Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 00:51

   0309fortymartyrs10.jpg      En l'an 313 St Constantin le Grand a publié un édit accordant la Liberté religieuse aux chrétiens, et en reconnaissant officiellement le Christianisme comme égal avec le paganisme en vertu de la loi. Mais son co-dirigeant Licinius était un païen, et il a décidé d'éradiquer le Christianisme dans sa partie de l'Empire. Comme Licinius a préparé son Armée pour combattre Constantin, il a décidé de retirer les chrétiens de son Armée, craignant une mutinerie.

       Un des commandants militaires de l'époque dans la ville arménienne de Sébaste était Agricola, un champion zélé de l'idolâtrie. Sous son commandement était une société d'une quarantaine de Cappadociens, braves soldats qui s'étaient distingués dans de nombreuses batailles. Lorsque ces soldats chrétiens ont refusé de sacrifier aux dieux païens, Agricola les a enfermé en prison. Les soldats se sont occupés avec la prière et la Psalmodie, et pendant la nuit, ils ont entendu une voix disant :

«Persévérer jusqu'à la fin, alors vous serez sauvé."

        Le lendemain matin, les soldats ont à nouveau été pris pour Agricola. Cette fois, le païen a essayé la flatterie. Il a commencé à faire l'éloge de leur courage, de leur jeunesse et de la Force, et une fois de plus, il les a exhortés à renoncer à Christ et de ce fait se gagner le respect et la faveur de leur empereur.

       Sept jours plus tard, le juge Licius renom arrivés à Sébaste et de mettre les soldats en procès. Les saints fermement répondu: «Prends pas seulement notre insignes militaires, mais aussi nos vies, car rien n'est plus précieux pour nous que le Christ Dieu». Licius puis ordonna à ses serviteurs de pierre des saints martyrs. Mais les pierres ont raté les saints et retournés à frapper ceux qui avaient jetés. Une pierre lancée par Licius frappé Agricola dans le visage, brisant ses dents. Les tortionnaires ont réalisé que les saints étaient gardés par une force invisible. En prison, les soldats ont passé la nuit dans la prière et à nouveau ils entendirent la voix de l'Éternel les réconforter: «Celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra (Jean 11:25). Soyez courageux et ne crains pas, car tu vas obtenir couronnes impérissables ".

Le lendemain, le juge a répété l'interrogatoire devant le bourreau, mais les soldats est resté inflexible.

       C'était l'hiver et il y avait une forte gelée. Ils ont aligné les soldats saints, les ont jetés dans un lac près de la ville, et mis une garde pour les empêcher de sortir de l'eau. Afin de briser la volonté des martyrs, une maison de bain chaud a été mis en place sur le rivage. Pendant la première heure de la nuit, quand le froid était devenu insupportable, l'un des soldats a fait un tableau de bord pour le bain-maison, mais à peine avait-il franchi le seuil, qu'il tomba mort.

        Au cours de la troisième heure de la nuit, le Seigneur a envoyé consolation pour les martyrs. Soudain, il y avait de la lumière, la glace a fondu, et l'eau dans le lac est devenu chaud. Tous les gardes étaient endormis, sauf pour Aglaius, qui veillait. En regardant le lac, il vit une couronne rayonnante était apparu sur la tête de chaque martyr. Aglaius comptait trente-neuf couronnes et s'est rendu compte que le soldat qui s'enfuit avait perdu sa couronne.

        Aggias alors réveillé les autres gardes, ôta son uniforme et leur dit: «Moi aussi je suis chrétien», et il a rejoint les martyrs. Debout dans l'eau, il pria: «Seigneur Dieu, je crois en toi, en qui ces soldats croient. Ajoutez-moi à leur nombre, et rends-moi digne de souffrir avec tes serviteurs. "Puis une couronne quarantième apparu au-dessus de sa tête.

        Dans la matinée, les tortionnaires ont vu avec surprise que les martyrs étaient encore en vie, et leurs Aggias de garde glorifiait Christ avec eux. Ils ont mené les soldats hors de l'eau et brisèrent les jambes. Au cours de cette horrible exécution la mère du plus jeune des soldats, Meliton, a plaidé avec son fils de ne pas persévérer jusqu'à la mort.

        Ils ont mis les corps des martyrs sur un chariot et se sont engagés à feu. Jeune Meliton respirait encore, et ils l'ont laissé à poser sur le sol. Sa mère a alors pris son fils, et sur ses propres épaules, elle l'emmena derrière la charrette. Quand Meliton son dernier souffle, sa mère l'a mis sur le panier avec les corps de ses compagnons d'infortune. Les corps des saints ont été jetés dans le feu, et leurs os carbonisés ont été jetés dans l'eau, alors que les chrétiens ne seraient pas les ramasser.

       Trois jours plus tard, les martyrs apparut en songe à saint Pierre, évêque de Sébaste, et lui avait ordonné d'enterrer leurs restes. L'évêque de concert plusieurs du clergé ramassa les reliques de la glorieuse martyrs de nuit et les a enterrés avec honneur.

         Il y a une pieuse coutume des "alouettes" cuisson (pâtisseries en forme alouettes) ce jour-là, parce que les gens croyaient que les oiseaux chantent à ce moment pour annoncer l'arrivée du printemps. Quarante "alouettes" sont préparés en l'honneur de la Quarante Martyrs.

Partager cet article
Repost0

commentaires