Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 21:27

   0chaumiere1     L'harmonie de la société traditionnelle face aux horreurs du capitalisme libéral

"Dieu établit les rois comme Ses ministres et règne par eux sur les peuples. C'est pour cela que nous avons vu que le trône Royal n'est pas le trône d'un homme, mais le trône de Dieu même. Les rois de France se font sacrer à Reims, ce qui donne à leur pouvoir un caractère religieux." (Bossuet, la Politique tirée de l'Ecriture sainte, 1679, extrait du livre III).

Sous l'ancien régime les :

"Deux tiers des enfants ne mouraient pas en bas âge, beaucoup, grâce à l'Eglise, savaient lire et écrire, et tous ne vivaient pas dans la crasse et l'absence de soins." il faut se garder de caricaturer l'Ancien régime, comme on le fait trop souvent, qui fut le cadre de vie de nos ancêtres pendant des siècles, et donc représente un élément respectable de notre patrimoine, avant que la terrible Révolution française ne vienne détruire un ordre fondé sur la Religion, la fidélité à l'égard des devoirs et les liens entre les générations, temps où les hommes n'étaient pas encore asservis aux durs impératifs de l'argent roi et de la société libérale, et où les 40 heures et les congés payés, obtenus lors des grèves 1936, auraient été regardés comme une épouvantable régréssion sociale auprès d'un peuple qui vivait au rythme lent des saisons et des nombreuses célébrations religieuses.

C'est pourquoi il faut nécéssairement sur ces sujets, se libérer rapidement des clichés distillés par les manuels d'Histoire de la IIIe République ! la société de l'Ancien régime, où, contrairement à ce qu'on a pu lire récemment, les :

"Deux tiers des enfants ne mouraient pas en bas âge, où beaucoup, grâce à l'Eglise, savaient lire et écrire, et où tous ne vivaient pas dans la crasse et l'absence de soins", semble à peu près aussi exotique à nos contemporains que celle de l'antiquité classique ou de l'Amérique Précolombienne. Il convient donc d'en finir avec une vision figée par les trois siècles qui nous en séparent, et la lecture idéologique du passé de la France qui a stérilisé les recherches des historiens. Heureusement, il n'en va plus ainsi de nos jours, où de nombreux travaux d'érudition on fait bouger les choses, et ont montré que les conditions existentielles étaient bien plus douces que ce que la propagande républicaine n'a eu de cesse d'imposer aux esprits, nous faisant découvrir une société qui avait évidemment ses imperfections et ses limites comme tout système humain, mais néanmoins participait d'un ordre général de vie plutôt harmonieux et équilibré.

Partager cet article
Repost0

commentaires