Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 19:15
Le gouvernement britannique reconnaît, 38 ans après, que ses soldats ont tué sans justification 14 manifestants.
  bloodysundayrunningsoldier.jpg       David Cameron a prononcé un discours à la fois émouvant et très dur devant la Chambre des communes mardi pour reconnaître la totale responsabilité des soldats britanniques lors de la tuerie du Bloody Sunday, qui a provoqué la mort de 13 manifestants catholiques défilant dans les rues de Londonderry en Irlande du Nord le 30 janvier 1972. Quatorze autres personnes avaient été blessées, et l'une d'elles est morte quelque mois après de ses blessures. «Ce qui s'est passé lors du Bloody Sunday était non justifié et non justifiable. C'était mal», a déclaré le premier ministre en présentant les conclusions de la commission d'enquête sur la tuerie du «Dimanche sanglant», qui avait exacerbé les violences entre catholiques et protestants pendant des années. «Je sais que certains se demandent si presque quarante ans après, un premier ministre doit ou non présenter des excuses», a expliqué Cameron. «Le gouvernement est ultimement responsable des actions de ses forces armées et, à ce titre, au nom du gouvernement et du pays, je suis profondément désolé», a déclaré le premier ministre, qui avait cinq ans à l'époque des faits.
Les hourras de Londonderry
 
         Le travail de la commission est contesté car il a duré douze ans et a coûté 191 millions de livres ! Malgré les disputes sur la méthode, ses conclusions étaient très attendues en Irlande du Nord.
         Les excuses publiques de Cameron ont provoqué des hourras au sein de la foule amassée devant un écran géant au centre de Londonderry pour suivre le discours du premier ministre. C'est un soulagement pour les familles des victimes, qui demandaient depuis des décennies que soit reconnue l'innocence des 27 tués et blessés ce jour-là. Le premier rapport officiel, bâclé en quelques semaines, avait blanchi les parachutistes qui avaient tiré sur la foule et accusé les manifestants d'avoir tiré les premiers et d'avoir lancé des bombes artisanales sur les militaires. Le nouveau rapport montre au contraire que les parachutistes anglais ont menti lors de leurs témoignages et qu'ils ont tiré sur des civils non armés dont aucun «risquait de provoquer des blessures graves». Des soldats ont même tiré dans le dos de manifestants qui fuyaient, ainsi que sur un homme qui rampait vers son fils de 19 ans mortellement blessé.
Panique
 
          Les soldats, qui se retrouvaient au cœur d'une cité HLM à l'époque contrôlée par les membres de l'IRA, auraient paniqué après que leur lieutenant ait tiré avec son fusil d'assaut au-dessus de manifestants pour les effrayer. Ils avaient été envoyés dans cette zone dangereuse pour tenter d'arrêter les fauteurs de troubles qui profitaient de la manifestation pacifique en faveur des droits civiques de catholiques pour jeter des pierres sur les forces de l'ordre.
          Le partage du pouvoir entre catholiques et protestants en Ulster ne devrait pas être ébranlé car le rapport de l'enquête a exonéré le vice-premier ministre d'Irlande du Nord et numéro deux de Sinn Féin, Martin McGuinness, qui commandait à l'époque les combattants armés de l'IRA à Londonderry. Lors des faits, «il était probablement armé avec une mitraillette Thompson mais nous sommes certains qu'il n'a pas pris part à des activités qui ont fourni un prétexte aux soldats pour ouvrir le feu», précise le rapport.
 
 
A QUAND LES EXCUSES DU GOUVERNEMENT FRANCAIS
A L'EGARD  DES MORTS DU 6 FEVRIER 1934 ??
Partager cet article
Repost0

commentaires