Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 22:41

    thumb.small.images43     La 17ème chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris vient de condamner pour procédure abusive Jean-Marie Le Pen à verser 3 000 euros de dommages et intérêts à Jacques Bompard.

La plainte de M. Le Pen s’est donc retournée contre lui. En effet, non seulement le tribunal a reconnu que Jacques Bompard n’avait nullement diffamé Jean-Marie Le Pen mais, mieux encore, il a caractérisé comme abusive la procédure engagée par ce dernier.

C’est donc une victoire complète pour Jacques Bompard mais une victoire dont le président de la Ligue du Sud aurait aimé faire l’économie. En effet, la Ligue du Sud n’entend pas mener son combat politique dans les prétoires. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Jacques Bompard n’a jamais porté plainte contre les injures nombreuses proférées par M. Le Pen à son encontre.

Les différences entre le FN et la Ligue sont fondamentales et, plutôt qu’un procès, mériteraient un débat approfondi. Sans même rentrer dans des considérations idéologiques ou stratégiques, nous rappellerons ici trois différences majeures dans la conception du combat politique.

La première est le refus de la Ligue de concevoir le débat public comme une arène où l’on beugle, où l’on vitupère, où l’on assène des petites phrases à défaut de pouvoir développer de grands desseins.

La deuxième est la volonté d’ancrage local de la Ligue. Contrairement au FN qui s’est toujours méfié de ses élus locaux et qui a concentré l’essentiel de ses forces dans les batailles nationales, et principalement la Présidentielle. A cet ancrage local correspond une volonté de décentralisation et de liberté, au contraire, là également, du FN qui, dans ses perspectives comme dans ses pratiques, est partisan du jacobinisme le plus étroit.

Enfin, la troisième différence n’est pas la moins importante. Il s’agit du mépris dans lequel depuis longtemps sont tenus les militants et les cadres du FN par leur direction. Taillables et corvéables à merci, envoyés au feu dans les quartiers les plus difficiles, finançant le mouvement via la COTELEC, ces cadres et militants sont susceptibles de passer, du jour au lendemain, de la lumière à l’ombre. La moindre critique, la moindre opposition, entraîne purges, dénonciations, quand ce ne sont pas injures et insultes. Des milliers de militants ont vécu cela depuis 15 ans. Il n’est pas impossible que des centaines d’autres le vivent dans des temps proches. Cette conception totalitaire du mouvement politique n’est certainement pas celle de la Ligue du Sud pour laquelle il n’existe que des camarades de combat, des pairs luttant sur la même ligne, et disposant évidemment d’un droit de parole et de critique.

source : http://www.liguedusud.com/jean-marie-le-pen-condamne-par-la-justice-a-verser-3-000-euros-de-dommages-et-interets-a-jacques-bompard/

Partager cet article
Repost0

commentaires