Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 22:42

thumb.small.photo_espagne_150x150.jpg       Chômage record, crise, rigueur : près d'1,3 millions d'Espagnols ne touchent plus d'aides de l'Etat.

«Si je n’avais pas ma mère pour m’aider, je serais en train de dormir sous les ponts et de quémander comme un mendiant. Je n’arrive pas à croire que ce pays ait pu en arriver là et nous faire tomber si bas.» Isidro Hernandez, 47 ans, madrilène du quartier populaire de Tetuán, a perdu tout espoir de retrouver un jour un emploi. Dans sa vingtaine, il s’était fait une spécialité dans la réparation de photocopieuses : les salaires n’étaient pas mirobolants, entre 1 000 et 1 300 euros mensuels, mais les employeurs ne manquaient pas et il s’en satisfaisait. Ce célibataire endurci n’a jamais éprouvé le besoin d’abandonner l’appartement de sa mère, une veuve touchant une maigre retraite et la pension d’invalidité de son défunt mari, et qui arrondit ses fins de mois grâce à des travaux de couture, non déclarés bien sûr.

 

      Obole. Comme d’innombrables Espagnols, Isidro a fait les frais de la dégringolade économique du pays, aujourd’hui au bord de la récession (pour 2012, les prévisions de 1% de croissance du gouvernement sont jugées optimistes), dans le collimateur des agences de notation (en deux semaines, Fitch, Moody’s et Standard & Poor’s ont baissé de deux crans sa qualification) et avec un taux de chômage de 22%. Isidro en sait quelque chose : en 2008, lorsque la bulle immobilière implose, il perd son dernier emploi de technicien en photocopieuses. Pendant un an, il touche des allocations mensuelles de 724 euros. Lorsqu’elles expirent, il obtient le subsidio, soit 428 euros, une prestation réservée à ceux qui peuvent prouver ne pas disposer d’autres revenus, ou en tout cas très faibles. Mais là aussi, cette chétive obole s’est vite évaporée : depuis un an et demi, Isidro ne touche plus rien. «Cela fait longtemps que j’ai cessé de chercher dans mon secteur, dit-il. Je suis prêt à faire n’importe quoi, j’envoie des CV tous les jours par Internet ou physiquement, et il n’y a rien. Même vendeur au Mercadona, au Lidl ou à l’Eroski, il n’y a pas.»

Partager cet article
Repost0

commentaires