Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 18:22

      2978212597 2 3 ozPa1Edf   Aujourd'hui, l'Eglise commémore un événement important dans la vie terrestre de notre Seigneur Jésus-Christ (Luc 2, 22-40). 40 jours après sa naissance, le Dieu-enfant a été emmené au Temple de Jérusalem, le centre de la vie religieuse de la nation. Conformément à la loi de Moïse (Lév. 12 : 2-8), une femme qui a donné naissance à un enfant de sexe masculin a été interdit d'entrer dans le Temple de Dieu pendant 40 jours. Au bout de ce temps la mère vint au Temple avec l'enfant, offrir un agneau ou le pigeon au Seigneur comme un sacrifice de purification. La Très Sainte Vierge, la Mère de Dieu, n'avait pas besoin de purification, car elle avait donné naissance à la source de la pureté et la sainteté sans souillure. Toutefois, elle humblement satisfait aux exigences de la loi.

          A cette époque le juste Ancien Simeon (3 Février) vivait à Jérusalem. Il avait été révélé à lui qu'il ne voulait pas mourir, jusqu'à ce qu'il verrait le Messie promit. Par inspiration d'en haut, St Siméon se rendit au Temple au moment même où la Très Sainte Mère de Dieu et Saint-Joseph avaient amenés l'Enfant Jésus pour accomplir la Loi.

         Le récepteur de Dieu Simeon a pris le divin Enfant dans ses bras, et rendant grâce à Dieu, il prononça ces mots répétés par l'Église chaque soir à vêpres :
«Maintenant, Seigneur, tu laisses aller ton serviteur s'en aller en paix, selon ta parole, pour mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples, une lumière pour éclairer les nations et la gloire de ton peuple Israël »(Luc 2:29-32). St Siméon dit à la Très Sainte Vierge:. "Voici, cet enfant est pour la chute et le relèvement de beaucoup en Israël, et pour un signe qui doit être prononcée contre Oui, une épée te transpercera l'âme aussi, que les pensées de beaucoup de coeurs soient dévoilées "(Luc 2:34-35).

          Au Temple était la veuve de 84 ans, Anne la prophétesse, fille de Phanuel (Février 3), «qui n'ont pas quitté le temple, mais il a servi Dieu par le jeûne et la prière nuit et jour. Elle est arrivée juste au moment où St Siméon a rencontré le Enfant divin. Elle a également remercié le Seigneur et parlait de Jésus à tous ceux qui étaient à la recherche de la rédemption de Jérusalem »(Luc 2:37-38). Dans l'icône de la fête, elle est titulaire d'un parchemin qui se lit comme suit: «Cet enfant a créé le ciel et la terre."

          Avant la naissance du Christ, des hommes justes et les femmes vivent par la foi dans le Messie promis, et attendait sa venue. Les Justes Siméon et la prophétesse Anne, les dernières personnes justes de l'Ancien Testament, ont été jugés dignes de rencontrer le Sauveur dans le Temple.

          La Fête de la réunion du Seigneur est parmi les fêtes les plus anciennes de l'Église chrétienne. Nous avons des sermons sur la fête par les saints évêques Méthode de Patara (+ 312), Cyrille de Jérusalem (+ 360), Grégoire le Théologien (+ 389), Amphilocius d'Iconium (+ 394), Grégoire de Nysse (+ 400), et Jean Chrysostome (+ 407). Malgré son origine au début, cette fête n'est pas célébrée si magnifiquement jusqu'à ce que le sixième siècle.

           En 528, sous le règne de Justinien, un tremblement de terre a tué de nombreuses personnes à Antioche. D'autres malheurs suivi celui-ci. En 541 une terrible épidémie de peste a éclaté à Constantinople, emportant plusieurs milliers de personnes chaque jour. Au cours de cette période de grandes souffrances, un service de prière solennelle (Litia) pour Deliverence des maux a été célébrée en la Fête de la réunion du Seigneur, et la peste cessa. En action de grâces à Dieu, l'Eglise établie d'une célébration plus solennelle de cette fête.

          Les hymnographes de l'Eglise ont orné cette fête avec leurs hymnes: St André de Crète dans le septième siècle, Cosmas évêque de St Maium, St Jean de Damas, et St Germain patriarche de Constantinople dans le huitième siècle, et St Joseph, archevêque de Thessalonique dans le neuvième siècle.

          En ce jour nous commémorons également l'icône de la Vierge Marie la Très Sainte connu comme "le ramollissement du cœur mauvais» ou «prophétie de Siméon." La Mère de Dieu est représenté sans son enfant, avec sept épées tranchantes son sein: trois du côté gauche, trois à droite, et celle d'en bas.

 

         Une icône similaire, "Sur les Seven Swords" (13 août) montre trois épées sur le côté gauche et quatre à partir de la droite.

         L'icône "Prophétie de Siméon" symbolise l'accomplissement de la prophétie de Siméon le juste envers les aînés : "Une épée te transpercera l'âme» (Luc 2:35).

Partager cet article
Repost0

commentaires