Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 19:27

    0102seraphim-sarov0013.jpg     Saint Séraphin de Sarov, un grand Ascète de l'Eglise russe, est né le 19 Juillet 1754. Ses parents, Isidore et Agathia Moshnin, étaient des habitants de Koursk. Isidore était un marchand. Vers la fin de sa vie, il a commencé la construction d'une cathédrale de Koursk, mais il mourut avant l'achèvement des travaux. Son petit Prochorus de fils, le futur Seraphim, est resté sous la garde de sa mère, veuve, qui a soulevé son fils dans la piété.

        Après la mort de son mari, Agathia Moshnina poursuit avec la construction de la cathédrale. Une fois qu'elle a pris les sept ans de Prochorus avec elle, et il est tombé de l'échafaudage autour du clocher de sept étages. Il aurait été tué, mais le Seigneur préservé la vie de l'astre avenir de l'Église. La mère terrifiée courut à lui et a trouvé son fils sain et sauf.

        Le jeune Prochorus, doté d'une excellente mémoire, bientôt maîtrisé la lecture et l'écriture. Dès son enfance, il aimait à assister aux services religieux, et à lire à la fois la Sainte Écriture et les Vies des Saints avec ses camarades. Plus que tout, il aimait à prier ou à lire le saint Evangile en privé.

       À un moment donné Prochorus est tombé gravement malade, et sa vie était en danger. Dans un rêve, le garçon a vu la Mère de Dieu, promettant de visiter et de le guérir. Bientôt passé la cour de la maison Moshnin vint une procession de l'église avec la racine Icône Kursk du signe (27 Novembre). Sa mère portait Prochorus dans ses bras, et il embrassa l'icône sainte, après quoi il a récupéré rapidement.

       Alors qu'il était encore dans sa jeunesse Prochorus fait ses plans pour consacrer sa vie entièrement à Dieu et à aller dans un monastère. Sa mère pieuse ne s'oppose pas à cela et elle le bénit sur son chemin monastique avec une croix de cuivre, qu'il portait sur sa poitrine pour le reste de sa vie. Prochorus partit à pied avec les pèlerins allant de Koursk à Kiev pour vénérer les saints des Grottes.

         L'Ancien Dositheus (en réalité une femme, Daria Tyapkina), qui Prochorus visité, l'a béni pour aller au désert monastère de Sarov, et il cherche son salut. Revenant brièvement à son domicile parental, Prohkor dire un dernier adieu à sa mère et sa famille. Le 20 Novembre 1778, il arriva à Sarov, où le monastère a ensuite été dirigé par un vieux sage, Père Pacôme. Il l'a accepté et l'a mis sous la direction spirituelle de l'Ancien Joseph. Sous ses Prochorus de direction a traversé de nombreuses obédiences au monastère: il était cellulaire préposé de l'aîné, il travaillait à la fabrication du pain et prosphore, et à la menuiserie. Il a rempli toutes ses obédiences avec zèle et ferveur, comme servant le Seigneur Lui-même. Par un travail constant, il se prémunir contre le découragement (acédie), ce qui est, comme plus tard, il a dit, "la tentation la plus dangereuse pour les nouveaux moines. Il est traité par la prière, en s'abstenant de bavardage, par un travail acharné, en lisant la Parole de Dieu et par la patience, car elle est engendrée par la petitesse de l'âme, la négligence et le bavardage. "

         Avec la bénédiction de l'higoumène Pacôme, Prochorus s'abstint de toute nourriture les mercredis et vendredis, et entra dans la forêt, où dans un isolement complet, il pratiquait la prière de Jésus. Après deux ans en tant que novice, Prochorus tombé malade d'hydropisie, son corps est devenu enflé, et il était en proie à la souffrance. Son instructeur Père Joseph et les autres aînés étaient friands de Prochorus, et ils lui ont prodigué des soins. La maladie a traîné pendant environ trois ans, et non pas une fois que quelqu'un a entendu de lui un mot de plainte. Les aînés, craignant pour sa vie même, voulait appeler un médecin pour lui, mais Prochorus a demandé que ce ne soit faite, disant au père Pacôme: «J'ai moi-même confié, Saint-Père, pour le vrai médecin de l'âme et du corps, notre Seigneur Jésus-Christ et Sa Toute-Pure Mère ".

