Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 23:26

   «Ne soyez pas des chrétiens à mi-temps, mouillez votre chemise»     Voici le texte de l'homélie prononcée par le pape François samedi lors de la veillée des JMJ de Rio sur la plage de Copacabana.

 

«Chers jeunes,

Nous venons de rappeler l'histoire de saint François d'Assise. Devant le Crucifix il entend la voix de Jésus qui lui dit: «François, va et répare ma maison». Et le jeune François répond avec rapidité et générosité à cet appel du Seigneur: réparer sa maison. Mais quelle maison? Peu à peu il s'est rendu compte qu'il ne s'agissait pas de faire le maçon et de réparer un édifice de pierres, mais de donner sa contribution à la vie de l'Église ; il s'agissait de se mettre au service de l'Église, en l'aimant et en travaillant, pour qu'en elle se reflète toujours davantage le Visage du Christ.

Aujourd'hui aussi, le Seigneur continue à avoir besoin de vous, les jeunes, pour son Église. Aujourd'hui aussi, il appelle chacun de vous à le suivre dans son Église et à être missionnaire. Comment? De quelle manière? En partant du nom du lieu dans lequel nous nous trouvons, Campus fidei, le Champ de la Foi, [ emplacement originel prévu en dehors de Rio, annulée pour raisons météorologique, le Pape devait corriger, au prononcé, ce changement de lieu, la veillée s'étant déroulé sur la baie de Copacabana) ndlr. ] j'ai pensé à trois images qui peuvent nous aider à mieux comprendre ce que signifie être disciple-missionnaire: la première, le champ qui est le lieu dans lequel on sème ; la seconde, le champ comme lieu d'entraînement ; et la troisième, le champ comme chantier.

Le champ comme lieu dans lequel on sème. Nous connaissons tous la parabole de Jésus qui parle d'un semeur parti jeter les semences dans son champ. Quelques unes d'entre elles tombent sur la route, au milieu des pierres, parmi les épines et ne parviennent pas à se développer. Mais d'autres tombent sur la bonne terre et produisent beaucoup de fruits (Cf. Mt 13, 1-9). Jésus lui-même explique le sens de la parabole : 

Partager cet article
Repost0

commentaires