Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 23:27

Moscou, 12 octobre

 

  187616802.jpg     Téhéran appelle la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton à être plus attentive aux informations liées au programme nucléaire iranien, a annoncé mardi le porte-parole de la diplomatie iranienne Ramin Mehmanparast.

"Il nous semble que Catherine Ashton est beaucoup moins active que son prédécesseur Javier Solana. (…) Si Mme Ashton avait prêté son attention au contenu de la déclaration du ministre iranien des Affaires étrangères, elle aurait vu que nous avons déjà annoncé la date des négociations", a indiqué le diplomate iranien.

Ces propos de M. Mehmanparast interviennent dans le contexte de déclaration faite samedi dernier par Mme Ashton. La chef de la diplomatie européenne a affirmé que la partie iranienne n'avait fixé aucune date de reprise des négociations sur le programme nucléaire de Téhéran.

Toutefois, le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki avait déclaré le jour même que l'Iran était prêt au dialogue avec les Six médiateurs internationaux (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, ndlr) et même précisé que la fin octobre ou le début novembre convenaient bien pour la reprise des négociations.

L'Iran a confirmé son intention de revenir à la table des négociations lors de la dernière session de l'Assemblée générale de l'ONU. "Nous avons même déclaré être prêts à mener un dialogue au niveau des chefs de la diplomatie et même des chefs d'Etat. Il semble que l'Occident ne soit pas prêt pour ces négociations", a conclu Ramin Mehmanparast.

Les Six et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) mènent des discussions avec l'Iran depuis 2003 en vue de le convaincre de suspendre les travaux d'enrichissement d'uranium, capables de porter atteinte au régime de non-prolifération nucléaire. L'Iran s'est retiré des négociations avec les Six en novembre 2009, après l'adoption par le Conseil des gouverneurs de l'AIEA d'une résolution condamnant le lancement d'un deuxième site iranien d'enrichissement d'uranium à Qom.

Partager cet article
Repost0

commentaires