Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 23:16
LES INONDATIONS DE 1910
LES CAMELOTS DU ROI, AU SECOURS DES SINISTRES
visucamelotssinistrescotch
       "Là où la République a versé le sang ouvrier, les royalistes reconstruiront les foyers. Ils n'auront, pas besoin d'ajouter à cela une démonstration de la vérité politique : ce symbole suffira"

          Le royaliste Armand de Melun, en 1864 était, des pionniers à fonder la SBM Section Française de la Croix Rouge. Continuellement, les royalistes, seront, de la Révolution à nos jours, à l'écoute de la misère et soucieux de la justice sociale. Comme nous avions salué l'anniversaire de la fondation des Camelots du Roi en 2008, cela fait 100 ans aujourd'hui, que ceux-ci, dans un élan spontané, aidèrent les villes et communes, touchées par les grandes inondations de 1910.

          L'imprévoyance gouvernemental était à son comble, tandis que l'eau submergeait de nouvelles localités, les citoyens se trouvaient désemparés devant les désastres s'amplifiant d'heure en heure. Ecoutons Maurice Pujo :" Il faut avoir visité, comme nous le fîmes le soir du 28 janvier, les abords d'Alfortville, et le lendemain, dans Paris même, le quartier de Javel, pour se faire une idée de l'abandon sinistre dans lequel se trouvèrent à se moment les populations sinistrées."

          Tout manquait pour aider les citoyens malgré le dévouement de mariniers et de soldats dans les quartiers parisiens et la banlieue, de Javel, Grenelle, Clichy, Faubourg St Antoine, Alfortville, Neuilly, Gennevilliers, Asnières, Levallois, Issy, Athis-Mons Mons, Vigneux etc...

          Une image apocalyptique que ces villes sous les eaux, souvent composés de pauvres ouvriers, n'ayant plus rien, affamés avec leurs enfants les yeux en larmes, sans ravitaillement, en proie aux pillages...L'État avait pratiquement disparu devant le drame. C'est alors que la Fédération Nationale des Camelots du Roi, d'à peine deux ans d'existence, fit face avec ses humbles moyens. Sans attendre, les volontaires royalistes affluèrent pour se mettre à disposition et organiser les secours pour la population dans le désarroi. La plupart de ces volontaires mourront dans le grand conflit qui arrivait, là aussi dans l'impréparation criminelle de la République et la trahison, pour d'autres comme Marius Plateau, après y avoir échappé, malgré de nombreuses blessures, ce sera l'assassinat politico-policier le 22 janvier 1923...
         Les équipes s'organisèrent avec toute la rigueur de l'organisation d'élite des combattants du Roi, ravitaillements en nourriture, charbon et autres , aides, consolations et soupes populaires, rondes en canot contre les pillards.

         La jalousie républicaine frappa dans le dos, en agressant ces volontaires, en divers endroits comme à Grenelle et Yssy les Moulineaux. Ces actes scandaleux apportèrent le soutient des plus récalcitrants de la population envers ces royalistes, mais rien n'arrêta leur détermination dans l'aide envers leur prochain. A Grenelle et Javel, les Camelots pénétraient dans les réduits les plus escarpés pour apporter la subsistance aux ouvriers, tandis que les étudiants royalistes en médecine  prodiguaient soins et consolation. Dans d'autres endroits comme l'ile de Jatte (Neuilly), les habitants dans la boue, étaient dans une misère épouvantable, seulement nourris de promesse gouvernementale. Les Camelots travaillèrent, sans répit pour y apporter le nécessaire. Imaginons les moyens de l'époque, rien qu'à Yssy les Moulineaux, la soupe populaire d'Action Française, apporta 1000 repas par jour et pendant 15 jours, apportant des subsistances régulières à 172 familles (822 personnes)...
Lorsqu'ils devaient partir, les Camelots eurent de nombreux remerciements et des signes de gratitudes, démonstration du pays réel face à l'incurie républicaine. Les ouvriers terrassiers syndicalistes révolutionnaires de Valenton et Vigneux disaient que si une organisation politique portait secours, ce ne pouvait être que les Camelots du Roi, rappelant que la République avait été plus prompt à s'occuper d'eux en 1908, pour les fusiller...
Partager cet article
Repost0

commentaires