Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 02:33

Bangkok, 6 octobre

 

   187316691   Le premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva a déclaré à Bruxelles qu'il prendrait la décision définitive sur l'extradition de l'entrepreneur russe Viktor Bout vers les Etats-Unis conjointement avec les autres membres de son gouvernement, a annoncé mercredi le quotidien thaïlandais The Nation.

       "Cette question [le sort de Viktor Bout] sera tranchée par le cabinet des ministres lorsque le temps viendra de prendre la décision au niveau de l'exécutif", a affirmé M.Vejjajiva cité par le journal.

       Le Parquet général de Thaïlande a fait savoir début septembre que le gouvernement était en droit de bloquer l'arrêt d'une cour d'appel prévoyant l'extradition de M.Bout, si le dossier de l'intéressé comportait des circonstances particulières.

        Le premier ministre thaïlandais, qui participe à la rencontre de l'ASEM (Asia Europe meeting) à Bruxelles, s'est entretenu en marge du forum avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Selon The Nation, ce dernier "a exprimé le mécontentement de Moscou face à la décision adoptée le 5 octobre par une cour criminelle de Thaïlande à l'encontre de M. Bout accusé de trafic d'armes par les Etats-Unis".

       En août 2009, une cour criminelle de Thaïlande a rejeté la demande d'extradition de l'homme d'affaires russe accusé par les Etats-Unis de soutenir matériellement le terrorisme. En août dernier, une cour d'appel a annulé la décision de la cour criminelle et s'est prononcée en faveur de l'extradition. Or, celle-ci a été reportée au motif que le prévenu faisait l'objet d'une deuxième demande d'extradition présentée par les Etats-Unis pour blanchiment d'argent et escroquerie. Le 5 octobre dernier, la cour criminelle a rejeté la seconde demande américaine, levant par là même le dernier obstacle juridique à l'extradition de M.Bout en vertu de la première demande.

        "Mon devoir professionnel m'engage, ainsi que mon gouvernement, à assumer la responsabilité de cette affaire. Avais-je le choix? Je pense que personne ne voudrait être à ma place", a affirmé M. Vejjajiva lors d'un entretien avec des journalistes à Bruxelles.

       Et d'ajouter: "Le gouvernement thaïlandais ferait tout son possible pour minimiser les conséquences de sa décision pour les relations internationales".

Partager cet article
Repost0

commentaires