Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 23:40

  thumb.small.807698_le_premier_ministre_francois_filloon_et_.jpg     Il va falloir se serrer encore un peu plus la ceinture. François Fillon a anoncé ce lundi une nouvelle cure d'austérité de 7 milliards d'euros pour boucler le budget 2012.

En effet, pas question pour le gouvernement que le déficit budgétaire dépasse les 4,5% du PIB.

Mais ce régime minceur sera-t-il suffisant? Certains experts s'interrogent déjà sur le montant du train d'économies annoncées. Eric Heyer, directeur adjoint au département analyse et prévision de l'OFCE craint qu'il ne fragilise encore un peu plus la croissance. «Aujourd'hui, nous constatons que les plans d'austérité pèsent fortement sur la croissance, d'autant plus qu'ils s'inscrivent dans un contexte économique et financier mondial détérioré. Ce dernier pèse sur la confiance des ménages et des entreprises. Leur inquiétude entraîne de l'attentisme, d'où les risques baissiers importants sur la croissance d'ici à la fin de l'année. Une légère contraction du PIB au quatrième trimestre ne peut être exclue et pèserait mécaniquement sur la croissance en 2012», abonde Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas.

 

Un plan de rigueur de 27 milliards d'euros

 

        Dans ce contexte, Eric Heyer calcule que le gouvernement devra réaliser en tout et pour tout 27 milliards d'euros d'économies pour que le ratio dette/PIB soit de 4,5% en 2012. Mais à quel prix. Il envisage une succession de plans d'austérité qui verrait en 2012 la croissance française reculer de 0,5% avec à la clé un taux de chômage de 10,3%. Pire encore. Si l'ensemble des pays européens, de concert, mettaient en œuvre leur politique d'austérité, la facture serait encore plus salée 

Partager cet article
Repost0

commentaires