Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 21:45

thumb.small.1024x768_art_840_MON_BEBE_A_3_MOIS_j_1.jpg        Le ministère des Affaires étrangères a confirmé lundi la baisse du nombre des adoptions à l'étranger en 2012 : 1.569 contre 2000 en 2011. Parallèlement aux difficultés de l'adoption internationale, peu d'enfants sont adoptés en France (environ 750).

La France adopte de moins en moins, et surtout de moins en moins à l'étranger. Selon les chiffres du ministère des Affaires étrangères, l'année 2012 a confirmé la tendance : alors que 2.000 enfants étrangers avaient été adoptés par des familles françaises en 2011, seulement 1.569 l'ont été en 2012. Les enfants viennent d'abord de Russie (235), puis d'Ethiopie (220) et de Colombie (159). L'Afrique représente à elle seule presque la moitié des adoptions (701), selon les chiffres disponibles lundi sur le site internet du Quai d'Orsay. En 2006, on comptait 4.000 adoptions à l'étranger.
A l'exception de 2010, marquée par l'arrivée de nombreux petits Haïtiens après le séisme de janvier, les chiffres de l'adoption internationale ne cessent de baisser depuis, à mesure que les pays se ferment à l'adoption par des étrangers. Ils ratifient en effet peu à peu la convention de La Haye, qui encadre l'adoption internationale, et se ferment par exemple à l'adoption individuelle (les adoptants contactent directement les autorités du pays de l'enfant sans passer par une association agréée), comme récemment Haïti. Alors que l'île était jusqu'en 2009 le premier pays d'origine des bambins adoptés en France, le durcissement des conditions d'adoption a réduit le nombre de petits adoptés à 49 en 2012.

Peu d'enfants sont adoptés en France

         Quant à la Russie, désormais premier pays d'origine des adoptés en France, elle pourrait reculer à l'avenir. En effet, après avoir décidé d'interdire l'adoption aux Américains, le pays a prévenu récemment que l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples homosexuels en France et au Royaume-Uni "réduisait les possibilités" pour les citoyens de ces pays d'adopter des enfants russes.
En 2012, 32% des adoptions ont été "individuelles", les autres passant par un organisme agrée (OAA) ou par l'Agence française de l'adoption. Parallèlement aux difficultés de l'adoption internationale, peu d'enfants sont adoptés en France (environ 750 par an actuellement), selon l'Observatoire national de l'enfance en danger (Oned). Environ 23.000 familles étaient agréées fin 2011 en vue d'adopter.
 
Partager cet article
Repost0

commentaires