Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 20:41

  thumb.small.PHO6f58ae8a_f467_11e2_8583_97f10ddf409f_805x453.jpg      Depuis quelques jours, sa vidéo cartonne sur YouTube. Dans un monologue surprenant de maturité, Nada, une Yéménite de 11 ans, explique avoir fui ses parents pour échapper à une union arrangée.

 

Dans un vibrant plaidoyer, Nada al-Ahdal dénonce la tradition, courante, du mariage imposé aux enfants au Yémen. «Qu'en est-il de l'innocence des enfants? Quel mal ont-ils fait pour être mariés de force? Moi, j'ai réussi à trouver une solution à mon problème, mais d'autres enfants innocents n'ont pas pu y échapper. Ceux-là risquent de mourir ou de se suicider.» Une option qu'elle déclare envisager sérieusement. «Je préfère mourir plutôt que d'être mariée de force!» s'exclame-t-elle, émue.

Traumatisée par la mort de sa tante, qui s'est immolée à 14 ans après avoir été mariée de force, Nada a quitté le domicile de ses parents après avoir appris qu'ils se préparaient à la fiancer. Venant d'une famille pauvre de huit enfants, elle avait été confiée à son oncle à l'âge de 3 ans. Nada a grandi avec lui et sa grand-mère dans la ville d'al-Hudaydah, à 250 km environ à l'ouest de la capitale, Sanaa. Non voilée, elle y prend des cours de chant, passe une enfance qui semble heureuse. Mais récemment, le départ de son oncle pour Sanaa l'a contrainte à rentrer chez ses parents. C'est alors qu'elle les entend discuter de son futur mariage.

«Ils ont tué nos rêves!»

Dans la vidéo, elle dit: «Je me suis enfuie chez mon oncle, mais il n'était pas chez lui. Donc j'ai appelé Abd al-Jabbar pour qu'il vienne me chercher». Cet homme est son ancien professeur de chant, qui aurait tourné la vidéo et l'aurait postée sur Internet début juillet pour contrer les accusations de la mère de Nada, selon laquelle son oncle aurait kidnappé la petite fille.

«Ce n'était pas la première fois que les parents de Nada voulait la fiancer, et son oncle avait réussi à décourager son premier prétendant», explique Hind al-Eryiani, journaliste et activiste yéménite, qui a couvert l'histoire de Nada pour le site (...)

Partager cet article
Repost0

commentaires