        Il a demandé qu'une Molieben être offert pour sa santé. Tandis que les autres priaient à l'église, Prochorus avait une vision. La Mère de Dieu lui apparut accompagné par les apôtres Pierre et Jean le Théologien saint. Pointant avec sa main vers le moine malade, la Très Sainte Vierge a dit à saint Jean: «Il est l'un des notre genre." Puis elle a touché le côté du malade avec son personnel, et immédiatement le liquide qui avait gonflé son corps a commencé à s'écouler à travers l'incision qu'elle a fait. Après la Molieben, les frères ont constaté que Prochorus avait été guéri, et seulement une cicatrice restés comme preuve du miracle.

         Bientôt, sur le lieu de l'apparition de la Mère de Dieu, une église infirmerie a été construit pour les malades. L'une des chapelles latérales ont été consacrés à Sts Zosime et Sabbatios de Solovki (17 Avril). Avec ses propres mains, saint Séraphim fait une table d'autel pour la chapelle de bois de cyprès, et il a toujours reçu les saints mystères dans cette église.

        Après huit ans comme novice au monastère de Sarov, Nicanor fut tonsuré avec le nom Seraphim, un nom qui reflète son amour ardent pour le Seigneur et son désir ardent de le servir. Après un an, Séraphin a été ordonné hiérodiacre.

        Sérieux dans l'esprit, il a servi dans le temple chaque jour, sans cesse prier même après le service. Le Seigneur lui a accordé visions pendant les services religieux: il vit souvent saints anges qui servent avec les prêtres. Au cours de la Divine Liturgie le Grand et le Jeudi Saint, qui a été célébrée par le père Pacôme higoumène et par le Père Joseph, saint Séraphim avait une autre vision. Après la petite entrée de l'Évangile, le hiérodiacre Seraphim a prononcé les mots «O Seigneur, sauve la crainte de Dieu, et nous entendre." Puis, il leva la orarion disant: «Et les siècles des siècles." Tout à coup, il a été aveuglé par un rayon lumineux de la lumière.

        Levant les yeux, saint Séraphim vit le Seigneur Jésus Christ, à venir à travers les portes ouest du temple, entouré par les puissances Bodiless du ciel. Atteindre l'ambon, le Seigneur a béni tous ceux qui prient et entré dans son icône située à droite des portes royales. Saint Séraphim, en extase spirituelle après cette vision miraculeuse, était incapable de prononcer un mot, ni à se déplacer de l'endroit. On le prit par la main dans l'autel, où il est resté pendant trois heures, son visage ayant changé de couleur à partir de la grande grâce qui brillait sur lui. Après la vision du saint intensifié ses efforts. Il travaillait au monastère par jour, et il passait ses nuits à prier dans sa cellule de la forêt.

       En 1793, hiérodiacre Seraphim a été ordonné à la prêtrise, et il a servi la Divine Liturgie tous les jours. Après la mort du père higoumène Pacôme, St Seraphim a reçu la bénédiction du nouveau Père Supérieur Isaïe, à vivre seul dans une partie reculée de la forêt de trois miles et demi du monastère. Il a nommé sa nouvelle maison «Le Mont Athos», et se consacra à la prière solitaire. Il se rendit au monastère seulement le samedi avant la veillée toute la nuit, et renvoyé dans sa cellule de la forêt après la liturgie de dimanche, à laquelle il participait des mystères divins.

        Père Seraphim a passé son temps dans les luttes ascétiques. Sa règle de la cellule de prière a été basée sur la règle de saint Pacôme pour les anciens monastères du désert. Il portait toujours les saints Évangiles avec lui, la lecture du Nouveau Testament tout entier dans le cadre d'une semaine. Il a également lu les saints Pères et les annuaires de services. Le saint a appris beaucoup de cantiques par coeur, et les chantait en travaillant dans la forêt. Autour de sa cellule, il a cultivé un jardin et mis en place une ruche. Il a gardé un jeûne très strict, manger une seule fois durant toute la journée, et les mercredis et vendredis, il a complètement abstenu de nourriture. Le premier dimanche du Grand Carême, il ne participe pas de nourriture du tout jusqu'à samedi, quand il a reçu les Saints Mystères.

        Le saint Elder était parfois tellement absorbé par la prière incessante du cœur qu'il est resté sans bouger, ni entendre, ni rien voir autour de lui. Le schemamonk Mark le Taciturne et le hiérodiacre Alexander, aussi sauvages les habitants, serait lui rendre visite de temps en temps. Trouver le saint plongé dans la prière, ils laissaient tranquillement, afin de ne pas troubler sa contemplation.

