Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 17:15

       La police russe se trouve devant une perspective d’une nouvelle réforme, probablement, la plus large depuis la période soviétique, concernant non simplement un changement de nom des subdivisions et la permutation des effectifs, mais celui du système. Selon le journal "Vremia Novostieï", jusqu'à présent, les conversations à ce sujet se faisaient parmi les défenseurs des droits de l'homme et les représentants de l'opposition. Les dirigeants du pays et la plupart des parlementaires tâchaient de ne pas critiquer le Ministère de l’Intérieur et en général, les forces de l’ordre, réagissant très prudemment seulement aux scandales les plus forts dans ce domaine. Maintenant, la nécessité de la reconstruction de la police, appelée en russe milice, son nettoyage cardinal et la réduction de ses effectifs étaient déclarés pour la première fois non simplement par un représentant des «partis du pouvoir», mais par un membre de son organisme directeur — le conseil général de "Russie Unie", le député de la Douma d'État Andreï Makarov. Il a déclaré « qu'aujourd'hui la milice est redoutée plus que les bandits», car au moins «on peut se sauver de ces derniers », et qu’il est impossible de «moderniser, réformer le Ministère de l’Intérieur, on peut seulement le liquider».

 

       Le député a souligné que toutes les estimations et les propositions exposées – c’était son opinion strictement personnelle, et en outre exprimée dans le contexte de l'estimation non de toute l'activité du Ministère de l’Intérieur, mais seulement des tentatives de ses représentants de bloquer le projet de loi sur la décriminalisation de la sphère des rapports juridiques dans le domaine fiscal. Cependant, il est évident que des estimations aussi dures de la part d’un représentant du parti du pouvoir ne restent pas sans conséquences pour le système de milice. Le statut élevé de monsieur Makarov dans le parti du pouvoir, dont les représentants ne se permettent pratiquement jamais des commentaires inattendus et "non sanctionnés" et des estimations des sujets politiques aussi importants, en est une preuve. En réalité, cela peut signifier qu’une partie des membres influents de "la Russie Unie" commence à formuler la position plus ou moins définie par rapport aux problèmes des forces de l’ordre.

 

        Trait caractéristique : au sein de "la Russie Unie", on s’est désolidarisé officiellement des estimations de M. Makarov, mais, au moins, c’était fait avec une extrême délicatesse. Le problème de l'état lamentable de la milice est déjà devenu tellement évident et aigu, qu’il il faut le résoudre non pas «tôt ou tard», mais bien dans l'immédiat. En donc, il devient très actuel sur le plan politique. On peut supposer alors, avec une grande probabilité, que l'intervention dure de monsieur Makarov marquera le début de la campagne bien pesée du parti du pouvoir (il n'est pas exclu que cela puisse même devenir un nouveau projet national) sur la réorganisation du système judiciaire, pour souligner encore une fois son leadership dans l'arène politique et ne pas donner un tel atout avantageux aux adversaires.



COMMENTAIRE



        Le directeur général du Centre de la conjoncture politique de Russie Mikhaïl Vinogradov évalue l'initiative du député Makarov.

 

         Il y a une certaine crise des idées liées à la réforme du système du Ministère de l’Intérieur. Il y a eu des précédents pareils. On peut se rappeler la réforme de la police routière en Ukraine. Des démarches semblables avaient lieu en Géorgie. En principe, lorsque, d'une manière ou d'une autre, sur le marché du travail il y a la proposition, il y a une possibilité de trouver les gens, la question sur la rotation professionnelle dans le système du Ministère de l’Intérieur est actuelle. Nombreux sont ceux qui trouvent, que les forces de l’ordre mènent une guerre contre leurs propres citoyens, pourtant, ces questions ne sont pas assez bien étudiées. C’est, plutôt, une annonce pour une certaine initiative intéressante, et non quelque chose de plus sérieux. Mais cela me semble très important et utile comme un exemple pour la discussion, le débat entre les experts.

 

C’était le commentaire du directeur général du Centre de la conjoncture politique de Russie Mikhaïl Vinogradov

Partager cet article
Repost0

commentaires