russie Dmitri Medvedev et le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov.

 

       Kantor a envisagé à Moscou la lutte contre l’antisémitisme, la xénophobie et l’extrémisme, les moyens de raffermir la tolérance en Europe et dans le monde ainsi que les manifestations internationales qui seront engagées en 2010 à l’occasion du 65ème anniversaire de la Victoire.

 

       Viatcheslav Kantor s’est opposé aux tentatives de réviser l’histoire et le bilan de la Seconde guerre mondiale. « Il ne faut pas faire le parallèle entre le stalinisme et le fascisme, a déclaré Kantor. Nous faisons la différence entre ceux qui ont engagé l’Holocauste et ceux qui y ont mis fin, ceux qui ont déchaîné la guerre ayant fait des millions de victimes et ceux qui l’ont arrêtée ». Le Congrès juif européen a proposé au président Medvedev de célébrer le 27 janvier en Russie « le Jour de l’affranchissement par l’Armée soviétique des détenus du camp de mort Auschwitz – la Journée internationale de mémoire de l’Holocauste » en mettant par là même l’accent sur l’’exploit de l’Armée soviétique.

 

       Viatcheslav Kantor s’est entretenu, en outre, au Kremlin et au ministère des AE sur le problème nucléaire iranien, nord-coréen et pakistanais ayant évoqué l’initiative du Forum international luxembourgeois de prévenir une catastrophe nucléaire. Cette institution exhorte les parties concernées à participer à la fondation d’un Etat-major de réaction rapide à la menace nucléaire.

 

         Premièrement, l’Iran, la Corée du Nord et le Pakistan devraient comprendre qu’il existe un centre d’adoption des décisions qui réagira sans tarder à l’aggravation de la situation. Nous avons exhorté le président de Russie Dmitri Medvedev et le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov à instituer un Etat-major de réaction rapide. Ce sera un organisme de dissuasion, de réaction rapide aux menaces nucléaires. Il faudrait qu’il soit dirigé par les deux présidents : des Etats-Unis et de Russie. En plus des ventes d’armes nucléaires, cela concerne toute transaction avec les technologies nucléaires, les matières fissiles, etc., a déclaré Viatcheslav Kantor.

Partager cet article
Repost0

commentaires