Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 15:10
Pas de drapeau français sans certification : cette nouvelle forme de racket que les députés viennent d'instituer
L'Assemblée nationale a décidé d'interdire l'utilisation du drapeau français sur les produits vendus en France qui ne bénéficieraient pas d'une garantie d'origine française.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi Macron, les députés ont adopté le 30 janvier, à l’unanimité et avec avis favorable du gouvernement, l’amendement n°1844 visant à qualifier de pratique commerciale trompeuse le fait de faire « apparaître un drapeau bleu blanc rouge sur un produit vendu en France qui ne bénéficie pas d’une appellation d’origine, d’une indication géographique ou qui n’a pas fait l’objet d’un processus de certification attestant son origine française. Cet amendement émane du député-maire UDI Yves Jego. Or celui-ci cumule également la fonction de Président de l’association Pro France chargée de l’attribution du label privé « Origine France Garantie » (OFG), qui est aujourd’hui le seul processus de certification attestant l’origine française existant à ce jour pour les produits non-alimentaires.

Désormais une entreprise qui veut valoriser sa production française auprès des consommateurs, n’a quasiment plus le choix, que de passer par un label payant, présidé par un député. Cela pose un problème : Peut-on être législateur et président de l’organisme qui sera le principal bénéficiaire de la loi ?

En effet, le drapeau français est le signe le plus efficace du marketing made in France, utilisé par des milliers d’entreprises quand moins de 400 autres utilisent le label OFG. Pour exemple, c’est bien ce drapeau tricolore et pas autre chose que le groupe Seb utilise depuis des années sur ses produits fabriqués en France (aspirateurs Rowenta, fers à repasser Calor ou friteuses Seb, assemblées respectivement en Normandie, Rhône-Alpes et Bourgogne).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Théophane
commenter cet article

commentaires