        Dans la chaleur de l'été, le juste rassemblé mousse d'un marais comme engrais pour son jardin. Moucherons et les moustiques a mordu sans relâche, mais il a enduré ce dicton: «Les passions sont détruits par la souffrance et par les afflictions."

      Sa solitude est souvent perturbé par les visites de moines et de laïcs, qui cherchaient ses conseils et la bénédiction. Avec la bénédiction de l'higoumène, le père Seraphim interdisait aux femmes de lui rendre visite, puis recevoir un signe que le Seigneur a approuvé de son désir de silence complet, il a interdit à tous les visiteurs. Par les prières de la sainte, le chemin de sa cellule de désert a été bloquée par d'énormes branches abattus par le vent de pins anciens. Désormais, seuls les oiseaux et les bêtes sauvages lui ont rendu visite, et il habitait avec eux comme Adam au paradis. Ils sont venus à minuit et attendaient pour lui de terminer sa règle de prière. Puis il nourrir les ours, lynx, renards, lapins, et même des loups avec du pain de sa main. St Seraphim a également eu un ours qui lui obéir et de faire des courses pour lui.

        Afin de repousser les assauts de l'ennemi, saint Séraphim a intensifié son labeur et a commencé une nouvelle lutte ascétique à l'imitation de saint Siméon le Stylite (1 Septembre). Chaque nuit, il monta sur un immense rocher dans la forêt, ou un plus petit dans sa cellule, ne reposant que sur de courtes périodes. Il se mit à genoux ou, en priant avec les mains levées: «Dieu, sois apaisé envers moi, pécheur." Il pria ainsi pendant 1000 jours et nuits.

        Trois voleurs à la recherche de l'argent ou des objets de valeur une fois se jetant sur lui alors qu'il travaillait dans son jardin. Les voleurs ont exigé de l'argent de lui. Bien qu'il avait une hache dans les mains, et aurait pu mettre en place un combat, mais il ne voulait pas le faire, en rappelant les paroles du Seigneur: «Ceux qui prennent l'épée périront par l'épée» (Mt 26 : 52). Sortant de sa hache au sol, il a dit: «Faites ce que vous voulez." Les voleurs l'ont battu sévèrement et laissé pour mort. Ils voulaient le jeter dans la rivière, mais d'abord, ils ont fouillé la cellule pour l'argent. Ils ont déchiré la place à part, mais ne trouva que des icônes et quelques pommes de terre, alors ils sont partis. Le moine, a repris conscience, rampé dans sa cellule, et resta là toute la nuit.

        Dans la matinée, il a atteint le monastère avec beaucoup de difficulté. Les frères ont été horrifiés en voyant l'ascète avec plusieurs blessures à la tête, la poitrine, les côtes et le dos. Pendant huit jours, il était là souffrant de ses blessures. Médecins appelés à traiter étaient dans l'étonnement qu'il était encore en vie après une telle raclée.

         Père Seraphim n'a pas été guéri par un médecin terrestre: la Reine du Ciel lui apparut dans une vision avec les apôtres Pierre et Jean. Toucher la tête du saint, la Très Sainte Vierge l'a guéri. Toutefois, il était incapable de se redresser, et pour le reste de sa vie, il a dû marcher courbé à l'aide d'un bâton ou d'une petite hache. St Seraphim a dû passer environ cinq mois au monastère, puis il est retourné à la forêt. Il a pardonné à ses agresseurs et a demandé qu'ils ne soient pas punis.

       En 1807, l'abbé, l'abbé Isaïe, s'endormit dans le Seigneur. A demandé à saint Séraphim de prendre sa place, mais il a refusé. Il a vécu en silence pendant trois ans, complètement coupée du monde à l'exception du moine qui venait une fois par semaine pour lui apporter de la nourriture. Si le saint a rencontré un homme dans la forêt, il tomba face contre terre et n'a pas obtenu jusqu'à le passant avait évolué. St Seraphim acquis paix de l'âme et de la joie dans l'Esprit Saint. Le grand ascète a dit: «Acquérir l'esprit de paix, et un millier d'âmes seront sauvées autour de vous."

