Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 21:57

thumb.small.images340.jpg         Le Japon a cédé sa place de deuxième économie mondiale à la Chine en 2010.

une année où l'archipel a pourtant vu sa croissance redémarrer malgré une faiblesse finale due à une consommation en berne et à des exportations réduites, a annoncé le gouvernement ce lundi. Le PIB du Japon, en terme nominal, s'est élevé en fin d'année à 5.474,2 milliards de dollars, selon des statistiques publiées à Tokyo, le gouvernement précisant que le PIB de la Chine avait atteint de son côté l'équivalent de 5.878,6 milliards de dollars.

L'économie chinoise a donc dépassé celle de son voisin en 2010, devenant la deuxième du monde, derrière celle les Etats-Unis, une place qu'occupait l'économie nippone depuis 1968. «En tant que nation voisine, nous saluons la progression rapide de l'économie chinoise», a déclaré Kaoru Yosano, le ministre délégué japonais à la Politique économique et budgétaire, lors d'une conférence de presse.

«Améliorer les relations amicales entre le Japon et la Chine sur le plan économique»

«Cela peut fonder le développement de l'économie régionale, c'est à dire de l'Asie orientale et de l'Asie du Sud-Est», a-t-il ajouté, soulignant qu'il voulait «améliorer les relations amicales entre le Japon et la Chine sur le plan économique». La Chine affiche depuis des années un taux de croissance approchant ou dépassant les 10%, son PIB augmentant encore de 10,3% en 2010.

Frappée par une sévère récession lors de la crise mondiale de 2008 et 2009, l'économie du Japon s'est relevée en 2010, sa croissance atteignant 3,9%, mais cela n'a pas permis à l'archipel de conserver sa deuxième position face à la Chine en ascension rapide. A la fin 2010, le PIB du Japon restait inférieur à son niveau d'avant la crise.

Fin des aides gouvernementales

L'économie nippone a été tirée lors des neuf premiers mois de l'année par ses exportations vers les pays émergents, notamment vers la Chine, et par des subventions gouvernementales temporaires...

Partager cet article
Repost0

commentaires