Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 22:54
  7090814-10856872.jpg     Les premiers contrôles de température pour les voyageurs en provenance de Guinée ont eu lieu ce samedi 18 octobre à l'aéroport de Roissy. Un premier cas suspect a d'ores et déjà été détecté.

 

         Premiers tests, et premier cas suspect. Les contrôles de températures systèmatiques des voyageurs en provenance de Guinée, afin de vérifier s'ils ne sont pas touchés par le virus Ebola, ont commencé ce samedi 18 octobre à Roissy. Selon l'Express, une médecin belge de 42 ans, de retour de mission humanitaire, a été conduite à l'hôpital Bichat pour des examens plus approfondis. Objectifs de ses contrôles, présentés ce vendredi 17 octobre par la ministre de la Santé en personne, Marisol Touraine : faire en sorte que le virus Ebola ne passe pas la frontière. 
 Comment se passent ces contrôles ? 
Les passagers concernés doivent tout d'abord remplir, durant le vol, un questionnaire de traçabilité permettant de les retrouver facilement, si un cas suspect est signalé. Ensuite, une fois arrivés, une équipe médicale vérifie leur température grâce à un dispositif infrarouge. Si un voyageur déclare une fièvre supérieure ou égale à 38 degrés, il est aussitôt isolé et pris en charge par le SAMU. Une fiche de conseils est également remise à l'ensemble des passagers. Il est notamment recommandé de surveiller sa température pendant 21 jours, période maximale d'incubation de la maladie. 
 Un vol concerné 
Pour le moment, ces contrôles concernent uniquement le vol quotidien Conakry-Paris, seule liaison concernée entre la France et un pays touché par le virus Ebola. Avant Paris, d'autres pays, comme le Grande-Bretagne, avaient déjà mis en place un tel dispositif. Vendredi 17 octobre, des syndicats d'hôtesses de l'air de stewards d'Air France ont démandé la suspension de la liaison entre Conakry et Paris, par mesure de sécurité. A la fin du mois d'août, la compagnie aérienne avait annoncé la suspension de l'ensemble de ses vols, jusqu'à nouvel ordre, vers Freetown, la capitale de la Sierra Leone. Ce pays fait partie, avec la Guinée et le Liberia, des trois pays les plus touchés par le virus. 
 Un manque de solidarité internationale ? 
La maladie fait toujours des ravages en Afrique de l'Ouest. Selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le virus Ebola a provoqué la mort de 4.555 morts, sur les 9.216 cas recencés. Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, est très pessimiste : "Nous sommes en train de perdre la bataille'", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Paris. Il a également dénoncé l'insuffisance de la solidarité internationale : pour l'instant, l'ONU n'a reçu que 38% de son appel de fonds de 800.000 euros destinés à faire face aux besoins humanitaires urgents. En France, plusieurs organisations, comme la Croix-Rouge ou Médecins sans frontières, ont également lancé un appel aux dons. 
m6info

Partager cet article
Repost0

commentaires