       Le nouveau Supérieur du monastère, le père Niphon, et les frères plus âgés du monastère dit Père Seraphim soit de venir au monastère le dimanche pour les services divins comme avant, ou de revenir s'installer dans le monastère. Il a choisi la deuxième solution, car il était devenu trop difficile pour lui de marcher depuis sa cellule de la forêt au monastère. Au printemps de 1810, il est retourné au monastère après quinze ans de vie dans le désert.

         Poursuivant son silence, il s'enferma dans sa cellule, s'occupant avec la prière et la lecture. Il a également été autorisé à manger des repas et à recevoir la communion dans sa cellule. Il saint Séraphim atteint la hauteur de la pureté spirituelle et obtenu des dons spéciaux de la grâce de Dieu: clairvoyance et miraculeuse. Après cinq années de solitude, il a ouvert sa porte et a permis aux moines d'entrer. Il a poursuivi son silence, cependant, leur enseignant que par exemple.

         Le 25 Novembre 1825, la Mère de Dieu, accompagné par les deux saints hiérarques commémoré ce jour-là (Hiéromartyr Clément de Rome et St Pierre, archevêque d'Alexandrie), est apparu à l'aîné dans une vision et lui a dit de mettre fin à son isolement et pour se consacrer à d'autres. Il a reçu la bénédiction de l'higoumène de partager son temps entre la vie dans la forêt, et au monastère. Il n'est pas revenu à son Far Hermitage, mais est allé à une cellule proche du monastère. Ce qu'il appelait sa proximité Hermitage. A cette époque, il a ouvert les portes de sa cellule pour les pèlerins ainsi que ses compagnons moines.

        L'Ancien vit dans le cœur des gens, et en tant que médecin spirituel, il guérit leurs infirmités de l'âme et du corps par la prière et par ses paroles pleine de grâce. Ceux qui viennent à St Seraphim sentir son grand amour et de tendresse. Peu importe quel moment de l'année où il était, il saluait tout le monde avec ces mots: «Le Christ est ressuscité, ma joie!" Il aimait particulièrement les enfants. Une fois, une jeune fille a dit à ses amis: «Père Seraphim ne ressemble à un vieil homme. Il est vraiment un enfant comme nous ».

        L'Ancien a été souvent vu appuyé sur sa canne et portant un sac à dos rempli de pierres. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il avait fait cela, le saint répondit humblement: «Je suis le troubler qui m'inquiète."

        Dans la dernière période de sa vie terrestre saint Séraphim se consacre à ses enfants spirituels, le monastère de Diveyevo de femmes. Alors qu'il était encore un hiérodiacre il avait accompagné le défunt père Pacôme à la communauté Diveyevo à son chef monastique, Mère Alexandra, un grand ascète de la femme, et puis le père Pacôme bienheureux saint Séraphim de s'occuper toujours pour les «orphelins Diveyevo." Il était un père véritable pour les sœurs, qui se tourna vers lui avec toutes leurs difficultés matérielles et spirituelles.

        St Seraphim également consacré beaucoup d'efforts à la communauté monastique des femmes à Diveyevo. Il se dit qu'il leur a donné aucune instruction de son propre, mais c'était la Reine du Ciel qui l'a guidé dans les questions relatives au monastère. Ses disciples et amis spirituels ont aidé le saint pour se nourrir et nourrir la communauté Diveyevo. Michael V. Manturov, guéri par le moine d'une maladie grave, était l'un des bienfaiteurs de Diveyvo. Sur les conseils de l'aîné, il a pris sur lui l'exploit de la pauvreté volontaire. Elena Vasilievna Manturova, l'une des sœurs Diveyevo, par obéissance à l'aîné, volontairement consenti à mourir à la place de son frère, qui était encore nécessaire dans cette vie.

        Nicolas Alexandrovitch Motovilov, a également été guéri par le moine. En 1903, peu de temps avant la glorification du saint, le remarquable "Conversation de Saint Séraphin de Sarov avec NA Motovilov" a été trouvé et imprimé. Écrit par Motovilov après leur conversation à la fin de Novembre 1831, le manuscrit était caché dans un grenier dans un tas d'ordures pour presque soixante-dix ans. Il a été constaté par l'auteur SA Nilus, qui cherchait des informations sur la vie de saint Séraphim. Cette conversation est une contribution très précieuse à la littérature spirituelle de l'Eglise orthodoxe. Il est né de la volonté de Nicolas Motovilov connaître le but de la vie chrétienne. Il a été révélé à saint Séraphim qui Motovilov avait cherché une réponse à cette question depuis l'enfance, sans recevoir de réponse satisfaisante. Le saint frère lui a dit que le but de la vie chrétienne est l'acquisition de l'Esprit Saint, et a continué à expliquer les grands avantages de la prière et de l'acquisition de l'Esprit Saint.

