Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 20:37

       Le consortium américain « General Motors » est revenu sur sa décision de vendre « Opel » à « Magna-Sberbank », pour la raison d’une amélioration de la situation interne. Les ventes de la société ont augmenté aux Etats-Unis pour la première fois en ces 21 mois. L’épopée avec la vente de la filiale « Opel » durait depuis avril dernier, écrit « Komsomolskaïa Pravda ». Le géant automobile GM essayait de se débarrasser de sa filiale européenne. Le 10 septembre GM a quand même pris la décision de vendre « Opel » au consortium russo-canadien « Sberbank-Magna », qui devait obtenir 55 % des titres, les employés de l’usine – 10 %, alors que GM – 35 % des titres. On travaillait déjà à l’établissement d’un contrat, et « Magna » et « Sberbank » cherchaient une usine qui pourrait assembler des véhicules « Opel » en Russie. Tout s’est avéré en vain.

 

       Selon « Vedomosti », en Allemagne, où le gouvernement et les syndicats « Opel » appuyaient la vente à « Magna » et à la « Sberbank », la réaction a été très vive. Le ministre de l’Economie Rainer Bruderle a qualifié ce revirement d’absolument inacceptable. Le syndicat allemand entend décréter une grève ; les actions de protestation se dérouleront aussi dans d’autres pays d’Europe. Par contre, le chef du syndicat britannique a appelé la décision de GM correcte et « une nouvelle fantastique pour la Grande-Bretagne » : car des suppressions importantes de postes étaient prévues dans ses usines.

 

        Déjà en septembre le gouverneur de la « Sberbank » de Russie Guerman Gref disait qu’il n’excluait pas un échec de la transaction. Avant GM se préparait à se déclarer en faillite, alors qu’à présent la compagnie n’a pas de dettes en charge et est en mesure de procéder elle-même à une restructuration d’«Opel ».

 

        La décision de GM peut signifier que le consortium s’est servi de « Magna » et de la « Sberbank », afin d’obtenir un financement étatique pour « Opel » de la part de l’UE, et de s’entendre avec les syndicats « Opel » sur une réduction des frais, disent des sources, proches des négociateurs des parties, remarque « Kommersant ».

 

        En effet, le plan de « Magna-Sberbank » à l’égard d’« Opel » était le plus cher au regard du financement (4,5 milliards d’€). De plus, « Magna » s’est mise d’accord sur ce marché avec ses adversaires farouches – la Belgique et l’Espagne, qui ne voulaient pas accepter de licenciements dans leurs usines. Plus tard on a appris que la transaction avait été approuvée aussi par le syndicat « Opel », qui a renoncé à la majoration des salaires et des congés payés, ce qui aurait permis d’économiser à « Opel » jusqu’à 260 millions d’€ par an. On ne peut pas exclure que « Magna » et « Sberbank » procèdent à une analyse juridique approfondie de ce refus.

Partager cet article
Repost0

commentaires