Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 22:59

  6a00d83451619c69e20153926203a7970b-800wi.jpg      En Espagne, la Communion Traditionaliste Carliste (ou CTC), une organisation politique espagnole fondée en 1986, donne un avis intéressant en vue des prochaines élections législatives (le 20 novembre) :

"Le système politique espagnol s’enferme chaque fois plus dans une espèce de « tournisme » dans lequel les deux grands partis et leurs satellites nationalistes, au delà des nuances, partagent une même vision du monde, de la société et de la politique. L’urgence d’expulser le PSOE (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol) est l’excuse qui aveugle beaucoup de nos compatriotes. Mais dans le fond ils savent que le PP (Parti Populaire) va être plus que la même chose, même s’ils ont peur de l’exprimer.
Le carlisme, la voix de l’Espagne traditionnelle, manque actuellement d’une basse sociale suffisamment structurée pour affronter en solitaire des élections générales. Nous pourrions utiliser la campagne électorale, - comme nous l’avons fait dans d’autres occasions, pour faire de la propagande, mais avec cela nous ne donnerions pas de réponse à un besoin urgent : que dans les institutions entrent des voix pour défendre des principes pré-politiques de base (comme sont le droit à la vie, le droit de la famille, de la liberté d’éducation pour les parents et le bien commun).
Dans ce sens, nous avons pris la décision de ne pas présenter à cette occasion de candidatures en solitaire. Nous entendons que l’électorat catholique en Espagne ne veut plus de propagande : elle veut des résultats. […]

Javier Garisoain, secrétaire général de la CTC, déclare à InfoCatólica :

 

 thumb.small.Toile_le_carlisme.jpg     "Nous sommes en train de dénaturer l’acte de vote en le traitant comme s’il était quelque chose de sacré. C’est un piège du système partitocratique, un leurre pour donner une apparence respectable à un système chaque fois plus tyrannique. Que chacun vote pour ce qu’il peut, ou qu’il considère la possibilité d’une abstention active (qui soit peut-être l’authentique « moindre mal » à ce moment là), mais surtout, s’il veut aider dans la lignée des principes non négociables, qu’il fasse quelque chose pour que cela ne passe pas aux prochaines élections… Ou qu’il nous aide pour que nous essayons de faire quelque chose.

       InfoCatólica : À quoi doit-on qu’en Espagne, où il y a une majorité de catholiques, il n’y a aucun parti politique qui les représente? En d’autres termes, comment expliquez-vous la démobilisation actuelle des catholiques, pratiquement totale, dans la vie politique ?

Le problème c’est le libéralisme. Une idéologie naturaliste, désacralisatrice, laïciste, individualiste, volontariste… qui renie la tradition de nos peuples, qui enferme la transcendance dans le domaine intime de la conscience individuelle, qui exclut la foi de la vie publique. Et le problème le plus grave c’est le catholicisme libéral qui nous a amenés à cette situation absurde, - et également très « antidémocratique », dans laquelle une nation avec une majorité de chrétiens n’a pas de lois chrétiennes."

      Michel Janva

le salon beige

Partager cet article
Repost0

commentaires