Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 19:24

  thumb.small.2523972_3555591.jpg      L'illettrisme a reculé en France ces dernières années, mais concerne toujours 7 % des adultes de 18 à 65 ans, soit 2,5 millions de personnes, selon une étude de l'Insee.

 

       En France, 7 % des adultes de 18 à 65 ans sont illettrés, soit 2,5 millions de personnes, selon une étude de l'Insee rendue publique mardi, qui montre une amélioration de 2 points par rapport à la dernière enquête menée en 2004. Au total, 16 % des personnes de 18 à 65 ans résidant en France métropolitaine éprouvaient en 2011 des difficultés dans les domaines fondamentaux de l'écrit, indique l'Insee dans cette enquête Information et Vie quotidienne.

        Mais ce pourcentage inclut des étrangers n'ayant pas été scolarisés en France, alors que par définition, l'illettrisme ne s'applique qu'aux personnes ayant été scolarisées dans le pays et ne maîtrisant pas suffisamment les compétences de base en lecture, écriture et calcul pour être autonomes.

L'illettrisme recule

        Parmi celles ayant été scolarisées en France, 7 % étaient dans ce cas, et pouvaient donc être considérées comme illettrées. Lors de la précédente enquête menée sur le même thème en 2004, 12 % des personnes interrogées étaient dans une situation préoccupante par rapport à l'écrit" et 9 % étaient illettrées, soit quelque 3 millions de personnes.

        L'Insee explique cette amélioration notamment par "l'exclusion du champ de l'enquête 2011 de la génération née avant 1946 présentant un taux élevé de personnes en difficulté (un tiers) et par la prise en compte de jeunes "nés après 1986, pour lesquels ce taux est relativement plus faible (soit 10%)". Selon l'Insee, "cet effet génération reflète le développement de l'accès à l'enseignement secondaire" qui était "très faible pour les générations nées avant-guerre.

L'"effet calculette"

       L'enquête, fondée sur un questionnaire soumis à 14.000 personnes, montre que les jeunes de 18 à 29 ans s'en sortent globalement mieux que leurs aînés en lecture et en compréhension orale. En revanche, la part des personnes très à l'aise en calcul est en baisse par rapport à 2004. 16 % des 18-65 ans ont des performances médiocres dans ce domaine et la part des personnes très performantes âgées de 18 à 30 ans est passée de 36 % à 33 % entre 2004 et 2011.

      L'Insee y voit notamment un "effet calculette", l'usage des outils informatiques amoindrissant "sans doute chez les plus jeunes l'intérêt à maîtriser parfaitement les règles de base du calcul".

 

 

 

source : TF1 news

Partager cet article
Repost0

commentaires