Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 22:17

Moscou, 4 juin

 

 186832834.jpg       Ces 10 dernières année, l'environnement en Russie s'est nettement dégradé, mais la situation est encore loin d'être catastrophique, a annoncé vendredi le directeur de Greenpeace Russie Ivan Blokov lors d'une conférence de presse à RIA Novosti.

        "Il y a dix ans, nous avons prédit une dégradation de l'environnement dans le pays. La situation actuelle est, certes, déplorable, mais pas du tout catastrophique", a-t-il affirmé.

Selon M. Blokov, cette dégradation tient en premier lieu aux modifications de la législation nationale.

         "De 2001 à 2009, le code forestier a été amendé à 19 reprises. Pendant cette période, le nombre d'infractions écologiques a triplé. Rien qu'en 2009, ce nombre a dépassé 46.000 infractions, constituant plus de 1,5% de tous les délits enregistrés dans le pays", a-t-il constaté.

        "La pollution de l'atmosphère ne diminue pas non plus. D'après le Service russe des statistiques (Rosstat), en 2009, les fuites de polluants atmosphériques ont augmenté, malgré la crise, dans plus de 30% des villes ayant une population de plus de 100.000 habitants", a souligné le directeur de Greenpeace Russie.

Selon lui, l'augmentation de la superficie des incendies forestiers suscite une inquiétude particulière.

          "D'après les statistiques officielles, la superficie des forêts ravagées par des incendies a commencé à croître dans la seconde moitié des années 1990. De là à 2009, elle est passé de 760.000 à 1,5 million d'hectares", a dit l'écologiste. Il est persuadé que la décision du gouvernement fédéral de placer la lutte contre les incendies de forêts sous la compétence des autorités régionales a rendu impossible le transfert rapide de moyens de lutte anti-incendie entre les régions.

        Pour y remédier, Greenpeace Russie propose de rétablir l'organisme fédéral chargé de protéger l'environnement et de mettre en place un service national de protection des forêts. Ce dernier doit être totalement indépendant sur le plan administratif et financier des organismes de gestion et d'exploitation forestière.

Partager cet article
Repost0

commentaires