Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 23:33

   henriiv2010       L’année 2010 est « l’année Henri IV », en hommage au « bon roi Henri », quatre siècles après sa mort tragique à Paris, et s’est ouverte dès le mois de décembre par une cérémonie à Rome, en présence du prince Jean de France, descendant du souverain Bourbon.

Au-delà de la commémoration, cette « année Henri IV » doit être l’occasion de se pencher et de réfléchir, non seulement sur notre « hier » national, mais aussi sur les temps présents et les conditions d’un lendemain plus heureux et plus juste, autant que faire se peut.

Le roi Henri a, par son action audacieuse et par le souci du Bien commun, mis fin aux guerres de religion et garanti l’unité des Français autour de l’Etat légitime, tout en pardonnant à ceux qui s’étaient égarés dans les querelles du temps : il a su « oublier » les fautes des uns et les faiblesses des autres pour raccommoder le lien social entre tous les Français, quelles que soient leurs options religieuses et communautaires. L’Etat, arraché aux factions et aux partis, a su imposer la paix civile sans tomber dans le piège de la vengeance ou de la repentance.

Il a aussi redressé l’économie du pays et su rappeler le rôle protecteur de l’Etat envers ses sujets : la fameuse « poule au pot » symbolise alors la prospérité retrouvée et la prospérité partagée !

Aujourd’hui, à l’heure où les revendications et les tensions communautaristes sont si fortes qu’elles embrouillent le débat politique, à l’heure où l’Etat est aux mains des oligarques républicains oublieux du Bien commun, à l’heure où les Français souffrent de l’arrogance des financiers et des maîtres du Pays légal, l’histoire politique du roi Henri IV nous rappelle que l’Etat ne doit pas être l’instrument des plus forts ou des groupes de pression mais bien plutôt qu’il doit s’accorder aux nécessités éternelles et actuelles du Bien commun, sans crainte ni hésitation.

La République ne peut célébrer dignement le roi Henri IV car cela serait, pour elle, se condamner…

Les royalistes n’ont pas ce genre de timidité : l’histoire n’est pas un carcan ou une répétition, mais elle peut servir de « mode d’emploi » pour comprendre et agir, et nous nous en servirons !

Jean-Philippe CHAUVIN

Partager cet article
Repost0

commentaires