         Motovilov demandé au saint comment nous pouvons savoir si le Saint-Esprit est avec nous ou pas. St Seraphim a longuement parlé de la façon dont les gens viennent à être dans l'Esprit de Dieu, et comment nous pouvons reconnaître sa présence en nous, mais Motovilov voulait mieux comprendre cela. Ensuite Père Seraphim le prit par les épaules et dit: «Nous sommes à la fois dans l'Esprit de Dieu, mon fils. Pourquoi n'avez-vous pas me regardes? "

        Motovilov répondu: «Je ne peux pas regarder, Père, pour vos yeux clignotent comme un éclair, et votre visage est plus brillante que le soleil."

        Saint Séraphim lui dit: «Ne vous inquiétez pas, ami de Dieu. Maintenant que vous vous êtes devenu aussi lumineux que je suis. Vous êtes dans la plénitude de l'Esprit de Dieu vous-même, sinon vous ne seriez pas capable de me voir comme ça. "

        Alors saint Séraphim promis Motovilov que Dieu lui permettrait de conserver cette expérience dans sa mémoire toute sa vie. "Il n'est pas donné pour vous seul à comprendre», at-il dit, "mais à travers vous, c'est pour tout le monde."

         Tout le monde connaissait et estimait St Seraphim comme un grand ascète et thaumaturge. Un an et dix mois avant sa fin, en la fête de l'Annonciation, saint Séraphim a été accordée à contempler la Reine du ciel une fois de plus dans l'entreprise de Saint-Jean-Baptiste, l'apôtre Jean le Théologien et douze Virgin Martyrs (Sts Barbara, Katherine, Thekla, Marina, Irene, Eupraxia, Pelagia, Dorothea, Makrina, Justina, Juliana, et Anysia). La Très Sainte Vierge s'entretint longuement avec le moine, en confiant les sœurs Diveyevo lui. Concluant la conversation, elle lui dit: «Bientôt, mon cher, tu seras avec nous." Le Diveyevo religieuse Eupraxia était présent lors de cette visite de la Mère de Dieu, parce que le saint l'avait invitée.

        Dans la dernière année de la vie de saint Séraphim, un de ceux guéri par lui vit debout dans l'air pendant la prière. Le saint strictement interdit cet être mentionné qu'après sa mort.

        St Seraphim est devenue sensiblement plus faible et il a beaucoup parlé de sa fin prochaine. Pendant ce temps, ils ont souvent vu assis par son cercueil, qu'il avait placé dans l'antichambre de sa cellule, et qu'il avait préparé pour lui-même.

        Le saint lui-même avait marqué le lieu où enfin ils l'enterrer, près de l'autel de la cathédrale de la Dormition. Le Janvier 1, 1833 Père Seraphim est venu à l'église Sts Zosime et Sabbatios une dernière fois pour la liturgie et il a reçu les Saints Mystères, après quoi il a béni les frères et les adieux, en disant: "Sauvez vos âmes. Ne soyez pas découragés, mais vigilant. Aujourd'hui, les couronnes sont préparées pour nous. "

        Le 2 Janvier, le père Paul, cellulaire préposé du saint, a quitté sa cellule à six heures du matin pour assister au début de la liturgie. Il a remarqué l'odeur de fumée provenant de la cellule de l'Ancien. St Seraphim serait souvent laisser de bougies allumées dans sa cellule, et le père Paul a concerné qu'ils pourraient provoquer un incendie.

          "Alors que je suis en vie," il a dit, "il n'y aura pas de feu, mais quand je meurs, ma mort sera révélée par un incendie." Quand ils ont ouvert la porte, il est apparu que les livres et d'autres choses fumaient. St Seraphim a été retrouvé à genoux devant une icône de la Mère de Dieu avec les bras croisés sur sa poitrine. Son âme pure a été prise par les anges au moment de la prière, et il avait volé hors du trône du Dieu tout-puissant, Dont le fidèle serviteur saint Séraphim avait été toute sa vie.

St Seraphim a promis d'intercéder pour ceux qui se souviennent de ses parents, Isidore et Agathia.

Partager cet article
Repost0

commentaires